AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782210974296
176 pages
Magnard (10/05/2022)
3.22/5   9 notes
Résumé :
C'est reparti. Un nouveau confinement est annoncé et, déjà, Inaya n'en peut plus. La voilà encore enfermée avec sa famille, à suivre des cours en visio qui l'ennuient. Pendant ces journées à rallonge, elle discute avec ses meilleurs amis. Ils rient, s'inquiètent, parlent de leurs histoires d'amour plutôt ratées et de tous ces moments de perdus, engloutis par le confinement.


La nuit, Inaya chercher sur les réseaux la trace d'un garçon croisé au... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
filledepapiers
  28 juin 2022
Je remercie Nicolas, l'équipe Babelio et l'équipe Magnard Jeunesse pour l'envoie !
Pendant le confinement, j'ai vu passer sur les réseaux sociaux de nombreux livres en lien avec le Covid-19, à ce moment précis, aucun livre ne m'intéressait. Et je dis bien : aucun. Pour la simple et bonne raison que, pendant cette période anxiogène, j'avais besoin de récits qui me permettaient de m'évader et non de récits qui s'ancrent encore plus dans cette réalité complexe. de plus, j'ai cette mauvaise habitude de ne pas lire des romans traitant des sujets d'actualité romancés, car dans un sens, je trouve cela plutôt banal. Je le sais, j'abuse, ne me jetez pas des pierres. Toutefois, j'ai cette impression qu'il n'y a pas grand-chose à découvrir étant donné que l'on sait plus ou moins tout, puisque l'on a vécu d'une manière ou d'une autre ces faits d'actualité. Puis, le temps a passé, j'ai pris du recul et je me suis dit : « Pourquoi pas découvrir l'un de ces romans ? ». C'est ainsi que dans le cadre de l'opération Masse Critique Jeunesse et Jeune adulte de mai 2022, j'ai reçu Nos jours perdus d'Adèle Tariel !
Ce récit a été écrit lors du deuxième confinement, ainsi, l'autrice commence son histoire en novembre 2020 ; elle fait, d'ailleurs, le choix de l'étaler sur plusieurs mois. La plume de l'autrice, quant à elle, est simple avec des phrases courtes dignes du style journalistique. Nous nous retrouvons face à un récit, à la troisième personne, qui relate comment le confinement et la crise du Covid-19 a chamboulé la vie de chacun ! Évoquant ainsi les impacts divers et variés du virus, le « calme après la tempête » avec un retour à l'école en présentiel, puis avec l'apparition soudaine du variant delta.
Dans ce récit, qui fait office de « chroniques adolescentes », le langage familier semble vouloir retranscrire celui de la jeune protagoniste et de ses amis. Et pour cause, Adèle Tariel nous fait suivre Inaya, une jeune lycéenne en classe de seconde dans un lycée de la région parisienne et, comme tout le monde, suite à l'annonce du nouveau confinement, Inaya n'en peut plus. En effet, cette jeune fille d'une quinzaine d'années doit faire face aux circonstances particulières engendrées par la pandémie et le confinement qui viennent bouleverser le déroulement de son adolescence. Elle se retrouve enfermée avec sa famille et suit des cours en visio qui l'ennuient.
Par conséquent, sa vie sociale se voit transposer, encore plus qu'à son habitude, sur les réseaux sociaux comme : YouTube, Instagram, WhatsApp ou encore Snapchat ; elle y fait des vidéos, des appels et des photos. Grâce aux réseaux sociaux, Inaya peut maintenir ses relations et, même, faire une nouvelle rencontre qui débouchera sur une petite romance virtuelle. D'ailleurs, heureusement que ses meilleurs amis sont présents pour casser la routine ! Ensemble, ils rient, papotent et commencent peu à peu à s'inquiéter pour leur avenir. En effet, le confinement se prolonge, il n'en finit pas. C'est alors que le doute, la peur et les questionnements s'immiscent dans la tête de ces jeunes : « Combien de temps ça va durer ? Peut-être des mois, des années… ». L'incertitude du futur est atroce pour eux, pourront-ils vraiment faire ce qu'ils voulaient ou devront-ils trouver une nouvelle perspective d'avenir ?
Vous l'aurez compris, tout au long du roman, on ressent l'atmosphère pesante du confinement. le point de vue omniscient nous permet de retrouver les fameuses journées à rallonge qui se ressemblent toutes, l'école en distanciel, le fait de sortir avec le masque et l'attestation, les gestes devenus réguliers comme le fait de se déshabiller sur le pas de la porte, les insomnies dues au manque d'activité avec notre corps qui ne sait pas comment réagir face à cette fatigue différente et la fatigue excessive des personnes qui travaillent dans des milieux médicaux. Mais, surtout l'ironie d'avoir l'impression d'étouffer dans un endroit clos qui nous sert de lieu de vie, soit un appartement bien trop petit pour toute une famille.
Nous retrouvons aussi cette ambiance de peur et d'angoisse créée par la pandémie et les questionnements qui l'entourent. Certains ont une peur paranoïaque du virus, d'autres ont peur pour leur avenir et les parents ont peur que la vie numérique de leurs enfants prenne le dessus… Comment les déconnecter pour les concentrer de nouveau sur leurs devoirs ?
Malheureusement, je n'ai pas accroché à ce roman et j'en suis désolée. Il faut savoir que, depuis le début de ma lecture, je suis restée en surface. Qui plus est, je pense qu'il est encore tôt pour lire des romans sur le Covid-19. Nous sommes encore en plein dedans et, pour moi en tant que lectrice, j'ai envie de m'évader le temps de quelques heures dans un autre monde et/ou dans une autre époque !
La plume familière m'a un poil dérangé et je pense qu'il me manquait quelque chose pour que ce roman reste gravé dans ma mémoire. Néanmoins, il n'en reste pas moins cohérent et il se lit vite. In fine, même si je n'ai pas tellement réussi à m'attacher aux personnages, à un moment, je me suis retrouvée dans le personnage d'Inaya. Surtout, par rapport au fait de grandir tout en voyant une partie de sa vie « limitée », voire, « privée »…
Bien évidemment, comme d'habitude, il s'agit d'un avis personnel. Par conséquent, je vous invite à vous faire votre propre avis !
Lien : https://filledepapiersblog.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          242
Louncir13
  31 mai 2022
Je remercie Babelio et les éditions Magnard pour l'envoi de ce livre lors de la dernière masse critique.
Nos jours perdus est un petit roman forcément très actuel. Il est question de confinement, du Covid, de ses impacts.
On découvre le personnage d'Inaya, adolescente en 2de dans un lycée de région parisienne au moment du 2ème confinement.
On découvre surtout la difficulté pour une adolescente à faire face à ces circonstances particulières en pleine adolescence.
Je regrette un peu que ses tourments adolescents aient un peu pris le pas sur l'histoire du Covid. C'est un peu du déjà vu, et le sous-titre aurait presque pu être "chroniques adolescentes au temps des réseaux sociaux" sur certains points, mais le roman est agréable à lire et reste cohérent.
On y trouve quand même une bonne dose d'angoisse, et de détresse liés à la pandémie.
Commenter  J’apprécie          10
orbe
  29 juin 2022
Enfermée en raison du confinement, Inaya déprime. Elle lâche sa scolarité et n'arrive plus à communiquer ni avec ses parents ni avec son frère jumeau.
Il lui reste heureusement ses copains qu'elle retrouve régulièrement avec des attestations de sortie et le chien qui leur sert de prétexte pour les multiplier.
Tom inquiète ses camarades, car il est souvent seul. Ses parents sont tous les deux infirmiers et ils multiplient les heures de travail en temps de la covid.
C'est alors qu'Inaya trouve sur les réseaux Driss, un jeune homme à peine aperçu dans la vraie vie.
Ils vont tous les deux entamer de longs échanges. Si cela permet à la jeune fille de retrouver le gout des discussions, cela l'éloigne aussi de ses amis.
Leur relation va leur permettre de vivre une histoire d'amour à distance. Elle envahit littéralement la vie de l'héroïne Mais sait-on toujours avec qui on discute sur internet ?
le récit se penche sur le mal-être des adolescents avec justesse. Nous comprenons à quel point la covid a pu amplifier cette période de fragilisation. Il y a les décrochages mais aussi le développement de phobies scolaires.
Et puis il y a les réseaux. Ils sont à la fois un élément de trahison dans cette histoire avec la question de l'identité numérique, mais aussi un élément de réconfort pour tous ceux coincés chez eux.
La famille est aussi décrite comme pouvant être tout à la fois source d'étouffement et de réconfort.
Lien : https://www.nouveautes-jeune..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
the_beauty_and_the_books
  26 juin 2022
Tout d'abord, je tiens à remercier Babelio pour l'envoi de ce livre grâce à la Masse Critique.
Le résumé et la couverture m'ont tout de suite interpellé et j'avais donc hâte de le découvrir.
J'avoue avoir été un peu déçue. le sujet du COVID est vite passé au second plan au profit des réseaux sociaux, ce que je trouve dommage.
Cela reste néanmoins une lecture facile et agréable.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
filledepapiersfilledepapiers   27 juin 2022
– Je sais pas ce qu'on va devenir, tout s'écroule là... Toute l'économie s'effondre, y aura jamais de boulot pour nous, soupire Ahmed.
– Moi, je me suis dit que j'aimerais devenir cuistot en fait, reprend Tom. J'aurais dû faire un CAP en apprentissage, ça m'aurait trop plu. Mais avec tous les restos fermés, laisse tomber. Imagine, ça dure des années...
Nell tente de le rassurer :
– Mais si, faut que tu t'accroches, ça va repartir un jour ! Tu peux reprendre un CAP l'année prochaine, ça laisse le temps de chercher un employeur. Je t'aide à faire la liste et à écrire la lettre, si tu veux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
filledepapiersfilledepapiers   27 juin 2022
– Ils bossent comme des fous depuis le début de ce bordel, personne ne les remercie. Il manque des gens dans leur service, ils ne sont pas remplacés, alors ils taffent encore plus. Moi je dis, c'est eux qu'on aurait dû faire défiler le 14 juillet, soupire-t-il. Et tu sais pas ce que j'ai découvert ce matin dans la boîte à lettres ?
– Dis.
Tom sort un petit bout de papier de sa poche, le déplie et lit à voix haute : Comme vous travaillez à l'hôpital avec des personnes contaminées, vous présentez un risque pour vos voisins. Nous vous demandons de déménager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
filledepapiersfilledepapiers   27 juin 2022
Leurs regards se sont perdus loin devant eux. Qu’est-ce que leur réserve l’avenir ? Quoi qu’il arrive, ils seront là les uns pour les autres, ensemble dans ce monde nouveau, le leur.
Commenter  J’apprécie          70
filledepapiersfilledepapiers   27 juin 2022
– Laisse tomber, les gens ont complètement vrillé avec ce virus, ils sont devenus totalement paranos. Comme si chacun était devenu un ennemi pour l’autre, une arme biologique sur pattes. Tout le monde se méfie de tout le monde.
Commenter  J’apprécie          10
filledepapiersfilledepapiers   27 juin 2022
12h30
Le déjeuner est rapide et quasi silencieux. La radio fait office de fond sonore : nombre de morts et de contaminés depuis les dernières vingt-quatre heures, taux de circulation du virus, taux d’incidence, tranches d’âge les plus affectées, tensions hospitalières, recommandations sanitaires…
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : confinementVoir plus