AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 228033867X
Éditeur : Mosaic (02/09/2015)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 123 notes)
Résumé :
Deux jeunes filles vont braver leur entourage respectif pour vivre librement

Les filles sont faites pour se marier… Les Noirs et les Blancs ne doivent pas se mélanger… Une fille ne doit pas embrasser une autre fille… Linda ne doit pas aimer Sarah.
Rien que des mensonges?
1959, en Virginie. C’est l’histoire de deux filles qui croient qu’elles se détestent — parce qu’elles n’ont pas la même couleur de peau et qu’elles ne sont pas nées du ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  26 octobre 2015
Un grand merci à Babelio et aux éditions Mosaïc...
Ils furent accueillis par des crachats, des huées, des insultes, des bousculades, des regards méchants ou menaçants. Parmi eux, il y a Sarah Dunbar et sa soeur, Ruth. Ils sont dix, dix Noirs à affronter cette cohorte de Blancs remontés et haineux. Pourtant, ils vont devoir cohabiter tous ensemble car le lycée Jefferson, à Davisburg, en Virginie, après moult tergiversations auprès de la Cour Suprême des États-Unis, est dans l'obligation d'accueillir des Noirs en ses murs. Sarah le sait, elle devra subir les insultes au quotidien tout ça à cause de sa couleur de peau qui, jusqu'ici ne lui posait pas de problème. Elle devra faire face, aux côtés de ses amis, car ils se sont battus pour avoir ce droit à l'égalité. Parmi ces blancs, il y a Linda, fille du directeur du journal local, ségrégationniste qui affiche ouvertement ses positions dans les colonnes de son journal. Linda pense, comme son père, que les Noirs n'ont pas à se mélanger à eux. Convictions et a priori seront mis à rude épreuve, pour l'une comme pour l'autre...
L'Histoire avec un grand H à travers le témoignage de deux lycéennes, l'une Noire et l'autre Blanche. Deux jeunes filles qui, de prime abord, ne semblent rien avoir en commun et pourtant... Être Noire aux États-Unis dans les années de ségrégation et subir de plein fouet la haine, la colère et les coups des Blancs, voilà ce que vit Sarah au quotidien. Mais les noirs se sont battus pour être intégrés parmi les Blancs, pour avoir les mêmes droits, et la jeune fille veut ouvrir la voie des possibles quitte à endurer les coups et les insultes. Robin Talley signe un roman profond d'une grande puissance dans lequel ces héros du quotidien sont tout simplement incroyables et animés d'un fort sentiment de liberté et d'égalité. Un roman d'autant plus original que l'auteur traite ici de l'homosexualité, car en plus d'être Noire, Sarah est attirée par Linda. Divisé en mensonges et non en chapitres, au titre intelligent, ce roman nous émeut, nous bouscule, nous attendrit et fait montre d'une belle leçon de courage.
Des mensonges dans nos têtes... et des vérités...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          770
cicou45
  20 octobre 2015
Reçu dans le cadre de la dernière opération de Masse Critique, je ne peux pas commencer dignement cette critique sans avoir remercier au préalable Babelio ainsi que les éditions Mosaïc pour m'avoir permis de découvrir ce magnifique ouvrage.
Magnifique il est vrai mais aussi poignant et extrêmement dur par moments et, pourtant, ce n'est pas uniquement de la fiction qui se trouve dans cet ouvrage : ce sont bel et bien des atrocités qui ont réellement existé et qui continuent à perdurer de nos jours dans certains états : je parle de la ségrégation raciale et, pour ouvrir plus largement le sujet, du racisme tout simplement ! Nous nous devons de savoir ce qui s'est passé et ce qui continue encore à se dérouler de nos jours !
Ici, nous nous trouvons dans l'Etat de Virginie aux Etats-Unis et la Cour Suprême, contre l'avis la la majorité des enseignants et de la totalité des parent-s d'élèves de couleur blanche du lycée Jefferson, a décidé d'intégrer dix élèves Noirs au sein de son établissement. C'est le cas de Sarah et de sa soeur Ruth, l'aînée étant en terminale alors que la cadette est en Seconde et de huit de leurs camarades. de l'autre côté, il y a tous ceux qui ont décidé de leur pourrir la vie (c'est le mot juste, désolée si cela vous semble vulgaire) et qui sont prêts à tout pour les voir abandonner la lutte et retourner dans leur lycée réservé aux Noirs. Parmi eux se trouve Linda Hairston dont le père est bien connu pour être contre l'intégration. Linda elle-même, ayant la charge de rédiger l'éditorial du journal du lycée ne peut faire autrement que d'aller dans le sens de son père puisque c'est la seule chose qu'on lui a apprise depuis qu'elle est enfant, à savoir que la race noire est inférieure. Mais si jamais elle se trompait ? Si jamais quelqu'un ou quelque chose, un élément déclencheur, pouvait l'amener à raisonner pas elle-même et non par ce qu'il "faudrait penser" pour ne pas se mettre tout le monde à dos, changerait-elle d'avis ? C'est à travers ce cheminement de réflexion que l'auteure, Robin Talley nous conduit tout au long de cet ouvrage.
De plus, elle en profite pour amener un autre sujet sensible et souvent encore tabou sur le tapis : celui de l'homosexualité ? Est-ce bien ou mal lorsqu'on est une femme d'aimer une autre femme ou inversement ? La Bible le dit mais les choses ne pourraient-elle pas avoir évolué depuis ?
Un roman pour les jeunes adultes plus que pour les enfants, et pour les adultes tout court qui nous amène à de nombreux questionnements ! Une écriture fluide et légère et un ouvrage qui se lit très rapidement ! A découvrir et à faire découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          570
gouelan
  15 octobre 2015
En 1959, en Virginie, un lycée se voit contraint d’ouvrir ses portes aux Noirs, cinq ans après que la Cour suprême des États-Unis d’Amérique ait déclaré anticonstitutionnelle la ségrégation raciale dans les écoles publiques. L’intégration de quelques lycéens se fait dans l’hostilité la plus totale. Sarah fait partie de ces étudiants Noirs, qui osent se sacrifier pour défendre le droit à l’égalité et à la dignité.
Linda est une lycéenne populaire de son lycée. Son père est très influent, il est farouchement opposé à l’intégration. On l’écoute. On le respecte. Tout comme on respecte le révérend, le gouverneur. On est raciste par éducation, par habitude, par bêtise, sans vraiment se poser de questions. Les Noirs ne les dérangent pas tant qu’ils savent rester à leur place.
Sarah fait irruption dans la vie de Linda et va bouleverser sa vision des choses. Au fil du temps, la vérité va se frayer un chemin dans son esprit. Jusqu’ici, on a décidé à sa place ce qu’était le bien ou le mal. Petit à petit elle va apprendre à se débarrasser de l’emprise d’un père coléreux et empli de haine, qui n’a fait qu’emplir sa tête de mensonges.
Sarah a conscience d’être en première ligne dans ce combat pour l’intégration. Elle se sent cependant comme un pion dans ce jeu d’adultes, que l’on est prêt à sacrifier pour remporter la victoire. Tout comme Linda est un pion dans le camp du refus de l’intégration dans le petit monde confortable des Blancs.
Pour Sarah, comme pour Linda, c’est un cataclysme. Cette rencontre les met face à la difficulté de vivre quand on est différent des autres, que ce soit par sa couleur de peau ou sa façon d’aimer.
Ce combat pour le droit à l’égalité, à la dignité et à la liberté a été courageusement mené par tous ces activistes anonymes, aux côtés de personnes comme Martin Luther King et Rosa Parks. Il dure toujours, car les hommes se laissent facilement obscurcir l’esprit par des mensonges dans leurs têtes.
En tout cas, Sarah et Linda ont mené leur combat intérieur. Elles se ressemblent, elles sont obstinées et intelligentes. Elles sont attirées l’une par l’autre, bien que l’une soit Noire et l’autre Blanche. Elles ne veulent plus être manipulées, elles sont libres de décider de la façon dont elles veulent vivre. On ne peut pas se fier aveuglément aux lois écrites par des hommes, elles ne sont pas toujours justes.
« Il y aura toujours des gens pour vouloir décider à ta place. Et qui essaieront de te dire qui tu es. Souviens-toi : quoi qu’ils prétendent, c’est toi qui sais vraiment. »
Des mensonges dans nos têtes est un roman jeune adulte, qui nous parle de confrontation à la différence, du choc de la rencontre entre deux personnes que tout devrait opposer et qui se retrouvent emportées par un tourbillon ; le tourbillon de la vérité qui écarte les mensonges, les règles injustes, les regards assassins, et les laisse décider par elles-mêmes le chemin qu’elles veulent suivre.
Je remercie les Éditions Mosaïc et la masse critique de Babelio pour ce roman émouvant et très bien écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
manU17
  30 octobre 2015
Nous sommes en Virginie, un état du Sud des États-Unis en 1959. La Cour Suprême a statué depuis plusieurs années, les écoles ont l'obligation légale d'accueillir des élèves noirs. Beaucoup feront de la résistance pendant plusieurs années. le Lycée Jefferson va pour la première fois accueillir des élèves noirs dans ses murs. Une victoire qui a un goût amer pour les Blancs qui comptent bien la faire payer à ces Noirs dont ils ne veulent pas chez eux.
Le roman débute par l'arrivée de ces lycéens. Une arrivée sous les huées, les insultes, les crachats, la colère et la haine. Sans parler des enseignants dont certains ferment les yeux. Une violence qui saisit le lecteur à la gorge.
Élèves noirs et élèves blancs vont donc être obligés de se côtoyer pour le plus grand déplaisir de chacun. L'occasion pour l'auteur de nous remettre en mémoire tous les préjugés qui avaient cours à l'époque. Si Sarah Dunbar est issue d'une famille noire, ouverte et pour l'intégration, Linda Hairston porte en elle tous les préjugés monstrueux inculqués par son éducation dans une famille blanche du Sud par un père haineux, au racisme échevelé, révolté par tous ces changements. Mais elle va finir par oublier les mensonges, ouvrir les yeux et son attirance, réciproque, pour Sarah n'y est pas pour rien…
Dans le contexte explosif ambiant, cet amour, doublement interdit, s'annonce pour le moins compliqué si ce n'est impossible…
J'ai vraiment été happé par ce roman. Au-delà de l'histoire d'amour entre deux jeunes filles que tout oppose, mise en avant dans la quatrième de couverture, c'est vraiment une histoire forte et poignante que nous livre Robin Talley avec ce premier roman dont la force vient notamment de sa construction. En nous mettant tour à tour dans la peau de ses deux héroïnes, dans des récits à la première personne, l'auteure amplifie l'identification à ses personnages.
Avec Des Mensonges dans nos têtes, c'est tout un pan de la déségrégation américaine que Robin Talley fait défiler sous nos yeux.

Lien : http://bouquins-de-poches-en..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
garrytopper9
  22 octobre 2015
Reçu dans le cadre d'un masse critique, merci encore à Babelio pour cette belle découverte, je le répète à chaque fois, mais ces opérations masse critique me font découvrir sans cesse des auteurs et des maisons d'éditions que je n'aurais pas eu l'occasion de lire si je devais les piocher au hasard d'une libraire.
Des mensonges dans nos têtes " est le premier roman de l'auteure Robin Talley. Je ne sais jamais trop quoi penser d'un premier roman car je suis partagé entre le sentiment d'être indulgent car l'auteur débute et en même temps, j'ai de grosses exigences car il faut que son premier livre ait quelque chose pour pouvoir se démarquer des autres. Et là, c'est ce qu'il s'est passé. Je n'ai pas eu le sentiment d'avoir le livre d'une débutante, mais plutôt quelqu'un qui maîtrisait parfaitement bien son sujet. Je n'ai pas eu besoin d'être indulgent avec ce premier roman car je n'ai aucun reproche à faire à l'auteure.
Elle traite avec justesse d'un sujet délicat au travers de deux jeunes femmes que tout oppose. D'un coté nous suivons Sarah, de race noire qui intègre en compagnie d'un dizaine d'autre noirs, une école exclusivement blanche. de l'autre coté, il y a Linda qui est Blanche et très raciste.
Mais l'auteure ne tombe pas dans le cliché et ne prends pas vraiment parti, et très vite elle fait se rencontrer les deux jeunes élèves pour un devoir. Linda va se mettre à penser par elle même et à se départir de ce que son père lui à appris et cela va la conduire à reconsidérer Sarah.
Je n'en dirais pas plus car ce roman mérite vraiment d'être lu, et dépasse le cadre d'un simple roman jeunesse. Il apporte de vraies questions pose des personnages vraiment très attachants. Honnêtement j'ai été bluffé par la simplicité et la puissance de l'écriture. Je ne m'attendais pas à cela avec un roman jeunesse et je suis bluffé.
Un mot sur la maison d'édition, Mosaïc, que je ne connaissais pas. Jaime beaucoup le format du livre qui est à mi-chemin entre un poche et un gros livre. Il est très léger et se transporte facilement, la police de caractère est dynamique et moderne, les pages sont bien épaisses et on ne voit pas au travers. Pas de bavure d'encre, pas de coquilles, et un prix (13,90€) attractif.
Une fois de plus, je suis emballé de bout en bout par cet excellent roman ! Merci Babelio et les éditions Mosaïc pour cette lecture. Merci également à Robin Talley pour avoir écrit un premier roman de cette qualité. Je guetterais avec intérêt la suite de sa carrière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
gouelangouelan   15 octobre 2015
- D’accord, dit-elle. En tout cas, moi, je préfère l’histoire contemporaine. Ça nous aide à mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.
Je proteste :
- Peut-être, mais l’Antiquité, c’est important aussi. La Grèce antique est le fondement de la civilisation.
- Pas de toute la civilisation, non, répond-elle. Les Égyptiens avaient bâti les pyramides deux mille ans avant que les Grecs construisent le Parthénon.
- Vraiment ? C’est intéressant…
Puis je me rappelle à qui je parle et j’ajoute précipitamment :
- mais je crois que tu te trompes.
- Pas du tout, réplique Sarah. Tu n’as qu’à regarder dans l’encyclopédie.
- Alors, pourquoi est-ce qu’on parle toujours des Grecs et pas des Égyptiens ?
- D’après toi ?
Du doigt elle pointe mon poignet avant de me montrer le sien. Elle veut me faire comprendre que c’est parce que les Grecs étaient blancs et les Égyptiens non. Je hausse les épaules :
- C’est idiot ! À l’époque, les gens ne pensaient pas à ces choses. Sarah sourit – Et je me rends compte de ce que je viens de dire. C’est sa faute. Elle déforme tout ce que je dis pour m’embrouiller.
- Les gens ont toujours pensé à ces choses, affirme-t-elle. Pas de la même façon, c’est tout. On a réécrit des livres d’histoire, on a déclaré des guerres, on a instauré l’esclavage – Tout ça à cause de la couleur de la peau. C’est pour ça que j’aime l’histoire. Elle fait réfléchir à tout ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ChrichrilectureChrichrilecture   20 juillet 2018
Du doigt, elle pointe mon poignet avant de montrer le sien. Elle veut me faire comprendre que c’est parce que les Grecs étaient blancs et les Egyptiens non. Je hausse les épaules : — C’est idiot ! A l’époque, les gens ne pensaient pas à ces choses. Sarah sourit — et je me rends compte de ce que je viens de dire. C’est sa faute. Elle déforme tout ce que je dis, pour m’embrouiller. — Les gens ont toujours pensé à ces choses, affirme-t-elle. Pas de la même façon, c’est tout. On a réécrit les livres d’histoire, on a déclaré des guerres, on a instauré l’esclavage — tout ça à cause de la couleur de la peau. C’est pour ça que j’aime l’histoire. Elle fait réfléchir à tout ça. Je répète : — C’est idiot. Dieu a fait d’un côté les Blancs, de l’autre les gens de couleur, et Il les a placés sur des continents différents. Tout allait bien jusqu’à ce qu’on mélange les races. C’est ce qui cause les problèmes d’aujourd’hui, tout le monde sait ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
marina53marina53   26 octobre 2015
Les valeurs que bien souvent nous tenons aujourd'hui pour acquises sont le résultat d’âpres luttes. (...)
Chacun doit s'en souvenir - et se souvenir que nous devons prendre le relais et faire à notre tour des sacrifices pour ceux qui viendront après nous.
Commenter  J’apprécie          440
marina53marina53   26 octobre 2015
Quand papa était petit, il vivait en Alabama avec sa famille. Pour Thanksgiving, l'année de ses six ans, les gens de la ville ont commencé à dire qu'un de ses cousins, un adulte, avait volé une dinde. Les Blancs qui sont allés le voir chez lui ce soir-là n'étaient pas des policiers. Il n’y a pas eu de poursuites judiciaires, pas d'enquête. Après ce jour là, le cousin de papa n'a plus jamais marché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
alainmartinezalainmartinez   17 décembre 2015
Les adultes font comme si c’était difficile pour eux — mais ils n’ont pas la moindre idée de ce que nous devons endurer. Nous sommes des pions dans leur jeu — les parents blancs contre les parents noirs. Bo, Eddie et tous leurs copains ne sont que des pions eux aussi. Comme elle. Combien de pions les adultes de chaque camp seraient-ils prêts à sacrifier pour la victoire ?
Page 212
Commenter  J’apprécie          120
Video de Robin Talley (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robin Talley
Lie We Tell Ourselves
autres livres classés : ségregationVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox

Autres livres de Robin Talley (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Avez-vous bien lu "Des mensonges dans nos têtes"?

1) Le roman se déroule...

En Virginie du sud
En Caroline du nord
A Chicago
A Washington

14 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Des mensonges dans nos têtes (MOSAÏC) de Robin TalleyCréer un quiz sur ce livre
. .