AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : SIE151671_326
Éditeur : Hachette (01/07/1918)
4.5/5   2 notes
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Julian_Morrow
  03 mai 2019
Hippolyte Taine est un auteur que l'on ne lit plus guère.
Cet oubli de l'homme et de son oeuvre s'explique d'abord par la critique, légitime, des lois qu'il avait formulées pour expliquer un déterminisme historique qu'il croyait sincèrement pertinent. Critique formulée d'abord par Gustave Lanson, et qui devra à ce dernier d'apparaître comme le précurseur de l'école sociocritique.
Il s'explique aussi par la sévérité que Taine montre à l'endroit de la Révolution française, dont il a brillamment exposé les mécanismes – les pages qu'il consacre à l'étude de la rationalité froide et mécanique de Robespierre, sont à cet égard remarquables.
Cette sévérité et cette lucidité font de Taine un historien qui devrait être connu et reconnu de tous les lecteurs de François Furet.
L'ouvrage que Taine a consacré à La Fontaine et à ses fables constitue la version remaniée de sa thèse de doctorat.
La première partie de cette étude – consacrée à l'esprit, à l'homme et à l'écrivain – est probablement la plus datée, mais n'en est pas pour autant dénuée d'intérêt ou de pertinence.
La deuxième partie s'applique à étudier les personnages mis en scène dans les Fables. Les hommes d'abord - roi, courtisans, nobles, moines, magistrats, paysans, médecins... Puis les bêtes. Et les dieux, enfin.
Cette partie, synthétique, éclaire la lecture des Fables pour l'étudiant ou le professeur en quête d'une vision d'ensemble subtile et complète.
La troisième et dernière partie est consacrée au style De La Fontaine.
Certes, l'ouvrage de Taine n'est pas une nouveauté. Paru en 1853, remanié en 1861, il peut paraître aujourd'hui dépassé par les travaux érudits de Patrick Dandrey, les études brillantes de Marc Fumaroli, ou l'exégèse politique exigeante de Pierre Boutang.
C'est pourtant une erreur de perspective et une illusion platement commune, le nouveau n'est pas invariablement supérieur à l'ancien. Et la belle étude que Taine consacra à La Fontaine le prouve. Elle constitue précisément une introduction idéale pour l'amateur éclairé qui souhaiterait se préparer à la lecture des grands spécialistes que nous venons de nommer.
Dernière qualité de ce livre, et non des moindres : le style.
Hippolyte Taine écrit dans un français d'une limpidité, d'une pureté, qui ajoutent à l'intelligence du propos l'élégance du ton.
Un auteur et une oeuvre à découvrir, pour tous ceux qui aiment la belle langue et le grand fabuliste.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Julian_MorrowJulian_Morrow   03 mai 2019
Il a défendu ses bêtes contre Descartes qui en faisait des machines. Il n’ose pas philosopher en docteur, il demande permission ; il hasarde son idée, comme une supposition timide, il essaye d’inventer une âme à l’usage des rats et des lapins. Il décrit avec complaisance cette âme charmante que Gassendi appelait « la fleur la plus vive et la plus pure du sang. » Il «subtilise un morceau de matière, un extrait de la lumière, une quintessence d’atome, je ne sais quoi de plus vif et de plus mobile encore que le feu. » Il met cette âme en l’enfant comme en l’animal, et nous fait ainsi parents de ses bêtes. Seulement il en ajoute chez nous une seconde « commune à nous et aux anges, fille du ciel, trésor à part, capable de suivre en l’air les phalanges célestes, lumière faible et tendre pendant ni premiers ans, mais qui finit par percer les ténèbres de la matière. » Ces gracieuses rêveries, imitées de Platon, vraie philosophie de poëte, peignent son sentiment plutôt que sa croyance. En effet, c’est le sentiment qui l’attache à ses pauvres héros à quatre pattes, petites gens qu’on dédaigne et qu’on rebute. Il plaide pour eux, il les aime...

(p.166)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : quêteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre