AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782914467803
300 pages
Éditeur : Chèvre-feuille étoilée (01/03/2012)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Aux bouleversements qui ébranlent le monde arabe et marquent un tournant sans précédent du Maghreb au Machrek. Quel que soit le temps de maturation, quels que soient les écueils que nous savons nombreux, la force de ces évènements et leur impact sont encore inimaginables y compris hors du « monde arabe ». L'histoire emprunte des chemins inattendus, elle se décentre se passe ailleurs que là où nous l'attendions. Nous sommes sûres que désormais, pour les peuples de ce... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
NicSirkis
  26 mars 2013
Compte Rendu du 8 mars 2012: le Grand Entretien - Wassyla Tamzali C% F. Busnel/France Inter.

Wassyla Tamzali a déjà publié une riche bibliographie.
Un ouvrage compte particulièrement pour elle: Une éducation Algérienne, sorti en 2008 et réédité cette année en Folio-poche chez Gallimard [éditeur chez qui elle a aussi publié Une femme en colère en 2009].
Les éditions Chèvre-feuille étoilée publient en mars 2012 ses Histoires minuscules des révolutions arabes, ouvrage dans lequel elle a invité un panel de quarante-deux hommes et femmes du Maghreb et du Machreb à s'exprimer après le Printemps Arabe qui a fait la Une de l'Actualité Internationale en 2011.
W. Tamzali a déjà publié Burqa en 2008 dans la collection D'un espace, l'autre du Chèvre-feuille étoilée, dirigée par Behja Traversac, ainsi que de nombreuses contributions dans la revue Etoiles d'encre de cette maison d'éditions.
Au cours de la longue et passionnante interview sur France-Inter, où elle était invitée le jour de cette journée internationale du droit des femmes, elle a retracé le courageux et singulier itinéraire qui l'a conduite à ces publications.
Le détonateur, qui a ébranlé la jeune algérienne heureuse qu'elle était, fut l'assassinat de son père le 11 décembre 1957 par un jeune membre du FNL, l'année même où un autre natif d'Algérie célèbre, Albert Camus, recevait le prix Nobel de Littérature.
Wassyla Tamzali explique comment elle mit du temps pour prendre conscience des deux modèles de sociétés qui s'opposent en Algérie, ce grand pays de 34 millions d'habitants dont la moitié - les femmes algériennes- devient le symbole de cette discorde nationale.
Quand à 20 ans, dans l'enthousiasme des années qui ont suivi l'indépendance, Wassyla reprit le flambeau paternel pour libérer le peuple de son pays, elle ne se préoccupait pas d'une lutte spécifiquement féministe :
Pour elle, il allait de soit que la libération nationale engendrerait dans son élan la Libération des Femmes. C'en était le corolaire.
Jeune fille, elle mit son énergie dans la construction d'une Algérie indépendante démocratique.
Si elle assimilait à ce moment-là le féminisme au gauchisme, au sens d'une lutte se trompant de cible, elle raconte avec émotion dans ce grand entretien comment elle a dû ré-envisager cette prise de position.
Sa prise de conscience ultérieure permet de répondre à ceux qui s'interrogent sur la « non implication » de l'Algérie dans le printemps arabe qui a secoué les rives de la Méditerranée l'an dernier. Elle leur rétorque que ce printemps arabe a justement tenté d'y éclore, précurseur de presqu'un quart de siècle en 1988, éclosion qui a été étouffée dans son oeuf… et réprimée sauvagement dans le sang.
La Phase du guépard... Tout y était dans l'ébranlement du pouvoir algérien : Remise en cause du parti unique et toutes les revendications, prémisses des actuels Dégage ! - entendus en 2011.
L'échec de cette demande si vivante de démocratie, déjouée par l'habileté politique des dirigeants qui ont tué la réforme en la caricaturant dans une multitude de réformes, a paralysé les forces revendicatrices de la jeunesse, trahie, abusée et désabusée…
Traumatisée par les revers des actions collectives, la nouvelle génération s'est retranchée dans les aspirations individuelles du Sauvons les meubles, du Chacun pour soi et du cycle système d'où l'idée de démocratie même est dévalorisée.
« On a mangé notre blé vert en 1991 et enterré la démocratie en disant au peuple algérien. ‘Vous avez mal voté' » constate amèrement Wassyla.
L'échec était gravé dans le marbre. La seule idéologie laissée au peuple : la Religion. Car en 1991, dans le pays muselé, sans plus aucun moyen d'expression indépendant, les démocrates ont payé les pots cassés, laissant aux seuls islamistes le droit de réunion autorisée dans les mosquées. le rapport de force a empiété sur le politique. Cependant Wassyla Tasmani prône la confiance en l'avenir:
« La page post-colonialiste est tournée. le pays reste à construire. » …proclame-t-elle avec foi et énergie. Si la révolution lui a été confisquée… une non-révolution en Algérie, ça ne peut pas arriver !

Dans la présentation des Histoires minuscules des révolutions arabes, l'auteure exprime son enthousiasme de découvrir les nouvelles particulières et insolites, sombres ou lumineuses, toutes d'une subtile authenticité, qu'elle a reçues des écrivains qu'elle avait sollicités pour se joindre à elle dans la participation à cet ambitieux projet :
Dresser une parole intime et singulière pour traduire le vécu au sein d'un mouvement collectif. Wassyla a découvert des récits qui l'ont heureusement surprise par l'accent particulier sur les questions touchant à la sexualité qui traversent la plupart d'entre eux. Cette constatation va dans le sens des convictions féministes de WT.

Ces révolutions arabes ont libéré les forces obscures.
Dans ce nouveau livre, les auteurs ont exprimé leur vision subjective de ces révolutions.
L'ouvrage acquiert ainsi une portée originale plus profonde que les raccourcis de rationalité que génèrent les analyses géopolitiques qui font légion. Dans ce volumineux ouvrage, des hommes, tout autant que des femmes, ont choisi d'écrire sur le viol, le corps féminin, le désir, et sur d'autres sujets habituellement tabous.
Ce fait conforte WT dans la pensée que la libération de la femme est le moteur de la politique arabe.
Il oblige à faire face au problème récurrent de la haine des femmes dans la société islamique, cette énigme de la place de la moitié de l'humanité dans les pays maghrébins. Enigme maghrébine sur laquelle elle s'est déjà longuement penchée.
Ce rapport de domination des hommes sur les femmes lui inspire deux anecdotes, qu'elle met en miroir :
La réponse de Marie-Antoinette à qui on annonce que le peuple a faim : « Donnez-leur des brioches ! »
Et celle du Sultan informé par son Vizir que son peuple bouge : « Donnez-leur le plein pouvoir sur les femmes ! »

Wassyla ajoute avec ironie que si l'homme arabe ne pense pas chaque matin en se rasant à être président de la République… il peut rêver à dominer toutes les femmes de sa maison !
Car la grande menace qui effraye les pays arabes c'est l'idée d'égalité entre hommes et femmes ; ce concept qui risquerait d'apporter la démocratie et d'ébranler des régimes autoritaires en place.
D'où la nécessité pour WT de politiser la question de la femme dans ces sociétés.
Et de la re-politiser, si elle a été dépolitisée !
Sinon l'aliénation des femmes les contraint au non-sens contradictoire de choisir librement le geste de soumission de se voiler pour avoir la paix… alors que leurs époux s'habillent à la mode occidentale, délaissant leurs habits traditionnels.

Le noeud gordien étranglant, selon Wassyla Tamzali, le monde islamique est dû aux fondations éthiques basées sur la supposée absence de désir des femmes et à une négation de leur sexualité, qui induisent des comportements d'une schizophrénique contradiction qu'elle dénonce : le paradoxe du string érotique sous le voile intégral, réduisant la femme à être un pur sexe, et non un esprit en action. En refusant la rencontre des femmes dans leur intégrité, les hommes brident toute réelle émotion.

Ce sont à ces « émotions exilées », titre que Wassyla Tamzali avait songé initialement donner à son livre, qu'elle a tendu, proposé, des pages blanches.
Pour oublier les idées, si profondément ancrées au fond des habitudes, affirmant que guerre et violence sont nécessaires.
Débâillonner les émotions latentes enfouies au fond de chacun de nous.
Se laisser guider par la force de désir universel de notre humanité.

Nous étions des enfants de la guerre, de l'ombre, des enfants de la mort, nous confie celle qui plaide pour qu'on laisse entendre nos sentiments d'amour, de soleil, de vie.
Car, dit-elle, l'exil des émotions est un grand danger pour la politique.
Elle est convaincue que si celle-ci passe toujours en avant, reléguant les émotions dans les cachots noirs, de faute et de culpabilité, de la marginalité, les émotions sont pourtant le nerf de tout !

Wassyla Tamzali, citoyenne et femme de lettres profondément camusienne, comme elle se définit elle-même, a conclu son interview en revenant sur l'ambivalence du sentiment d'amour inhérent, tout à la fois pour son père et pour son pays.
J'avais contracté un mariage d'amour et de raison avec Alger, nous avoue-t-elle.
Elle a eu le bonheur de rencontrer la reconnaissance des lecteurs, hommes et femmes de tous les milieux. Ça a été la plus belle et émouvante des récompenses, pour celle qui a toujours considéré ne pas être comme tout le monde, de rencontrer l'adhésion et la compréhension du public, annulant ainsi la dette que son pays avait laissée dans son coeur depuis l'assassinat de son père.
« J'ai écrit pour la part qui n'est pas comme tout le monde, pour tout le monde" nous dit cette écrivaine qui, avec ce livre, espère enfin apporter à son père algérien la sépulture que son pays lui doit, comme Polynice enterré par sa soeur qui a affronté les lois de Créon.
Souhaitons qu'avec toutes les voix – empreintes de toutes ces émotions qui montent du Maghreb au Machreb dans les pages de ces histoires minuscules - notre Antigone-Wazzyla confortera cette symbiose des émotions dévoilées.

Nic Sirkis, le 11 mars 2011 !

Lien : http://chevre-feuille.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Phebe14
  30 janvier 2014
Ce livre rassemble différentes nouvelles écrites par différents auteurs nord-africains. Toutes les histoires ont un rapport avec les révolutions arabes de début 2011.
J'ai beaucoup aimé ce recueil car il nous plonge au coeur de ces vies bouleversées par ce souffle révolutionnaire.
Pourtant je ne suis pas une habituée du genre. Sans doute le sujet d'actualité et le fait que différents auteurs y aient contribué.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
NicSirkisNicSirkis   26 mars 2013
Wassyla Tamzali a déjà publié une riche bibliographie.
Un ouvrage compte particulièrement pour elle: Une éducation Algérienne, sorti en 2008 et réédité cette année en Folio-poche chez Gallimard [éditeur chez qui elle a aussi publié Une femme en colère en 2009].
Les éditions Chèvre-feuille étoilée publient en mars 2012 ses Histoires minuscules des révolutions arabes, ouvrage dans lequel elle a invité un panel de quarante-deux hommes et femmes du Maghreb et du Machreb à s’exprimer après le Printemps Arabe qui a fait la Une de l’Actualité Internationale en 2011.
W. Tamzali a déjà publié Burqa en 2008 dans la collection D’un espace, l’autre du Chèvre-feuille étoilée, dirigée par Behja Traversac, ainsi que de nombreuses contributions dans la revue Etoiles d’encre de cette maison d’éditions.

Au cours de la longue et passionnante interview sur France-Inter, où elle était invitée le jour de cette journée internationale du droit des femmes, elle a retracé le courageux et singulier itinéraire qui l’a conduite à ces publications.

Le détonateur, qui a ébranlé la jeune algérienne heureuse qu’elle était, fut l’assassinat de son père le 11 décembre 1957 par un jeune membre du FNL, l’année même où un autre natif d’Algérie célèbre, Albert Camus, recevait le prix Nobel de Littérature.

Wassyla Tamzali explique comment elle mit du temps pour prendre conscience des deux modèles de sociétés qui s’opposent en Algérie, ce grand pays de 34 millions d’habitants dont la moitié - les femmes algériennes- devient le symbole de cette discorde nationale.

Quand à 20 ans, dans l’enthousiasme des années qui ont suivi l’indépendance, Wassyla reprit le flambeau paternel pour libérer le peuple de son pays, elle ne se préoccupait pas d’une lutte spécifiquement féministe :
Pour elle, il allait de soit que la libération nationale engendrerait dans son élan la Libération des Femmes. C’en était le corolaire.
Jeune fille, elle mit son énergie dans la construction d’une Algérie indépendante démocratique.
Si elle assimilait à ce moment-là le féminisme au gauchisme, au sens d’une lutte se trompant de cible, elle raconte avec émotion dans ce grand entretien comment elle a dû ré-envisager cette prise de position.
Sa prise de conscience ultérieure permet de répondre à ceux qui s’interrogent sur la « non implication » de l’Algérie dans le printemps arabe qui a secoué les rives de la Méditerranée l’an dernier. Elle leur rétorque que ce printemps arabe a justement tenté d’y éclore, précurseur de presqu’un quart de siècle en 1988, éclosion qui a été étouffée dans son œuf… et réprimée sauvagement dans le sang.
La Phase du guépard... Tout y était dans l’ébranlement du pouvoir algérien : Remise en cause du parti unique et toutes les revendications, prémisses des actuels Dégage ! - entendus en 2011.
L’échec de cette demande si vivante de démocratie, déjouée par l’habileté politique des dirigeants qui ont tué la réforme en la caricaturant dans une multitude de réformes, a paralysé les forces revendicatrices de la jeunesse, trahie, abusée et désabusée…

Traumatisée par les revers des actions collectives, la nouvelle génération s’est retranchée dans les aspirations individuelles du Sauvons les meubles, du Chacun pour soi et du cycle système D où l’idée de démocratie même est dévalorisée.
« On a mangé notre blé vert en 1991 et enterré la démocratie en disant au peuple algérien. ‘Vous avez mal voté’ » constate amèrement Wassyla.

L’échec était gravé dans le marbre. La seule idéologie laissée au peuple : la Religion. Car en 1991, dans le pays muselé, sans plus aucun moyen d’expression indépendant, les démocrates ont payé les pots cassés, laissant aux seuls islamistes le droit de réunion autorisée dans les mosquées. Le rapport de force a empiété sur le politique. Cependant Wassyla Tasmani prône la confiance en l’avenir:

« La page post-colonialiste est tournée. Le pays reste à construire. » …proclame-t-elle avec foi et énergie. Si la révolution lui a été confisquée… une non-révolution en Algérie, ça ne peut pas arriver !

Dans la présentation des Histoires minuscules des révolutions arabes, l’auteure exprime son enthousiasme de découvrir les nouvelles particulières et insolites, sombres ou lumineuses, toutes d’une subtile authenticité, qu’elle a reçues des écrivains qu’elle avait sollicités pour se joindre à elle dans la participation à cet ambitieux projet :

Dresser une parole intime et singulière pour traduire le vécu au sein d’un mouvement collectif. Wassyla a découvert des récits qui l’ont heureusement surprise par l’accent particulier sur les questions touchant à la sexualité qui traversent la plupart d’entre eux. Cette constatation va dans le sens des convictions féministes de WT.

Ces révolutions arabes ont libéré les forces obscures.
Dans ce nouveau livre, les auteurs ont exprimé leur vision subjective de ces révolutions.

L’ouvrage acquiert ainsi une portée originale plus profonde que les raccourcis de rationalité que génèrent les analyses géopolitiques qui font légion. Dans ce volumineux ouvrage, des hommes, tout autant que des femmes, ont choisi d’écrire sur le viol, le corps féminin, le désir, et sur d’autres sujets habituellement tabous.

Ce fait conforte WT dans la pensée que la libération de la femme est le moteur de la politique arabe.
Il oblige à faire face au problème récurrent de la haine des femmes dans la société islamique, cette énigme de la place de la moitié de l’humanité dans les pays maghrébins. Enigme maghrébine sur laquelle elle s’est déjà longuement penchée.
Ce rapport de domination des hommes sur les femmes lui inspire deux anecdotes, qu’elle met en miroir :

La réponse de Marie-Antoinette à qui on annonce que le peuple a faim : « Donnez-leur des brioches ! »
Et celle du Sultan informé par son Vizir que son peuple bouge : « Donnez-leur le plein pouvoir sur les femmes ! »

Wassyla ajoute avec ironie que si l’homme arabe ne pense pas chaque matin en se rasant à être président de la République… il peut rêver à dominer toutes les femmes de sa maison !
Car la grande menace qui effraye les pays arabes c’est l’idée d’égalité entre hommes et femmes ; ce concept qui risquerait d’apporter la démocratie et d’ébranler des régimes autoritaires en place.

D’où la nécessité pour WT de politiser la question de la femme dans ces sociétés.
Et de la re-politiser, si elle a été dépolitisée !
Sinon l’aliénation des femmes les contraint au non-sens contradictoire de choisir librement le geste de soumission de se voiler pour avoir la paix… alors que leurs époux s’habillent à la mode occidentale, délaissant leurs habits traditionnels.

Le nœud gordien étranglant, selon Wassyla Tamzali, le monde islamique est dû aux fondations éthiques basées sur la supposée absence de désir des femmes et à une négation de leur sexualité, qui induisent des comportements d’une schizophrénique contradiction qu’elle dénonce : Le paradoxe du string érotique sous le voile intégral, réduisant la femme à être un pur sexe, et non un esprit en action. En refusant la rencontre des femmes dans leur intégrité, les hommes brident toute réelle émotion.

Ce sont à ces « émotions exilées », titre que Wassyla Tamzali avait songé initialement donner à son livre, qu’elle a tendu, proposé, des pages blanches.
Pour oublier les idées, si profondément ancrées au fond des habitudes, affirmant que guerre et violence sont nécessaires.
Débâillonner les émotions latentes enfouies au fond de chacun de nous.
Se laisser guider par la force de désir universel de notre humanité.

Nous étions des enfants de la guerre, de l’ombre, des enfants de la mort, nous confie celle qui plaide pour qu’on laisse entendre nos sentiments d’amour, de soleil, de vie.
Car, dit-elle, l’exil des émotions est un grand danger pour la politique.
Elle est convaincue que si celle-ci passe toujours en avant, reléguant les émotions dans les cachots noirs, de faute et de culpabilité, de la marginalité, les émotions sont pourtant le nerf de tout !

Wassyla Tamzali, citoyenne et femme de lettres profondément camusienne, comme elle se définit elle-même, a conclu son interview en revenant sur l’ambivalence du sentiment d’amour inhérent, tout à la fois pour son père et pour son pays.
J’avais contracté un mariage d’amour et de raison avec Alger, nous avoue-t-elle.

Elle a eu le bonheur de rencontrer la reconnaissance des lecteurs, hommes et femmes de tous les milieux. Ça a été la plus belle et émouvante des récompenses, pour celle qui a toujours considéré ne pas être comme tout le monde, de rencontrer l’adhésion et la compréhension du public, annulant ainsi la dette que son pays avait laissée dans son cœur depuis l’assassinat de son père.

« J’ai écrit pour la part qui n'est pas comme tout le monde, pour tout le monde" nous dit cette écrivaine qui, avec ce livre, espère enfin apporter à son père algérien la sépulture que son pays lui doit, comme Polynice enterré par sa sœur qui a affronté les lois de Créon.

Souhaitons qu’avec toutes les voix – empreintes de toutes ces émotions qui montent du Maghreb au Machreb dans les pages de ces histoires minuscules - notre Antigone-Wazzyla confortera cette symbiose des émotions dévoilées.

Nic Sirkis, ce 11 mars 2011 !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Phebe14Phebe14   30 janvier 2014
"Les révolutions arabes m'ont sortie de cette longue retraite. Un voile intérieur s'est déchiré. J'étais émue aux larmes quand je regardais les foules libérées de la peur de dire, prendre la parole, sortir du mutisme. Tunisie, Libye, Yémen, Bahreïn, Syrie. J'étais libérée de la peur. Je croyais de nouveau en mes terres d'origine.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Wassyla Tamzali (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Wassyla Tamzali
7 mars 2010:
Le mot de l'éditeur : Wassyla Tamzali, féministe algérienne, interpelle les intellectuels occidentaux qui se sont battus pour l'universalité des droits de la personne humaine, et se montrent aujourd'hui incapables de penser cette universalité au-delà de l'Europe. Eux qui ont défendu les principes démocratiques fondamentaux dans leurs pays, eux qui ont milité pour la décolonisation, auraient-ils oublié leurs combats? Ce livre met en lumière le renoncement de la pensée européenne devant la montée en puissance des groupes communautaires. En prenant pour indices la condition des femmes, la liberté de conscience ou la diversité culturelle, l'auteur passe au crible les idées de tolérance, de " laïcité ouverte ", d' "Islam modéré", de " droit à la culture ", et leurs conséquences politiques dans les pays arabes et musulmans.
+ Lire la suite
autres livres classés : démocratieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
154 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre