AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jacques Tardi (Adaptateur)
EAN : 9782203399037
80 pages
Éditeur : Casterman (20/11/1996)
3.99/5   121 notes
Résumé :
Où nous retrouvons celui qui met le mystère KO, le détective de choc Nestor Burma né en 1943 sous la plume de Léo Malet. Fondateur de l'agence Fiat Lux, Nestor Burma arpente Paris dans tous les sens pour sauver du désarroi de charmantes jeunes filles aux intentions pas toujours louables. Il a la réputation de travailler en solo, garde le silence sur ses clients, n'est pas très aimé de la police et prend souvent des coups sur la tête.

L'aventure comme... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 121 notes
5
7 avis
4
5 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

oblo
  28 février 2016
Nestor Burma quitte la rive gauche et arpente désormais le 12ème arrondissement de Paris. Apres avoir attendu en vain sa secrétaire de retour de vacances en gare de Lyon, le détective de Malet se retrouve à la foire du Trône où il est agressé sur le grand Huit : son agresseur tombe du manège et se tue. Tâchant de retrouver ses esprits puis de faire la lumière sur son agression, qui bien vite apparaît liée à une sombre histoire de meurtre et de vol, Nestor Burma mène une enquête en parallèle de celle de la police.
Une myriade de personnages tourne alors autour du privé : le mystérieux Lancelin, l'agresseur de Burma aux identités multiples, la jeune et jolie brune de la foire Simone Blanchet dont le nom inspire l'innocence, les époux Montolieu qui sont les propriétaires d'un négoce de vins sur les rives de Bercy et les parents de la jeune Christine, elle même liée au dénommé Bébert qui donnera du fil à retordre à Burma. Largement malmené, ce dernier réussit néanmoins à dénouer le fil de l'intrigue.
Comme le lecteur, Burma est pris dans cette histoire qui lui tombe littéralement dessus. Deux lieux viennent ancrer cette histoire dans le 12ème arrondissement de Paris : la gare de Lyon où tout commence et tout finit, et la célèbre foire du Trône, lieu de toutes les folies et de toutes les attractions, depuis le célèbre Grand Huit jusqu'aux exhibitions de pithécanthrope à la force surhumaine. Tardi croque Paris en rondeurs et en précision. Les dialogues, en prime, sont suprêmement savoureux et c'est tout un argot presque disparu qui ressort de la bouche du détective privé. Tout cela fait évidemment mouche, construisant une ambiance déjà éprouvée dans les autres albums de la série, celle de cette France de papa (ou de papy) disparue en même temps que les vieilles Renault et les plats du jour à 20 francs. Car le plaisir de la lecture d'un tel album réside autant dans la résolution d'une affaire dont, il faut bien le dire, on ne comprend que très tardivement les tenants et les aboutissants, que dans la recréation de ce Paris old school absolument jubilatoire. Un vrai roman (graphique) noir à la française.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
tchouk-tchouk-nougat
  05 mars 2021
Nestor Burma se fait poser un lapin par sa secrétaire, il décide donc de tuer le temps à la Foire du Trone. Manque de pot ce n'est pas le temps mais bien lui qu'on essaie de tuer au détour d'un grand huit. Pourquoi donc a-t-on essayé de lui faire faire le grand plongeon? Est-ce à voir avec cette jolie Brune qui lui avait tapé dans l'oeil ? Cela a-t-il un rapport avec le même accident un an plus tôt ?
Une enquête qui démarre comme un hasard ou un malentendu mais qui va emmener notre détective privé sur un gros coup. La police aimerait bien sur le voir rester tranquillement chez lui mais il ne va évidemment pas écouter ses sages conseils et fouiner un peu partout.
Une enquête avec du mystère et du suspense dans le Paris des années 50 en faisant la part belle à la mythique Foire du Trône.
Le dessin typique de Tardi est parfait pour cette ambiance en noir et blanc.

Commenter  J’apprécie          120
Domichel
  23 octobre 2018
J'ai fait la connaissance de Nestor Burma il y a plus de 40 ans au détour d'une braderie, attiré par les couvertures des livres de poche où figuraient les titres sur des plaques de rues parisiennes. Pour 5 francs en tout j'ai acheté les 5 titres disponibles et me suis aussitôt plongé dans le Paris des années 50 pour suivre les enquêtes du détective de l'agence Fiat Lux.
Une dizaine d'années plus tard, j'ai découvert Tardi à travers les aventures extraordinaires d'Adèle Blanc-Sec, situées elles-aussi à Paris mais au début du XXe siècle.
C'est tout naturellement que quelques années plus tard j'ai retrouvé Nestor sous le trait de Tardi avec le plaisir qu'on imagine, ce dernier étant d'évidence le dessinateur qu'il fallait pour mettre en images les enquêtes du premier.
Un scénario béton, un dessin original.
Adaptation fidèle de l'essence du roman, cette BD en noir et blanc - comme on vivait à l'époque - traduit exactement les impressions que l'on a à la lecture de l'original de Léo Malet. Une ambiance un peu grise au sortir de la guerre, une époque où les presque tous les espoirs sont permis mais personne ne roule encore sur l'or. Des 4CV ou des tractions croisent encore des charrettes, la Foire du trône où les caïds sifflent les filles avant #metoo, et cela ne choque personne, surtout pas les filles qui ont la réplique facile, la pavé humide de Paris où l'on s'écrase joyeusement après un chute du grand huit… Une enquête comme on les aime, avec des flics un peu butés, le commissaire Florimond Faroux qui engueule le privé tout en lui sauvant la mise, le journaliste-éponge (sic) Marc Covet toujours à l'affût de sensationnel, et Hélène qui n'en finit pas de revenir de vacances.
À lire et à relire sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
badpx
  18 octobre 2017
Un petit bijou.
Bien sûr, dans ma petite tête Nestor Burma a le physique de Guy Marchand..... alors évidemment les premières planches m'or semblé étranges.
J'ai beaucoup aimé ce mode de récit tout en commentaires plus qu'en dialogue. Et surtout le registre de langage est très distrayant.
Et donc j'ai maintenant très envie de découvrir la version originale par Leo mallet.
Commenter  J’apprécie          90
Cormorobin
  08 mai 2016
L'écriture de Léo Malet, le dessin de Tardi, un scénario de poids : voilà les ingrédients de ce "Casse-pipe à la Nation".
Tout se passe dans le 12ème, dans les "sixties", depuis la Gare de Lyon, la Place de la Nation, les anciens entrepôts de Bercy.
Entre, Hélène, la secrétaire qui s'est foulée la cheville et qui donc a raté son train, le Grand Huit, vraiment pas sécurisé, plus tout un tas de trafics divers et variés, de l'or, du vin, des jeux, Nestor fait ce qu'il peut, il paie de sa personne, physiquement.
Quelques rares personnages sympathiques, mais sinon, c'est très noir. Les morts violentes se multiplient, Nestor n'est vraiment pas fréquentable.
Très bonne BD, j'imagine que le roman l'était aussi. Belle plongée dans le Paris peu de temps après la 2ème guerre mondiale, les prisonniers de guerre paraissaient dans le langage courant, un argot désuet, tout le monde porte un chapeau et fume, Paris a beaucoup changé en à peine 50 ans !
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
CormorobinCormorobin   07 mai 2016
La soirée s'est terminée au commissariat du XIIème rue du Rendez-vous. Le mort, lui, passerait la nuit au frigo... Ils avaient embarqué le petit gars du Grand Huit en qualité de témoin. Le Grand Huit était resté sur place... trop volumineux pour rentrer dans le fourgon.
Commenter  J’apprécie          60
RenodRenod   14 janvier 2017
Un commissariat, c'est un peu comme un hosto, on sait comment on y rentre, mais jamais dans quel état on va en sortir.
Commenter  J’apprécie          130
CormorobinCormorobin   07 mai 2016
Et voilà une famille rafistolée grâce à Nestor BURMA... c'est pas rien, ça !... sincèrement, je suis drôlement fier d'exercer ce métier... c'est gratifiant...
Commenter  J’apprécie          30
totototo   18 juin 2014
Je connais peu de type qui résistent à une balle dans le caisson...même les pires cons s'en tirent pas!...tu as beau faire partie du club, tu as très peu de chances de t'en tirer Bébert.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jacques Tardi (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Tardi
"Je préférerais pas…" : avec cette petite phrase apparemment inoffensive de Bartleby, c'est toute la logique productiviste du XIXe siècle qui vacille. Une phrase qui résonne encore aujourd'hui. Voici une version graphique immersive : le dessinateur Stefano Ricci s'empare de cette oeuvre majeure d'Herman Melville de 1853 et la transpose dans notre monde du XXIe siècle.
Après Céline par Tardi, Albert Camus par José Muñoz, Romain Gary par Sfar, la collection Futuropolis/Gallimard confirme sa place exceptionnelle pour proposer les plus grands écrits littéraires illustrés de la plus belle et artistique des manières.
+ Lire la suite
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

QUIZZ RIGOLO SUR ADELE BLANC-SEC - TARDI

Qui vole un œuf de ptérodactyle ...

Adèle est bête comme ses pieds
Adèle et la bête
Adèle est la bête
Adèle et l'abbé

10 questions
45 lecteurs ont répondu
Thème : Jacques TardiCréer un quiz sur ce livre