AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Ressources (01/01/1980)
4.1/5   5 notes
Résumé :
Cet ouvrage de Tarde est un OVNI sociologique, en effet, peut-être sous l'influence du succès grandissant des écrits de Jules Verne, Tarde s'est essayé à un ouvrage de sociologie-fiction dans lequel il postule que (pourquoi pas), ses théories et ses analyses sont opérantes.
Il en déduit cette description apocalyptique d'une société du future (2489), dans une Terre frappée par la glaciation, les température baissent de façon vertigineuses, et l'estime des p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
gloubik
  30 novembre 2019
Ne me demandez surtout pas comment j'ai découvert ce texte. Je n'en ai strictement aucune idée. :-) Ma bonne étoile ? Sans doute, car c'est une petite perle de la fin du XIXe siècle.
Je ne vais pas vous raconter l'histoire. Simplement vous dire qu'elle m'a fait penser à l'ouvrage de Camille Flammarion : La fin du monde. Comme Flammarion, Tarde imagine la fin de la Terre dans le froid. le Soleil se meurt et toute vie sur Terre disparaît. Sauf ceux qui se sont réfugiés à temps dans les entrailles de la planète pour profiter de sa chaleur (et c'est là une grosse différence avec le texte de Flammarion.). Sur cette base l'auteur imagine un avenir de l'humanité. Son récit n'est pas encyclopédique, mais bien plus un récit grossier de l'histoire de cette humanité lointaine.
En bref : À lire pour le plaisir de la (re)découverte de la science-fiction ancienne française.
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
gloubikgloubik   23 novembre 2019
La transmission de la force à distance par l'électricité, et sa mobilisation sous mille formes, par exemple en bouteilles d'air comprimé aisément transportables, avaient réduit à rien la main-d'œuvre. Les cascades, les vents, les marées étaient devenus les serviteurs de l'homme, comme aux âges reculés et dans une proportion infiniment moindre, l'avait été la vapeur. Distribuée et utilisée intelligemment par des machines perfectionnées aussi simples qu'ingénieuses, cette immense énergie gratuite de la nature avait rendu depuis longtemps superflus tous les domestiques et la plupart des ouvriers. Les travailleurs volontaires qui existaient encore passaient trois heures à peine aux ateliers internationaux, grandioses phalanstères où la puissance de production du travail humain, décuplée, centuplée, outrepassait toutes les espérance de leurs fondateurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gloubikgloubik   23 novembre 2019
Ainsi, l'inanimation, la mort, le néant agité seraient la règle; et la vie, l'exception! Ainsi, les neuf dixièmes, les quatre vingt-dix-neuf centièmes peut-être des systèmes solaires tourneraient à vide, comme des roues de moulins absurdes et gigantesques, inutile encombrement de l'espace! Cela est impossible et insensé, cela est blasphématoire, ayons plus de foi dans l'inconnu !
Commenter  J’apprécie          40
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 février 2015
Le soleil devient violacé, le blé congelé cesse d’être mangeable, le froid se fait si fort que les murs des maisons, en se contractant, se lézardent et donnent passage à des courants d’air qui tuent net leurs habitants. Un physicien affirme avoir vu des cristaux d’azote et d’oxygène solidifié tomber du ciel, ce qui donne à craindre qu’avant peu l’atmosphère ne se décompose. Les mers sont déjà solides.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gloubikgloubik   23 novembre 2019
Le meilleur gouvernement est celui qui s'attache à être si parfaitement bourgeois, correct, neutre et châtré, que personne ne se puisse plus passionner ni pour ni contre.
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 février 2015
la médiocrité élevé à la plus haute puissance. Le meilleur gouvernement est celui qui s’attache à être si parfaitement bourgeois, correct, neutre et châtré, que personne ne se puisse plus passionner ni pour ni contre. Tel était ce dernier successeur de Semiramis. Sur l’emplacement retrouvé des jardins suspendus, il avait fait dresser, aux frais de l’Etat, une statue de Louis-Philippe en aluminium battu, au milieu d’un jardin public planté de lauriers-sauces et de choux-fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : futurVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4004 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre