AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2723466361
Éditeur : Glénat (07/01/2009)

Note moyenne : 3/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Ce manga en un seul volume offre une expérience saisissante : la redécouverte de trois grands classiques de la littérature de la fin du siècle dernier, interprétés par un mangaka au trait unique et inspiré : Gou Tanabe.

The Outsider de H.P. Lovecraft ouvre le bal de ce triptyque envoûtant avec le récit glaçant d’un individu prisonnier d’un bien étrange château… Suivent ensuite La maison à la mezzanine de Chekhov et 26 men and a girl de Gorki. Enfin, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nebalfr
  24 juillet 2018
LOVECRAFT ET... COMPAGNIE ? (PAS EXACTEMENT NÉGLIGEABLE)

Étrange synchronicité (ou complot anti-nébalien) : à peu près à la même époque, vers décembre dernier, deux lectures parallèles m'ont en même temps incité à me pencher sur l'univers du mangaka Tanabe Gou… et plus précisément sur ses adaptations de Lovecraft. le nom m'est apparu tout d'abord dans l'article de Jérôme Dutel « Dessiner celui qui est d'ailleurs : une étude autour de Lovecraft et la bande dessinée », dans Lovecraft au prisme de l'image, recueil critique édité par Christophe Gelly et Gilles Menegaldo, article dans lequel l'auteur compare plusieurs adaptations en BD de la nouvelle de Lovecraft « Je suis d'ailleurs » (« The Outsider » en VO), et réserve en définitive une bonne note à cette adaptation japonaise dont je n'avais alors jamais entendu parler.

Puis, dans le n° 4 de la revue Atom, lu un peu après, figurait une interview de l'auteur, assortie de quelques critiques de ses oeuvres publiées – et me révélant (?) que Tanabe Gou avait remis ça avec Lovecraft : bien loin de n'avoir adapté que « Je suis d'ailleurs », il lui a par la suite consacré six autres volumes (dont une adaptation en trois tomes des Montagnes Hallucinées) ; et les dessins illustrant l'interview étaient plus qu'alléchants…

À ce stade, il me fallait lire ça, forcément – enfin, The Outsider, car les autres titres lovecraftiens n'ont pas encore été traduits, mais ça serait prévu ; on trouve quelques autres BD de l'auteur en français, notamment Kasane, en deux tomes, un récit d'horreur là encore, et Mr Nobody, en trois tomes, sorte de thriller architectural (?). Mais le titre ne doit pas tromper : le présent volume est un recueil d'histoires courtes – « The Outsider » n'est que la première, et fort brève. le reste s'éloigne passablement de Lovecraft, puisque, au sommaire, se trouvent également une nouvelle de Tchekhov, « La Maison à mezzanine », et une autre de Gorki, « Vingt-six gars et une fille », puis, retour à l'horreur, une histoire cette fois originale en cinq parties, « Ju-ga ».

GAMMES ET OBSESSIONS

Cette étonnante table des matières a ses explications – car The Outsider est en fait, d'une certaine manière, un volume d'apprentissage : littéralement, Tanabe Gou y fait ses gammes… L'auteur est repéré en tant que dessinateur, avec un style assez personnel, qui rompt pour partie avec les codes du manga, et a certains côtés « européens », notamment (pas seulement : dans l'interview d'Atom, on évoque aussi à bon droit Bernie Wrightson, par exemple). Mais, de son propre aveu, Tanabe Gou n'est pas scénariste, et même, il ne sait pas raconter des histoires… Son éditeur d'alors (dans la revue Monthly Comics Beam, semble-t-il assez ouverte à l'expérimentation, et ce n'est pas pour rien qu'elle l'avait repéré) l'engage à adapter des nouvelles pour travailler les mécanismes de la narration.

Intéressé par la littérature russe, Tanabe sélectionne d'abord une nouvelle de Gorki, puis une autre de Tchekhov ; mais il goûte aussi l'horreur, et choisit d'adapter une nouvelle de Lovecraft (j'ai cru comprendre qu'il ne le connaissait pas forcément plus que ça jusqu'alors) – et, en parallèle puis un peu après, il livre les cinq épisodes de « Ju-ga », une histoire originale cette fois, mais également dans une veine horrifique, qu'il cultivera prioritairement par la suite.

Mais ce sommaire n'est pas forcément si incongru ou a fortiori incohérent qu'on pourrait le croire : les quatre histoires, chacune à sa manière, traitent au moins pour partie des mêmes thèmes, obsédants, que sont la solitude, et les démons intérieurs ; et l'idée que l'art a à faire avec ces difficultés, et permettrait éventuellement de les exorciser, est également récurrente, « Ju-ga » en constituant la matérialisation la plus franche.

Dans l'absolu, c'est une approche plutôt intéressante. Seulement voilà : il s'agit bien d'un auteur qui apprend. Pas d'un génie qui brille d'emblée sur tous les plans. Au contraire, il se confronte à ses faiblesses. Et le résultat est plus ou moins convaincant – à vrai dire assez peu, voire plutôt pas, en ce qui me concerne… Essayons de voir pourquoi, en envisageant successivement les différents récits constituant ce recueil.

LE LABEUR DANS LA CAVE

Les trois adaptations, dans cette compilation, figurent dans l'ordre inverse de leur réalisation. Il me paraît plus intéressant, toutefois, de les envisager ici dans ce dernier. Et je commencerai donc avec les adaptations de Gorki et Tchekhov… sachant que je ne connais quasiment rien à la littérature russe (cela fait des années que je me dis qu'il faut que j'y remédie, mais ça ne s'est jamais fait), et, honte sur moi, je n'ai notamment jamais rien lu de ces deux auteurs en particulier. Bouh...

Maxime Gorki, donc, avec « Vingt-six gars et une fille », qui paraît en revue en 2002. Chassez toute image parasite de Jean Dujardin (pardon, vraiment, pardon), on fait ici dans une ambiance glauque, avec un côté un peu surréaliste-bizarre (mais sans doute aussi engagé), qui m'évoque pas mal le contemporain Kafka (lui, je l'ai beaucoup pratiqué, par contre).

Des « prisonniers » préparent du pain comme sur une chaîne de montage, dans une cave tant qu'à faire. Chaque jour, une charmante jeune fille vient leur réclamer du pain – elle est littéralement leur rayon de soleil. Mais voici qu'un nouveau mitron (hiérarchiquement leur supérieur, au point où l'on croit tout d'abord passer d'une classe à l'autre, et pourtant le mitron n'est probablement pas tant lui-même un exploiteur qu'une autre forme d'exploité), un ancien soldat (dit-il ?) fantasque et arrogant, parfaitement détestable, et si fier de ses innombrables conquêtes amoureuses, est mis au défi par les prisonniers de faire la démonstration de ses talents sur la jeune fille…

Des trois adaptations, celle-ci, qui est donc la plus ancienne... et c'est à mon sens et de loin la plus réussie. le dessin est travaillé, dans un style personnel qui ne manque pas de faire de l'effet – notamment, le labeur des prisonniers a quelque chose qui évoque une forme d'enfer concentrationnaire, à même de glacer le sang, et qui traduit en même temps l'ambiguïté de la condition des boulangers ; la jeune fille est effectivement rayonnante, le mitron parfaitement ridicule et insupportable.

La farine prend (pardon), et le récit fonctionne – je ne peux pas dire quoi que ce soit de la qualité ou de la fidélité de l'adaptation, mais, oui, c'est globalement une réussite, prise en tant que telle. Et, sans être un récit d'horreur à proprement parler, il en reprend certains codes, avec pertinence.

L'ARTISTE PARLE TROP (?)

Il n'en va pas de même pour la nouvelle d'Anton Tchekhov « La Maison à mezzanine » (2004), cette fois totalement détachée de l'horreur…

Nous y voyons une sorte d'amour impossible, où N., le séducteur/séduit, un peintre porté sur l'histrionisme et la provocation à peu de frais, s'aliène avec sa philosophie (ou peut-être plus exactement en jouant son rôle par réflexe) la soeur aînée de son aimée, tellement bonne, engagée, charitable qu'elle en devient également horripilante. le narrateur ruine ainsi jusqu'à la simple possibilité d'approcher l'aimable et pure cadette, Missiou, et ne s'en relèvera jamais vraiment.

Cette nouvelle est semble-t-il très connue en Russie – sa dernière phrase y a intégré le langage courant, nous dit-on. Hélas, cette adaptation ne me paraît pas du tout fonctionner… et a suscité au mieux mon indifférence, plus probablement mon rejet.

Le dessin y a sa part, plus que conséquente – et c'est ennuyeux, au regard des principes de ce recueil : la proposition graphique n'est sans doute pas aussi « évidente » que pour la nouvelle de Gorki, mais, si l'usage du noir (récurrent, forcément) produit occasionnellement quelques réussites comparables, dans la figuration très abstraite des décors extérieurs, j'ai le sentiment que Tanabe Gou ne sait pas vraiment quoi faire de ses personnages – et il pèche notamment pour ce qui est de la caractérisation ; à vrai dire, je leur trouve à tous sans exception un air de batracien, et le « masque d'Innsmouth » n'est pourtant guère à sa place ici…

La narration pèche tout autant, notamment quand le peintre, qui est donc aussi le narrateur, expose ses idées provocantes : le texte envahit alors les cases, au point de réprimer le dessin – d'une certaine manière, c'est pertinent, puisque c'en devient aussi horripilant que ça l'est, probablement, aux oreilles de la soeur de Missiou qui entend ces fadaises, mais la tentative graphique rate pourtant son coup, en se montrant simplement fatigante et… moche.

Comme l'est globalement chaque page de cette adaptation, hélas. le moment le plus faible de ce recueil à mes yeux. de loin.

LE MONSTRE EST À L'INTÉRIEUR

Et on en arrive à « The Outsider », de H.P. Lovecraft – un pas de plus vers l'horreur, donc, devenue par la suite le genre de prédilection de l'auteur (qui dit avoir été inhabituellement content de son travail à l'occasion de cette adaptation – un bref commentaire suit en effet chaque histoire de ce recueil, sur un ton morne qui colle comme un gant à ce que l'on entrevoit de l'auteur...).

« Je suis d'ailleurs », comme on la connaît de par chez nous, est une nouvelle très particulière dans la bibliographie de Lovecraft – une allégorie étouffante, particulièrement casse-gueule à adapter. Bizarrement, le défi représenté par cette histoire n'en a que davantage incité bien des auteurs à tenter de le faire… Je vous renvoie à l'article de Jérôme Dutel précité, et, pour ma part, c'est au moins (au moins...) la troisième adaptation BD que j'en lis, après celles de Horacio Lalia et d'Erik Kriek… qui ne m'avaient pas vraiment convaincu (sauf erreur, Alberto Breccia n'a pas adapté cette histoire dans son extraordinaire Les Mythes de Cthulhu ? C'est en tout cas un illustrateur d'un tout autre calibre…).

L'approche de Tanabe est probablement bien plus intéressante que ces deux versions – parce qu'il s'approprie davantage le texte, et il a raison. En fait, il se permet même de « tricher », en sortant de la seule « vue subjective » couramment associée à ce récit : nous voyons l' « Outsider », nous ne voyons pas à travers ses yeux ; or cet « Outsider », représenté ainsi vu de l'extérieur, n'a rien de l'horrible créature que nous savons. de toute façon, cette version met à mal le fameux twist de la nouvelle (qui ne surprend plus personne depuis fort longtemps)… d'autant plus que ce volume lui réserve les honneurs de la couverture ! (Avec un sympathique effet de miroir, eh, forcément, qui ne transparaît pas dans l'illustration de cet article.) Ça n'est en rien un problème – en fait, cette « tricherie », que je ne devrais sans doute pas qualifier ainsi, est tout à fait intéressante, car elle rajoute une couche de sens au récit de l' « Outsider », différent peut-être de ce que l'on trouve chez Lovecraft, mais qui fait probablement mouche, d'une autre manière, peut-être plus juste d'ailleurs, au regard des préoccupations du dessinateur (mais il serait également tentant de revenir en définitive à Lovecraft et à ce qui l'avait motivé à écrire cette nouvelle à part).

Cependant, je n'ai pas été véritablement convaincu, en dépit de ces choix dans l'absolu assez pertinents. Tanabe Gou dit avoir consacré beaucoup de temps au dessin de cette adaptation par ailleurs assez brève, mais il m'a plus ou moins emballé – l'usage du noir, bien plus marqué que dans les deux récits précédents, produit certes des moments oppressants, mais l'ensemble m'a plutôt indifféré, une fois de plus, et, pour le coup, la dose peut-être supplémentaire de codes du manga quand il s'agit de représenter le narrateur, pertinente dans le fond, m'a paru rater son coup dans la forme.

Cependant, le vrai problème dans cette adaptation, à mes yeux, réside dans la narration : d'une part, tout cela me paraît aller bien trop vite ; mais, surtout, ce rythme et au moins autant sinon plus le texte de la BD confèrent au récit un côté finalement très prosaïque, qui me parait louper le coche. La nouvelle de Lovecraft déploie un style ultra-chargé – qui peut très légitimement écoeurer, mais qui est pourtant très à propos dans cette allégorie plus qu'appuyée, a fortiori quand elle tombe sous les yeux d'un ado porté sur le romantisme sombre, comme votre serviteur et sans doute un certain nombre d'autres : qui a découvert « Je suis d'ailleurs » dans ces conditions s'en souviendra probablement toute sa vie. La figuration du narrateur va pourtant dans ce sens – et si, dans le recueil, « The Outsider » précède « La Maison à mezzanine », en y revenant, notre goule dépressive a bien quelque chose du peintre N. Et c'est très juste. Mais le ton ne convient pas – il y manque l'emphase lovecraftienne ; on peut trouver le style du gentleman de Providence lourdaud, de manière générale, et c'est bien naturel, mais il a rarement été aussi à propos que dans ce texte précisément. le prosaïsme de l'adaptation, à mon sens, en atténue considérablement l'effet. Avis qui n'engage que moi, et je ne sais pas si la traduction y a eu sa part.

En tout cas, quelles qu'en soient les raisons, cette adaptation m'a globalement laissé… oui, indifférent, une fois de plus. J'y reconnais de bonnes idées, il y a de belles cases, un beau noir envahit les pages, mais je trouve que ça ne fonctionne pas vraiment.

LE DESSIN COMME EXORCISME

« The Outsider » paraît en revue en avril 2004 – un mois seulement après « La Maison à mezzanine », et on a pourtant l'impression qu'il s'est passé bien plus de temps entre les deux, d'une approche passablement différente. Mais, dès février, Tanabe avait publié dans la même revue le premier épisode de « Ju-ga », une histoire originale cette fois, et quatre autres épisodes suivront durant cette même année et la suivante.

Dans ses thématiques, cette « fausse série » s'avère en fin de compte très proche des trois adaptations : le thème récurrent de la solitude y est très appuyé, mais aussi l'idée du dessin comme permettant d'exorciser ses démons intérieurs – ceux qui ruinent la vie aussi bien des « prisonniers » boulangers que du peintre N. et de l' « Outsider ». le recueil, finalement, est donc bien plus cohérent qu'il n'en donne tout d'abord l'impression.

Et ce même si l'histoire de « Ju-ga » semble tout d'abord prendre le contrepied de ce qui précède – ces histoires russes et américaine, même si leur encrage, pardon, ancrage dans la réalité est globalement assez limité (sauf éventuellement pour Tchekhov, mais les deux autres sont à ce stade hors-concours). le cadre est cette fois bien défini, bien précisé, historique, et japonais : nous sommes durant l'ère Kyôhô (1716-1735, donc pendant l'époque d'Edo), une période difficile, où la famine, notamment, fait des ravages. Et nous suivons un moine itinérant du nom de Gibon Gensho, lequel pratique l'art du « ju-ga », soit une peinture magique qui capture les démons (littéralement : ils ne sont pas, ou pas seulement, de caractère allégorique), afin de libérer de leur emprise des individus qu'ils ont poussé au crime.

Un aspect intéressant du récit est d'ailleurs la compassion très poussée du moine, qui offre ainsi une échappatoire à des personnages ayant commis des atrocités : nulle envie pour lui de les sanctionner, de les sermonner, de les précipiter en enfer ou que sais-je – ce n'est pas son office et il n'est pas du genre à mettre en avant leur culpabilité ; ce sont les démons qui ont fait le mal… Je ne saurais dire quels sont les sutras que le bonze répète sans cesse en accomplissant sa mission, mais je suppose que cette manière de voir les choses doit beaucoup à certains courants de l'amidisme, qui offrent le salut à tous, même aux pires criminels.

Maintenant, ce postulat en tant que tel très intéressant… n'est pas forcément développé de la manière la plus adroite. Ces cinq « épisodes », très brefs par ailleurs, racontent en gros chaque fois la même histoire, et ne s'embarrassent d'ailleurs guère de texte. Clairement, le scénario n'est pas l'atout majeur de « Ju-ga »…

Non. C'est le dessin. Parce que, si le premier épisode de « Ju-ga » a été publié avant « La Maison à mezzanine » et « The Outsider », on a l'impression qu'il s'agit de tout autre chose, de bien plus tardif et mur – voire carrément d'un autre dessinateur. Et là, pour le coup, le dessin est vraiment brillant de bout en bout.

Du moins, sur le plan purement esthétique… le trait de Tanabe est beaucoup plus personnel (s'agissait-il, en fin de compte, de se libérer de l'exercice de l'adaptation littéraire, qui avait des effets pervers ?), et les
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sphilaptere
  28 avril 2018
Lovecraft, Tchekhov, Gorki, Tanabe adapte en BD trois nouvelles classiques de la littérature occidentale. Arrivé là, j'étais sur le point de tracer une croix sur cet auteur tant le résultat me semblait mièvre et déprimant, les personnages anémiques et déprimés, les décors et les costumes sommaires et anachroniques, sous une lumière blafarde, malgré un trait très personnel et une maîtrise de l'éclairage. D'autant que je ne suis franchement pas un amateur d'adaptations littéraires en BD.
Et puis il y a la deuxième moitié de l'album, une oeuvre originale en feuilleton de cinq courts chapitres. Est-ce la liberté du thème, le changement de civilisation ? J'ai eu l'impression de lire un tout autre auteur.
1 – Un moine exorciste maniant le pinceau l'encre et le papier à la manière d'une arme, comme un test de rorschach à l'envers, magique et libérateur.
2 – Le dessin un peu déprimé explose maintenant périodiquement en mouvements dynamiques et devient très rythmé.
3 – La mise en scène laisse la place à des scènes étonnantes en pleine page avec des compositions hardies.
4 – Des monstres polymorphes et inquiétants, tous surgis des noires profondeurs de l'âme humaine.
5 – Tous ces personnages en proie à leurs démons, au sein d'un environnement qui broie les hommes et les femmes.
Ma note se rapporte à la deuxième partie. Prochaine étape : lire un peu plus de Lovecraft par Tanabe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
Videos de Gou Tanabe (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gou Tanabe
Vos libraires ? Gérard Collard et Thomas Raymond vous proposent un mercredi sur deux leurs coups de coeur et leurs coup de gueule littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs (Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel)? Voici la liste des livres présentés dans le deuxième numéro de la deuxième saison de la Petite Librairie : ? ? Les Chiens de Détroit de Jérôme Loubry aux éditions Livre de Poche ??https://www.lagriffenoire.com/125656-nouveautes-polar-les-c? ?Le douzième chapitre de Jérôme Loubry aux éditions Livre de Poche ??https://www.lagriffenoire.com/1013642-nouveautes-polar-le-d? ?Les refuges de Jérôme Loubry aux éditiions Calmann-Lévy ??https://www.lagriffenoire.com/1013457-romans--les-refuges.h? ? ?HS 7244 de Lorraine Letournel Laloue aux éditions Belfond ??https://www.lagriffenoire.com/1014109-nouveautes-polar-hs-7? ? ?Le rêve d?un fou de Nadine Monfils aux éditions Fleuve ??https://www.lagriffenoire.com/1016562-divers-litterature-le? ? ?Les chefs d'oeuvre de Lovecraft - Les Montagnes hallucinées T01 (01) de Gou Tanabe et Sylvain Chollet aux éditions Ki-oon ??https://www.lagriffenoire.com/127260-achat-bd-les-chefs-d-o? ?Les chefs d'?oeuvre de Lovecraft - Les Montagnes hallucinés T02 (2) de Howard phillips Lovecraft, Gou Tanabe aux éditions Ki-Oon ??https://www.lagriffenoire.com/143506-livres-mangas-les-chef? ?Les chefs-d'oeuvre de Lovecraft - Dans l'Abîme du temps de Gou Tanabe, Howard phillips Lovecraft aux éditions Ki-Oon ??https://www.lagriffenoire.com/1015707-livres-mangas-les-che? ? ?Un autre tambour de William Melvin Kelley aux éditions Delcourt ??https://www.lagriffenoire.com/1013462-divers-litterature-un? ? ?Ces rêves qu'on piétine de Sébastien Spitzer aux éditions Livre de Poche ??https://www.lagriffenoire.com/136576-romans-historiques-ces? ?Le Coeur battant du monde de Sébastien Spitzer aux éditions Albin Michel ??https://www.lagriffenoire.com/1011571-romans-historiques-le? ? ?Vagin tonic de Lili Sohn aux éditions Casterman ??https://www.lagriffenoire.com/118397-achat-bd-vagin-tonic.h? ?Mamas de Lili Sohn aux éditions Casterman ??https://www.lagriffenoire.com/1014687-achat-bd-mamas.html ? ?Boule de foudre de Liu Cixin et Nicolas Giovanetti aux éditions Actes Sud ??https://www.lagriffenoire.com/1013223-livres-de-science-fic? ?Le problème à trois corps de Cixin Liu et Gwennaël Gaffric aux éditions Actes Sud ??https://www.lagriffenoire.com/56192-sci-fi-le-probleme-a-tr? ? ?
+ Lire la suite
autres livres classés : interviewVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
290 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre