AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de chartel


chartel
  01 octobre 2011
Après avoir lu le "Roland Furieux" de l'Arioste, j'ai complété ma découverte des oeuvres références de la littérature classique européenne avec la "Jérusalem libérée" du Tasse (traduction de Michel Orcel).
Se nourrissant, notamment, de "l'Énéide" de Virgile, Le Tasse transpose l'épopée antique au temps des croisades, tout à la gloire des princes de l'Europe. Écrit pour satisfaire l'égo de ses mécènes, la vision proposée de la prise de Jérusalem prête à rire pour le lecteur d'aujourd'hui. Pourtant, si on laisse de côté la propagande chrétienne faite de musulmans couards et perfides, laids et cruels, le récit du Tasse nous embarque dans une formidable aventure cumulant les sanglantes batailles, les duels au sommet, les ensorcellements, les interventions divines et les passions amoureuses. Et, avec un peu d'attention, on remarquera que le tableau du Tasse ne fut pas si élogieux qu'il n'y paraissait. Les atrocités des défenseurs du Christ en terre orientale ne nous sont pas cachées, et les païens, quant à leurs princes du moins, font souvent l'objet d'une fascination toute exotique, cachant sous le masque de la sauvagerie, la présence d'hommes en tout point identiques aux croisés.
Commenter  J’apprécie          70



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (4)voir plus