AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Petit copain (51)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Woland
  26 décembre 2007
The Little Friend
Traduction : Anne Rabinovitch.

Voilà un livre que j'ai longtemps hésité à commencer car, autour de moi, ce n'était que critiques et déception. Mais « le Maître des Illusions », premier roman de Donna Tartt, m'avait fait penser à ce qu'une Ruth Rendell tire elle-même d'une intrigue au départ policière. Aussi finis-je par penser que, si ça se trouvait, « le Petit Copain », s'il pouvait se révéler décevant pour les amateurs de polars classiques, était susceptible de plaire à ceux qui, au-delà l'intrigue policière, attendent autre chose d'un roman construit autour d'un crime. (Cette considération me fait donc le classer ici et non dans la catégorie réservée aux policiers ...)

L'action du « Petit Copain » se situe dans l'une de ces petites villes du Sud des Etats-Unis où la Guerre de Sécession n'a pas en fait changé grand chose aux mentalités. D'un côté, les riches qui vont se baigner au Country Club et ne connaissent pas de problèmes financiers. C'est à ce milieu qu'appartient notre jeune héroïne, Harriet Cleve Dufresne, 12 ans pour l'Etat-Civil mais au moins 18 par la puissance de raisonnement et la fermeté du caractère.
Harriet vit dans une grande maison avec sa mère, Charlotte, que l'assassinat non résolu de son fils, douze ans plus tôt, a fait sombrer dans une dépression profonde, sa soeur, Allison, adolescente rêveuse qui s'offre quelques petites escapades en voiture avec un garçon dont elle est amoureuse, et Ida Rhew, la domestique noire qui s'occupe de la maison depuis … ma foi, depuis des lustres.
Autour de cette cellule primitive qui n'a jamais oublié le cadavre du petit Robin, retrouvé pendu à un arbre, dans le jardin, alors que la fête pour son anniversaire battait son plein, croisent la mère de Charlotte, Edith, dite « Edie », et ses soeurs : Libby, Adelaïde et Tatycorum et, de temps à autre, le père de Harriet, Allison et Robin : Dixon Dufresne qui s'est séparé de sa femme à la mort de leur fils et vit à Nashville.
A l'extérieur, la société provinciale sudiste maintient ses deux grands clivages entre les Noirs qui ne sont plus esclaves mais travaillent toujours pour les blancs aisée et les « pauvres blancs » ou « redneks » qui, déjà avant la Guerre Civile, trimaient tout seuls sur le lamentable carré de coton qui leur appartenait.
C'est dans la haine et le mépris que se portent ces deux dernières catégories sociales que « le Petit Copain » trouvent sa première clef : Ida Rhew affirme un jour à Harriet que la seule personne qui ait pu assassiner son frère n'est autre que Danny Ratcliff, l'un des rejetons d'une famille de « redneks » qui avait l'habitude de passer devant la maison des Dufresne pour inciter Robin à jouer avec lui.
Ida paraît si sûre de ce qu'elle avance que, peu à peu, l'idée vient à Harriet de liquider à son tour celui qui a tué son frère aîné et ruiné la santé de sa mère.
Mais ce n'est là qu'un argument qui permet à Donna Tartt de nous dresser le portrait d'une région qu'elle connaît manifestement fort bien et de ses moeurs. Certaines pages, comme celles qui sont liées à Eugène Ratcliff et au prêcheur qui se sert des serpents pour vendre la parole de Dieu, sont saisissantes tant elles révèlent le mic-mac religieux qui sévit aux Etats-Unis.
Si Tartt est loin d'égaler le style unique d'un Faulkner, sa vision du Sud profond rejoint bien celle qu'en avait l'auteur de «Sanctuaire. » le personnage de la grand-mère des Ratcliff, l'affreuse Gum, est bel et bien un personnage faulknerien. Et le désespoir presque viscéral qui anime Danny Ratcliff donne à celui-ci une étrange humanité qui ne peut qu'émouvoir le lecteur.
Si vous ne cherchez qu'un roman policier de plus, passez votre chemin. Sinon, lisez "Le Petit Copain." ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
Brooklyn_by_the_sea
  18 mai 2019
J'ai dévoré ce gros roman comme une grosse tranche de gâteau.
J'ai adoré l'histoire de cette gamine qui, du haut de ses 12 ans et dans l'ennui et la chaleur d'un été, se met en tête de trouver le meurtrier de son grand frère. J'ai adoré cette Harriet intelligente et effrontée, mélange de Zazie et de Frankie Addams, qui va vieillir malgré elle en se confrontant au monde des adultes. J'ai adoré sa solitude et son désarroi, entre une mère et une soeur éthérées, un père absent, et 4 tantes fantasques rêvant encore du temps où leur famille était riche et respectée dans ce coin propret du Mississippi. J'ai adoré sa colère et sa révolte face à la ségrégation raciale et sociale qui n'en finit pas de sévir. J'ai adoré son entêtement, sa hargne, son imagination délirante, et sa dureté envers elle-même et les autres.
Et j'ai adoré l'ambiance imprégnée de langueur et de mystère, la régularité des détails sensoriels, l'impossibilité de dater précisément l'époque de cette histoire. Ce roman est comme un rêve flou. Il a reçu un moins bon accueil que les 2 autres, mais c'est désormais mon préféré de Donna Tartt. Elle a su y enfouir tous les trésors et les secrets de l'enfance, d'une façon qui relève du chef d'oeuvre. Je trouve dommage qu'il soit si peu coté, car il est le plus abouti à mon sens ; alors, laissez-lui une chance de vous envoûter à votre tour !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2514
KrisPy
  02 juillet 2014
Le récit d'un été étrange et dangereux, dans le Mississipi, l'été des 12 ans d'Harriet. Quand elle était encore toute petite, son frère a été assassiné et l'assassin n'a jamais été retrouvé. Sa mère et sa soeur sont dépressives, et le père est parti. Harriet, livrée à elle-même depuis trop longtemps, pense avoir découvert qui a tué son frère. Et elle veut faire justice...
C'est une histoire dense, intense, comme sait les concocter Donna Tartt, (qui ne met pas moins de 10 ans pour écrire un roman) où l'on suit Harriet lors de cet été moite et glauque, cette enfant qui devient adulte face à la souffrance et au sentiment d'injustice insupportable qu'elle doit porter... Harriet va se mettre en grand danger, pour venger son frère, mais aussi pour réveiller cette famille morte avec lui.
Un livre puissant, envoutant, émouvant, fort.
Commenter  J’apprécie          250
Malaura
  05 août 2011
Harriet a grandi sous le poids d'un terrible drame qui a anéanti toute sa famille : le meurtre non-élucidé, quand elle était bébé, de son jeune frère Robin.
Dans la maison familiale à l'abondon le temps semble s'être arrêté.
L'été de ses douze ans, Harriet, à bout, décide de découvrir qui a tué Robin et de se venger de celui qui lui a volé son enfance.
Mature, froide, prête à tout, rien ne peut alors la dissuader d'aller au bout de ses plans.
Mais la vérité est-elle bien celle à laquelle elle croit ?

Le moins que l'on puisse dire c'est que Donna Tartt s'y entend à merveille pour créer des atmosphères.
Et malgré la longueur du livre, on ne peut qu'être envoûté par le climat trouble et oppressant de ce roman insolite où la chaleur moite du Mississipi souligne encore davantage la sensation d'étouffement.
Roman noir, récit d'une adolescence brisée par le souvenir, sombre, mystérieux, d'une puissance stylistique exceptionnelle, après "Le maître des illusions", l'auteur réussit encore à capter toute notre attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LiliGalipette
  18 avril 2016
Dans la famille Cleave, la mort de Robin est entourée de mystère et de silence. Comment a-t-il pu se retrouver ainsi pendu dans le jardin, à neuf ans, un soir de fête des Mères ? Une dizaine d'années plus tard, Dix, le père, est parti vivre dans une autre ville. Charlotte, la mère, vit dans un brouillard constant. Allison, la cadette, est une lycéenne aimable et douce, terrorisée par ses cauchemars. Harriet, la benjamine, est au contraire volontaire et brusque, déterminée à comprendre ce qui s'est passé. « C'était la plus grande obsession d'Harriet, et celle qui engendrait toutes les autres. Car ce qu'elle voulait […], c'était ramener son frère auprès d'elle. Et ensuite découvrir qui l'avait tué. » (p. 55) Mais Harriet n'a que douze ans. Au cours d'un été qui semble interminable, marqué par la mort d'un chat adoré et d'une vieille tante et par le départ d'une domestique, la gamine se lance dans une mission implacable avec son ami Hely : elle va venger son frère en tuant son meurtrier. « Pourquoi est-ce que je laisserais d'autres gens le punir ? » (p. 162) Hélas, Harriet s'en prend à la pire famille d'Alexandria : tous les fils Ratliff sont d'anciens taulards, de grands violents souvent drogués et paranoïaques. « Daniel Ratliff était coupable, elle en était sûre, c'était un fait indiscutable. La seule explication qui eût un sens. Elle était sûre qu'il avait commis ce crime, même si personne ne le savait. » (p. 586)

Conseil d'une lectrice paumée : toujours lire les titres originaux, quand on peut les comprendre. Ici, la traduction française respecte parfaitement le titre du livre, mais il faut se méfier des faux amis. Ainsi, le titre du roman est The Little Friend et pas The Boyfriend. Je dis ça comme ça… parce que pendant les 200 premières pages du livre (un tiers, donc…), j'ai vainement cherché la trace d'un amoureux avant de me reporter à la page de garde et au titre original. Quand on est bête…

Mais ce n'est pas le plus important puisque j'ai énormément apprécié ce roman, bien plus que le chardonneret de la même auteure. Ici, la narration, même si elle est riche, complexe et traversée de nombreux personnages et de nombreuses péripéties, n'est pas alambiquée ni ennuyeuse à pleurer. Et surtout, le personnage principal n'est pas insupportable : la jeune Harriet est certes une gamine pas commode, pas tendre et pas facile à comprendre, mais elle s'est attiré ma sympathie dès le début, obstinée qu'elle est à vouloir faire la lumière sur la mort de son grand frère. « À l'école, il y avait beaucoup de filles plus jolies que Harriet, et plus gentilles. Mais aucune n'était aussi intelligente ni aussi courageuse. » (p. 125)

Si la vengeance est un sujet important du roman, je retiens surtout celui de la mort et combien il est difficile de l'accepter, de l'intégrer dans le quotidien et dans l'histoire d'une famille. « La mort – disaient-ils tous – était un rivage heureux. Sur les vieilles photographies de bord de mer, ses parents étaient de nouveaux jeunes, et Robin se trouvait avec eux. […] C'était un rêve où tout le monde était sauvé. Mais c'était un rêve de la vie passée, et non d'une vie à venir. » (p. 442) Allison et Harriet étaient trop jeunes pour comprendre la mort de leur frère aîné, mais l'absence de ce dernier pèse sur leurs jeunes existences. Et leur manque s'exprime bruyamment lors de la mort du chat de la maison, ancien compagnon de Robin. (Attention, épisode hautement lacrymal pour tous les amis des bêtes…) Pour Harriet, ce triste été est la fin de l'enfance et la mort de l'innocence.

L'intrigue se déroule dans les années 1970, au Mississippi, dans un décor qui est vraiment ce que le sud des États-Unis a fait de plus pauvre et de plus crasseux, avec un racisme latent qui imprègne le quotidien. Il y a plusieurs épisodes avec des serpents qui m'ont frémir d'horreur. Et la confrontation finale entre Harriet et celui qu'elle soupçonne d'avoir tué son frère intervient au terme d'une effroyable explosion de haine, de violence et de délire. Ça demande un peu de tripes pour supporter ça sans broncher. Si vous aimez les romans qui prennent leur temps, mais qui ne confondent pas voyage et destination, vous apprécierez le petit copain de Donna Tartt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
iris29
  27 octobre 2015
D'après la quatrième de couverture , le suspens va crescendo, eh bien: pas avec moi...
J'abandonne p 305 , quand même!
j'ai été faire un tour du coté de la fin pour voir si j'aurais une surprise , un bouquet final, une révélation... 50 pages et rien , je m'ennuie toujours autant.
C'est un livre bavard (trop!),plein de descriptions (d'habitude j'adore ça), plein de circonvolutions ,de longueurs .L'auteur aborde trop de thèmes (meurtre, église, dépression , famille endeuillée, père absent, mère démissionnaire, , pauvreté, enquête, enfance solitaire...etc).
Le personnage d'Harriet était prometteur .
Je crois que ma phobie des serpents participe au rejet de ce livre, il y en a trop!
On dit que ce roman hésite entre le vaudeville, le thriller, la tragédie , et bien voilà :peut-être que le talent d'un écrivain , c'est de faire des choix, de tailler dans la masse de ses idées, d'orienter , de diriger , de doser, sinon on obtient: un gros gloubiboulga!
Commenter  J’apprécie          152
Biname
  09 octobre 2010
Je ne sais vraiment pas quoi dire: je ne comprends pas où l'auteur veut en arriver.
Après un mois et la moitié du livre lu j'ai cessé de me faire du mal. Je m'attendais à un policier prenant avec un début aussi sauvage: un petit garçon trouvé pendu dans son jardin, alors que toute la famille est présente dans les environs. Et puis plus rien. L'histoire est en partie racontée par l'une des soeurs du garçon, frère qu'elle n'a jamais connu. Elle vit juste dans le fantasme de ce frère idéalisé par la famille. Elle part donc avec sa dizaine d'année (ce n'est pas l'âge exact mais c'est plus ou moins ça) à la recherche du tueur de son frère.
Mais je suis désolée, mais ça ne ressemble à rien. Où est le fil rouge? le côté "histoire de famille" me plait énormément mais la sois-disant enquête derrière ne ressemble à rien. C'est extrêmement rare que je stoppe une lecture aussi brusquement mais rien à faire je n'accroche pas.
Commenter  J’apprécie          152
michfred
  05 janvier 2015


Tout différent du précédent, le célèbre Maitre des Illusions, et pourtant des points communs : l'enfance/ adolescence ,la manipulation, la culpabilité, les lieux hypnotiques, un début violent, un crime à éclaircir…

Au début , en effet, un meurtre inexpliqué, d'une rare violence, sur la personne d'un petit garçon de 9 ans retrouvé pendu à la branche d'un arbre, dans une ville du Sud des USA.

Une dizaine d'années après le drame, la famille est détruite : les parents sont séparés, la mère a sombré dans la mélancolie, la soeur aînée lui emboîte le pas, la grand'mère est fermée et dure, ses soeurs, les vieilles tantes, fantasques et superficielles. Harriett, la soeur cadette, un vrai garçon manqué, est dans une grande solitude. Elle décide, douze ans après, de faire la lumière sur ce crime et de le venger.

Dure et déterminée, elle manipule son petit copain, Hely, tout à fait subjugué et amoureux d'elle, pour l'aider à accomplir son dessein. Elle a la conviction que c'est un certain Danny Ratliff qui a commis le meurtre, et dès lors sa route ne cesse de croiser celle de la famille Ratliff, une famille de Red Necks complètement dégénérés -Curtis, un petit garçon attardé qui est dans la classe de Harriett et Hely, son frère aîné, un prêcheur fou, Gum, leur grand'mère perverse , Farish, un autre frère, psychopathe drogué et Danny enfin, qui sort de prison, mais n'est pas un mauvais bougre…même si son environnement familial semble le vouer à de sombres destinées. Il a été dans sa petite enfance, malgré son milieu plutôt glauque et sa pauvreté, le « petit copain » de Robin, le frère disparu de Harriett, et profondément malheureux de sa mort. Ce que Harriett ignore, toute à son idée fixe de vengeance.

Avec une aveugle cruauté, lentement, les fils se tissent, et le projet fou de tuer Dany en le faisant mordre par un serpent conduit les deux enfants à commettre par erreur leur attentat contre la grand'mère de Danny qui en réchappe, ce qui provoque la paranoïa de Farish, le frère drogué, et allume une fureur meurtrière entre les deux frères. Danny et Farish se détruisent l'un l'autre.

Farish, abattu par Dany, Dany en prison, Harriett se retrouve à l'hôpital après une séance un peu trop prolongée dans l'eau contaminée d'une citerne. Hely s'est détaché de cette petite copine dangereuse et manipulatrice, Charlotte, la mère de Harriett a renvoyé Ida la bonne noire, seule figure maternelle dont Harriett acceptait la tutelle et l'autorité, Liby, la vieille tante douce et accueillante, la préférée des enfants, est morte dans un accident de voitures : Harriett est vraiment seule, cette fois, face à sa responsabilité dans le monde réel, un monde d'adultes où les actes pèsent de tout leur poids.

Elle comprend que toute sa vengeance a reposé sur une méprise. Trop tard. Elle entre dans la conscience et la culpabilité. L'enfance est finie. Cette enfance cruelle et sauvage la quitte comme tombe la peau du serpent. Elle va sans doute devoir quitter sa petite bourgade sudiste, ses rivières, ses arbres, ses routes écrasées de chaleur. Partir vivre à la ville, chez son père. Sauf si Edie, sa sévère grand'mère la prend sous son aile…mais avec Edie, rien n'est moins sûr. Elle ressemble tellement à Harriett…

Racontée comme cela l'histoire a l'air d'un récit plein de suspense et de péripéties : cependant il n'en est rien. le récit musarde, s'égare dans la touffeur d'un Deep South envoûtant et magnétique, mélange les tonalités et les histoires, les graves et les folles, les dérisoires et les tragiques. Et surtout, comme dans la vie, on ne saura jamais le fin mot de l'affaire, qui a tué ce petit frère adorable et charmant, ni pourquoi. le livre se clôt brusquement sur cette béance, et l'eau glauque des bayous se referme sur le mystère en même temps que Harriett est précipitée dans l'âge de raison.

Moins haletant, moins passionnant que le premier livre de Donna Tartt, mais à mon sens moins facile et plus abouti. Il y a du Faulkner dans cette atmosphère fiévreuse , dans ces personnages névrosés et fermés à eux-mêmes…Un style magnétique, des lieux et des personnages inoubliables, et une fin parfaite, qui tout à coup cesse de s'égarer dans les chemine de traverse et file inexorablement droit au but, - vers une question sans réponse, un avenir incertain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
viduite
  27 juillet 2019
Vestiges de l'enfance, vertige des disparitions. Dans une écriture détaillée et incarnée, pleine d'images et de sensations, Donna Tartt nous plonge dans les aventures à la fois tragiques et absurdes d'Harriet à la recherche de son frère disparu. Ample roman, le petit copain se présente comme un hommage aux récits d'aventures, ceux enfantins comme ceux des romans noirs. À travers ce roman d'une très belle construction, Donna Tartt interroge nos capacités à nous plier à un récit.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          100
TristanPichard
  04 avril 2018
Me voilà triste. Triste car j'ai lu les trois seuls romans de Donna Tartt, le Petit Copain étant la dernière pépite de son Oeuvre (façon météorite géante quand même, un bon pavé de 800pages) qui m'était encore inconnu. Comme la dame écrit un livre tous les dix ans, il me faudra attendre, redouter que plus jamais, vivre sans.

C'est que j'aime ses livres, celui-ci comme les autres, j'apprécie son intelligence, sa narration, son style qui frise le précieux sans sombrer, sa manière de brosser la psychologie des personnages, son art de développer l'intrigue.
Beaucoup considère le Petit Copain comme le moins bon des trois. Certes, on n'y retrouve pas la magie vénéneuse du Maître des Illusions, pas plus la fresque ambitieuse , quasi-balzacienne, que représente le Chardonneret, pourtant... Que de beautés, que de réussites, que de joies et d'effrois dans cet opus coincé entre deux chef-d'oeuvre. Si l'astre est d'une lueur moins étincelante, il n'en reste pas moins majestueux et confondant de réussites : les serpents, les quatre soeurs, Farish et son oeil vitreux, l'amour d'Ida, la neurasthénie de Charlotte, cette vieille bique de Gum, la suffisance de Dial...
Il est possible de relire, ce que je ne manquerai pas de faire, mais plus jamais je ne connaîtrai cet émerveillement, je ne tremblerai plus avec la même force pour Hely coincé dans la salle de bain du prêcheur, je ne suffoquerai certainement pas autant quand Harriet manque de périr dans la citerne d'eau.

Quelle tristesse de ne plus avoir ces révélations, et quel bonheur d'avoir tous ces personnages, ces scènes, cette atmosphère si particulière pour m'accompagner à jamais.

Vive la littérature, vive Donna Tartt !

Lien : https://www.tristan-pichard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le Chardonneret

Quel âge a Théo au début de l 'histoire ?

14 ans
16 ans
13 ans
15 ans

20 questions
138 lecteurs ont répondu
Thème : Le Chardonneret de Donna TarttCréer un quiz sur ce livre
.. ..