AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Citations sur Le Cri du peuple, tome 2 : L'Espoir assassiné (7)

AV
AV   13 septembre 2012
-Elle fait ça pour l’amour, Céleste, tu peux pas comprendre !
-L’amour ? C’est que des eaux grasses et de la chair gâtée !
-Au mieux, l’amour, c’est d’être dans ses meubles. Un nid avec un vieux. Et de la domesticité.
-L’amour, c’est pas que de la mollesse d’édredon ! L’amour c’est ce qu’on attend toutes ! Quand il vous dépose sa carte de visite, il faut lui ouvrir la porte ! Moi je l’attends, l’amour. Je l’attends tous les jours…
-L’amour, mon petit trognon, tu peux éteindre ton gaz ! L’amour, y viendra pas ! T’es qu’une putain !
Commenter  J’apprécie          80
blandine5674
blandine5674   22 février 2016
Sommes-nous donc aveugles ? Faut-il donc attendre que les pauvres soient si pauvres, qu’il ne leur reste plus qu’à se révolter ? Un jour, les hardes qui pendent au clou deviennent immanquablement l’étendard de la haine !
Commenter  J’apprécie          60
christinebeausson
christinebeausson   09 décembre 2015
Je me suis aperçu que ce n'est pas à coups de bâton, ni a force d'indifférence, qu'on chasse les indigents de toute société humaine. Au contraire, à force de se servir du balai pour les humilier davantage ou de la trique pour les expédier plus loin, nos préfets de police les ont voués à une épouvantable misère .... A une effrayante nudité. Ils ont fabriqué aux portes de la ville des ateliers de rancune !
Commenter  J’apprécie          30
pvd
pvd   18 septembre 2016
Je me suis aperçu que ce n'est pas à coups de bâton, ni a force d'indifférence, qu'on chasse les indigents de toute société humaine. Au contraire, à force de se servir du balai pour les humilier davantage ou de la trique pour les expédier plus loin, nos préfets de police les ont voués à une épouvantable misère .... A une effrayante nudité. Ils ont fabriqué aux portes de la ville des ateliers de rancune ! Sommes-nous donc aveugles ? Faut-il donc attendre que les pauvres soient si pauvres, qu’il ne leur reste plus qu’à se révolter ? Un jour, les hardes qui pendent au clou deviennent immanquablement l’étendard de la haine ! Nos dirigeants ont bien trop oublié que ceux qui sentent mauvais valent bien ceux qui se parfument !
Commenter  J’apprécie          20

AV
AV   13 septembre 2012
La Commune était bien là désormais ! Elle aurait les couleurs de la liberté, elle s’épanouirait dans le respect des plus démunis.
Elle s’exprimerait enfin par la bouche de la classe ouvrière qui devenait adulte. Et, puisque tout était à réapprendre, elle sécréterait un nouveau citoyen. Un juge. Un résistant. Un partenaire. Un acteur de sa propre force.
L’installation de la Commune du 26 mars n’est pas conforme à l’idée cérémonieuse et amidonnée des fastes du nouveau régime. Elle est gueuse. Elle est crâne. Elle est spontanée. Elle est piquante comme un rire heureux. Elle n’a pas de raie au milieu. C’est un bouillon rouge.
Elle est le rassemblement des malheureux, des bannis de la spéculation, des exploités de fabriques, des habitants des faubourgs et de la grande réserve de pauvres.
Commenter  J’apprécie          20
pvd
pvd   18 septembre 2016
Et comme l'Histoire est puissante qui conduit les citoyens vers de nouveaux soleils à l'heure ou ils allaient dormir de découragement
Commenter  J’apprécie          00
christinebeausson
christinebeausson   08 décembre 2015
Vous croyez qu'on va y laisser notre peau, M'sieu Théophile ?
Guillotinés ou fusillés au choix, ce sera notre seul recours !
Si on est fusillés, c'est qu'on aura eu d'la chance !
Commenter  J’apprécie          00


    Acheter ce livre sur

    LirekaFnacAmazonRakutenCultura





    Quiz Voir plus

    QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

    Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

    Adèle est bête comme ses pieds
    Adèle et la bête
    Adèle est la bête
    Adèle et l'abbé

    10 questions
    46 lecteurs ont répondu
    Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre