AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782361833787
320 pages
Les Moutons Electriques (24/08/2017)
3.44/5   39 notes
Résumé :
Un immense château...
On n'y entre pas plus qu'on n'en sort. On y naît, on y vit, puis on y meurt. Un monde clos de murailles infranchissables, chapeauté d'un éteignoir de grisaille. Certains ont l'illusion d'un nid somme toute douillet, d'autres ragent d'habiter une prison. Dulvan et son ami Garicorne appartiennent à ces derniers. Sans savoir ce qu'est vraiment le Grand Dehors, ils aspirent à en percer les mystères et rêvent d'une existence tout autre. Mais,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
3,44

sur 39 notes
5
7 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
3 avis
1
1 avis

Zazaboum
  01 octobre 2022
VOolume – Lu par Françoise Goubert-Chéritel : 10h17
Sincèrement je n'ai pas tout compris aux histoires qui se croisent dans ce livre mais j'ai eu beaucoup de plaisir à l'écouter !
Il faut précise que la narratrice Françoise Goubert-Chéritel y met du coeur et les différents accents qu'elle a pris étaient vraiment extraordinaires et j'ai souvent pouffé tellement je visualisais les personnages !
Un monde clos et couvert où chaque saison est un milieu spécifique ; des murailles, un château, le Grand Dehors, des jeunes curieux en vadrouille ; une sorcière “légèrement “ acariâtre, Rêveuse et bien d'autres personnages avec un langage créé !
Il faudra que j'écoute de nouveau, je devrais pouvoir comprendre les tenants et aboutissants.
#PierreFendre #NetGalleyFrance
Challenge ABC 2022/2023
Commenter  J’apprécie          210
ludi33
  06 septembre 2022
Garicorne et Dulvan veulent faire tomber les murailles du château dans lequel ils vivent depuis toujours pour découvrir le Grand Dehors. Ils entreprennent un long voyage pour réveiller la Sommeilleuse, garante de la stabilité des murs. Mais Murgoche, la sorcière, ne l'entend pas de cette oreille et les poursuit pour les en empêcher. Tout comme Aurjance, bien décidée à sauver son frère de sa dernière lubie.
Ce roman de fantasy nous plonge dans un univers un brin absurde et pour une fois bien fini : un château dont chaque salle représente une contrée, définie par une saison. Tous les protagonistes cherchent à attendre Pierre-Fendre, la salle de l'hiver où se trouve le palais de la Sommeilleuse. L'univers construit ici est cohérent et le vocabulaire inventé s'y rapportant est parfaitement compréhensible.
Les personnages sont savoureux, modernes et indépendants. Des personnages qui vivent comme ils l'entendent, sans sembler souffrir de préjugés. On s'attache à eux, même à Murgoche et l'on suit avec plaisir leur aventures.
J'ai retrouvé avec bonheur la narration de Françoise Goubert-Chéritel dont le phrasé donne vit à tous ces personnages et anime leurs dialogues succulents.
Pour conclure, c'est un livre d'aventures dans un monde original et bien croqué avec des personnages dont on suit les péripéties avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
paulmaugendre
  05 août 2018
A moi, il me fend la Pierre, et à toi, il ne fend rien ?
Derrière chaque roman, se cache un auteur, et derrière chaque auteur se cache un homme (ou une femme, ménageons les susceptibilités) qui possède son univers, ses préoccupations, ses thèmes favoris, quel que soit le genre littéraire abordé.
Chez Brice Tarvel, l'élément récurrent c'est l'eau. Normal, me direz-vous, puisque l'eau c'est fait pour récurer. Mais on la trouve sous toutes ses formes naturelles, en pluie, suintante, dégoulinante ou stagnante dans des plans d'eau ou des rivières. Mais ne nous laissons pas déborder par cette précision, et plongeons allègrement dans le récit qui est un peu une histoire en vase clos.
Sous un immense dôme d'où exsude l'eau, Viridis est une salle-territoire bénéficiant d'un éternel printemps et ses habitants qui ne connaissent rien d'autre même s'ils savent que d'autres salles-royaumes existent, n'ont guère envie de quitter ce vaste enclos. Car tout autant que Chaloir, Feuille-Sèche et Pierre-Fendre, Viridis possède sa propre autonomie, sa saison bien définie. Chaloir, c'est l'été, chaud, étouffant, et rares sont ceux qui traversent ce désert de sable, des tribus qui se déplacent à l'aide de bouts de bois accrochés à leurs jambes. Feuille-Sèche correspond à l'automne tandis qu'à l'autre bout s'étend Pierre-Fendre qui comme son nom l'indique l'hiver règne en permanence. Ces quatre territoire-saison sont ramassés dans un immense castel entouré de hauts murs les protégeant, selon les légendes, de la Sommeilleuse et du Grand Dehors. le soleil est caché sous une chape de grisaille, comme un éteignoir qu'un jour un hurluberlu a essayé de teinter en bleu. En pure perte, la peinture s'effritant en confettis disgracieux.
Dulvan et Garicorne, deux jeunes garçons aventureux épris l'un de l'autre ont décidé de se rendre à Pierre-Fendre. Dans quel but se demande Aurjance, la soeur de Dulvan, qui s'inquiète du départ des deux adolescents. La réponse en est donnée par Jazole, l'oiseau-parleur :
Les deux jouvenceaux se sont donnés pour mission de secouer la Sommeilleuse afin de l'arracher à ses songes perpétuels. Ils espèrent ainsi faire tomber les murailles, faire disparaître le manoir et pouvoir accéder ensuite au Grand Dehors.
Aurjance enfourche donc son fier destrier, un gonche, un cheval mâtiné de dragon, et en compagnie de son amie Farille, les voilà toutes deux parties sur les traces des deux foutriquets. Seulement, la magicienne guérisseuse sorcière Murgoche, dont le physique fait penser à la grosse bonne-femme de Dubout, ayant ouï le départ de Dulvan et Garicorne, ne l'entend pas de cette oreille. Et elle se met en route également afin de les stopper dans leur entreprise.
En cours de route, qui n'est pas la même empruntée par ces trois minis convois, chacun d'entre eux va faire des rencontres intéressantes, ou pas.
Ainsi Dulvan et Garicorne, ils sont inséparables, décident de rejoindre Pierre-Fendre par les courtines, en haut de l'enceinte, et se trouvent bientôt nez-à-nez avec un aérostier, le baron Elven de Champdorge, dont le ballon a chu et la nacelle démantibulée. le baron habite Feuille-Sèche et a laissé sa femme au foyer afin de découvrir le monde restreint par les airs. Quant à Murgoche, elle va faire alliance avec Yuk Long Renard, un brigand placé à la tête d'Acérains, sortes de grosses écrevisses, et autres maufaiteurs. Ils s'élancent dans Chaloir, subissant les affres de la chaleur et les attaques du sable. Un défaut dans le dallage qui s'étend sous la couche de granulats cristallisés et ils tombent, enfin ceux qui restent après avoir subis quelques avatars, dans des souterrains non balisés. Ils ont aussi récupéré, pendu dans un arbre Fauric, le forgeron qui est amoureux d'Aurgence.
Quant à Aurgence et Farille, elles vont être affublées d'un étrange compagnon, un borgnot nommé Blériot, qui a été embauché par le roi Archon de Viridis, pour retrouver deux pendards du nom de Dulvan et Garicorne. Il se prétend mire, médecin, mais en réalité il s'agit d'un Josh Randall médiéval.
Ces trois expéditions, au but différent, vont connaître bien des vicissitudes, des tourments, des mésaventures en tout genre, des drames, mais derrière, ou en contrepoint de la narration de ces pérégrinations, se profilent quelques métaphores, des paraboles que l'on peut s'amuser à dénicher si l'on en veut pas rester un lecteur passif.
Ainsi les passage de Viridis à Chaloir, puis à Feuille-Sèche jusqu'à Pierre-Fendre peuvent être comparés aux âges de la vie, chaque étape étant significative. D'autant que si Viridis peut faire penser à un royaume médiéval, Feuille-Sèche possède des avancées technologiques dont le fameux aérostat du baron Elven de Champdorge, mais également des armes à feu, pistolet et fusil, encore rudimentaires mais efficaces. Et si Viridis peut être similaire à l'adolescence, Feuille-Sèche serait alors le cap de la soixantaine, celui de la création et de la connaissance. Chaloir étant dans ce cas l'étape de la fougue du jeune homme, les tempêtes de sable agitant l'esprit rebelle de celui qui, ayant vingt à trente ans, brûle sa vie par les deux bouts. Quant à Pierre-Fendre… le déclin de la vie, la neige qui recouvre le territoire étant celle qui parsème les cheveux d'une tête chenue.
Mais Pierre-Fendre est également un roman qui prône la tolérance, envers la pureté des sentiments des homosexuels, par exemple, les différentes religions représentées, à Feuille-Sèche où l'esprit d'un Dieu et la représentation de son effigie sur une croix, n'obturent pas l'esprit des habitants.
Et la grande muraille qui entoure cet immense castel pourrait être la métaphore de celles que construisent certains pays, jugés développés technologiquement à défaut de l'être intellectuellement, qui érigent des frontières de béton pour se protéger des migrants.
Un ouvrage foisonnant comportant également quelques clins d'oeil, dont l'évocation du chat Chastragnette, animal cher à Robert Darvel.
Il y aurait encore beaucoup à dire, en bien, sur ce roman à l'écriture rabelaisienne, mais il ne s'agit pas de ma part de rédiger un article universitaire, d'ailleurs je serais bien en peine de le faire, ne possédant pour tout bagage qu'un Bac moins trois, mais de constater que certains ouvrages ne recueillent pas toute l'attention qu'ils mériteraient, alors qu'il suffirait à Brice Tarvel d'écrire une banale histoire d'amour genre Muly ou Lesso, pour devenir un habitué des meilleures ventes. Mais le désire-t-il vraiment ?

Lien : http://leslecturesdelonclepa..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AMR_La_Pirate
  03 septembre 2017
Avec Pierre-fendre de Brice Tarvel, nous sommes plongés dans un excellent roman, un régal dès les premières pages, une belle découverte dans le cadre de l'opération "Rentrée 2017 de la fantasy française" des Moutons électriques.
Certes, tout dans ce roman répond aux critères attendus du genre. Les personnages principaux sont jeunes et aventureux ; il s'agit d'une quête formatrice semée d'embûches et de rencontres, d'une poursuite car tous les protagonistes n'ont pas la même vision des choses : sortir d'une relative sécurité, découvrir un ailleurs plein de promesse, trouver l'amour, protéger ceux que l'on aime, vérifier la légitimité d'une légende fondatrice, éviter le pire… L'univers décrit est rempli de créatures fantastiques, d'êtres étranges et fabuleux évoluant dans un monde imaginaire… L'horizon d'attente de l'amateur de fantasy est comblé.
Mais quel brio, quelle justesse jusque dans le langage réinventé, dans une gouaille mêlant action, poésie et humour, quelle modernité, quelle ouverture, quel naturel dans les situations décrites, quelle aisance dans la polyphonie des points de vue !!!
J'ai cru à ce monde à la fois vaste et fermé, limité aux quatre immenses salles d'un château bâti autour des quatre saisons ; j'ai réfléchi au sens de la vie, entre sécurité routinière et ouverture aventureuse ; j'ai médité sur un équilibre entre respect des traditions et envie d'exploration à tous les niveaux, géographique et philosophique ; je me suis interrogée sur la quête du bonheur, sur le sens de l'existence, le besoin d'une religion…
Certes, il y a eu ce moment où j'ai compris vers où m'emmenait Brice Tarvel, où j'ai imaginé une fin très proche de la chute du roman, où le suspense a cessé de fonctionner ; j'aurais voulu que ce voyage ne finisse pas… Dans une certaine mesure, l'histoire de Pierre-fendre continue une fois le livre refermé puisque, comme il y avait plusieurs groupes différents, puis réunis, enfin séparés autrement, il y aura plusieurs futurs possibles que chaque lecteur pourra imaginer à son tour.
Je découvre Brice Tarvel, mais je sens bien que cet écrivain n'en est pas à son coup d'essai… Je salue la maîtrise, l'originalité des topoï revisités et surtout l'écriture d'une efficacité narrative, visuelle et sonore, musicale même. Tout fonctionne : aucune faille dans l'univers créé et donné à lire car même le langage y est réinventé.
Je recommande ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
BlackWolf
  13 février 2018
En Résumé : Je dois bien avouer que je ressors de ma lecture déçu, n'ayant jamais réussi à rentrer dans l'histoire que nous propose l'auteur. Je ne remets pas en cause les qualités de ce roman, je pense tout simplement que je n'étais pas le bon lecteur pour le récit qui nous est proposé ici. Je pense que j'ai besoin de récit plus cohérents, plus complexes et plus denses pour me happer. C'est bien simple ici je n'ai pas accroché à la quête de nos héros qui même si elle ne manque pas motivation, parait tellement parti sur un coup de tête alors qu'on parle de voyage mortel. Genre tiens entre le plat et le dessert, si je me lançais dans la quête de réveiller la déesse qui contrôle notre monde. Les péripéties m'ont paru trop simplistes, voir abracadabrantesques et résolues trop rapidement ce qui annihile toute tentative de tension dans le récit. L'univers mis en avant, même s'il n'est pas inintéressant, sert beaucoup trop d'outil aux péripéties et à l'imagination de l'auteur qu'il donne une impression de fouillis sans queue ni tête et manque de profondeur à mon goût. La magie c'est pareil elle fonctionne ou ne fonctionne pas selon les besoins du récit de façon trop flagrante. Concernant les personnages, même si on sent une envie d'offrir des personnages contemporains dans leurs problématiques et qu'ils s'avèrent pas non plus mauvais, là aussi ils auraient, je trouve, mérité d'être plus travaillés et soignés. Concernant les personnages là par contre, aucun ne sort du lot tant ils oscillent entre simples outils et protagonistes n'apportant pas grand-chose. La plume de l'auteur se veut archaïque, se cherchant un style particulier, sauf que pour ma part j'ai trouvé cela lourd, voir ampoulé le tout porté par des dialogues trop théâtraux et parfois vulgaires, sans aucuns intérêts. Après comme je l'ai dit, je ne pense tout simplement ne pas être le lecteur cible de ce livre, j'ai vu de nombreux retours positifs il a donc trouvé son public.
Retrouvez la chronique complète sur le blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112


critiques presse (2)
SciFiUniverse   22 janvier 2018
Un roman dense, sur un château monde dont on aurait envie d'explorer chaque recoin. Un voyage initiatique de jeunes gens, une course entre plusieurs équipages, des découvertes à chaque page. Un livre à ouvrir sans hésiter.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
SciFiUniverse   21 décembre 2017
On ne peut reposer le livre et on arrive bien trop vite à la fin du voyage, une fin assez ouverte, trop rapide mais qui laisse présager peut être un jour un peu plus de cet univers à lire.
Lire la critique sur le site : SciFiUniverse
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Hippolyte78Hippolyte78   23 septembre 2017
-Est-ce que bénéficier d'un pistolet comme le vôtre, avoir la possibilité de tuer ses ennemis autrement qu'avec une flèche ou une lame signifie être nanti d'un cerveau d'excellence que ne possède pas les gens tel que moi ? ne se priva pas d'objecter Dulvan.
-Pour triompher de la sauvagerie, il convient d'user d'une sauvagerie perfectionnée, rétorqua Elven.
Commenter  J’apprécie          30
IdiosyncrazyIdiosyncrazy   10 janvier 2020
- Que me chante ce jeunet ? s'étonna la commère. Une cuirasse à ma taille ? Toute sa réserve de fer a dû y passer. Mais il est vrai qu'une telle carapace me donnerait plus fière allure.
Elle s'adressa au supplicié.
" Si je parviens à y loger ma nichonaille et mon potron sans m'écorcher la couenne, c'est marché conclu, gamin. (...)"
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Brice Tarvel (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brice Tarvel
Bande-annonce de "La Maison à claire-voie", recueil de nouvelles de Brice Tarvel paru le 28 janvier 2021 aux éditions Zinédi.
autres livres classés : châteauxVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2080 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre