AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782226439857
Éditeur : Albin Michel (27/02/2019)
3.74/5   297 notes
Résumé :
Après sa sortie de l'hôpital, Jacqueline, une octogénaire, réalise que le temps passe vite. Elle décide donc de réunir auprès d'elle en Bretagne les deux personnes qui lui sont les plus chères : Alexandre, son jeune voisin qu'elle a élevé, et sa petite-fille Margaux, qui travaille à l'étranger dans le chocolat.
Pour mener à bien sa mission, cette grand-mère atypique se rend au bout du monde.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (88) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 297 notes

Elodieuniverse
  31 mars 2019
Alexandre est épuisé par son travail stressant et les préparatifs d'un mariage qui vont bien trop vite. Margaux a un planning de ministre, cumule les déplacements dans le monde. Jacqueline sait que la fin est proche et ne veut pas laisser les choses telles qu'elles sont. Un brin excentrique, pleine d'espièglerie et possédant une belle philosophie de vie, elle va tenter le tout pour le tout pour arriver à ses fins, menant Alexandre et Margaux jusque Cuba et ses parfums envoûtants. Elle veut les voir rire, danser, rêver, pimenter leur vie et surtout vivre! Il faut parfois savoir se tromper pour avancer, profiter de la vie et du moment présent mais aussi profiter de ses proches avant qu'il ne soit trop tard et laisser les souvenirs nous envahir qu'ils soient bons ou mauvais. Une lecture qui fait du bien! (...)
Ma page Facebook Au chapitre d'Elodie
Lien : http://auchapitre.canalblog...
Commenter  J’apprécie          440
LaetiLitEntreLesLignes
  01 avril 2019
Il n'y a pas que dans le chocolat qu'on trouve du réconfort...Lire du Sophie Tal Men en procure aussi!
Jacqueline, 82 printemps, vit à Cap Fréhel, elle est plutôt ce qu'on appelle une mamie rock n' roll... Elle roule en mini Cooper jaune, elle est coquette et aime danser malgré sa maladie et le fait qu'aucun retour ne sera possible, elle est condamnée. Jacqueline n'a pas peur de mourir mais elle donne un point d'honneur à une dernière volonté avant son départ : mettre ses petits-enfants sur le bon rail. Eux... pourtant si proches...ne se sont pas revus depuis 10 ans. Elle met en place un stratagème en plongeant dans ses souvenirs.
Alexandre, c'est son petit-fils par procuration, elle l'a vu grandir et s'en est occupé comme de son propre descendant. Il est interne aux urgences de Quimper. le bal des brancards et les gardes l'épuisent fortement. Il va bientôt se marier avec Hortense, institutrice... Il semble perdu... A-t-il véritablement envie de franchir ce cap?
Margaux, c'est sa petite fille, reconnue dans le monde du chocolat. Elle vit à Paris mais ne cesse de se déplacer au delà des frontières. Gracieuse, chic, raffinée avec un soupçon d'arrogance,elle n'aime pas être contredite. Elle jongle entre création, marketing, packaging, journalistes et voyages d'affaires. Elle mène une vie à 100 à l'heure. Mais cette vie de working girl lui convient-elle ? Cette soif de travail ne cacherait-elle pas un malaise bien gardé au fond d'elle ?
Conseil: Munissez-vous d'une tablette de chocolat, vous en aurez littéralement besoin durant votre lecture.
Bravo @sophie_tal_men pour ce roman qui allie la gourmandise et une jolie philosophie de vie !
Parfois il faut savoir se "planter" pour avancer... On referme ce livre avec la délicieuse envie de pâtisser le Kalouga de mamie Jacqueline !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BurjBabil
  01 février 2020
Un petit break entre deux lectures sérieuses, je ne sais pas trop pourquoi j'avais noté ce livre comme étant à lire.
C'est gentil comme tout, sans prétention, plein de bonnes intentions.
Côté plantation, c'est la Bretagne et sa mémé (manque les galettes quand même) qui est un peu sorcière ou fée selon l'appréciation (manque les korrigans quand même). C'est cette vieille dont l'auteure nous suggère de méditer les formules (manque un peu de finesse quand même) et qui est à l'origine du scénario que l'on peut prévoir dès la page trois (manque un peu d'originalité quand même).
Côté pousse c'est le petit monde délocalisé globalisé qui vend ses chocolats de luxe de Berlin à Quebec en passant par Londres. Mais qui s'ennuie quand même de solitude (manque un peu de vrai souffrance quand même). le seul souci étant de nommer les variantes de ce que le vulgaire peuple nomme "chocolat" (manque pas de superlatifs et de noms savants par contre).
Au milieu de ce maelstrom de saveurs et de bonbons sentiments, un brave gars médecin qui hésite entre s'enraciner en Bretagne à soigner la France populaire sur les conseils de la vieille qui va crever toute seule ou presque ou suivre le destin international de sa dulcinée héroïque qui chevauche les continents sur ses Airbus, Boeing et autres (manque un peu de cheval quand même).
Le choix? Regardez les parkings de médecins des cliniques et vous aurez la fin de l'histoire.
Je crois que ce que je viens d'écrire n'est pas la grille de lecture qu'en attendait l'auteure. Ceci illustre la très belle phrase de Flaubert :
"Si le lecteur ne tire pas d'un livre la moralité qui doit s'y trouver, c'est que le lecteur est un imbécile ou que le livre est faux au point de vue de l'exactitude"
Cela me fait un peu peur . . .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
lesjolismotsdeclem
  11 mars 2019
Quand j'etais enfant, j'aimais explorer les saveurs, des palettes sucrées ou salées. Et ce que ce soit en étant le comis de cuisine de mon Papa, en savourant les goûters d'été chez mes grands parents, en ayant la chance de dîner de repas d'adultes. Cela a eu pour résultat de me former le palais, et de faire de chaque repas un moment de fête. Je me suis ainsi affublée de l'adjectif ‘gourmette'. Ce qui n'allait pas sans déclencher l'hilarité générale.
De cette époque innocente, j'ai gardé la volonté de faire rire autrui, même à mes depens. Surtout à mes dépens. Mais également mon amour des arts de la table. Mes goûts évoluent au fur et à mesure du temps. Ma dernière lubie étant les mets sucrés épicées, tel que les chocolats ou le thé. En cet hiver interminable, cela me donne du baume au coeur et de la chaleur.
Coupler à cela mon amour de la Bretagne, il ne m'en fallait pas plus pour croquer à pleine dent le dernier roman de Sophie Tal Men, Qui ne se plante pas ne pousse jamais. Je vous laisse prendre connaissance de cette nouvelle aventure chargée d'embruns et de rhum avec ces quelques lignes : « Lorsqu'elle apprend qu'elle est malade, Jacqueline mesure plus que jamais le prix de chaque instant. Au crépuscule d'une vie riche d'expériences et de souvenirs, elle veut faire partager son goût du bonheur aux deux êtres qui comptent le plus à ses yeux. Alexandre, le garçon qu'elle a élevé, jeune interne en médecine, et Margaux, sa petite-fille, qui travaille dans l'illustre chocolaterie familiale. Tous deux ne sont qu'à la moitié du chemin et déjà happés par leur vie professionnelle ! Depuis les falaises du Cap Fréhel où la vieille dame les a réunis, elle met sur pied un projet un peu fou pour qu'enfin ils ne s'empêchent plus de rêver et écoutent battre leur coeur. Car savoir qui on est, c'est savoir où on va… sans redouter les obstacles qui vous font grandir ! »
On quitte non sans regrets le Finistère pour planter l'intrigue entre la côte de granite rosé, La Havane et Paris. Enfin pas reellement, les quelques scènes à l'internat de Quimper, qui se recoupent avec quelques moments de battre la Chamade nous permettent de tourner la page en douceur sur les aventures de Marie Lou et Matthieu.
Sous des effluves de chocolats et des saveurs au doux parfum de madeleine de Proust, nos nouveaux amis, Margaux et Alexandre, vont apprendre beaucoup. Apprendre la valeur de la vie dans son caractère éphémère. Savourer les instants qui nous rendent vraiment heureux et à se cristalliser autour. Faire son deuil. Des disparus. Mais également de ce qui nous rend malheureux malgré nous.
Cette lecture gourmande s'est faite d'une traite, avec sourires et larmes au coin de l'oeil. On assiste à des moments de vie qui pourraient être les nôtres. A la rencontre de générations qui confrontent leur jeunesse et leur peur de vivre, avec le grain de folie et l'impuosité de ceux à qui il ne reste que peu de temps.
Avec Qui ne se plante pas ne pousse jamais, Sophie Tal Men nous fait vivre une jolie tranche de vie emplie d'une palette d'émotions qui sont les nôtres. Si ce n'est déjà fait, chers amis bretons (et non bretons) courez chez Dialogues vous procurez ce dernier roman de mon auteure lorientaise préférée.
Lien : https://lesjolismotsdeclem.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ludialu
  11 octobre 2021
Il faut s'ancrer pour s'épanouir, se “planter” pour “pousser” et se tromper, se “planter” pour avancer, pour “pousser”. Un roman feel-good très gourmand ! 
Atteinte d'une maladie dégénérative, Jacqueline une mamie octogénaire se donne pour mission de mettre ses petits-enfants sur le chemin du bonheur. Eux qui sont comme enfermés dans leur vie, dans leur routine sans épanouissement… Alexandre, interne aux urgences, c'est son petit-enfant un peu par procuration, un voisin qu'elle a élevé comme son propre petit fils. Margaux, c'est sa petite-fille qui n'a de cesse de voyager partout dans le monde pour son travail, elle est si reconnue dans le monde du chocolat. En apparence tout semble leur réussir, Alexandre est en plein dans les préparatifs de son mariage et Margaux est une véritable working girl. Mais Jacqueline les connaît mieux que personne et sait très bien que ses petits-enfants ne sont pas véritablement heureux. 
Margaux et Alexandre étaient très proches mais ne se sont pas revus depuis des années ! Jacqueline va les rapprocher en montant un stratagème qui vous fera bien rire… Jacqueline c'est un personnage haut en couleur, une mamie fun, rock n roll, pleine de vie. Impossible de ne pas s'attacher à ce personnage. Elle va mener Alexandre et Margaux jusqu'à Cuba ! 
Quel roman plein de vie ! J'ai adoré ! Un roman très frais, idéal à lire pendant les vacances. La plume de Sophie Tal Men est belle, tendre et teintée d'humour. Ce roman se lit comme on déguste un chocolat, c'est une douceur. Je vous laisse, je vais pâtisser le Kalouga de mamie Jacqueline ! 
https://www.instagram.com/ludialu/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LeSoir   29 avril 2019
Une « belle » histoire quasiment contée par l’aïeule pour que Margaux et Alexandre entendent enfin leur cœur.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   09 mars 2019
Jacqueline voulait choisir le moment où on lui annoncerait la fin. Et surtout qui le ferait. Elle se sentait prête et n’avait pas peur de la mort. Sa vie avait été bien remplie. Peut-être pas au rythme des jeunes d’aujourd’hui, mais avec le tempo lent et serein des jours qui se ressemblent. Elle n’avait aucun regret. Sa seule inquiétude : partir avec ce sentiment que le monde ne tournait pas rond. Un monde craintif, pressé. Un monde qui s’empêchait de rêver. Oui, c’était cela qu’elle ne pouvait accepter. Margaux et Alexandre s’empêchaient de rêver. À eux deux, ils incarnaient son monde miniature. Sa petite famille. Comment les laisser avec le sentiment qu’ils prenaient la mauvaise direction ? Pas maintenant. Pas comme ça. Elle ressentait le besoin impérieux de se recentrer sur eux avant de partir. Les larmes coulèrent sur ses joues en même temps qu’une bouchée de praline fondait dans sa bouche. Un petit répit, docteur ? Le temps de m’assurer que tout ira bien pour eux. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
vertescollinesvertescollines   03 août 2019
Je me suis dit que l’ordinaire pouvait avoir un goût d’extra,
Quand je pensais à toi.
Qu’il ne fallait pas chercher loin.
Que ce n’était pas une question d’endroit. De moment.
Que c’était toi.
Juste toi.
L’extra dans mon ordinaire.
Alors, voilà.
J’ai fermé les yeux et j’ai pleuré.
Pleuré parce qu’il était trop tard..
Commenter  J’apprécie          40
Annabelle31Annabelle31   18 mars 2019
Ce n'était pas leur vie qui tournait au ralenti, mais la sienne qui allait trop vite. Comme un train fou lancé sur des rails. Un train qui ne savait pas où il allait et qui n'avait jamais appris à freiner.
Commenter  J’apprécie          40
livreenthelivreenthe   10 juillet 2020
Au coin du feu, cette soirée d’hiver s’annonçait chaude et douillette, et Jacqueline voulut conjurer le sort. Faire la fête, plutôt que se morfondre. Elle avait sorti du placard sa robe d’été rouge groseille, ses escarpins assortis et posé un foulard en soie sur ses épaules. Elle venait de nouer ses longs cheveux blonds en un chignon flou et de colorer ses lèvres d’un gloss rose pêche. Dans le miroir doré Louis-Philippe adossé au mur, son reflet lui sourit. Des yeux pétillant de malice et de rire enfoui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Entre2LivresEntre2Livres   19 mars 2019
Ces hommes, accoudés aux fenêtres, fatigués de ne rien faire, et ces femmes brodant derrière les barreaux, il leur donnait raison. Ce n’est pas leur vie qui tournait aux ralenti, mais la sienne qui allait trop vite. Comme un train fou lancé sur des rails. Un train qui ne savait pas où il allait et qui n’avait jamais appris à freiner.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Sophie Tal Men (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Tal Men
Retrouvez notre émission "Studio Huyghens" ! Mélissa Da Costa, Anne-Gaëlle Huon, Sophie Tal Men, Gavin's Ruiz, François Roux, Eric Fouassier et Alexandre Jardin vous présentent leur roman paru ou à paraître au mois de mai. Vous découvrirez aussi la bande-annonce des "Lions de Sicile", premier tome de la saga des Florio de Stefania Auci .
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2651 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

.. ..