AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Tardi (Illustrateur)Jean Vautrin (Antécédent bibliographique)
EAN : 9782203399310
80 pages
Casterman (07/10/2004)
4.11/5   142 notes
Résumé :
Polar, émotions fortes et intrigues rocambolesques sur fond d’Histoire en marche : tel est le grand œuvre mis en chantier par Tardi avec cette adaptation du roman de Jean Vautrin. L’occasion bien sûr de retracer l’extraordinaire et sanglante histoire de la Commune de Paris – ces quelques semaines au cours desquelles tout un peuple entreprit de vivre l’utopie sans attendre. Mêlant figures historiques et personnages de fiction, Tardi donne de ce moment fondateur de no... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,11

sur 142 notes
5
5 avis
4
3 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Epictete
  10 juillet 2018
Un quatrième volume, beaucoup plus aéré, moins noir avec du vrai dessin et surtout moins de texte.
L'explication par l'image.
C'est l'heure des bilans et des règlements de compte. On va vers le dénouement et il est temps d'expliquer la "petite histoire".
Et le scénario n'oublie pas de nous donner un aperçu des 20000 morts qu'a provoqué cette semaine "sanglante".
Commenter  J’apprécie          230
Diabolau
  16 janvier 2022
Ce quatrième et dernier opus de la série va de l'incendie du château des Tuileries (24 mai 1871) aux derniers combats sanglants du Père Lachaise et à la fusillade contre le Mur des Fédérés (28 mai 1871). Il traite donc de la deuxième partie de la Semaine sanglante (21-28 mai).
Je suis désolé de dire que je lui retrouve les mêmes défauts que le précédent, ce qui malheureusement me fait terminer cette série, pourtant si bien commencée, avec un sentiment mitigé.
Certes, la gouaille de Pantruche est toujours là, les phylactères bien (parfois trop) remplis et Tardi ne lésine pas sur les images choc pour montrer les atrocités commises par les Versaillais (et dans une moindre mesure, les représailles sur les otages par les Communards : on sent bien que ces deux-là ont choisi leur camp, ils l'assument pleinement et ce n'est pas moi qui irai leur reprocher).
Mais, pis encore que dans le tome 3, les héros ont littéralement disparu. Bassicoussé reste tout du long enfermé dans un garni à écouter Barthélémy lui déblatérer les évènements en détail (malgré ses sorties dans les rues, cet enfoiré en a d'ailleurs une connaissance omnisciente un peu suspecte pour le lecteur attentif). Tarpagnan est carrément aux abonnés absents et ne réapparaît que pour voir son pote se faire truffer de plomb, ou pour régler ses comptes avec Bassicoussé. Caf'conc n'existe plus non plus, sauf à la croiser une ou deux fois à conduire son ambulance hippomobile...
En bref, les auteurs mettent tout entier leur talent (indéniable) à narrer la fin de la Commune de Paris en long, en large et en travers, et en historiens.
Ce n'est clairement pas ce que j'étais venu chercher, et ce n'est pas non plus ce qui avait été entrepris dans les deux premiers tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
antoineperroud
  20 août 2013
Grandiose ! Après plus de 30 ans de carrière Tardi commet un chef-d'oeuvre monumental. On connait l'histoire : la Commune, ses excès, ses massacres. Sur une base "historique", les auteurs (Vaurin le romancier, Tardi l'adaptateur) sont venus greffer une série de petites intrigues qui font traverser les protagonistes à travers ces évènements tragiques. Résultat, une gallerie de gueules cassées, d'âmes blanches, grises et noires et beaucoup de sang et de sueur. La construction est complexe avec des changements de narration osés (changement du sens de lecture et de point de vue), parfois bavarde quand Tardi se fait pédagogue et militant (le quatrième tome est pratiquement à charge contre les versaillais). Malgré ces tics, il y a un vrai souffle épique qui traverse ces 4 tomes noirs de charbon. Ce n'est pas un document historique, c'est de la grande BD tout simplement.
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
  28 janvier 2016
Livre testament peut être !
Éloge funèbre que nous lisons dans la citation du "sémaphore de Marseille" d'Emile Zola, à propos du peuple de Paris :
"le bain de sang qu'il vient de prendre était peut être d'une horrible nécessité pour calmer certaines de ses fièvres. Vous le verrez grandir en sagesse et en splendeurs" !
L'histoire finit mal très mal, des morts, des milliers de morts.
D'un côté des centaines d'otages exécutés, 877 versaillais tués dans la bataille.
De l'autre le massacre d'au moins 20000 parisiens et fédérés.
Le prix de la pacification comme ils ont dit,
Pour que l'ordre, le travail et la sécurité règnent de nouveau
Le temps est venu des conseils de guerre et de la déportation.
Merci monsieur Vautrin de nous avoir rappelé l'histoire terrible de nos ancêtres communards et merci à monsieur Tardi de nous la mettre sous les yeux dans toutes son horreur !
Commenter  J’apprécie          40
Marialucas
  12 novembre 2018
J'ai été attirée par le Cri du peuple par le coup de crayon et le sujet bien sûr. La Commune, cette période charnière de l'Histoire française souvent trop rapidement étudiée et vite oubliée. Malgré mon intérêt pour cette époque, j'ai parfois été un peu en reste à la lecture de ces volumes qui demandent une connaissance approfondie si l'on veut comprendre le décor de ces pages si noires. Malgré la longueur du texte que contient cette BD, certaines clefs manquent à ceux qui ne sont pas sinon spécialistes, au moins amateurs.
Par contre, le dessin m'a séduite tout au long. Il nous offre ce Paris de la fin du XIXe et de ceux qui l'habitent. Ces gens qui y vivent (ou survivent), simples et si profonds en même temps et leur gouaille inimitable...
Il me tarde de dénicher d'autres BD de ce type!
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
christinebeaussonchristinebeausson   27 janvier 2016
Dans les quartiers reconquis par Versailles, j'ai vu des hommes semblables à ceux qu'on peut voir le dimanche à la sortie de la messe, des hommes respectables et attentifs à leurs épouses et à leurs enfants, enfoncer des goulots de bouteilles dans les bouches des cadavres et les vagins des mortes ... Émasculer des enfants, casser les nez à coups de pied, crever les yeux, éventrer les corps et faire du bout de leurs Cannes à pommeaux d'argent, des guirlandes de boyaux encore chauds !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
christinebeaussonchristinebeausson   26 janvier 2016
Je ne comprends pas que des hommes qui ont passé toute leur vie à combattre les errements du despotisme, une fois au pouvoir, s'empressent de tomber dans les mêmes fautes.
Commenter  J’apprécie          70
blandine5674blandine5674   27 février 2016
Je ne comprends pas que des hommes qui ont passé toute leur vie à combattre les errements du despotisme, une fois au pouvoir, s'empressent de tomber dans les mêmes fautes.
Commenter  J’apprécie          40
VandeckVandeck   07 septembre 2011
" La vérité est comme le soleil. Elle fait tout noir devant les yeux et ne se laisse pas regarder ! "
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   24 janvier 2016
On dit aussi que si on se trempe le cul dans un bénitier tous les matins, on gagne, sûr et certain, sa place au paradis !
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jacques Tardi (76) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
Dans le 120e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente la première partie d'Harlem, album qui sera décliné en deux parties, que l’on doit à Mikaël, édité chez Dargaud. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie de l’album Amalia que l'on doit à Aude Picault et aux éditions Dargaud - La sortie du premier tome d'un triptyque baptisé Molière, premier tome qui s'intitule À l'école des femmes, que l'on doit au scénario de Vincent Delmas, au dessin de Sergio Gerasi et c'est édité chez Glénat - La sortie de l'album Crushing que l'on doit à Sophie Burrows et aux éditions Gallimard - La sortie du second tome de la série Karmela Krimm baptisé Neige écarlate, que l'on doit au scénario de Lewis Trondheim, au dessin de Franck Biancarelli et c'est édité chez le Lombard - La sortie de l'album Je suis toujours vivant que l'on doit au scénario conjoint de Roberto Saviano et Asaf Hanuka, au dessin de ce dernier et c'est édité conjointement chez Steinkis et Gallimard - La sortie en intégrale de Moi, René Tardi, prisonnier au stalag IIB que l'on doit à Jacques Tardi et aux éditions Casterman Dans une troisième partie, retrouvez un entretien avec Mikaël à l'occasion de la sortie de son album Harlem.
+ Lire la suite
autres livres classés : CommuneVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre