AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Nédellec (Traducteur)
EAN : 9782878583243
365 pages
Éditeur : Viviane Hamy (23/09/2010)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 23 notes)
Résumé :
« Ce qui le fascinait chez les gens étranges, c’était l’absolue liberté avec laquelle ils faisaient leurs choix individuels. Chez le fou ou le mendiant qui erraient dans les rues en demandant du pain, Buchmann voyait des hommes pouvant choisir, avec une liberté pure et sans conséquences, leur morale individuelle. Une morale à nulle autre pareille, sans équivalent aucun.

Un fou n’était pas immoral, un mendiant non plus. C’étaient des individus sans éga... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Luniver
  21 février 2015
La recherche de la force, de la puissance, voilà le but de Lenz Buchmann dans la vie. Il répond en cela parfaitement aux attentes de son père, ancien militaire aux méthodes d'éducation particulières : le fait d'avoir peur menait à une punition, l'enfermement dans une cave ; on ne prend jamais un enfant sur les épaules dans la foule, s'il veut voir quelque chose, à lui de faire sa place ; plus tard, il supervisera la première relation sexuelle de son fils, avec la femme qu'il lui aura indiquée.
Cet état d'esprit recherche a mené Lenz à devenir chirurgien. Pas par compassion pour les hommes, loin de là : les adieux déchirants, les patients qui refusent le combat et abdiquent devant la maladie, le révolte au plus haut point. Seuls comptent sa maîtrise parfaite de ses gestes, sa capacité à remettre de l'ordre dans un corps désorganisé. Il développe également une passion secrète pour les mendiants, les fous et autres marginaux de la ville. Ces individus possèdent en effet une liberté totale, une capacité à vivre selon leurs propres lois, qui semblent admirables au docteur Lenz. Ils ne sont toutefois qu'à la moitié du chemin, puisqu'incapables d'imposer ces règles à l'ensemble de la population.
Buchmann se tourne alors naturellement vers la politique : réparer un corps social malade n'est pas bien différent que de guérir un corps humain malade. Et les citoyens manifestent un respect spontané devant l'Autorité, alors que les convalescents se sentent obligés de lui prêter des sentiments de bonté et de compassion, ce qui l'irrite considérablement.
Cette quête du pouvoir de se suit avec une certaine fascination. Lenz est totalement déshumanisé, et incapable d'éprouver la moindre compassion. Quand il apprend que son propre frère est atteint du cancer, il a la même réaction que pour ses patients : du mépris devant cette faiblesse affichée, qui le poussera même à tenter d'effacer des mémoires cet individu indigne du sang qu'il a reçu. Les rares moments d'émotion et de fragilité que Lenz éprouve sont dû à la mémoire de son père, figure qui l'a durablement marqué (et on peut comprendre pourquoi !). Toute son énergie est concentrée sur son objectif, les autres personnes qui l'entourent ne sont que des êtres à modeler, à rediriger dans la bonne direction, c'est-à-dire la sienne.
Le roman peut certainement se lire à plusieurs niveaux. Premièrement, comme illustration de la montée des totalitarismes qui nient les désirs individuels et imposent la vision du chef. D'autre part, la « volonté de puissance », forger et n'obéit qu'à sa propre morale sont des termes qui ressemblent furieusement à certains discours de Nietzsche.
Je ne prétendrai pas avoir saisi tous les messages de ce roman, mais l'expérience a été malgré tout particulièrement intéressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
NMTB
  29 janvier 2015
Lenz Buchmann est un maître en technique opératoire, c'est-à-dire un médecin de profession, un chirurgien froid, qui exerce son métier comme un combattant, un ennemi du désordre et de la maladie. S'il n'est pas franchement misanthrope (puisqu'il se considère comme un soldat au service de l'humanité technicienne et raisonnable contre la nature chaotique), il n'est franchement pas un humaniste compassionnel, disons qu'il ne supporte pas tout ce qui est faiblesse dans l'homme. Il a hérité ce caractère de son père, un ancien militaire avec qui il entretenait une relation forte. La brutale scène d'ouverture plonge tout de suite le lecteur dans l'ambiance et on comprend qu'on ne va pas vraiment évoluer dans un monde de paix et d'amour mais de lutte. Lenz Buchmann va au cours du roman décider d'exercer ses talents de stratège dans le domaine politique.
Ce roman est plus conventionnel par rapport aux autres écrits de Tavares que j'ai pu découvrir. Il est quand même rudement curieux et donne beaucoup à réfléchir. Est-ce à cause des patronymes allemands (on sait très peu de choses sur la situation géopolitique, on devine une ville allemande à peu près contemporaine, après une guerre, et un régime politique totalitaire avec un parti unique) ou est-ce à cause du titre et de la personnalité singulière de Lenz Buchmann, mais on pense inévitablement à des philosophes allemands, Nietzsche et Heidegger en particulier. Lenz est un personnage nietzschéen, mais plutôt issu de la sous-interprétation de Nietzsche, il ne cherche pas tant à affirmer sa volonté de puissance vers le surhomme qu'à imposer son pouvoir aux autres hommes ; il reste un homme politique, humain, encore trop humain. Et il est également une aberration heideggérienne, l'homme technicien dépoétisé engagé dans une lutte aveugle contre la nature. Un homme instruit mais dont le parcours a été dévoyé par un père autoritaire ; pour le dire dans une rhétorique nietzschéenne, Lenz Buchmann est tout à la fois Chameau, Enfant et Lion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
jmb33320
  13 octobre 2018
Malgré son titre il ne faut pas s'attendre en lisant ce roman, parfois difficile, à un éloge de la spiritualité.
Tout au contraire. Si les question techniques (chirurgicales, politiques, manipulation des opinions) occupent les pensées de son personnage principal, Lenz Buchmann, on ne peut pas en dire autant des considérations morales ou simplement humaines. le sous-titre « Position dans le monde de Lenz Buchmann » aurait finalement été suffisant pour ce récit étrangement sec et pince sans rire, sous influence kafkaïenne.
Je voulais éviter cette comparaison avec Kafka car j'estime qu'on associe son nom avec toutes sortes d'ouvrages, pas toujours à bon escient. Mais ici je ne peux pas éviter le rapprochement, tant l'univers de Gonçalo M. Tavares me paraît frère de celui de Kafka. Et c'était déjà le cas avec " Jérusalem ".
Ce Docteur Lenz Buchmann est un être impitoyable, manipulateur, marqué à jamais par un père tout aussi froid et dangereux. Excellent chirurgien au début du roman il se tournera finalement vers la politique car sa soif de pouvoir sur les êtres est telle qu'elle ne satisfait plus d'avoir affaire à un seul patient à la fois.
Je reviendrai sûrement à cet auteur tant il me paraît singulier et créateur d'une oeuvre forte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella
  01 août 2016
Dans ce livre nous suivons l'ascension et la chute de Lenz Buchmann. Dans un premier temps, tout lui réussit, ce qui confirme la vision qu'il a du monde, valide sa pertinence. Dans un deuxième temps, par un retour du balancier, tout s'inverse d'une certaine façon et lui revient à la figure, et il finit par tour perdre, et donc la réalité en quelque sorte lui donne tort. La force devient faiblesse, le gagnant perd tout. L'absence de sentiments rend tout échange impossible.
C'est brillant, intelligent, original dans l'écriture et dans la façon de construire le livre. En même temps peut être malgré tout un peu mécanique dans ce système d'inversion, de programmation, les personnages manquent quand même un peu d'une certaine épaisseur et complexité. Mais ce n'est pas un roman psychologique, autre chose, et donc c'est quelque peu inévitable de perdre cette dimension compte tenu du parti pris de l'auteur. Qui a un talent certain. Un excellent livre.
Commenter  J’apprécie          40
kfk1
  16 mai 2017
Un livre qui fourmille d intelligence. de courts chapitres (une marque de fabrique chez l auteur), un style épuré où chaque mot a sa place pour mieux rendre la froideur mathématique de lenz, le personnage central de ce texte. superbement construit, Tavares nous raconte la vie de cet homme totalement dénué de sentiments, d empathie, de remords ou scrupules. Naissance avortée d un dictateur potentiel, arriviste, calculateur émérite, la logique de lenz est implacable. le poids de l héritage familial (le père, le frère, Gustav) devient un carcan, une règle de vie. Misogyne, ne comptant que sur lui, il aura pourtant besoin d aide pour réaliser sa "sortie". Quand le passé familial revient frapper une dernière fois à la porte..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LuniverLuniver   11 février 2015
De nombreux soldats avaient été atteints [par la bombe]. On avait tenté d'assassiner un officier de haut rang, mais après l'explosion c'était toujours lui qui donnait les ordres.
Cet officier préservait en lui un reste de la légalité antérieure, de la loi d'avant la catastrophe, ce qui permettait aux autres de se sentir un minimum en sécurité. La sensation qu'il n'y avait plus de danger n'était possible que pour cette raison : malgré tout le sang versé, on n'avait pas réussi à faire taire l'autorité. Un bateau en train de sombrer tandis que retentissent les ordres résolus et incontestables du commandant est un bateau qui, malgré tout, sombre d'une manière organisée et humaine ; comme un bateau qui, avant de se suicider, s'assure de laisser la maison propre et rangée, revêt son plus beau costume et graisse minutieusement son arme pour que tout se déroule sans accroc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LuniverLuniver   14 février 2015
On pourra formuler à votre encontre n'importe quelle accusation ; vous pourrez vous rendre coupables de la pire des immoralités, être recherché par la police ou par le diable en personne : je défendrai mes fils avec les armes dont je disposerai. Je ne me sentirai honteux que si un jour quelqu'un me rapporte que vous avez eu peur. Si cela devait se produire, inutile de chercher refuge ici : vous trouverez porte close.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LuniverLuniver   10 février 2015
[L]es éloges, l'admiration que suscitait sa technique de la part des malades, de ses confrères médecins et du personnel de l'hôpital, lui étaient chaque jour plus insupportables. Ce n'était pas d'être considéré comme compétent qui l'irritait, mais que l'on confonde cette compétence avec une forme de bonté, sentiment pour lequel il avait le plus absolu mépris. Et cette confusion – entre bonté et compétence technique – commençait à lézarder le mur que Lenz avait érigé entre sa vie professionnelle et sa vie privée, dans laquelle la dissolution des valeurs morales était manifeste. Le plaisir qu'il éprouvait à humilier les prostituées, les femmes faibles ou les adolescents, les mendiants qui venaient frapper à sa porte ou sa propre femme, ne pouvait pas être plus éloigné de cette aura qui, à en croire certains proches des malades qu'il avait opérés et sauvés, émanait de sa personne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
LuniverLuniver   21 février 2015
— Tu vas la faire devant moi, répétait [son père].
Lens reste durablement marqué par ces mots. Tu vas la faire.
L'acte de fornication avec la petite bonne était réduit à sa plus simple expression : à un faire. Tu vas la faire, c'est la tournure qu'avait employée son père, comme si la petite bonne n'était pas encore faite, comme si elle était encore une matière informe, nécessitant l'intervention de Lenz pour être achevée. Cette femme ne sera pas terminée avant que tu ne l'aies toi-même façonnée, pensa clairement l'adolescent Lenz, et les gestes qu'il accomplit ensuite furent ceux d'un travailleur obéissant aux indications d'un contremaître plus expérimenté, en l'occurrence son père : tu vas la faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LuniverLuniver   19 février 2015
Ce qui le fascinait chez les gens étranges, qu'ils se soient volontairement dévoyés ou qu'ils aient été rejetés par leur entourage, c'était l'absolue liberté avec laquelle ils faisaient leurs choix individuels. Chez le fou ou le mendiant qui erraient dans les rues en demandant du pain et de la soupe et qui, le soir venu, comme les autres humains, n'aspiraient qu'au sommeil, Buchmann voyait des hommes pouvant choisir, avec une liberté pure et sans conséquence, leur morale individuelle. Une morale à nulle autre pareille, sans équivalent aucun.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Gonçalo M. Tavares (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gonçalo M. Tavares
Payot - Marque Page - Gonçalo-M Tavares - Une jeune fille perdue dans le siècle à la recherche de son père
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox