AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782368520444
192 pages
Éditeur : Kurokawa (11/09/2014)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Dans un monde peuplé de créatures étranges et dangereuses, Tatsumi est un jeune garçon de la campagne en quête de rêve et d'aventure. Un jour, il décide de se rendre à la capitale afin de s'engager dans l'armée impériale, faire fortune et sauver son village rongé par la pauvreté. Mais il va très vite déchanter en découvrant que la capitale n'est pas le lieu de rêve qu'il imaginait. De plus, sa rencontre avec la troupe de tueurs des Night Raid va probablement changer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
garrytopper9
  01 février 2015
Challenge petits plaisirs 31/40
L'histoire nous présente le jeune Tatsumi qui vient de quitter son village pour monter à la capitale. Son but est simple, se faire engager dans l'Armée afin de remporter du prestige et de pouvoir subvenir aux besoins de son village.
Car nous nous trouvons dans un monde ou hormis la capitale, tout semble crouler sous les impôts et les taxes. La misère se trouve dans chaque village et Tatsumi fonde beaucoup d'espoir dans son avenir à la capitale.
Mais se faire admettre comme soldat n'a rien d'évident car la liste est longue. En attendant de pouvoir en être, il se fait héberger par une jeune noble qui semble bien sous tout rapport. Mais très vite, un soir, un groupe d'assassins les surprend en pleine nuit et attaque la maison.
A partir de là, les choses changent du tout au tout car on se end compte que les apparences sont parfois trompeuses. Tatsumi retrouve deux de ses amis qui étaient également partis à la conquête de la capitale, en très mauvaise posture.
Le scénariste met en scène un jeune aventurier plutôt candide qui va rejoindre un groupe d'assassins éliminant tous les rebuts de la société. le manga mélange humour, horreur (assez forte parfois) et action en essayant de garder une certaine cohérence mais ça ne marche pas forcément tout de suite. On est assez surpris lorsque l'on passe d'un moment gore à un moment triste puis un moment drôle en seulement quelques pages. C'est un peu surprenant mais ça se laisse lire assez facilement tout de même.
Par ailleurs, si le dessin est nerveux et percutant, le chara design manque de relief et on mélange parfois les personnages surtout à cause de leur coupes de cheveux qui pour certains sont quasiment identiques.
Un bon tome, assez épais, un peu inégal mais qui ne demande qu'a s'affiner d'ici deux ou trois tomes. A surveiller pour voir comment cela va évoluer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
MassLunar
  16 août 2020
A la suite de ma lecture sur le premier volume de Kaijin Reijoh, j'ai décidé d'entamer en parallèle la première série publiée en France du dessinateur Tetsuya Tashiro , à savoir un fameux manga de dark fantasy fort apprécié du public, Red Eyes Sword : Akame ga kill ! . Quinze volumes au total, un préquel Akame ga kill zero ! et une suite Blue Eyes Sword toujours publié chez Kurokawa. Bref , un titre qui a marché et qui fonctionne toujours.
J'ai bien aimé le travail de Tetsuya Tashiro sur Kaijin Reijoh, cette ambiance horrifique, ces antihéros... et , honnêtement, j'ai apprécié ce retour aux sources.
Ce premier volume de Red Eyes Sword est très plaisant à suivre. L'entrée en matière est jamais lourde et on entre dans le coeur du sujet sans ralentissements. Tout d'abord, nous suivons l'arrivée d'un jeune homme un peu candide, talentueux épéiste, venu du fin fond de son pauvre village en quête de gloire et d'argent afin d'aider les habitants de sa contrée. Il se rend donc à la capitale impériale, cité de tous les possibles. Et, à partir de là, sa noble quête se prend un rude coup quand il découvre toute la monstruosité de cette ville et de ses nobles impériaux. La quête du jeune homme l'amènera à rejoindre un groupe d'assassins-justiciers dont les méthodes radicales n'ont rien à envier aux monstruosités des nobles citadins de l'empire.
Dès ce premier volume, Takahiro au scénario et Tetsuya Tashiro au dessin nous font rugir de plaisir avec ce basculement dans l'histoire dans lequel le lecteur découvre en même temps que le naif héros le véritable danger personnifié par la corruption et capable des pires exactions. D'un coup, le manga prend une dimension beaucoup plus seinen, beaucoup plus sombre avec notamment des scènes de tortures assez frontales (p.73-74) . D'un coup, ce titre nous fait basculer dans l'horreur à travers cette scène macabre et nous fait plonger de l'autre côté de la barrière. Cette monstruosité que Tetsuya Tashiro arrive parfaitement à mettre en scène, nous la retrouvons d'ailleurs dans son dernier manga. A croire que le talent de ce monsieur s'exprime aisément dans le domaine de l'horreur et la "découpe" du corps.
Outre ce détournement, nous sommes de suite plongés au sein de ce groupe d'antihéros sympathiques, rebelles mais aussi sans pitié déterminés à buter du noble corrompu. C'est un régal et cela fait plaisir de voir un titre qui combine aussi bien action, horreur et humour. Bien qu'on puisse juger Red Eyes Sword comme un manga de dark fantasy, son ton n'est jamais funèbre ou trop glacial. En un seul premier volume, Takahiro et Tashiro nous présente à travers les assassins une galerie de personnages sympathiques et solidaires, une fraternité qui n'est pas écrite avec les pieds. Les personnages sont marquants, sympathiques et même si ils ont des traits reconnaissables et un peu convenus entre la femme féline généreuse et joviale, la petite tsundere ou encore le pervers, Takahiro a tout de même soigné leur background et leur histoire. Cela en fait des personnages fort appréciables. Bien évidemment, l'un des protagonistes les plus marquants est Akame. Héroïne au tempérament plutôt sombre et mutique, elle évolue vite dans ce premier volume avec la rencontre du jeune candide Tatsumi. Un sourire de sa part rend aussitôt cette héroïne aussi sympathique que charismatique. Quand à Tatsumi, bien que je sois un peu moins fan du personnage, il n'en reste pas moins assez touchant. Notamment en raison de sa naïveté et surtout de ses retrouvailles avec ses amis d'enfances. C'est un personnage un peu trop cheaté en baston mais qui risque d'être intéressant par la suite, peut-être en incarnant davantage de moralité de par sa naiveté parmi le groupe d'assassins... Sait-on jamais !
L'une des premières grandes qualités de ce premier tome ( et, je l'espère, de la série en générale) c'est son rythme qui ne faiblit pas entre des scènes de puissants combats aussi jouissifs que cruels (Attention, cela reste un seinen à ne pas mettre entre toutes les mains) et une écriture fine qui n'alourdit jamais l'action. On ne s'ennuie pas tout en ayant un scénario fort ciblant notamment la monstrueuse vanité des forts. le style de Testuya Tashiro se marrie bien avec la cruauté du scénario. le côté cosplay des personnages est assez soigné. J'aime beaucoup la tenue d'Akame qui est assez badass sans tomber dans le sexuée. L'action est bien découpée et une mention spéciale aux ennemis auxquelles le mangaka n'hésite pas à renforcer des traits grimaçants et flippants. Bref, c'est une bonne combinaison entre le dynamisme et la vivacité d'un titre d'action associé à du dark seinen presque horrifique et cauchemardesque.
Sans surprise, j'ai été séduit par ces Yeux Rouges. C'est parti pour le second volume.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mladoria
  07 janvier 2015
Tout d'abord je tiens à remercier Babelio et les éditions Kurokawa pour cette sélection Masse critique spécialisée BD Manga, c'est vraiment chouette de faire de belles découvertes comme celle-ci :)
Ayant vu la série tirée du manga, j'étais curieuse de le découvrir. Je n'ai pas été déçue loin de là.
Un manga original (je n'avais jamais vu de "journal" du personnage imprimé sur les première et quatrième de couverture c'est chose faite et ça marche bien), drôle (chaque personnage a un caractère bien trempé avec ses défauts exacerbés : vantardise, maladresse, taquinerie, gourmandise) où les apparences sont trompeuses.
On rentre dans un monde corrompu où ceux qui de prime abord apparaissent comme des tueurs jouent un rôle salvateur pour l'instauration d'une société meilleure.
Approche intéressante qui rappelle les schémas classiques de la dystopie, genre que je connais peu en manga. On y prend goût même si l'histoire est très sombre et les graphismes assez gores il faut bien l'avouer, les personnages sont attachants, caricaturaux (mais c'est ça qui est bon) et l'intrigue avance bien sans à-coups.
S'il fallait trouver un seul bémol, je dirai que les scènes d'action sont un peu brouillonnes au niveau du rendu graphique mais le mouvement omniprésent y est sans doute pour quelque chose :)
On sait qu'un manga est bon quand on a envie de se jeter sur le tome 2 à peine le premier terminé. Conclusion : c'est un très bon manga !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Le_zeppelivre
  01 janvier 2015
Un grand merci à Babelio et aux éditions Kurokawa pour l'envoi de ce livre dans le cadre d'une masse critique organisée sur le site!
J'avoue que cela faisait un petit moment que je n'avais pas lu de mangas, et ça fait du bien de s'y remettre. Je ne m'attendais pas à un coup de coeur pour Akame Ga Kill, et bien que le premier tome ne m'ait pas déplu, mon jugement se veut assez mitigé.
Tatsumi est un jeune provincial en route pour la capitale de l'Empire. Assez habile dans le maniement de l'épée, il espère rejoindre l'armée ; seulement il va très rapidement découvrir qu'il se faisait une idée très fausse de la cité et de ses habitants : criminels, voyous, dirigeants corrompus et crapuleux... C'est un personnage classique du genre : attaché aux valeurs de justice, de courage et de loyauté, assez naïf au début mais qui s'endurçit au fil des épreuves. Tatsumi m'est apparu très sympathique, mais il est concurrencé par des personnages bien plus hauts en couleur que lui : les tueurs du Night Raid.
Parlons en, de ces fameux tueurs : ils forment une petite bande en majorité féminine, assez déjantée mais très inégale. Je m'explique : si certains personnages comme Akame, Najenda ou Mine sont très travaillés que ce soit leur personnalité ou leur graphisme, certains comme Lubback ou Scheele sont plus effacés, ce qui est bien dommage. Tous ces personnages ont l'avantage d'être très diversifiées, pour convenir au plus grand nombre.
AGK respecte tous les codes du shonen : un maximum d'action et de combats corsés, des jeunes filles à la poitrine atomique (ce qui m'énerve un peu : une fille dans un shonen a-t-elle un avenir sans une paires de seins démesurés?!?), un dessin épuré, des passages comiques alternés avec d'autres plus sombres. Dans le cas de celui-ci, certains sont même très noirs et le contraste avec la bonhomie qui règne au sein du Night Raid est d'autant plus marquée. de plus, j'ai regretté que l'univers dans lequel évoluent nos héros ne soit pas plus marqué, plus précis : si je compare à d'autres mangas comme Magi ou Arata, le monde de Tatsumi est bien fade.
J'ajouterai un petit mot sur le dessin de Tetsuya Tashiro : il est dans l'ensemble très bien réalisé, mais peu original : certains plans éloignés sont parfois grossièrement exécutés, mais les scènes de combats sont réalisées avec brio. Je pense en particulier à la double page où Mine tire sur un instructeur de l'armée.
Pour résumer, Akame Ga Kill ne révolutionne pas le genre et ne marquera pas l'histoire du manga. Cependant, l'action est au rendez vous et la large palette de personnages est intéressante. Reste à voir si je poursuis avec le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
nowornever
  18 janvier 2015
Merci à Babelio et à Kurokawa pour ce manga. C'est la première fois que je participe à une Masse Critique BD-Mangas et j'en suis ravie.
Déjà, le manga est assez épais. On n'est pas trompé sur la marchandise : on aura une bonne dose d'histoires dans un tome. Il y a aussi une preview à la fin et une histoire drôle en bonus. La couverture est bien faite, de même que les premières pages en couleurs qui font ressortir le côté sanglant du manga. Ce sont là les points positifs de ce tome.
Passons au négatif ! Tout d'abord, une mauvaise traduction du titre "Akame ga kill". Certes "akame" signifie "red eyes" en japonais mais je ne vois pas pourquoi il a été traduit vu que c'est le nom même du personne de la couverture.
Ensuite à l'intérieur, on a un mélange entre des dessins mignons et des dessins plus durs. Cela est perturbant parce qu'on est perdu dans l'histoire : le héros passe d'une émotion à l'autre et cela peut perdre le lecteur.
Les doubles pages sont utilisées pour les combats (ce qui est normal) cependant celles-ci on l'air un peu brouillon et sont difficiles à lire ou à suivre. Enfin, c'est peut-être parce que je n'ai pas l'habitude d'en lire.
D'ailleurs, dans ce 1er tome il y a plus de mises à morts que de réels combats.
Mais j'ai regardé la version animée et j'ai beaucoup aimé. Donc voilà !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
BoDoi   14 octobre 2014
Les personnages sont tous des archétypes joliment exploités (la tueuse timide qui s’excuse après chaque exécution, le beau gosse en armure… mais qui en pince pour notre anti héros, la jeune fille mystérieuse qui cache un cœur d’or, etc.), et tout se beau monde combat des adversaires avec un arsenal très inventif et « over the top ».
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
garrytopper9garrytopper9   01 février 2015
Tout comme les hommes périssent un jour ou l’autre…les pays finissent eux aussi par s’effondrer…
Commenter  J’apprécie          160
MladoriaMladoria   07 janvier 2015
Le coup de grâce doit être porté rapidement et sans aucune hésitation.
Commenter  J’apprécie          80
MariloupMariloup   14 septembre 2017
Tatsumi: Compte sur moi! Je ne te décevrai pas! Content de bosser avec toi, Akame!
Leone: Et tu vas lui faire quoi maintenant? Un garçon en calbar qui dit "je ne te décevrai pas" à une fille, ça laisse supposer des choses!
Tatsumi: Je te signale que c'est vous qui m'avez mis à poil!!
Commenter  J’apprécie          00
MariloupMariloup   14 septembre 2017
Leone: Vas-y, Sheele, dis-lui quelques mots doux pour le motiver.
Sheele: Hum... Maintenant que tu sais où est notre repaire, soit tu entres dans notre bande, soit on te mutile, on t'embroche et on te fait en fricassée.
Tatsumi: Des mots doux, mon œil! J'ai envie de chialer.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : corruptionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
917 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre