AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782845901766
327 pages
Éditeur : Arfuyen (13/09/2012)

Note moyenne : 2.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Selon le prologue du Livre de la pauvreté spirituelle, de la plus pure inspiration eckhartienne, la pauvreté d’esprit consiste à « être semblable à Dieu. Dieu est un être indépendant de toutes les créatures, un être qui tient son essence de lui-même, une force libre, un acte pur. Si donc la pauvreté est une ressemblance avec Dieu, elle aussi ne doit dépendre d’aucune créature, elle doit être une essence séparée de toutes les essences : un être en effet, q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Alxthiry
  18 septembre 2013
Le « Livre de la pauvreté spirituelle » est le nom donné par le Père Henri Suso Denifle à « L'imitation de la vie de Jésus », ouvrage généralement attribué à Jean Tauler, ou du moins à la communauté bégarde, mais dont l'auteur reste incertain.
Il s'agit d'un ouvrage de mystique rhénane, dans la lignée de Maître Eckhart, dont Tauler fut le disciple ; bien que de manière moins métaphysique, et plus concrète, l'auteur présente la naissance du Verbe divin comme le fruit du l'union du Créateur avec l'âme du fidèle. On n'échappe malheureusement pas au lexique chrétien associateur qui veut que Dieu soit le Père et engendre : « L'âme devient grosse du Verbe éternel ; elle demeure dépouillée de toute altérité, et Dieu l'engendre et un argent amour l'attire jusque dans la pure essence divine. Là, elle est couchée dans le lit de Dieu, et elle donne naissance au Fils dans la déité. », ce qui fait perdre à Dieu Son Essence transcendantale.
De cette conception émerge l'origine de la naissance de Dieu dans l'âme humaine, et c'est ce lien fusionnel que le croyant est appelé à actualiser, revivifier par l'imitation de la vie de Jésus — sur lui le salut et la paix.
L'auteur s'emploie vigoureusement à ne pas être confondu avec les nombreux hérétiques, peut-être préoccupé par les abondantes critiques formulées contres les idées de Maître Eckhart. Il croit bon de pourfendre certaines conceptions réprouvées par l'Église et très en vogue dans le Sud de l'Allemagne et aux Pays-Bas à cette époque.
Sur le fond, la notion de pauvreté spirituelle, rejoint un peu le renoncement (az-zuhd) de l'ésotérisme islamique, avec l'abandon du monde et l'anéantissement de l'égo ; l'auteur explique que l'essence de la vertu est de se détacher de tout ce qui fait la créature.
La traduction ci-présente a été effectuée depuis le moyen haut-allemand par un prêtre strasbourgeois et publiée une première à la suite des huit volumes d'Oeuvres complètes de Tauler parues de 1911 à 1913 à Paris. le première guerre mondiale ayant nuit à la réception de l'oeuvre, cette réédition vient combler cette lacune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ERICANSE
  30 juin 2013
Rarement un partenariat m'a permis d'approcher un texte essentiel de la mystique rhénane, et je commencerai donc par remercier le site de Babelio mais aussi les éditions Arfuyen. Félicitations à ces dernières, qui publient, depuis des années, les textes de référence à cette école des « Amis de Dieu », qui perpétua les réflexions de Maitre Eckhart et de son disciple Jean Tauler.
Bien évidemment, le livre n'intéresse qu'une part infime de la population et il est inutile de croire que ma critique va vous pousser à lire cette traduction remarquable d'une oeuvre majeure pour qui veut comprendre la « pauvreté d'esprit ». Bien évidemment, la notion est rarement porté aux nues comme c'est le cas dans ce livre, mais on évoque alors la perfection au sens (religieux) du terme. Cette pauvreté d'esprit qui nous pousse à nous détacher des biens matériels mais aussi des péchés est selon Jean Tauler la perfection même. C'est vers elle que l'on doit alors tendre.
L'ouvrage, rédigé au XIVème siècle si troublé, se lit comme un guide menant vers cette perfection. La première partie nous donne les détails et la définition de cette pauvreté d'esprit, alors que le théologien nous dresse la liste des pistes pour y parvenir dans la seconde. La contemplation (les ordres monastiques) y occupe alors une bonne partie.
Passionné par l'histoire de ces ordres religieux, la lecture de ce traité m'a subjugué poussant des portes jusque-là ignorées, mais je déconseille à celles et ceux, ne s'intéressant que de loin à ces questions religieuses, de se plonger dans cet ouvrage. Pour tous les autres, plongez-vous dans ce traité à lire absolument.

Lien : http://lemondedelecrit.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
catlhine
  29 juillet 2013
C'est avec une grande peine que je publie cette critique.
Le livre de la pauvreté spirituelle est un livre que j'ai choisi lors de la dernière masse critique, d'une part pour son thème, d'autre part pour son auteur.
Par manque de temps et de concentration j'ai laché cet ouvrage au bout d'une 50ène de pages car ce livre demande un état d'esprit libéré et reposé, ce que je n'ai pas pu faire malheursement.
C'est avec regret que je cloture donc cet avis sans critique. Mais que je me donne rendez vous d'ici quelques temps pour metter à jour.
Commenter  J’apprécie          20


autres livres classés : pauvretéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
983 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre