AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782267016451
398 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (05/11/2002)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Prix : 25 €

Dorothea Tanning est un grand peintre surréaliste et la femme de Max Ernst. C'est entre ces deux vies que s'écrit cette autobiographie attachante, pétillante de malice et d'humour, mais aussi traversée de grandes tristesses pudiques. De New York à Paris, en passant par le désert d'Arizona, un jardin en Touraine et une colline en Provence, Dorothea retrace, de « nid » en « nid », le parcours d'une femme, mais aussi celui du couple qu'elle ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
claudeparis
  06 juillet 2015
Dorothea Tanning est née en 1910, aux Etats-Unis, d'une famille d'origine suédoise. Passionnée de dessin (elle débute dans la carrière artistique comme dessinatrice publicitaire), elle suit des cours d'art à l'Institut d'art de Chicago. Une visite à l'exposition "Fantastic-art, Dada, Surrealism", en 1936, décide de son orientation vers la peinture. Elle rejoindra le groupe surréaliste de New-York dirigé par André Breton.
Lors d'une exposition de ses oeuvres avec d'autres femmes peintres, elle fait la connaissance du grand peintre allemand, Dada et surréaliste, Max Ernst (de 19 ans son aîné) qu'elle épousera en 1946. Ils formeront "le couple le plus extraordinaire du surréalisme".
Dès 1953, ils s'installeront en France, Paris d'abord, puis en Touraine et quelques années plus tard en Provence.
"La Vie partagée" retrace avec beaucoup de malice et d'humour, mais aussi avec tristesse parfois et une grande nostalgie, l'existence de ces deux êtres : leur errance entre New-York et la France ; leurs rencontres artistiques et intellectuelles : Breton Giacometti, Duchamp, John Cage, Truman Capote ....
Max Ernst meurt à Paris en avril 1976 ; en 1978, Dorothea Tanning décide de retourner aux Etats-Unis, où elle décède en 2002, à l'âge de 101 ans.
"Un témoignage affectueux et lucide sur la France où elle a longtemps vécu, mais aussi une réflexion sans amertume sur le statut de la femme : comment réussit-on à concilier passion amoureuse et amour de l'art ? Et puis, comment apprend-on à vivre à nouveau quand disparaît celui qui représentait les deux ? "





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
claudeparisclaudeparis   01 juillet 2015
Les surréalistes à New York ! Ils furent accueillis partout dans une sorte de frénésie. Les portes d'hôtels particuliers comme d'appartements plus modestes s'ouvrirent à deux battants pour les laisser passer, comme autrefois aucune ennuyeuse fête princière n'eût été concevable sans la présence de bouffons en habits multicolores. Le surréalisme naufragé. Pour certains, il y avait là une stimulation, quelque chose d'excitant à ne pas manquer. Pour d'autres, ce n'était qu'un divertissement. Pour d'autres encore, un phénomène absurde et "controversé" - un vocable à la mode pour désigner les indésirables. Pour moi enfin, ce fut un véritable soulagement de voir que mes tableaux aberrants étaient accueillis avec bienveillance, et même avec enthousiasme par ces génies exotiques et féconds que j'admirais pour de multiples raisons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   01 juillet 2015
.... Léonor Fini, une légende vivante pour les amateurs du Paris mondain, fendant une foule de gens ordinaires occupés à faire leurs courses........ qui ne manquaient ps de se retourner sur son passage comme s'ils avaient assisté à une apparition soudaine et mythique. Elle peignait sans relâche, des toiles habitées par de longues femmes mystérieuses, et de temps à autre un homme efféminé. Comme un canot pris dans un raz-de-marée, elle luttait vaillamment pour ne pas être emprisonnée dans le ghetto des femmes peintres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   01 juillet 2015
Sur un mode mi-ludique mi-désespéré, les surréalistes hantaient les brocantes, les marchés aux puces et les décharges publiques à la recherche des objets qui leur permettaient d'exprimer leur conception de l'art. Riches en temps libre et les poches vides, ils connaissaient le pouvoir magique de la métamorphose. Mêmes les poètes façonnaient des objets époustouflants en mêlant les mots aux rebuts de la cité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   01 juillet 2015
Il ne fallut guère de temps pour que Dada atteigne Paris et pour que le poète André Breton y voie la cheville ouvrière de son surréalisme - un défi sans doute moins radical et plus propice à inspirer poésie et peinture. Il y avait dans le surréalisme assez d'énigmes pour occuper les esprits et les plumes indéfiniment et il pouvait, en attendant de les résoudre, être apprécié de tous.
Commenter  J’apprécie          10
claudeparisclaudeparis   01 juillet 2015
Inspirés par les artistes d'une Allemagne que la guerre avait laissée en ruine (Arp, Schwitters et Hannah Hoch dans les années 1920) et par les collages et les reliefs du déjà célèbre Picasso, ils voyaient en l'art un oracle né de l'inattendu. Ils l'appelèrent Dada.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Dorothea Tanning (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dorothea Tanning
Vidéo de Dorothea Tanning
autres livres classés : surréalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Dorothea Tanning (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1027 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre