AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743617772
Éditeur : Payot et Rivages (03/01/2008)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 34 notes)
Résumé :
« J’ai beaucoup étudié les philosophes et les chats. La sagesse des chats est infiniment supérieure. »
Hippolyte Taine

Vie et opinions philosophiques d’un chat est un texte court, cynique et plein d’humour, que l’historien, philosophe et critique littéraire, Hippolyte Taine (1828-1893), rédige, comme entre parenthèses, pour reposer et amuser le lecteur, dans la seconde édition du Voyage aux Pyrénées, ouvrage paru en 1858 à la Librairie Hachette... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ElGatoMalo
  21 juillet 2014
Quelle surprise de lire ici les considérations sur sa propre vie d'un chat qui soit d'un tel cynisme (le terme « cynisme » provient du grec ancien κύων / kuôn, qui signifie « chien »). En même temps, quelle naïveté de ma part de vouloir faire coller à tout prix la psychologie d'un matou aux lieux communs de l'humanité la plus larmoyante. Alors voila, c'est très court - à peine quelques pages -, très bien écrit, d'une plume absolument suave, et aussi drôle qu'amoral.
Commenter  J’apprécie          333
araucaria
  12 juillet 2014
Vie et opinions philosophiques d'un chat est extrait de Voyage aux Pyrénées, il est composé de huit chapitres. le texte est très court puisqu'il ne fait qu'une cinquantaine de pages. C'est un texte bien écrit et agréable à lire qui nous fait découvrir la vie et les pensées d'un chat de la campagne. Belle découverte. Bon petit livre.
Lien : http://araucaria20six.fr/
Commenter  J’apprécie          280
tantquilyauradeslivres
  21 mai 2017
Hippolyte Tain nous livre ici les réflexions d'un chat. Beaucoup moins placide que la bonne grosse minette qui dort en ce moment même sur mes genoux, celui-ci porte sur la vie un regard et une griffe acérés, dévorant ses petits, buvant le sang de l'oie qui fut son amie et observant les hommes et les animaux qui l'entourent avec ironie.
ce texte empli de cynisme nous glisse le temps de quelques pages dans la peau d'un chat, lequel réfléchit tour à tour à la cruauté de la vie et aux pouvoirs des uns et des autres.
Un texte très court mais que j'ai pris grand plaisir à lire!

Lien : http://tantquilyauradeslivre..
Commenter  J’apprécie          10
Gargantuatua
  14 juin 2015
Fort curieux… Léautaud, Taine, deux grands amis des chats.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
SeshetaSesheta   14 juin 2008
Qu’ils [les hommes] crèvent de rage ; jamais leur voix fade n’atteindra ces graves grondements, ces perçantes notes, ces folles arabesques, ces fantaisies inspirées et imprévues qui amollissent l’âme de la chatte la plus rebelle, et nous la livrent frémissante, pendant que là-haut les voluptueuses étoiles tremblent et que la lune pâlit d’amour.
Commenter  J’apprécie          350
ElGatoMaloElGatoMalo   21 juillet 2014
Et moi aussi j’ai aimé et j’ai couru sur les toits en modulant des roulements de basse. Une de mes cousines en fut touchée, et deux mois après mit au monde six petits chats blancs et roses. J’accourus, et voulus les manger : c’était bien mon droit, puisque j’étais leur père. Qui le croirait ? Ma cousine, mon épouse, à qui je voulais faire sa part du festin, me sauta aux yeux. Cette brutalité m’indigna et je l’étranglai sur la place ; après quoi j’engloutis la portée tout entière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
araucariaaraucaria   12 juillet 2014
La musique est un art céleste, il est certain que notre race en a le privilège; elle sort du plus profond de nos entrailles; les hommes le savent si bien, qu'ils nous les empruntent, quand avec leurs violons ils veulent nous imiter.
Commenter  J’apprécie          180
vichenzevichenze   06 février 2015
Celui qui mange est heureux ; celui qui digère est plus heureux ; celui qui sommeille en digérant est plus heureux encore. Tout le reste n'est que vanité et impatience d'esprit. Le mortel fortuné est celui qui, chaudement roulé en boule et le ventre plein, sent son estomac qui opère et sa peau qui s’épanouit.
Commenter  J’apprécie          60
araucariaaraucaria   12 juillet 2014
Mon oncle, quoique morose, avoue que les choses vont mieux qu'autrefois. Il dit que d'abord notre race fut sauvage, et qu'il y a encore dans les bois des chats pareils à nos premiers ancêtres, lesquels attrapent de loin en loin un mulot ou un loir, plus souvent des coups de fusil. D'autres, secs, le poil ras, trottent sur les gouttières et trouvent que les souris sont bien rares.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : chatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
14771 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre