AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Morita (Traducteur)
ISBN : 2268059677
Éditeur : Le Serpent à plumes (09/11/2006)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 13 notes)
Résumé :

Juillet 1945. La défaite de l’armée impériale du Japon est proche. En Birmanie, poursuivie par les troupes britanniques, la division du capitaine Inoue cherche à rejoindre le Siam. Le soldat Mizushima réconforte ses camarades et leur sert d’éclaireur en jouant de la harpe birmane. Mizushima ne peut se résoudre à rester indifférent à l’appel pathétique des cadavres de ses compatriotes et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Mimeko
  28 février 2015
Ce roman de Michio Takeyama évoque un épisode peu connu de la seconde guerre mondiale en Birmanie, celui des soldats japonais en pleine déroute qui tentent de survivre et de rentrer au Japon. Au delà des difficultés de survie, c'est la solidarité et l'amitié de la petite troupe et surtout le chant et la musique qui va leur permettre de faire front et principalement Mizushima et sa harpe birmane. Avec une écriture poétique, ce récit permet de découvrir les traditions birmanes et surtout confronter l'état d'esprit japonais - organisé discipliné, dominateur - à la mentalité birmane - recherchant bonheur et harmonie; cet apprentissage transformera un des principaux protagoniste de façon définitive. Une très belle découverte.
Commenter  J’apprécie          140
livredailleurs
  22 février 2015
Birmanie, été 1945. Après la capitulation de leur pays, de nombreux soldats japonais, épuisés par les hostilités, sont faits prisonniers par les troupes britanniques. Les affrontements ont été rudes et beaucoup de combattants n'en ont pas réchappé. Toutefois, parmi ces hommes, une compagnie semble avoir mieux résisté que d'autres. Menée par un capitaine courageux et proche de ses subordonnés, elle a puisé sa force dans la pratique du chant : "C'est vrai que nous chantions. Dans les moments heureux ou dans les moments difficiles, nous chantions. Peut-être notre état d'esprit était-il tel parce que nous ne savions pas quand se produirait le combat suivant ou quand nous-mêmes allions mourir. En tous cas, tant que nous étions encore vivants, nous voulions au moins accomplir quelque chose de beau et nous chantions de tout notre coeur".
Pour accompagner cette étrange chorale capable d'interpréter des compositions complexes à plusieurs voix, le caporal Mizushima s'est improvisé harpiste. Au moyen d'un instrument fabriqué avec les moyens du bord, il produit des sons mélodieux, propices à accompagner le chant de ses camarades. Rapidement, Mizushima devient le personnage central du récit. Parti en éclaireur dans les forêts birmanes pour rejoindre d'autres soldats japonais, il disparaît, laissant ses camarades faits prisonniers dans une réelle détresse. Qu'est-il devenu ? Et qui est ce moine qui apparaît de temps à autres, dont les traits évoquent ceux du soldat manquant, qui semble investi d'une mission importante ?
Il faudra attendre le rapatriement de la compagnie au Japon pour que s'éclaircisse le mystère de la disparition du caporal et qu'apparaisse au grand jour la mission que s'est assignée le moine : enterrer les corps des soldats japonais abandonnés dans la jungle, leur donner une sépulture digne de ce nom et prier pour le repos de leur âme.
Ce livre m'a touchée et émue par la poésie qui s'en dégage, même au milieu des champs de batailles. Ecrit en 1947 et s'inspirant de récits authentiques, il pose un regard plein d'humanité sur des peuples que tout oppose alors qu'ils ne sont, en réalité, guère différents. La place qu'occupe la musique, fil conducteur du récit, n'est pas sans rappeler l'épisode de la trêve de Noël qui eut lieu sur nos champs de bataille à l'hiver 1914.
Porté à l'écran par Kon Ichikawa en 1956, le roman de Michio Takeyama témoigne de la rudesse de la guerre tout en se présentant comme un formidable hymne à la paix et à l'unité. En cela, il se révèle d'une absolue nécessité et d'une grande actualité.

Lien : http://www.livredailleurs.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bunee
  30 mai 2008
Fin de la seconde guerre mondiale.
Le Japon a capitulé, laissant sur les terres du sud est asiatique des milliers de soldats.
Certains seront capturés par les troupes anglaises. Parmi eux, la troupe où se trouve un harpiste, Mizushima. le chant de son instrument sert tour à tour à la reconnaissance du terrain et des dangers à venir (l'éclaireur harpiste se met alors à jouer des airs variant selon le risque encouru) et, au coeur de ces hommes, de trait d'union mélodique, un fil invisible et puissant les reliant avec nostalgie à leur pays.
Une fois prisonniers, ils apprennent qu'un groupe de soldats, isolés sur la montagne, refuse de se rendre, ne voulant pas croire à la capitulation nationale.
Mizushima part en médiateur.
Ses amis ne le reverront plus avant longtemps. D'abord pleins d'espoir quant à son retour, ils se résignent avec peine à l'idée de l'avoir perdu.
Lorsque soudain apparaît un moine dont les traits ressemblent à ceux de leur ami disparu. Ils le reconnaissent au fur et à mesure et tentent de le convaincre de rentrer avec eux au Japon.
(...)
http://lelabo.blogspot.com/2008/02/michio-takeyama-la-harpe-de-birmanie.html
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
YumiSakki
  03 mars 2012
Un roman inoubliable, musicale qui nous transporte dans une Birmanie post-seconde guerre mondiale. Un ouvrage sublime où chaque ligne lu est une musique qui nous transporte dans un pays lointain
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
YumiSakkiYumiSakki   03 mars 2012
Très nombreux étaient nos soldats démobilisés, de retour de Chine ou d’autres régions des tropiques, qui rentraient au pays. Tous étaient fatigués, maigres, en mauvaise santé, pitoyables. Parmi eux, certains étaient malades, d’autres même, le teint cireux, étaient transportés sur des civières.

Parmi cette foule d’hommes en piteuse condition, une compagnie pourtant se distinguait : les hommes qui la composaient semblaient en pleine santé, ils ne cessaient de chanté en chœur. Et les chants qu’ils interprétaient étaient des compositions difficiles, à deux ou trois voix. La population était surprise. On posa des questions pour savoir si ces hommes avaient reçu une nourriture spéciale, pour être capables de chanter ainsi de si bon cœur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MimekoMimeko   28 février 2015
On a dit que la musique birmane procédait, à l'origine, de l'imitation du bruit de la pluie; toujours est-il, en tout cas,que, dans ce pays, la musique possède une longue tradition et que les Birmans sont si fervents de musique qu'ils ont inventé de nombreuses variétés d'instruments, et qu'ils ont développé des mélodies extrêmement complexes et élaborés.
Commenter  J’apprécie          10
MimekoMimeko   28 février 2015
Lorsque les hommes s'enivrent d'eux-mêmes, qu'ils deviennent individualistes, qu'ils agissent en essayant d'imposer sur toute chose leur propre volonté, les conséquences néfastes ne se font pas attendre. A court terme cela peut donner quelques réussites, mais une vue globale des choses montrent que le résultat final est mauvais.
Commenter  J’apprécie          10
MimekoMimeko   28 février 2015
Au Japon, tous les jeunes gens doivent endosser l'habit militaire. En Birmanie, c'est la robe du bonze.
Commenter  J’apprécie          40
MimekoMimeko   28 février 2015
Quelques bancs de ces noctiluques semblaient s'accrocher aux flancs de notre bâtiment. D'autres voguaient, emportés dans son sillage , d'autres encore lançaient leur phosphorescences très loin derrière nous.
C'étaient comme si les âmes des morts jouaient parmi les vagues.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Michio Takeyama (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michio Takeyama
La harpe de Birmanie - film de 1956 - trailer
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
393 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre