AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Tardi (Illustrateur)
EAN : 9782203399044
87 pages
Éditeur : Casterman (22/01/1997)
4.21/5   200 notes
Résumé :
Brouillard au pont de Tolbiac
Auteurs : Jacques Tardi, Léo Malet Date de parution : 15/01/1997
Collection : Univers d'auteurs
Serie : Nestor Burma
Prix : 14,50 €
Depuis ses débuts en 1969, Jacques Tardi exorcise une horreur obsessionnelle de la guerre et de la violence. Reconnu comme l'un des auteurs les plus influents de sa génération, il a composé un univers baroque et absurde, foncièrement pessimiste, qui tangue d'une guerre à ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 200 notes
5
10 avis
4
9 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

Foxfire
  18 mars 2021
Simple et beau ! Voilà comment je pourrais résumer mon sentiment vis-à-vis de « Brouillard au Pont de Tolbiac ». Typiquement le genre de polar en B.D que j'affectionne. L'intrigue est faussement alambiquée, sous des dehors complexes je la trouve finalement assez épurée, sans doute parce qu'elle fait appel à des archétypes du polar français. Et comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire sur babelio, j'aime les archétypes. Je trouve que, lorsque l'utilisation de ces motifs et personnages classiques est maîtrisée, cela donne un impact émotionnel et esthétique incomparable. Dans ce 1er tome de Nestor Burma, ces archétypes sont convoqués à bon escient et parfaitement utilisés. Tout fonctionne très bien : le privé désabusé, le petit côté politique avec les anciens anars, la femme au destin tragique… Quant au dessin, c'est du Tardi donc c'est superbe. Très épuré, le trait épais et les noirs intenses, le style visuel a un impact dévastateur proportionnel à sa simplicité.
Voilà une lecture indispensable pour tout amateur de B.D. C'est le cas de beaucoup de Tardi mais là, associé avec Malet, ça n'est que plus vrai, il y a une véritable osmose entre les univers de chacun qui se marient à merveille, le tout offrant une sublime balade parisienne, à la gouaille désenchantée et pleine d'un spleen poétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
jamiK
  09 janvier 2018
Ce type d'enquête, pas très vive, un peu lente, raconté à l'imparfait, avec le détective privé taciturne, je ne peux pas dire que ça soit ma tasse de thé en général. Mais je dois avouer que l'ambiance crée par Tardi est parfaitement réussie. C'est une ambiance un peu froide des faubourgs parisiens, le métro, les rues désertes, les petits appartements miteux, et dans le milieu des anciens anars reconvertis. le graphisme de Tardi est efficace, le noir et blanc, les contrastes forts apportent un parfum de nostalgie, et une tension dans l'intrigue, une intensité et un silence oppressant. Tardi était surement le dessinateur qu'il fallait pour donner à l'oeuvre de Léo Malet sa véritable dimension, dimension, à mon avis, jamais atteinte dans les adaptation télévisuelles.
Commenter  J’apprécie          221
petch
  06 février 2013
Cette bande dessinée est la première adaptation par Jacques Tardi de l'oeuvre de Léo Malet, le créateur de l'inspecteur Nestor Burma. Issu des Nouveaux Mystères de Paris, où chaque arrondissement fait l'objet d'une enquête spécifique, nous sommes ici dans le Paris XIIIème des années 1950 avec tous les clichés du genre noir : truands patibulaires, gitans et bohémiens, friches industrielles, gourbis humides et mal famés. On pourrait voir surgir au coin d'une rue Jean Gabin ou Lino Ventura… A cela se greffent deux histoires originales : l'enquête proprement dite dans les milieux anarchistes (que Malet a bien connu entre les deux guerres) et la rencontre avec la jolie gitane Bélita, par qui le drame arrivera.
Les dessins de Jacques Tardi sont magnifiques et servent à merveille l'oeuvre originale de Malet. On pourra apprécier le sens du détail du dessinateur et sa maîtrise de la mise en scène sur certaines planches. le noir et blanc caractéristique de beaucoup de ses ouvrages (notamment ceux traitant de la grande guerre) est ici plus qu'approprié. Grands nostalgiques du Paris ancien, ouvrier et populaire façon Robert Doisneau, Jacques Tardi et Léo Malet se retrouvent dans cette adaptation et nous livrent un superbe ouvrage. Même si je suis plutôt un inconditionnel des adaptations de Malet par Tardi, Brouillard au pont de Tolbiac reste pour moi la plus belle réussite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
mikaelunvoas
  12 juin 2021
Novembre 1956. Quand Albert le Nantais se fait faire une boutonnière au surin par des arabes, il écrit à son ancien ami anarchiste, Nestor Burma. Belita, la gitane remet ce courrier à Nestor qui arrive trop tard. Les pandores sont déjà là, méfiants. Interrogé par ces flics sarcastiques, notre détective se souvient de sa jeunesse. Dans cette atmosphère froide d'hiver après guerre, l'affaire ne parait pas si simple et Nestor renoue avec son passé, ses anciennes relations...
Un album magnifiquement dessiné qui rend hommage à Paris, ses quartiers pauvres, ses bistrots. Un polar dramatique bien ficelé.
Commenter  J’apprécie          141
Ziliz
  01 juillet 2013
Enfin, grâce à Tardi, je fais connaissance avec l'homme à la pipe en tête de taureau : le détective privé parisien Nestor Burma. Je n'avais ni lu ni vu aucune de ses aventures malgré les nombreuses adaptations à l'écran.

Un meurtre, et puis d'autres. Burma a reçu une lettre de la première victime qui le mène vers une gitane, un hôpital et de vieux copains fréquentés trente ans plus tôt, perdus de vue.
L'atmosphère sinistre de ce XIIIe arrondissement de la fin des années 50 est très bien rendue - telle que la souhaitait Léo Malet en tout cas qui "avait un vieux compte à régler avec ce quartier" (sic). Brouillard, pluie, nuit, personnages louches.
J'ai apprécié le graphisme, retrouvant avec plaisir le sens du détail de Tardi, paradoxalement plus digeste en noir et blanc qu'en couleur. Par contre l'intrigue, l'enquête "à l'ancienne" et le dénouement ne m'ont pas emballée. Peu de chances, donc, que j'apprécie les romans de Léo Malet.

Je fais une deuxième - et dernière ? - tentative avec 'Casse-Pipe à la Nation'.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
mikaelunvoasmikaelunvoas   12 juin 2021
J'entrepris de descendre l'Avenue d'Italie. J'éprouvais une étrange sensation de volupté teintée d'un arrière gout suspect à fouler l'asphalte sur lequel j'avais tant trainé la savate.
Commenter  J’apprécie          10
mikaelunvoasmikaelunvoas   12 juin 2021
Les cent kilos de Bidoche de la grosse m'empêchaient de faire le moindre mouvement. C'est alors que Belita intervint.
Commenter  J’apprécie          10
mikaelunvoasmikaelunvoas   12 juin 2021
Paris la nuit, sur le pont de Tolbiac, un homme rôde. Dan son regard, la folie.
Commenter  J’apprécie          10
petchpetch   15 janvier 2013
- Vous savez ce qu'a dit Clémenceau, le Premier Flic de France ? "L'homme qui n'a pas été anarchiste à seize ans est un imbécile".
- Vraiment ? Le Tigre a dit ça ? Est-ce qu'il n'aurait pas ajouté : "... mais c'en est un autre - d'imbécile -, s'il l'est encore - anarchiste - à quarante".
- Il y a à prendre et à laisser parmi les propos de Clémenceau. J'en laisse pas mal.
Commenter  J’apprécie          222
ZilizZiliz   01 juillet 2013
Nos dossiers ne sont jamais absolument fermés. Un assassin qui se croit à l'abri se trouve tout couillon, le cas échéant, de se voir rappeler certaines "choses" de nombreuses années après son crime. Et savez-vous pourquoi de telles choses arrivent ? Parce qu'un flic devient coriace, quand il reste sur sa faim ! D'une affaire qu'il ne verrouille pas, il fait une affaire personnelle, alors il rumine, il rumine parce qu'à ce stade, c'est une question de vengeance, de satisfaction personnelle.
(p. 33-34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Videos de Jacques Tardi (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
Max Cabanes est un grand nom de la bande dessinée et un témoin privilégié des grandes heures de la production française. L?homme natif de Béziers a la gouaille du sud mais la modestie et la discrétion d?un auteur inconnu. Et pourtant, quelle carrière ! Remarqué dans la série "Dans les villages", il travaille avec Jean-Claude Forest, scénarise ou dessine des récits fantasmagoriques et réalise une superbe fresque dans la ville d?Angoulême. Il obtient même le Grand Prix d?Angoulême en 1990 grâce à une carrière accomplie où il s?est essayé à tous les genres et tous les styles graphiques avec une inventivité surprenante. Il prend ensuite un virage serré avec l?adaptation de trois célèbres polars du maître du genre, Jean-Patrick Manchette : la fusion entre deux monstres artistiques, rendue possible par le fils de Manchette, Doug Headline, donne forcément un rendu explosif. Dans son style graphique unique où le dessin crève la planche et les couleurs marquent les esprits, Cabanes parvient à égaler Jacques Tardi dans le même exercice. Nous avons eu la chance de l?interviewer lors du festival Quai des bulles, peu de temps après la publication de "Nada". « Rencontre du 3ème super type » en exclusivité pour Planetebd?
+ Lire la suite
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre