AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Zaü (Illustrateur)Joan Titus-Carmel (Traducteur)
EAN : 9782355041044
20 pages
Rue du Monde (26/02/2010)
3.9/5   15 notes
Résumé :
De petits poèmes japonais sont calligraphiés et illustrés à l'encre de Chine.
Que lire après Sous la lune poussent les haikusVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Ce minuscule et ravissant album (qui me fait découvrir la collection "Petits géants du monde") contient neuf haïkus, pas un de plus.
C'est le seul reproche à lui faire.
Chacun d'eux est, dans sa forme classique, parfaitement exquis.
Les illustrations de Zaü s'adaptent avec une grande délicatesse à l'évocation de la Nature et au rythme pensif de la poésie, chacune des pages racontant toute une histoire en quelques traits et taches de couleur.
À lire, relire et contempler sans modération. C'est très très beau.
Traduit par Joan Titus-Carmel.
Challenge Poévie
Commenter  J’apprécie          243
Un petit livre de haïku à mettre entre les mains des petits comme des grands. La qualité des haïkus est remarquablement mise en valeur par l'illustration. Une invitation à la rêverie. Une initiation au haïku. Un pur bonheur de poésie.
Commenter  J’apprécie          20
Les 9 haïkus de ce petit album sont tirés du recueil Les 99 haïkus de Ryokan et ont été sélectionnés par Alain Serres autour de la thématique des saisons et du temps qui passe.



Ces petits poèmes japonais, sorte de pensées éphémères, conviennent parfaitement au travail d'illustration de Zaü. Quand je vois son style, le côté asiatique de ses traits, son utilisation des encres... tout me fait penser à l'Asie. J'ai donc été fortement séduite par ce petit livre où chaque haïku, chaque pensée, est illustré de manière indépendante. Il n'y a pas d'histoire réelle, seulement une succession de tableaux tous plus magnifiques les uns que les autres. le lecteur ne peut que se trouver dans un état méditatif et contemplatif devant ce livre...
Lien : http://boumabib.over-blog.co..
Commenter  J’apprécie          30
De la poésie japonaise, courte, sans rime... simple... et en lien avec la nature.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Un très vieil homme
son corps saisi par le froid -
bambou sous la neige
Commenter  J’apprécie          100
"Tout autour de nous le monde n'est plus que fleurs de cerisiers"
Commenter  J’apprécie          100
La tombée du jour -
dans le jardin seulement
le chant des insectes
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Ryōkan Taigu (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ryōkan Taigu
INTRODUCTION : « j'habite au pied du mont Kugami la porte s'ouvre sur la montagne émeraude si la solitude ne te rebute pas, viens donc frapper à ma porte au milieu de la forêt » (Ryôkan, poèmes chinois.)
« Ryôkan, de son vrai nom Yamamoto Eizô, est né en 1758 dans le bourg d'Izumozaki […], sur la côte ouest du Japon. […] L'endroit est très prisé par les artistes et les poètes. […] Eizô, qui est un enfant plutôt taciturne et solitaire, passe une jeunesse calme et studieuse dans une famille aisée où l'atmosphère est lettrée et religieuse. […] Les villageois le surnomment « Lampe allumée en plein jour » pour signifier son inutilité. […] En tant que fils aîné il est destiné à succéder à son père comme prévôt du village. Mais il se rend vite compte qu'une telle fonction publique, qui oblige à prendre parti dans les conflits et les rivalités, ne lui correspond guère. […] À dix-huit ans il décide d'entrer au monastère zen Kôshôji […] […] Il continue à étudier avec ferveur la poésie classique chinoise et japonaise, et pratique assidûment la calligraphie. […] Il va passer dix années à sillonner les provinces du Japon, de temple en auberge et d'auberge en temple, moine itinérant, unsui en japonais (littéralement libre comme « les nuages et les eaux »). Avec pour tout bien un chapeau de laîche, sa canne en glycine, un havresac et un bol pour mendier sa nourriture. […] […] a trente-huit ans, il décide de retourner vivre à Echigo, sa région natale. […] Ryôkan, maintenant âgé de quarante-deux ans, finit par trouver un ermitage inoccupé sur le versant ouest du mont Kugami, à neuf kilomètres au nord d'Izumozaki. Il va y rester vingt années. […] Ryôkan est continuellement souriant, il émane de lui une grande pureté, une immense joie et une profonde compassion. le rencontrer, c'est, dit-on, « comme si le printemps arrivait par une journée d'hiver obscure. » Un de ses contemporains qui le connaît bien, Kera Yoshishige, le décrit ainsi : « Le maître déborde d'esprit divin qui jaillit de lui comme des étincelles. Sa silhouette et son visage sont ceux d'un saint. Il est grand, longiligne, maigre et pur. Son nez est haut, ses yeux ceux d'un oiseau. » Kera Yoshishige raconte encore : « Le maître a séjourné chez moi plusieurs jours. Tous les membres de la famille se sont apaisés naturellement, une ambiance de paix a rempli la maison, et ce plusieurs jours encore après son départ. Si l'on parle avec lui, on se sent le coeur purifié. le maître ne prêche les soutras ni ne recommande de faire le bien. Il attise le feu ou s'assoit en méditation dans la salle de séjour. Ses propos ne touchent ni à la poésie ni à la morale. Doux et à son aise, sa seule vertu transfigure les gens. » […] Au sixième mois de 1830, l'été est caniculaire, Ryôkan tombe malade. […] le 4e jour du 1er mois de 1831 Yûshi (son frère) est de retour. Ryôkan est très faible. le 6e jour, entouré de Teishin (une jeune bonzesse), Yûshi et Henchô, un jeune disciple, assis en contemplation se termine, à soixante-douze ans, le séjour de Ryôkan dans ce monde flottant. Il laisse ce poème en adieu :
que laissé-je en héritage ? les fleurs au printemps le coucou en été les feuilles rouges en automne »
CHAPITRES : 0:00 - Titre Poèmes chinois: 0:06 - 1er poème 1:03 - 2e poème 1:27 - 3e poème 1:58 - 4e poème Wakas : 2:21 - 1er waka 2:36 - 2e waka 2:53 - 3e waka 3:09 - 4e waka Haïkus : 3:23 - 1er haïku 3:34 - 2e haïku 3:47 - 3e haïku 3:58 - 4e haïku
4:10 - Générique
RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE : Hervé Collet et Cheng Wing Fun, Ryôkan, moine errant et poète, Paris, Albin Michel, 2012.
IMAGE D'ILLUSTRATION : Hervé Collet et Cheng Wing Fun, Ryôkan, moine errant et poète, Paris, Albin Michel, 2012.
BANDE SONORE ORIGINALE : Kinshi Tsuruta et Katsuya Yokoyama, Japon - Musique Millenaire - Biwa Et Shakuhachi. https://archive.org/details/lp_japon-musique-millenaire-biwa-et-shaku_kinshi-tsuruta-katsuya-yokoyama/disc1/02.02.+San+An.mp3
SOUTENIR « LE VEILLEUR DES LIVRES » : https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=W2WVWAMNPGV4E
CONTENU SUGGÉRÉ : https://youtu.be/aQGpemQXIV4 https://youtu.be/3jo5bYcxGX8 https://youtu.be/5rcqhwWudsU https://youtu.be/q0XixXVGe-U https://www.youtube.com/playlist?lis
+ Lire la suite
autres livres classés : haïkuVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus


Lecteurs (37) Voir plus



Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1139 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..