AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352045908
Éditeur : Les Arènes (28/02/2018)

Note moyenne : 4.01/5 (sur 75 notes)
Résumé :
À 30 ans, sur une simple candidature spontanée, Emma réalise son rêve d’enfant en rejoignant l’équipe des inspecteurs du prestigieux et mystérieux guide Michelin. Ses tournées d’inspection vont la mener sur les routes de France pour découvrir non pas les grandes tables étoilées qui la faisaient rêver – privilège des inspecteurs les plus anciens – mais des hôtels et des restaurants qui ne paient pas de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  24 mars 2018
Cette bande dessinée raconte le parcours de l'auteur, une jeune femme qui a réalisé son rêve en devenant inspecteur pour le célèbre guide Michelin.
Les dessins sont réalisés par une jeune auteur japonaise, car Emmanuelle Maisonneuve a par ailleurs une véritable passion pour le Japon et sa cuisine à la fois simple et raffinée.
Elle nous raconte donc comment on devient inspecteur, comment se déroulent les visites des hôtels et restaurants inscrits sur le guide, quels sont les protocoles en vigueur, mais elle nous raconte aussi la fatigue, les longues heures sur la route, le choix de cette vie hors du commun et surtout, elle nous parle de sa passion pour la cuisine, les saveurs, les odeurs, la découverte de goûts nouveaux.
J'ai adoré découvrir le quotidien de cette jeune femme, j'ai eu l'impression de partager chacun de ses repas et chacune de ses soirées solitaires, j'ai parcouru des centaines de kilomètres à ses côtés, avec à chaque étape l'excitation à la perspective de découvrir un restaurant fabuleux, une auberge inconnue, de déguster un plat original et délicieux.
Attention, cette bande dessinée n'est pas à mettre entre toutes les mains, elle ouvre carrément l'appétit et vous donnera des envies irrépressibles de déguster des rillettes de sardine fraîches sur du pain croustillant, du chou farci, du foie gras, des viandes juteuses, des légumes croquants, des sauces onctueuses, des desserts crémeux, de boire des vins fins, de découvrir des mets inédits…
Un album qui nous fait découvrir un milieu réputé secret et qui vous titillera fortement les papilles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
deidamie
  02 mars 2018
« Bonjour les Babélionautes ! Aujourd'hui, je viens vous parler d'une belle étrangeté : une BD intitulée Le goût d'Emma, écrite et dessinée par les bons soins d'Emmanuelle Maisonneuve, Julia Pavlowitch et Kan Takahama.
-Pourquoi tu dis que c'est une étrangeté ? C'est un manga et puis c'est tout.
-Ben non. Je n'en suis pas sûre. Je considère ce livre comme un mutant entre la BD franco-belge et le manga. D'où l'étrangeté.
Or donc Emma, après une longue attente, se réjouit : elle entre chez Michelin pour intégrer l'équipe d'inspecteurs chargés de noter restaurants et hôtels. le rêve de sa vie devient réalité !
-Et ?
-C'est tout.
-Comment ça, c'est tout ? Elle ne va pas défier des cuisiniers aux talents surhumains, ni préparer de la cuisine moléculaire debout sur un pied, ni triompher de l'épreuve de la Dernière Chance, sueur sur le front et dents serrées par la détermination ?
-Non.
-C'est nul !
-On ne dit pas « c'est nul », on dit « j'aime pas », et on ne dit pas « j'aime pas » sans avoir goûté.
La BD commence avec un aspect à la fois biographique et documentaire : Emma existe en vrai et raconte comment se passe son intégration au Guide. J'ai été surprise de la façon dont elle y entre.
-Ben, par la porte, non ?
-Ce n'est pas ce que je voulais dire ! Je m'imaginais confusément qu'on devenait inspecteur après un master 2 de gustologie appliquée option littérature culinaire comparée (une filière tenue secrète et accessible seulement après une formation de cuisinier), un stage chez Paul Bocuse et un CDD de six mois chez Alain Passard. En fait, il lui a suffi de… non, je vais spoiler, je ne dirai rien.
-Heureusement que t'es pas conseillère d'orientation…
-En effet. J'ai donc apprécié d'être détrompée et introduite chez les inspecteurs. le texte montre avec précision comment on intègre l'équipe, comment la formation se déroule, avec ses rituels et ses étapes : ma curiosité a été pleinement satisfaite.
-Moui, bon, ça fait un peu maigre, quand même…
-Non, pas du tout, parce que l'histoire aborde d'autres sujets ! Il n'y a pas que les inspections et la nourriture, l'histoire expose également diverses réflexions sur la vie, les choix amoureux ou professionnels que l'on fait. J'ai trouvé le personnage d'Emma sympathique et son portrait bien brossé : elle possède un talent extraordinaire, mais reste humble et modeste ; elle doute, elle gaffe même, ce qui apporte un aspect comique bienvenu, elle angoisse et suit cependant sa route avec une profonde soif de liberté, d'exploration et d'indépendance.
Le tout est emballé et servi par un dessin splendide et… coloré ?!
-Comment ça, « coloré » ?
-Je ne m'attendais pas du tout à ce que les planches soient colorisées. Les mangas se publient en noir et blanc d'habitude. C'est pour cela que je disais plus haut que ce livre était une sorte d'hybride entre la BD franco-belge et le manga. Manga pour le découpage en brefs chapitres, mais sans suspense insoutenable qui représente l'une des marques de fabrique des séries hebdomadaires, manga pour le dessin, d'un réalisme tendre, cependant je n'y trouve pas l'abondance de gros plans qui caractérisent les productions habituelles. Il n'y a pas de trames non plus pour représenter les tensions ou les émotions fortes. Cela donne à l'oeuvre une ambiance plaisante et paisible.
Je relirai avec plaisir le goût d'Emma. J'ai trouvé le travail du dessin et de la couleur superbe, l'héroïne me plaît, et, disons-le, en tant que gourmette* non solitaire, j'ai admiré l'hommage à la gastronomie, aussi bien celle de chez nous que celle du Japon. Sur ce… bon appétit ! »
*J'ai décidé que c'était le féminin de « gourmet ». Ce n'est pas vrai, bien entendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          268
LillyMaya
  13 novembre 2018
J'ai emprunté ce roman graphique par curiosité. Je ne suis pas une grande cuisinière, mais je reste fascinée par la grande cuisine.
Ici, nous adoptons un autre point de vue, puisque nous suivons Emma, qui entre en tant qu'inspectrice aux Guides Michelin. Nous suivons donc sa formation et ses premiers pas dans ce métier exclusivement masculin, Emma devenant la première femme à entrer dans ce milieu.
J'ai beaucoup aimé le dessin, aux lignes "manga", l'illustratrice est japonaise, les couleurs chaudes (beaucoup de rouge, de bruns, d'ocre...) qui donnent une ambiance particulière.
J'ai apprécié de découvrir ce qu'était le travail des guides Michelin. J'ai apprécié qu'Emma prenne aussi une sorte de distance, en n'oubliant pas la pression qui pèse sur les chefs avec cette course à l'étoile et se posant tout de même des questions.
Mais c'est finalement cet aspect que je ne peux pas oublier, si seulement il existait en France (et ailleurs) d'autres façons d'évaluer le mérite, que cette course sans fin vers l'excellence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Judithbou
  21 janvier 2019
L'histoire vraie d'Emmanuelle Maisonneuve, première femme à intégrer l'équipe des inspecteurs du guide Michelin. Loin de la vie rêvée, j'ai découvert ce qui signifie travailler pour le guide : la collégialité des décisions ( hé non le guide n'attribue pas une étoile sur le coup de coeur d'un seul inspecteur ), la vigilance et la connaissance extrême des inspecteurs, mais aussi le rythme infernal des inspections, 9 repas au restaurant par semaines , 30 minutes par établissement, chaque nuit de la semaine dans un hôtel différent, une vie à sillonner les petites routes de campagnes avec le GPS comme meilleur ami, la fatigue, l'écoeurement, les petites remarques sexistes, sans oublier l'inspection des balais à chiotte...
Bon bon... sinon le goût d'Emma c'est aussi et surtout une histoire de passion, des rencontres humaines et gustatives, une quête qui nous mène jusqu'au Japon... Japon dans l'esthétique du livre même, c'est la mangaka Kan Takahama qui a illustré l'ouvrage
Japon dans la recherche éperdue d'Emma pour les goûts naturels, pour la qualité des produits travaillés et ce qu'Emmanuelle Maisoneuve appelle l'épure. Au Japon, le chef ne cherche pas à dominer le produit, il le sublime ( dixit Emma). Apprendre à déguster, progresser, c'est aussi l'aspiration continuelle de notre héroïne. le goût en littérature comme en cuisine est un don qui se cultive et se travaille. À table !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nekotalife
  08 août 2018
Le Goût d'Emma nous fait suivre Emma alors qu'elle entre au guide Michelin et sillonnera les routes de France pour visiter des hôtels et des restaurants où elle goûtera différents plats. Emma se rendra rapidement compte du machisme présent dans le milieu, au début, et sera guidée par sa passion pour la cuisine et son indépendance afin de faire de jolies découvertes.
Ce roman graphique – Même si certains le classent dans les mangas, oui, oui – est inspirée de l'histoire d'une des toute première femmes inspectrice au Guide Michelin, ce guide de renom permettant à des restaurants et hôtels d'avoir leurs étoiles. Et je dois avouer que je suis passée seulement trois fois devant avant de craquer tant ce titre m'intriguait et me donnait envie… Je dois dire que je ne connais pas énormément de choses sur le Guide Michelin, à l'origine, et que ce fut une découverte radicale. Parce que oui, je ne pensais pas qu'il était essentiellement masculin au départ. Cela peut sembler naïf, mais j'ai toujours cru qu'il y avait quelques femmes dans les personnes sillonnant les routes et lors de ma lecture je me suis rendue compte que ce n'était pas le cas. Emma brise d'une certaine manière les codes et montrera qu'elle est tout aussi capable qu'eux.
Pour ceux qui douterait de la véracité des faits présentés, il faut savoir qu'Emmanuelle Maisonneuve – l'une des co-auteures de le Goût d'Emma avec Julia Pavlowitch – est la dénommée Emma de l'oeuvre. Comme sa représentation du roman graphique, elle a travaillé auprès de Michel Bras et Alain Ducasse – deux chefs cuisiniers – tout en rencontrant également Alain Passard. Ces rencontres seront déterminantes pour la jeune femme, tout comme pour notre héroïne et lui permettront de forger son palais… Ce palais qui sera son atout lors de ses voyages pour le Guide Michelin et sa plus grande force. Et j'ai été ravie de la découvrir à travers l'héroïne !
Une héroïne qui sait ce qu'elle veut malgré les difficultés, qui avance et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Les différentes rencontre qu'Emma fera, au fil des pages, des jours et des mois lui permettront d'évoluer, de voir vers quel goût va sa préférence. Un certain voyage vers le pays du soleil levant l'aidera en ce sens, lui faisant réaliser ce qui est réellement important dans les plats. Est-ce tout ce qui est en plus ou l'aliment lui-même ? Peut-être le savez-vous déjà, sinon vous le découvrirez en tournant les pages de ce roman graphique.
Pour ce qui est de l'histoire réalisée par Emmanuelle Maisonneuve et Julia Pavlowitch, elle est logique et je voyais sans difficulté que les deux femmes savaient de quoi elles parlaient. L'une étant la source même du roman biographique et l'autre utilisant son bagage de journalise gastronomique pour écrire le Goût d'Emma, le roman biographique savait jusqu'où il irait, ce qu'il allait raconter et jusqu'à quel point. Voir l'évolution d'Emma a été un ravissement et voir la manière dont elle se comporte donne envie de la rencontrer, de discuter avec elle.
Les illustrations de l'oeuvre sont réalisées par Kan Takahama et j'ai été fascinée par celles-ci, par les détails, les couleurs et chaque chapitre fut un véritable régal, un moment de bonheur. Les plats étaient peut-être un peu trop lisses, mais reconnaissables entre mille malgré tout et donnaient réellement envie de les goûter, de les savourer. Chacun des personnages rencontrés avait son propre style, son faciès et ses traits faisant que je ne me suis jamais demandée qui était qui. Lors du voyage d'Emma, j'avais l'impression d'être avec elle et notre héroïne m'a encore plus donné envie de me rendre dans ce pays lointain. Un jour j'irai… Même si ce sera dans très longtemps. Je suis également curieuse de découvrir ses autres oeuvres dont L'envol du papillon qui m'intriguait déjà depuis un moment.
Ce trio se marie merveilleusement bien pour donner naissance à l'oeuvre que j'avais dans les mains, ce roman graphique que je ne désirais pas quitter et les Arènes BD ont fait du bon travail par rapport à l'édition de ce One Shot qui nous entraîne dans ce monde peut-être pas si connu que ça au final. le papier était épais, le roman graphique en lui-même avait également un certain poids et sa taille le rendait repérable sans difficulté parmi les différents ouvrages présents sur ma table de nuit. La jaquette nous montre Emma avec un plat devant elle ce qui nous indique ce que nous aurons durant notre lecture. Notre héroïne, de la cuisine, des découvertes. Que demander de plus ?
Je pense que vous aurez comprit que j'ai passé un très bon moment dans ce roman graphique où le plaisir de la table apparaît, donne envie de se plonger dans quelque chose qui fera vibrer nos papilles – du moins les miennes – et je ne regrette pas l'acquisition de le Goût d'Emma que je relirai à coup sûr prochainement afin de m'y replonger. On réfléchit sur la nature même des plats, sur ce que l'on recherche lorsque l'on mange quelque chose… Faut-il que ce soit complexe ou ressentir le vrai goût des aliments est-il suffisant ? Cela varie en fonction de chacun, de nos palais, de nos envies du moment. Un rien peut modifier nos perceptions et j'apprécie ce que le Goût d'Emma m'a apprit par rapport à tout ça ainsi que sur les éléments importants pour le Guide Michelin. Un guide qui m'aura surprise tout le long et ouvert les yeux également. Sortir des sentiers battus n'est pas toujours un mal en soi et peut réserver de très belles surprises !
Lien : https://otaklive.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (6)
BDGest   15 mai 2018
Le récit se révèle aussi captivant que savoureux, grâce à une narration fluide et pleine de peps et à un personnage central au caractère volontaire et passionné.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   03 mai 2018
Ses plats et ses décors basés sur des photographies renforcent le côté réaliste et appétissant de l’ensemble. Si l’on ajoute le sens de lecture occidental, nous avons bien là un témoignage graphique qui saura allécher un large lectorat.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   09 avril 2018
L’histoire vraie et inattendue de la première femme à intégrer la rédaction du célèbre Guide Michelin.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   03 avril 2018
Histoire véritable d'une pionnière du Guide Michelin, ce "Goût d'Emma" retrace le parcours d'Emmanuelle Maisonneuve. Portrait brossé par Julia Pavlovitch, mais dessiné par la mangaka Kan Takahama ! Une plongée dans l'univers de la gastronomie.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDZoom   02 mars 2018
Ces 200 pages sont fort instructives et inspirantes. On pense inévitablement, puisse qu’on parle du Japon, au « Gourmet solitaire » de Taniguchi.
Lire la critique sur le site : BDZoom
LeMonde   01 mars 2018
Emma, tout juste promue inspectrice pour le célèbre « Guide Michelin », partage dans cet ouvrage dessiné par Kan Takahama ses premières expériences culinaires et professionnelles.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
KmyeKmye   15 avril 2018
Nous n'avons pas besoin d'artifices pour attribuer une étoile. L'étoile se trouve tout simplement dans le contenu de l'assiette. Point.
Commenter  J’apprécie          50
deidamiedeidamie   02 mars 2018
Cuisiner est un travail des plus exigeants. On touche à l'intime...
Commenter  J’apprécie          70
christinebeaussonchristinebeausson   12 avril 2019
C'est plutôt qu'on est mal assortis.
C'est comme un mauvais accord mets et vin. Même si indépendamment le plat est bon et le vin aussi, ils peuvent ne pas aller ensemble. Et ce ne sera ni la faute du plat n celle du vin. Mais le résultat sera mauvais.
On aura beau essayer d'arranger l'ensemble avec des épices, ou un trait de sauce, rien n'y fera. Le mariage de la carpe et du lapin... tu vois ?
Commenter  J’apprécie          00
KmyeKmye   15 avril 2018
Ce qui me rend heureuse, c'est la cuisine, les chefs, les découvertes. J'ai envie d'apprendre, de former mon palais, de comprendre comment on crée... Comment on crée le goût, le vrai goût, unique, singulier, inimitable... Comment on consacre sa vie à ça et au partage avec les autres. Je veux comprendre comment ces restaurateurs et ces hôteliers partagent leur plaisir avec leurs clients.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Kan Takahama (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kan Takahama
Workshop Kan Takahama
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : goutVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

LA LANTERNE DE NYX

Comment s’appelle la jeune fille ?

Myo
Miyo
Mayo
Mijo

15 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : La Lanterne de Nyx, tome 1 de Kan TakahamaCréer un quiz sur ce livre
.. ..