AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070451814
256 pages
Gallimard (12/04/2013)
3.55/5   21 notes
Résumé :
Pollution extrême, circulation infernale, narcotrafic, enlèvements, corruption généralisée : Mexico est un véritable monstre urbain, où règne la violence ordinaire. Les douze nouvelles inédites rassemblées dans cette anthologie explorent la géographie de cette forêt de béton… et les angoisses de ses habitants. Car il n’y a que dans les telenovelas que les histoires finissent bien.
Que lire après Mexico NoirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
L'introduction de Paco Ignacio Taibo II à cette anthologie est précieuse car elle fait entrer le lecteur de plain-pied dans la noirceur de ce monstre urbain qu'est Mexico : désespoir engendré par la misère économique, criminalité, trafic de drogue et violences en tous genres, et une corruption de la police qui est sans égal, bienvenue dans les ténèbres de Mexico DF.

«J'ai souvent dit que les statistiques révélaient une ville surprenante, une capitale dans laquelle on compte plus de ciné-clubs qu'à Paris, plus d'avortements qu'à Londres et plus d'universités qu'à New-York. Une ville où la nuit est devenue dangereuse, sauvage. le royaume de quelques rares élus. Où la violence qui règne vous accule, vous enferme dans l'autisme. Une sauvagerie qui vous retient chez vous, planté devant la télé, qui crée un cercle vicieux où règne la solitude et où on ne peut s'en remettre qu'à soi-même. Voilà la situation, pour la majorité des cas.» (Paco Ignacio Taibo II).

La première nouvelle du recueil, «J'suis personne» d'Eduardo Antonio Parra, justifierait à elle seule l'achat de l'anthologie, la marche dans les rues derrière son caddie et le monologue intérieur en boucle d'un clochard psychotique, qui a assisté à une scène, au mauvais endroit au mauvais moment, et qui pressent dans le brouillard de ses pensées abîmées par la rue et l'alcool, que les conséquences vont être terribles pour lui.

Un autre de mes coups de coeur est la nouvelle de F.G. Hagenbeck, «Le comique qui ne souriait jamais», dans la lignée de Marlowe, une histoire de privé embauché à la fin des années soixante par une star de cinéma pour faire cesser un chantage, un classique transposé dans la noirceur tortueuse de Mexico DF : Un très beau condensé en quelques pages de violence, d'humour corrosif et de mélancolie sur fond de la grande histoire mexicaine, qui donne envie de lire davantage cet auteur.

«Je me trouvais face à l'acteur le plus célèbre du Mexique. Il n'était pas plus grand que moi. Ce n'est pas peu dire car à Los Angeles on me prenait pour le huitième nain de Blanche Neige. Il portait une veste en daim couleur lie de vin qui crissait, une chemise blanche à manches courtes col Mao et des lunettes de soleil de la taille d'un pare-brise. Il avançait lentement. Délicatement. À mesure qu'il s'approchait de moi, j'ai estimé qu'il devait avoir la cinquantaine mais qu'une récente opération de chirurgie esthétique lui faisait paraître dix ans de moins. Il portait encore quelques bandages. Sur son visage tiré, il y avait comme une légère patine qui rappelait la couleur de l'argent : celle des dollars gringos.» (F.G. Haghenbeck, le Comique qui ne souriait jamais)

Deux autres nouvelles m'ont semblées très puissantes, «Le brasier des judas» d'Eugenio Aguirre, un récit qui s'ouvre sur des crimes atroces, annonciateurs d'une chute brutale, et «Derrière la porte» d'Oscar de Borbolla qui illustre de façon simple et brillante le propos de Paco Ignacio Taibo II en introduction, l'impuissance des citoyens face aux crimes et l'impunité.

Merci aux éditions Asphalte de nous plonger au coeur du noir des mégalopoles. On en redemande.
Commenter  J’apprécie          120
Petit opus reçu dans le cadre de "masse critique", regroupant 12 nouvelles de 12 auteurs différents avec, comme thème central, Mexico, la ville tentaculaire et ses quartiers si différents. Une préface, signée Paco Ignacio Taïbo II, nous met en bouche en signant une préface qui donne un aperçu de cette ville dingue et déjantée où la police, corrompue jusqu'à la moelle, est plus dangereuse à fréquenter que la pègre elle-même. Chacune de ces petites perles sont ciselées à souhait et très différentes selon la sensibilité de chacun des écrivains, tous reconnus en leur pays. Chacun a eu à coeur de dénoncer et de souligner les aberrations d'un système totalement incontrôlable." Ne vous attendez pas à lire une anthologie subventionnée par l'office de tourisme de Mexico" nous prévient Paco Ignacio Taïbo II mais je vous recommande vivement ce petit livre qui vous fera, peut-être, découvrir de nouveaux auteurs de talent.
Commenter  J’apprécie          50
« Ne vous attendez pas à lire une anthologie subventionnée par l'office du tourisme de Mexico.»

Tout est dit….

Il s'agit d'un recueil de 12 nouvelles de 12 auteurs se déroulant dans 12 quartiers différents de Mexico.
12 déclinaisons sur la corruption et la violence dans cette mégapole qui s'articulent autour de trois thèmes : au-dessus des lois, des morts qui marchent et la ville de l'asphyxie.

Des styles et des modes narratifs différents, mais une noirceur généralisée.

Les nouvelles sont parfois trop brèves ce qui peut nuire à leur compréhension et donne un goût d'inachevé : le lecteur reste souvent sur sa faim et inactif… mais alors ?... et alors ?...

Une mention particulière pour « j'suis personne » (le personnage du clochard est saisissant et attachant) et « le brasier de Judas » (et sa chute vertigineuse).

J'ai aimé l'idée de la playlist que j'ai bien entendu écoutée en parallèle de ma lecture.

Cet ouvrage fait partie d'une collection abordant les grandes villes actuelles : Los Angeles, Londres, Brooklyn, Rome et Paris… j'ai très envie de lire celui sur Paris….
Commenter  J’apprécie          20
Livre lu dans le cadre de l'opération Masse Critique de septembre 2011.
Mexico Noir est un recueil de nouvelles présenté par Paco Ignacio Taïbo II.
Tous les textes portent sur Mexico, une mégalopole ou règne la violence ordinaire.
Une bonne introduction de Paco Ignacio Taïbo II, nous met directement dans l'ambiance à travers des faits divers ayant pour thème la corruption de la police et du pouvoir, le chantage, les enlèvements, les malversations, les meurtres... Tous ce qui fait le "charme" de Mexico.
Mais pourtant l'auteur nous invite quand même à venir y passer des vacances. Pas sûr qu'en lisant les différents textes, se soit une destination très réjouissante.
Le livre est très court. Il fait 168 pages pour 12 nouvelles. Et c'est vraiment le gros défaut de ce recueil. Les nouvelles sont très courtes, de 7 à 22 pages. de ce fait les histoires ne sont pas très prenantes. On n'a pas le temps de rentrer pleinement dans le récit. A peine commencé, déjà fini.
Les textes sont très classiques, ils manquent de nerfs, de punch et d'humour noir. C'est vraiment dommage.
Il y avait tout pour faire un très bon recueil noir mais cela reste basique.
Commenter  J’apprécie          10
C'est dans le cadre du challenge Book Trip Mexicain que je me suis lancée dans ce recueil de nouvelles dont le sujet principal est la ville de Mexico.

Paco Ignacio Taibo II le dit en préambule, ce recueil n'est pas sponsorisé par l'office du tourisme de Mexico, et on comprend bien vite pourquoi !
Le recueil porte admirablement bien son nom, c'est noir, très noir.

Cependant, si quelques nouvelles m'ont particulièrement plu comme Collection particulière de Bernardo Fernández, le Brasier des judas d'Eugenio Aguirre ou Des chats et des homicides de Víctor Luis Gonzáles, l'ensemble ne m'a pas particulièrement emballée.

J'ai été désarçonnée assez souvent par le rythme inhabituel et par l'aspect très intériorisé de ces nouvelles. Elles présentent souvent ce que le personnage principal pense et ressent (et en général, ils ne sont pas particulièrement équilibrés et/ou sereins) et laissent peu de place à l'action.

Ne lisant pas énormément de littérature mexicaine ou même de langue espagnole (et vu mes origines, c'est une honte 🙄), je ne sais pas si cela est représentatif, il va falloir que je continue mon exploration pour me faire une idée plus précise. 😊
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Je me trouvais face à l’acteur le plus célèbre du Mexique. Il n’était pas plus grand que moi. Ce n’est pas peu dire car à Los Angeles on me prenait pour le huitième nain de Blanche Neige. Il portait une veste en daim couleur lie de vin qui crissait, une chemise blanche à manches courtes col Mao et des lunettes de soleil de la taille d’un pare-brise. Il avançait lentement. Délicatement. À mesure qu’il s’approchait de moi, j’ai estimé qu’il devait avoir la cinquantaine mais qu’une récente opération de chirurgie esthétique lui faisait paraître dix ans de moins. Il portait encore quelques bandages. Sur son visage tiré, il y avait comme une légère patine qui rappelait la couleur de l’argent : celle des dollars gringos. (F.G. Haghenbeck, Le Comique qui ne souriait jamais)
Commenter  J’apprécie          80
Sondage: connaissez-vous beaucoup de citoyens qui vont voir la police lorsqu'ils sont victimes d'un vol à la tire? Très peu, voire aucun. Qui irait voir le policier en uniforme bleu posté au coin des rues de cette toute nouvelle cité démocratique, ou même un flic en civil, Faudrait être cinglé. Vous voulez qu'on vous braque une seconde fois, ou quoi?. ( Introduction de Paco Ignacio Taîbo II)
Commenter  J’apprécie          50
Vingt et un million d’habitants. Une ville infinie qui, la nuit, devient un fascinant tapis de lumières pour ceux qui ont la chance de la contempler depuis un avion : un peu comme un immense arbre de Noël rouge vert jaune blanc, mercure, tungstène, sodium et néon. Une ville rendue cinglée par la pollution, les pluies, la circulation et une crise économique qui frappe depuis environ vingt-cinq ans. La plus grande ville du monde. (Paco Ignacio Taibo II, introduction)
Commenter  J’apprécie          30
J’ai souvent dit que les statistiques révélaient une ville surprenante, une capitale dans laquelle on compte plus de ciné-clubs qu’à Paris, plus d’avortements qu’à Londres et plus d’universités qu’à New York. Une ville où la nuit est devenue dangereuse, rude. Le royaume de quelques rares élus. Où la violence qui règne vous accule, vous enferme dans l’autisme. (Paco Ignacio Taibo II, Introduction)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Paco Ignacio Taibo II (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paco Ignacio Taibo II
Paco Ignacio Taïbo II raconte ses origines, sa vie familiale ainsi que ce qui l'a mené au Mexique.
autres livres classés : mexicoVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (56) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2886 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}