AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782809493931
226 pages
Panini France (27/01/2021)
4.06/5   18 notes
Résumé :
Au milieu du XIXe siècle, le Japon traverse une période de grands troubles. Emportée par l'épidémie de choléra qui ravage le pays, une mère laisse ses deux jeunes garçons orphelins. Shotaro, 14 ans et Gentaro, 10 ans, décident de devenir samouraïs comme leur défunt père et se mettent en quête d'un maître pour apprendre à manier le sabre. Ils devront affronter de nombreux dangers pour rester en vie...
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  01 février 2021
MANGA HISTOIRE / XIXe siècle.
Dans "Sidooh" nous sommes dans la chronique de la fin d'une époque avec des gens vont connaître l'enfer. Noir c'est noir il n'y a plus d'espoir, et on nous plonge et on nous noie dans la misère humaine avant de nous jeter au visage toutes les saloperies de l'humanité… A côté des heurs malheurs de Shotaro et Gentaro, "Rémi sans famille" et "Princesse Sarah" c'est de la franche rigolade ! On retrouve le style très caractéristique de Tsutomu Takahashi, un mangaka expérimenté qui avec ses graphismes à la fois réalistes et fantastiques a été le sensei de célèbre Tsutomu Nihei. Il faut bien cela pour regarder les abysses de l'âme de l'humaine et que les abysses de l'âme humaine te regardent… Car évidemment c'est une série éprouvante à réserver aux âmes aguerries !
Lien : https://www.portesdumultiver..
Commenter  J’apprécie          430
Rickola
  11 février 2021
* Cette critique concerne les tomes 1 et 2 *
Le plan de relance de Panini continue de se dérouler comme il se doit, et après Aozora Yell début janvier, c'est Sidooh qui a droit à un retour en fanfare, avant d'être suivi par pas mal d'autres titres. La série de Takahashi avait déjà connu une première parution avant de s'interrompre au tome 14. Mais on a cette fois la promesse de voir le titre arriver à son terme, à un rythme de parution plutôt rapide qui plus est. L'occasion est donc idéale pour se lancer et découvrir un seinen vraiment prometteur.
Avant de commencer, resituons un peu le titre. Sidooh est un manga de Tsutomu Takahashi, prépublié entre 2005 et 2010 dans le Young Jump de Shueisha, compilant un total de 25 tomes reliés. le mangaka publiait cette série parallèlement à Bakuon Rettô, et après un départ raté en France, la série nous revient donc plusieurs années après sa conclusion, suscitant une certaine attente chez les lecteurs et lectrices (nous allons voir pourquoi).
Milieu du dix-neuvième siècle au Japon. Une femme meurt emportée par l'épidémie de choléra qui ravage le pays, elle laisse deux jeunes enfants livrés à eux-mêmes : Shotaro, 14 ans et Gentaro, 10 ans. Suivant les dernières recommandations de leur mère, ils savent que pour survivre, ils devront devenir forts car les faibles sont voués à mourir. Ils se mettent alors en quête d'un maître qui leur apprendra à manier le sabre pour devenir comme leur défunt père, un samouraï. Ces innocents orphelins sont loin de s'imaginer combien le monde qui les entoure peut-être sans pitié envers ceux qui ne savent se défendre…
Dès les premières pages, Takahashi nous met dans l'ambiance. Que ce soit par son trait nerveux et très expressif, qui rend parfaitement l'aspect sombre et cruel de ce monde, ou par le sentiment de mort qui rôde, on comprend d'emblée que le « Pour public averti » sur la jaquette n'est pas là pour rien. Les deux frères, Shotaro et Gentaro, assistent impuissants à la mort de leur mère, emportée par le choléra. Mais avant de mourir, cette dernière leur dit de devenir forts, afin de ne pas subir un sort tel que le sien.
On comprend rapidement que dans ce monde cruel, rongé par la violence et la maladie, il vaut mieux être du côté des forts que de celui des faibles afin de survivre, et les deux frères vont donc vouloir devenir des samouraï. Or, au tout début de leur voyage, ils tombent sur une femme nue, attachée par un homme à un rocher. Assistant au viol de cette dernière (public averti !), Shotaro décide d'utiliser le sabre de son père pour la défendre et tue son tortionnaire.
Seul problème, des chasseurs de prime ont assisté à ça, menés par un adolescent particulièrement doué au sabre. C'est alors qu'il va prendre les deux frères sous son aile… et les vendre à un groupe très étrange, à la limite de la secte.
Ici débute l'aventure des deux frères, qui vont faire face à la violence et la cruauté de ce monde. Dès ces deux premiers tomes, on a droit à un peu de tentative de viol sur enfant, un peu de torture, beaucoup de brutalité et de violence, contrebalancés par la volonté de vivre des deux frères.
Passé l'introduction de l'histoire, nous sommes ensuite dans un lieu unique, dont l'aspect angoissant, sale et dur est parfaitement retranscrit par le dessin de Takahashi, qui multiplie les plans larges sur des décors inquiétants, que ce soit les geôles des deux frères, les couloirs sombres ou certains extérieurs. de plus, son trait est particulièrement expressif et arrive à parfaitement retranscrire les émotions fortes des différents personnages, que ce soit les deux héros, ou ceux qu'on a déjà l'occasion de rencontrer.
Sur ce point d'ailleurs, si la caractérisation de chacun est encore faible, du fait que l'on soit au tout début de l'histoire, on prend vite fait et cause pour eux (ce sont quand même des enfants qu'on martyrise), et les personnages gravitant autour ont déjà une caractérisation intéressante, ou au minimum un quelque chose qui les rend remarquable. Je pense en particulier à Rugi, le maître des lieux, extrèmement angoissant de par son aspect physique et sa nature de gourou.

Enfin, toujours sur la question de l'esthétique, manga de samouraï oblige, l'auteur accorde déjà une grande importance aux postures des personnages, quand bien même les deux frères sont encore des novices dans l'art du sabre. Cela donne des planches somptueuses, que ce soit concernant le travail sur les mouvements ou celui qui concerne les décors, contexte historique marqué oblige.
Ainsi, si on n'en est qu'aux balbutiements de la série, il est clair que Takahashi impose d'emblée son univers, ses personnages et son intrigue, proposant une ambiance pesante qui fonctionne parfaitement et rend ces deux premiers tomes vraiment addictifs. La lecture passe d'ailleurs à la vitesse de l'éclair et on enchaîne les deux volumes sans s'en rendre compte. de ce fait, l'éditeur a vraiment bien fait de proposer ces deux tomes conjointement, et on aura peu à attendre avant les deux suivants, annoncés pour le 24 février.
Vous l'aurez donc sûrement compris, c'est un très grand oui pour moi. Non seulement ces deux premiers tomes de Sidooh m'ont fait très forte impression, me donnant envie de découvrir la suite au plus vite, mais c'est également la rencontre avec le style d'un auteur qui me donne envie d'approfondir la découverte. Et Tsutomu Takahashi dispose d'une oeuvre suffisamment riche pour donner de la lecture pour un moment. En l'état, on va continuer Sidooh en priorité.
Lien : https://apprentiotaku.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erilalios
  16 mai 2021
premier tome d'un manga coup de poing. Deux enfants livrés à eux même dans un Japon en proie à une épidémie de choléra.
Les deux frères aux tempérament totalement opposés décident de devenir des samouraïs pour survivre. Shotaro L'ainé des deux possède une détermination et fait tout pour protéger son frère.
Le manga se veut mature et oppressant, les personnages rencontrés par les deux garçons illustrent parfaitement l'histoire. C'est sombre mais passionnant. A l'image des deux deux frères le lecteur se demande comment il vont se sortir des dangers qu'ils rencontrent.
Parallèlement l'aventure nous fait découvrir d'autres péripéties qui nous pousse à poursuivre le manga dans le tome suivant.
Commenter  J’apprécie          102
Tachan
  23 février 2021
Tsutomu Takahashi est un auteur à la patte graphique singulière qui s'est fait remarquer depuis de nombreuses années chez nous. Sans trait sombre, âpre et incisif fait déjà des merveilles dans NeuN en cours de publication chez Pika, mais je le trouve encore plus saisissant dans Sidooh dont Panini signe le retour ici et dont vous pourrez trouver la suite dès demain en librairie avec les tomes 3 et 4.
Sidooh, c'est une histoire de samouraïs dans leur crépuscule, que nous avions déjà eu l'occasion de commencer à lire en France il y a quelques années mais que l'éditeur avait interrompu faute de succès. Cependant avec leur politique actuelle visant à redorer leur blason, Panini le propose à nouveau dans une édition aux nouvelles couvertures sombres et sobres comme j'aime.
Dès les premières pages, nous sommes plongées dans la noirceur et la misère de cette fin XIXe au Japon, période que j'ai déjà pu croiser dans plusieurs oeuvre, mais qui me frappe encore plus ici grâce au ton sans concession du mangaka. En effet, il ouvre son histoire sur le récit d'un terrible incendie ainsi que sur la mort de la mère de ses jeunes héros, victime du choléra, maladie importée par les Européens. Livrés à eux-mêmes, nos deux jeunes choisissent une voie sur le déclin, celle du sabre, mais c'est comme tomber de Charybde en Scylla.
Tsutomu Takahashi n'est pas connu pour faire dans la dentelle et c'est une fois de plus le cas dans l'ouverture de cette série. C'est sombre, très sombre, limite désespéré. Il nous fait le portrait d'un Japon ancien en déliquescence où la vie sociale d'alors mais aussi les traditions sont en perdition face à l'ogre que sont le progrès et l'ouverture aux pays étrangers. C'est une vision bien sûr totalement biaisée mais qui fonctionne à merveille pour le récit dramatique qu'il veut raconter qui n'est pas sans emprunter au chanbara (films d'autrefois sur les samouraïs qui se voulaient réalistes, sombres et épiques).
Les deux jeunes héros choisis pour porter cette histoire en sont l'archétype. La misère leur colle à la peau mais ils luttent malgré tout et font preuve de beaucoup de courage. Ils tentent à leur façon avec leurs connaissances de sortir de ce marasme à l'aide du sabre donné par leur mère qui leur vient de leur père. Sauf qu'ils ne connaissent rien du monde extérieur et que les pièges sont nombreux. C'est donc un récit initiatique bien sombre qui nous attend à leurs côtés à réserver à un public averti car déjà dès ce premier tome nous avons des morts sanglantes, des viols et tentatives de viols, des séquestrations, un embrigadement...
Ce premier tome n'est qu'une petite mise en bouche, je pense, au terrible cheminement promis aux deux jeunes héros qui ne sont pas au bout de leurs peines. L'univers est sombrement fascinant. On se demande bien tout ce qu'il peut nous réserver dans ce Japon vacillant où la tradition va peu à peu laisser place au progrès mais à quel prix.
Les influences sont nombreuses. J'y ai parfois vu de l'Habitant de l'infini d'Hiroki Samura dans le monde glauque et sans pitié dans lequel ils vivent. J'y ai parfois vu du Vagabond de Takehiko Inoue dans la philosophie qui semble s'en dégager. En tout cas, les dessins sont sublimes, noirs, très crayonnés, profonds et dérangeants. J'aime beaucoup leur inspiration évidente venant de la peinture traditionnelle asiatique au pinceau aussi bien du côté des visages et regards ciselés que des paysages qui laissent de fortes impressions. Rien n'est laissé au hasard.
Cette première incursion dans l'univers de Sidooh est une belle réussite, encore faut-il avoir le coeur bien accroché pour y survivre. Je reste cependant un peu sur ma faim face à l'ampleur de la tâche car pour le moment la direction reste bien floue et fugitive. Cependant la noirceur promise est là, le drame annoncé également et c'est raconté avec maestria. Je serai là pour la suite !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
enairolf
  19 mars 2021
Je dois dire que ce titre a clairement attisé ma curiosité. Les couvertures attirent l'oeil c'est indéniable, ça parait sombre, sanglant. le résumé est très prometteur et franchement ça donne vraiment envie de le découvrir. En le lisant, j'avais vraiment l'impression de lire NeuN, les traits des personnages me faisait vraiment penser à ce manga. le style du mangaka un peu grossier mais fascinant me faisait vraiment penser à NeuN. Evidemment, je n'avais pas fait attention au nom du mangaka. Forcément que ça me faisait penser à NeuN puisqu'il s'agit du même mangaka. Je reconnais bien ce style si particulier qui m'avait beaucoup marquer lors ma lecture de NeuN.
Ici, on va suivre les personnages de deux jeunes frères, Shotaro 14 ans et Gentaro 10 ans. Ils ont perdus leur mère suite à l'épidémie de choléra qui s'est abattu sur le Japon. Les deux enfants décident de devenir samouraïs comme leur père décédé. Ils se mettent donc en quête d'un maître qui pourra tout leur apprendre sur le maniement du sabre etc. Ils vont se retrouver dans un endroit où on pourra tout leur apprendre. Mais au final cet endroit est il celui qu'ils pensent être? Ils vont devoir faire face à de nombreuses difficultés durant leur quête…
Je dois avouer que je ressort de cette lecture complètement perplexe. Il se passe certaines choses tellement déconcertante que ça m'a clairement prise au dépourvu. Je ne m'y attendais vraiment vraiment pas à découvrir autant de choses dans ce premier tome. Les deux jeunes frères se retrouvent dans une organisation au coeur pur ou quelque chose comme ça. Et entre ces murs, il se passe tellement de choses étranges. J'ai une tonne de question qui me viennent en tête après cette lecture du premier tome. J'espère avoir les réponses dans les prochains tomes. C'est vraiment dérangeant, malsain et super sombre. L'ambiance du manga est vraiment incroyable, limite insoutenable tant c'est sombre.
J'ai hâte de découvrir la suite parce que ce premier tome a vraiment réussi à piquer ma curiosité. C'est vraiment étrange tout ce qui se passe dans ce premier tome. L'histoire est vachement intéressante et tout ces mystères autour de cette organisation rendent vraiment l'histoire intéressante. Tout ça soulève énormément de questions, attise notre curiosité et on a qu'une seule envie c'est se jeter sur la suite (ce que je vais clairement faire dès la chronique finie d'ailleurs). J'espère que dans la continuité ça restera comme ça. Ce premier tome est prometteur!
Lien : https://enairolf.home.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
Sceneario   11 février 2021
Ce premier volume se termine donc alors que Shotaro et Gentaro ne font qu'entrer dans l'antre de celui qui va enclencher la suite… Vivement la suite !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Sceneario   10 février 2021
Ce premier volume se termine donc alors que Shotaro et Gentaro ne font qu'entrer dans l'antre de celui qui va enclencher la suite… Vivement la suite !
Lire la critique sur le site : Sceneario
MangaNews   28 janvier 2021
Dire que Sidooh est l'une des oeuvres emblématiques de Tsutomu Takahashi est un euphémisme, et la suite de la série saura très bien nous le prouver.
Lire la critique sur le site : MangaNews
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   30 janvier 2021
On le sait, l’Histoire avance toujours par bonds. Et c’est toujours au moment où elle prend son élan que se concentrent les transformations sociales les plus radicales et les catastrophes naturelles les plus graves.
Commenter  J’apprécie          160
AlfaricAlfaric   13 juillet 2021
Les faibles partagent tous le même sort : la mort !
Commenter  J’apprécie          90

Video de Tsutomu Takahashi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tsutomu Takahashi
NEUN - LECTURE DU CHEF
autres livres classés : lutte des classesVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2593 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre