AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9782715232228
Éditeur : Mercure de France (01/09/2011)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Amalia racontait les ronces qui envahissaient les chemins, les oliviers qui partaient à l’assaut des collines et dont, quand elle était petite, elle avait tellement peur. Elle racontait les brebis dans les granges et les murets de pierres sèches le long des champs. Le sentier qui menait à la falaise et l’âne un jour qui a sauté. Dans ces moments-là, Amalia redevenait pour un instant la petite fille qu’elle avait été, rêvant du monde entier sans avoir jamais quitté s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
choupynette
  30 septembre 2011
Amalia Albanesi est une jeune fille que certains dans son village perdu dans les Pouilles au début du XXème siècle trouvent un peu bizarre depuis que l'âne qu'elle emmenait brouter sur les chemins est tombé de la falaise. Un jour, Stepan, beau brun exotique aux yeux verts débarque dans le village. Avec des histoires de voyage, de villes lointaines plein la bouche. Amalia, contre l'avis de ses parents (un étranger, vous pensez) épouse l'homme, espérant quitter le village. Ce village dont la poussière rouge ne vous quitte plus. Même à des milliers de kilomètres. Ce qu'à force de persévérance elle fait, grâce à son talent incomparable pour la broderie (cela vous rappelle une autre héroïne de roman?). Abandonnant leurs deux fils aux "bons" soins de la famille Albanesi.
Point de départ de cette histoire familiale intéressante, contée par l'arrière-petite fille d'Amalia à son propre fils, ce couple atterit au Caire, pour en repartir et se séparer. Les rêves d'Amalia n'étaient décidément pas ceux de Stepan. Dont on ne saura jamais d'où il venait, ni où il a finit.
Au début, j'ai cru que ce roman de Sylvie Tannette serait un portrait de femme, mais en fait, c'est un portrait de femmes. Cependant, je suis restée sur ma faim. Ce livre est beaucoup trop court pour moi. J'ai eu l'impression que l'auteure ne faisait que survoler des personnages dont je sentais tout le potentiel romanesque, Amalia à la détermination farouche de richesseet d'élévation sociale, Elias le révolutionnaire, Luna effacée mais pourtant suffisamment forte pour s'opposer à sa mère Amalia. de même, les lieux visités sont trop peu décrits, il m'a manqué les couleurs et les odeurs du Caire. Avec Bari, j'ai eu l'impression que l'auteur se décidait enfin à planter un décors, une atmosphère, mais ce fut un peu pareil pour Marseille: pas grand chose à se mettre sous la dent en terme d'atmosphère et d'images.
Cela tient très probablement au fait que la narratrice, arrière-petite-fille donc d'Amalia, ne sait finalement pas grand chose de ses ancêtres et de leurs vies. du coup, la lectrice que je suis a l'impression fâcheuse de se voir servir un amuse-bouche plutôt qu'un repas complet, si je puis me permettre cette métaphore culinaire. (c'est que je commence un peu à avoir faim, là).
Pourtant tant de thèmes sont abordés, et si intéressants: la Méditerranée centrale dans l'histoire, émigration, guerre d'Espagne, Marseille si métissée, la place des femmes dans la société. Mais voilà, c'est effleuré.
C'est agréable, cela se lit bien, même si je ne suis pas fan du style "parlé" a priori. J'aurais aimé au moins 100 pages de plus, car j'ai vraiment été accrochée par cette famille.
Lien : http://ya-dla-joie.over-blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bookine92
  22 octobre 2011
Quelle ne fut pas ma (bonne !) surprise de découvrir ce petit livre dans ma boîte aux lettres. Je n'avais pas reçu le mail de confirmation de Babelio. Surprise donc, mais ravie, je tourne l'ouvrage pour découvrir le 4ème de couverture. Et là je comprends déjà que ce livre a tout pour me plaire.
Cette histoire réunie beaucoup d'ingrédients pour me parler directement. Téo est un petit garçon de 8 ans qui doit construire son arbre généalogique pour l'école en un week-end. Avec l'aide de sa maman, ils tentent de remonter les méandres de l'histoire familiale. L'histoire se concentre essentiellement sur la famille maternelle du petit garçon et l'on comprend assez vite qu'un week-end est bien court !
Amalia Albanesi est le nom de l'arrière-arrière grand-mère du petit garçon, au destin singulier. Elle quitte en effet son village des Pouilles pour vivre sa propre vie en Egypte. Ce livre si court apporte pourtant beaucoup de dépaysement. Les personnages rencontrés nous font voyager sur le pourtour méditerranéen depuis l'Italie, la Croatie, en passant par le Liban ou encore l'île de Malte !
J'ai été absolument conquise par l'écriture fluide et douce de Sylvie Tanette qui signe ici son premier roman. J'ai aussi été directement touchée par cette histoire de femmes sur plusieurs générations. Forcément, cette histoire ne pouvait que me parler. J'avais même jusqu'à l'impression de lire celle de mes propres aïeules, l'histoire des femmes de ma famille….la référence à Malte et la description de la Valette y sont pour beaucoup ;)
Comment en effet en lisant cette histoire, ne pas penser à ma propre arrière-grand-mère qui quitta son île natale, Malte donc, à l'âge de 14, pour se retrouver en terre inconnue et tout reconstruire ? Comment non plus ne pas penser à toi, ma chère cousine, qui 80 ans plus tard décide de s'installer sur cette île d'où nous venons en partie ? Amalia devenait donc indirectement ma mémé, dont moi aussi je ne sais que peu de choses. Comme pour Téo, construire mon arbre généalogique en un week-end est impossible ! Comme pour Téo, dans ma famille maternelle les personnages les plus emblématiques sont des femmes.

Le livre est court et bien rythmé ce qui fait que l'on plonge à travers l'histoire de plusieurs générations en un peu plus d'une centaine de pages. Ma première réaction a été de me dire que c'était bien trop court. Avec le recul, c'est parfait !
Je recommande cette lecture coup de coeur.
Je remercie Babelio et les éditions Mercure de France pour ce partenariat.

Lien : http://mediatexte.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
virginie-musarde
  10 octobre 2015
Quel plaisir de retrouver ce petit bijou dans ma bibliothèque ! Un roman délicat, nostalgique, qui célèbre l'Italie et la Méditerranée, qui raconte l'héritage et la filiation, les souvenirs des femmes d'une famille, leurs "grandes" aventures amoureuses et cette terre rouge de Tornavalo qui les suit partout en grains de poussière tenaces.
Je me suis régalée à naviguer d'Alexandrie à Bari, à faire une pause au bazar d'Istanbul ou dans les orangeraies du Liban, à lire l'histoire de la femme de Loth changée en statue de sel que se transmettent les femmes de la famille (c'est leur identité, leur force de "ne pas se retourner" quand on part vivre sa vie). J'ai aimé le caractère bien trempé d'Amalia l'arrière-grand-mère des Pouilles, son regard noir et sa réputation de folle, sa fierté et son talent de brodeuse, mais aussi Luna sa fille qui ancre la famille à Marseille, et la narratrice dont on ne connait pas le prénom qui raconte ce drôle de passé d'émigrants à son fils.
Seul regret : que le roman soit court (même si le rythme que cela procure est un enchantement) et que l'auteur n'est rien publié depuis cette merveille de poésie : le style est fluide, ciselé, les mots justes et tendres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
biblio47
  16 mars 2012
Sollicitée par son fils de huit ans qui doit rendre un devoir sur son arbre généalogique, la narratrice va partir à la recherche de ses ancêtres. Une recherche qui entraîne le lecteur dans la profondeur d'un petit village italien dans la région des Pouilles pour parcourir à travers les différents protagonistes de l'histoire, Istanbul, Malte, le Liban, Alexandrie et enfin Marseille.
Un récit très court où les paysages des différentes contrées sont décrits à travers ces personnages, ascendants de ce petit garçon et de sa mère qui va découvrir elle aussi au fur et à mesure ces femmes et ces hommes qui font son patrimoine humain. Personnages aux origines multiples, durs ou attachants, où les vies sont embellies ou noircies selon les témoignages de la grand-mère de l'enfant. J'ai aimé cette promenade dans le temps, l'écriture aux descriptions vivantes et colorées qui laisse à la fin de la lecture du roman une envie indescriptible de partir à la recherche de nos arrières grands parents, lien indéfinissable de notre propre existence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
spleen
  29 septembre 2011
A la demande de son fils qui doit remplir un arbre généalogique pour sa maitresse, la narratrice retrace le parcours de ses aieux et en particulier de son Arriere grand-mère Amalia Albanesi partie de son village des Pouilles au bras de son bel étranger de mari pour Alexandrie.
Ce livre raconte le courage de ces femmes qui quittent un milieu familial souvent rural pesant et serti de contraintes et de prejugés et l'on ne peut qu'admirer ces heroines amoureuses qui partaient vraiment pour l'Inconnu .
J'ai été déçue par contre par le style de Sylvie Tanette qui emploie un Français tres commun, répetitif et assez pauvre, fait d'expressions plutot orales qui ne rendent pas la lecture agréable, ce sont une succession d'impressions ou de suppositions et de conversations telephoniques.
Ce livre ne me laissera pas un grand souvenir.
je remercie Masse Critique et les Editions du Mercure de m'avoir fait decouvrir cet auteur.

Lien : http://lejournaldelouloune.o..
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ladyogaladyoga   14 février 2013
Quand ton arrière- grand-père est arrivé à Tornavalo, le village s'est arrêté de respirer.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sylvie Tanette (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Tanette
Vidéo de Sylvie Tanette
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre