AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791090624122
Éditeur : (12/01/2016)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Dans le coma suite à une violente agression, le très médiatique Charles Monbrison se remémore les trois jours cathartiques qu'il a passé récemment dans les Cévennes. Surpris par une tempête de neige qui lui a fait perdre le contrôle de son véhicule, il a été recueilli par Catherine et Nathan dans une maison surnommé le Mudhif.
Douze convives et un invité...

La vie n'a pas de synopsis, elle nous organise bien plus que nous l'organisons.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
talcott
  29 mars 2017
1 mars 2017 - Ceci est la chronique écrite par Didier Betmalle sur son blog : https://clapincasse.blogspot.fr/
En ce qui concerne l'esprit général dans lequel je conseille d'aborder “La Démocratie est un sucre qui se dissout dans le pétrole”, je pourrais tout aussi bien me contenter de reprendre ce que propose Mélanie Talcott elle-même dans sa “suggestion” au lecteur:
« Juste se laisser aller, écouter, lâcher prise. » 
L'essentiel est là ; ainsi j'aurais tout dit, sans trahir l'auteure et sans trop me biler.
Mais je vais essayer de faire plus, toujours en restant fidèle à l'esprit du roman et à mes impressions de lecture.
Je l'avais déjà exprimé dans ma chronique d'“Alzheimer…”, il y a un rythme, un flot particulier dans l'écriture de Mélanie Talcott, et on est entraîné par le débit rapide, volumineux, torrentueux de la parole, au point de privilégier le plaisir de se laisser emporter par sa dynamique, plutôt qu'à celui d'en peser le sens, en freinant des quatre fers.
Ce qui me frappe dans ce livre, c'est l'humeur des protagonistes, tous plus ou moins véhéments,
animés par une rage de l'expression qui manifeste leur haut degré d'engagement et de passion, pour ce qu'ils pensent, pour ce qu'ils sont et ce qu'ils font, comme s'ils militaient pour une cause vitale. 
Ainsi tous les échanges, quels que soient les sujets abordés, sont si intenses que l'ensemble apparaît non pas comme une joute, mais comme une forme d'art martial (thème important), ou chacun engage l'équilibre de son être, et respecte l'autre comme un guerrier respecte un guerrier. Sachant qu'il n'y a dans cet art aucune volonté de dominer, aucune volonté de vaincre, qu'il s'agit plutôt de créer ensemble, par cet engagement autant physique que moral, un moment de perfection éthique. Chercher à faire mouche pour pousser l'autre à son plus haut niveau de maîtrise. Quand cette perfection culmine ce sont des moments de grâce où chacun tient un rôle déterminant. 
J'ai bien envie de dire que cet esprit est comparable à celui qui préside dans la rencontre entre un auteur et son lecteur. En tous cas l'analogie est valable pour ce livre-ci.
C'est un livre plein de sensations et de surprises gustatives magnifiques (thème central que celui du lien entre écriture et art culinaire). C'est une sorte de fête pour l'esprit et la bouche, une fête sans hystérie, qui vous donne le temps de vous acclimater, à ses plats, à leurs fumets, à ses lumières, à ses personnages, à leurs musiques. Si bien que dès qu'elle bat son plein cette fête, (dès qu'on pénètre dans le mudhif, page 70 et suivantes, et ce jusqu'à la fin) dès que ses remous puissants vous traversent, loin de vous sentir envahi ou submergé, vous vous ébattez dans ses courants et tourbillons, tête la première, avec jubilation.
Un peu d'information : “La Démocratie est un sucre…” est un roman à clé. le personnage de premier plan, Charles Monbrison, vous fera forcément penser, à un moment ou à un autre, au philosophe médiatisé qui lui sert de modèle. 
Il cristallise tant toutes les passions qu'il devient, dans cette fiction, la cible d'un terroriste fondamentaliste chrétien, un véritable Croisé, qui explique et justifie l'acte qu'il va perpétrer dans les premiers chapitres, via une video testamentaire qu'il a enregistrée pour sa jeune épouse. 
Une fois Charles mortellement blessé, maintenu dans un état semi comateux en soins intensifs, Mélanie Talcott lui faire revivre par le menu, à travers ses souvenirs — parfois hallucinés, où se mêlent les bruits des tuyaux et des moniteurs qui jouent les sentinelles à son chevet —,  les heures les plus intenses et les plus riches de son existence au milieu des hôtes du mudhif. 
Le mudhif c'est la maison de l'amitié, grande nef idéale où s'épanouissent l'intelligence et la sincérité, l'amour du partage, l'amour de la cuisine, l'amour de la musique, et où peuvent se dire toutes les vérités du coeur…
Je reprendrai plus tard, avec l'intention d'essayer de cerner le pourquoi des réserves que j'ai sur les premiers chapitres, et essayer de faire partager les émotions ressenties devant la force des personnages, la puissance évocatrice de certaines scènes, la complexité de cette extraordinaire peinture à la fois satirique et bienveillante de notre monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Poljack
  30 août 2017
Mon avis :
Voici un livre dont je sais déjà que tout le bien que je pourrais en dire aura du mal à attirer un lectorat avide de cette drogue qui met en tête des ventes des romances insipides ou des thrillers qui jouent à « qui est le plus gore ? ». Je parle bien sûr des émotions… L'émotion est le doudou du lecteur infantile, La démocratie… s'adresse à un public sevré (ce qui ne veut pas dire insensible).
Ce roman m'a fait penser au film « Le déclin de l'empire américain », pour son aspect huis clos où tout (ou presque) passe par le dialogue. Il s'en approche aussi par le niveau de culture de la plupart des intervenants (ceux du film sont des universitaires), et comme l'oeuvre cinématographique, il ne joue pas sur les émotions − qui sont néanmoins bien présentes −, mais parle à l'intellect. Et de mon point de vue, ce livre est une réussite. À sa lecture, j'ai même pensé « enfin ! » Oui, enfin une auteure qui aborde « le monde comme il va » (y a-t-il du Voltaire chez Mélanie Talcott ?) avec une intelligence, une sensibilité qui rendent la lecture non seulement abordable, mais surtout addictive. Preuve qu'il n'est nul besoin d'un suspense insoutenable pour tenir le lecteur ! La qualité du sujet suffit à aiguillonner le désir de tourner les pages.
Une lecture qui m'a très vite donné l'envie irrépressible de me trouver au Mudhif, ce lieu incertain qui tient autant de l'utopie communautaire des années 70 que du « cercle des poètes disparus », parce que comme dans tout groupe, les avis peuvent diverger et l'on a rapidement la tentation d'y mettre notre grain de sel. C'est ce qui fait le charme et l'intérêt de ce roman : il ouvre à la réflexion avec une rare élégance, sans jugement, sans prétention à LA vérité… Je parlerais même de modestie, mais là, je laisse aux lecteurs le soin d'en découvrir la source.
L'écriture est d'une belle tenue et ajoute au plaisir de lecture. Néanmoins, deux ou trois phrases auraient, selon moi, mérité une petite révision. C'est d'autant plus dommage qu'à ce niveau, on a envie que tout soit parfait. Malgré ces petites imperfections (que d'autres lecteurs moins exigeants ne remarqueront peut-être même pas) et son titre qui sonne un peu le livre politique (ce qu'il n'est pas), La démocratie est un sucre qui se dissout dans le pétrole devrait être au top des ventes, tant par l'actualité brûlante de son propos (ou plutôt d'une partie) que par son intelligence doucement subversive. Oui ! Tout le monde devrait le lire ! Enfin ça, c'est dans un monde idéal… Un genre de Mudhif à l'échelle planétaire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lhombreduvent
  02 février 2017
Qu'est ce que j'ai aimé ! le mot aimé est si faible. Comme pour tant de livres qui m'émeuvent, ce livre me laisse seule, mais avec ces deux mots : Espoir et vouloir ;)
Je me suis retrouvée à un moment donné comme avec des amis ou certains membres de ma famille, chers à mon coeur, où chacun y va de son opinion, de son argument. Comme si nous "changions le monde" et ça fait un bien fou de verbaliser tout haut, nos pensées. Ton livre est profond et fait réfléchir, les héros sont attachants.
J'ai bien aimé Catherine et son débat sur les écouteurs et écoutants, intéressant de connaitre qui nous pourrions êtres, des deux ? ;)
J'ai également apprécié Ertha et son doux franc parlé.
Et que dire de l'association de Patrick pour tous ces enfants, apprendre le libre arbitre, apprendre le faire et ne pas faire. Où l'on parle d'émulation, de partage, d'autonomie et de responsabilité. Ces quatre derniers mots sonnent joliment à mes oreilles. Dire que j'ai aimé ce passage serait utiliser un verbe trop faible. Alors, à vous de le découvrir.
Ou bien, comme le dis Marianne, : "au moins à discuter légèrement de choses graves, on agrandit nos horizons à défaut de changer le monde".
Il y a aussi Francois, qui m'a beaucoup étonné et Dominique...
Toute personne peut s'identifier au sein de ce mudhif et c'est tellement enrichissant !
Évidement le livre commence par un passage assez fort et la fin est surprenante, mais finalement pas tant que ça, à bien réfléchir. Je laisserai là encore, les futurs lectrices/lecteurs, le découvrir.
Merci Melanie Talcott pour m'avoir fait découvrir ce mudhif, de m'avoir permis pour plusieurs heures et jours, un lâcher prise, écouter et me laisser absorber (sourire) comme tu le dis si bien en 4ème de couverture.
Rien ne nous empêche de continuer au quotidien, ce lâcher prise ! C'est tellement reposant. En avons nous envie ? Moi sûrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
talcotttalcott   29 mars 2017
— C’est la seconde fois que j’entends ce mot. Mais je n’ai aucune idée de ce qu’il signifie.
— C’étaient de splendides maisons flottantes faites de roseaux tressés et compactés dans lesquelles vivaient les Arabes des Marais d’Irak, une Venise mésopotamienne, un pays mouvant entre deux fleuves, le Tigre et l’Euphrate. Malheureusement aujourd'hui, les mudhifs ont pratiquement disparu. La région de Bassorah, ce berceau de Gilgamesh, est devenu un vaste champ pétrolifère où pullulent des entreprises étrangères qui n'emploient aucun Irakien. Les habitants du Marais, quant à eux, sont enrôlés quasi de force pour aller com-battre soit dans l'armée irakienne soit dans les rangs de l’État isla-mique. Depuis l’époque babylonienne, cette région fut le refuge de tous ceux qui fuyaient l’oppression jusqu’à ce que Saddam Hussein l'assèche en grande partie, les déserteurs et les opposants à son régi-me y étant accueillis et protégés. La chute du dictateur et les nombreux conflits qui ont suivi, ont fait le reste. Ces villages des marais furent le sujet de notre premier livre. Catherine les textes et moi, les photos. L’idée nous en est venue après avoir lu Les Arabes des marais de Wilfred Thesiger et, c’est en son hommage que nous avons baptisé ainsi ce lieu, toujours ouvert aux voyageurs et aux amis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Melanie Talcott (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Melanie Talcott
Vidéo de Melanie Talcott
autres livres classés : comaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Voyage littéraire en Europe

J'ai fait un rêve, je partais avec l'ami Stendhal pour un

Voyage en Italie
Séjour en Espagne
An en Grande-Bretagne
Mois en Allemagne

10 questions
120 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre