AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Tardi (Illustrateur)
ISBN : 220339904X
Éditeur : Casterman (22/01/1997)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 156 notes)
Résumé :
Brouillard au pont de Tolbiac
Auteurs : Jacques Tardi, Léo Malet Date de parution : 15/01/1997
Collection : Univers d'auteurs
Serie : Nestor Burma
Prix : 14,50 €
Depuis ses débuts en 1969, Jacques Tardi exorcise une horreur obsessionnelle de la guerre et de la violence. Reconnu comme l'un des auteurs les plus influents de sa génération, il a composé un univers baroque et absurde, foncièrement pessimiste, qui tangue d'une guerre à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
petch
06 février 2013
Cette bande dessinée est la première adaptation par Jacques Tardi de l'oeuvre de Léo Malet, le créateur de l'inspecteur Nestor Burma. Issu des Nouveaux Mystères de Paris, où chaque arrondissement fait l'objet d'une enquête spécifique, nous sommes ici dans le Paris XIIIème des années 1950 avec tous les clichés du genre noir : truands patibulaires, gitans et bohémiens, friches industrielles, gourbis humides et mal famés. On pourrait voir surgir au coin d'une rue Jean Gabin ou Lino Ventura… A cela se greffent deux histoires originales : l'enquête proprement dite dans les milieux anarchistes (que Malet a bien connu entre les deux guerres) et la rencontre avec la jolie gitane Bélita, par qui le drame arrivera.
Les dessins de Jacques Tardi sont magnifiques et servent à merveille l'oeuvre originale de Malet. On pourra apprécier le sens du détail du dessinateur et sa maîtrise de la mise en scène sur certaines planches. le noir et blanc caractéristique de beaucoup de ses ouvrages (notamment ceux traitant de la grande guerre) est ici plus qu'approprié. Grands nostalgiques du Paris ancien, ouvrier et populaire façon Robert Doisneau, Jacques Tardi et Léo Malet se retrouvent dans cette adaptation et nous livrent un superbe ouvrage. Même si je suis plutôt un inconditionnel des adaptations de Malet par Tardi, Brouillard au pont de Tolbiac reste pour moi la plus belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
canel
01 juillet 2013
Enfin, grâce à Tardi, je fais connaissance avec l'homme à la pipe en tête de taureau : le détective privé parisien Nestor Burma. Je n'avais ni lu ni vu aucune de ses aventures malgré les nombreuses adaptations à l'écran.

Un meurtre, et puis d'autres. Burma a reçu une lettre de la première victime qui le mène vers une gitane, un hôpital et de vieux copains fréquentés trente ans plus tôt, perdus de vue.
L'atmosphère sinistre de ce XIIIe arrondissement de la fin des années 50 est très bien rendue - telle que la souhaitait Léo Malet en tout cas qui "avait un vieux compte à régler avec ce quartier" (sic). Brouillard, pluie, nuit, personnages louches.
J'ai apprécié le graphisme, retrouvant avec plaisir le sens du détail de Tardi, paradoxalement plus digeste en noir et blanc qu'en couleur. Par contre l'intrigue, l'enquête "à l'ancienne" et le dénouement ne m'ont pas emballée. Peu de chances, donc, que j'apprécie les romans de Léo Malet.

Je fais une deuxième - et dernière ? - tentative avec 'Casse-Pipe à la Nation'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
tchouk-tchouk-nougat
05 février 2017
Nestor Burma, détective privé de son état, se rend à l'hôpital Salpêtrière au chevet d'un certain Abel Benoit. Ce monsieur lui a envoyé une lettre, semblant le connaitre, il voudrait le prévenir "qu'un salaud mijote des saloperies". Mais pas te chance, le gars est mort de 2 coups de couteaux dans le buffet...
Nous voici donc plongé dans le monde du célèbre détective à la pipe de taureau. Nous allons avec lui parcourir le XIIIe arrondissement de Paris pour suivre la trace d'ancien copain anarchiste de Nestor Burma.
Tardi nous emmène dans une enquête sympathique où se mêle l'enfance du détective et amour gitane. On est très vite embarqué, c'est clair, c'est simple, c'est agréable à lire.
Le trait de Tardi, noir et un peu épais, est à découvrir.
Commenter  J’apprécie          121
bdelhausse
24 septembre 2016
Malet-Burma-Tardi... le duo gagnant... OK je sais, ils sont trois, mais c'est comme le Picon de Marcel Pagnol avec ses 4 tiers... C'est comme cela que l'on a une équipe qui gagne.
Oubliez Guy Marchand et Pierre Tornade... Allez, ce n'est pas si difficile.
Roman emblématique de Malet, profondément ancré dans le XIIIè Arrondissement de Paris, lorgnant dans le passé aussi avec le Foyer Végétalien où les anars, dont Burma, se rassemblaient pour rêver à une société meilleure, pour penser à des "coups", discourir sur l'illégalité...
Mais le temps a coulé comme la Seine, et Burma est détective privé, un des anars a fait de la taule, deux autres sont devenus de fieffés capitalistes... un seul est resté pur, idéologique... et il meurt le premier.
Récit nostalgique, entre "être" et "avoir été"... On a tous les codes du polar, la belle gitane, l'amant jaloux, les flics toujours trop tard... Ce n'est sans doute pas une coïncidence si Tardi l'a adapté en premier en BD. Son trait y fait des merveilles, ses noirs et blancs sont puissants, ses tronches sont vraies... Une réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LVI
21 mars 2012
En croisière organisée dans le grand collecteur !

Première incursion en 67 pages en noir et blanc (chaque planche étant composée de 6 grandes vignettes dans l'ensemble) de l'anar Tardi dans l'univers de l'anar Malet (« qui se ressemble… »), ‘Brouillard au pont de Tolbiac' est une adaptation datant de 1982 du roman éponyme de Léo Malet (1909-1996) datant de 1956, qui fait partie des ‘Nouveaux mystères de Paris' (une série de 15 aventures de Nestor Burma -tous les livres (34 au total) tournant autour de ce personnage ne faisant pas partie de cette série- parues entre 1955 et 1959 qui ont pour particularité de se dérouler dans un arrondissement précis de la ville) et dont l'action, située dans le XIII° arrondissement en 1956, concerne des faits qui se sont produits en 1927 d'abord, puis en 1936 ensuite.

L'anar Nestor Burma (on s'entend toujours mieux entre gens de bonne compagnie), qui a une grande pratique des bistrots, mène une enquête à la demande d'une troublante gitane, une vendeuse de fleurs, concernant la mort par violence d'Abel Benoit, ex Albert le Nantais, chiffonnier de son état, qui a bien connu notre détective de choc, toujours à la recherche d'un morceau de pain, d'un abri et d'un peu d'amour, il y a bien longtemps.

C'est en Novembre, le mois des morts, essentiellement de nuit et sous la pluie, que Malet et Tardi dénouent les fils de cette morbide fantaisie qui pue la misère et le malheur, d'un foyer végétalien au club des insurgés, dans une ambiance de roman noir marquée par les déceptions et les désillusions, dans le brouillard, sous les réverbères blafards et sur les pavés luisants, dans les petits bars décrépits et les environs du Pont de Tolbiac, en une symphonie funèbre à laquelle le destin, implacable, met fin, brutalement, un petit matin calme.

A ne pas manquer évidemment si vous aimez les atmosphères et ses gueules !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
petchpetch15 janvier 2013
- Vous savez ce qu'a dit Clémenceau, le Premier Flic de France ? "L'homme qui n'a pas été anarchiste à seize ans est un imbécile".
- Vraiment ? Le Tigre a dit ça ? Est-ce qu'il n'aurait pas ajouté : "... mais c'en est un autre - d'imbécile -, s'il l'est encore - anarchiste - à quarante".
- Il y a à prendre et à laisser parmi les propos de Clémenceau. J'en laisse pas mal.
Commenter  J’apprécie          212
canelcanel01 juillet 2013
Nos dossiers ne sont jamais absolument fermés. Un assassin qui se croit à l'abri se trouve tout couillon, le cas échéant, de se voir rappeler certaines "choses" de nombreuses années après son crime. Et savez-vous pourquoi de telles choses arrivent ? Parce qu'un flic devient coriace, quand il reste sur sa faim ! D'une affaire qu'il ne verrouille pas, il fait une affaire personnelle, alors il rumine, il rumine parce qu'à ce stade, c'est une question de vengeance, de satisfaction personnelle.
(p. 33-34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
F242F24222 novembre 2015
Je demandai à voir le nommé FOREST. Il avait sur la figure cette expression grave des gars qui essaient d'assimiler le matérialisme historique. C’était louable et autant être franc avec lui.
Commenter  J’apprécie          81
AustralAustral06 août 2013
Le 13ème arrondissement fourmille de rues aux noms charmants et mensongers.
- Rue des Cinq-Diamants, pas de diamants. Rue du Château-des-Rentiers, l'Asile Nicolas-Flamel. Rue des Terres-au-Curé, pas vu de prêtre. Rue Croulebarbe, ne siège pas l'Académie française. Rue des Reculettes... hum. Quant à la rue de l'Espérance... à pleurer.
Commenter  J’apprécie          40
AustralAustral06 août 2013
Au moment précis où le gardien vint m'ouvrir, la scie électrique cessa brusquement de mordre dans du bois qui ne lui avait rien fait.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Jacques Tardi (69) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
Après «Le Conflit. La femme et la mère», publié en 2010 chez Flammarion, Elisabeth Badinter revient avec «Le Pouvoir au féminin», chez le même éditeur, une biographie de l'impératrice Marie-Thérèse d'Autriche. Et avec Pascal Quignard, Stéphane Audeguy, Emmanuel de Waresquiel, Antoine Rault et Jacques Tardi.
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre
. .