AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations sur Le Verger de Marbre (70)

Rebka
Rebka   26 janvier 2017
Pour l'essentiel de sa courte vie, il avait œuvré à garder son indépendance. Une fois qu'un homme commençait à collectionner les obligations, tout se déréglait, et il se retrouvait face aux murs d'une prison construite de ses propres mains.
Commenter  J’apprécie          30
monromannoir
monromannoir   05 octobre 2016
- T'as oublié ton arme, lança Clem en enfonçant la cuillère dans la boîte de bicarbonate tandis que le shérif approchait.
- J'en ai pas besoin.
- Content que t'aies une si bonne opinion de moi.
Commenter  J’apprécie          30
monromannoir
monromannoir   05 octobre 2016
L'obscurité descendait sur les sentiers de chasse que Clem lui avait dit de suivre, et la balafre des étoiles et de la lune effaçait lentement les dernière traces du jours, les ombres se déversaient en averses granuleuses, telle la suie s'effritant d'un conduit de cheminée, la nuit s'épaississait progressivement et il n'y eut bientôt plus d'autre bruit que celui de ses chaussures glissant sur le tapis de feuilles sèches et de branches de pacanier.
Commenter  J’apprécie          30
monromannoir
monromannoir   05 octobre 2016
Les femmes étaient des créatures qu'il fallait déchiffrer, cerner. Les hommes étaient plus simples. Eux tuaient et se faisaient tuer alors que les femme lambinaient, se laissaient moudre par le lent broyage des années jusqu'à devenir la poussière qu'on lance au vent.
Commenter  J’apprécie          30
sweetie
sweetie   27 janvier 2019
Ses doigts tapotaient l'acier, ses yeux étudiant la rivière comme un livre, un recueil écorné de vers sans cesse renouvelés par le remous perpétuel des eaux.
Commenter  J’apprécie          20
myriampele
myriampele   27 février 2018
- Souviens-toi juste de qui te verse ta paie, rétorqua Elvis abruptement.
- L'élection est pour cet automne, rétorqua Filback en souriant. ça s'pourrait qu'y ait une autre écriture sur mes chèques en janvier.
Commenter  J’apprécie          20
iris29
iris29   10 février 2017
- Mon coeur ? Tu sors les grands mots, hein ? Je demande que dalle à mon coeur . Y a que les enfants et les femmes qui sont assez cons pour suivre leur coeur .
Commenter  J’apprécie          20
monromannoir
monromannoir   05 octobre 2016
- T'as quel âge ? demanda-t-il.
- C'est quoi le rapport avec le reste ?
- Plein de rapports. Tu es jeune, ça se voit. Un type de ton âge, il croît que le monde vas se briser s'il tape assez fort.
Commenter  J’apprécie          20
BMR
BMR   03 septembre 2016
[...] Certains matins, une Cadillac blanche ancien modèle débarquait en ville et faisait une embardée pour s’arrêter au parking du Steff General Merchandise, la voiture oscillant sur son châssis lorsque le moteur s’éteignait dans un crachotement. Sur le siège arrière, une meute de six dobermans prenait des poses variées. Presto Geary se tenait au volant et à côté de lui se tenait Loat Duncan, dont le visage était masqué par le chapeau de paille auquel les gens le repéraient. Les hommes sur le porche de l’entrée du magasin lui faisaient des signes de tête ou le saluaient, mais Loat parlait rarement, parcourant la fraîche obscurité des rayons, absorbé par ses mystérieuses affaires. Les chiens attendaient dans la voiture. Ce n’étaient pas des animaux sympathiques, on les aurait crus importés de quelque désert inexploré, leur silhouette maigre et effilée rappelant celle du chacal, même s’ils étaient bien plus massifs et couverts de la fourrure noire et brun clair propre à leur race. Quand Loat et Presto émergeaient du magasin avec leurs sacs de provisions en papier marron, les hommes de l’entrée étaient contents de les voir partir, les chiens les rendaient nerveux car ils étaient clairement dressés pour la chasse, et cette chasse n’était autre que la chasse à l’homme. Une fois que la Cadillac s’éloignait dans un brouillard de poussière couleur d’os, les hommes à l’entrée reprenaient leur discussion, l’irruption de Loat orientant la conversation vers de funestes souvenirs.
— Il avait autour de la vingtaine, y m’semble, quand c’est arrivé, le truc avec Daryl.
— Il était jeune, ça je m’en souviens.
— Jeune, mais déjà mauvais.
— Y avait qui d’autre avec eux la nuit où c’est arrivé ?
— Clem Sheetmire. Tu le sais, ça.
— Oh. Ça me revient maintenant.
— Ils allaient tous les trois aux mines de Peabody. Bien sûr, les mines étaient fermées depuis un an à cette époque et cet été-là, si un type avait du cuivre chez lui, il avait intérêt à le planquer s’il voulait pas se le faire voler. Les gens allaient à la messe et trouvaient à leur retour les fils électriques arrachés des murs de leur maison, tellement le cuivre se vendait cher.
Le soleil s’était déplacé et tombait en biais sur l’auvent du porche, et les hommes avançaient l’un derrière l’autre vers l’ombre fraîche des marches en béton.
— C’est Daryl qu’a escaladé le poteau de transformateur à la mine. Ils croyaient tous les trois que le courant avait été coupé et j’crois que n’importe qui aurait pensé pareil, vu que les mines avaient fermé un an avant.
— Mais le courant avait pas été coupé, c’est ça ?
— Non, m’sieur. Daryl a escaladé le poteau avec un coupe-boulons et quand il est arrivé sur la ligne, ça a pété. Lui a arraché les bras tout net au niveau du coude.
Hochement de tête collectif.
— L’électricité l’a cautérisé, c’est ça ? C’est pour ça qu’il s’est pas vidé de son sang ?
— C’est ça. À part qu’y a des fois où il a dû regretter de pas s’être vidé de son sang. Ça doit pas être facile, la vie sans les bras.
— Non, j’imagine bien. Mais il a traîné Peabody devant les tribunaux et il a empoché un sacré pactole sur le règlement à l’amiable, c’est ça ? Alors que c’est lui qui les volait.
Mouvements de têtes exprimant leur incrédulité muette.
— Un autre truc que j’ai entendu, et c’est peut-être pas vrai, c’est que c’est Loat qui a fait lancer les dés à Clem et Daryl pour savoir qui escaladerait le poteau. Daryl a fait un petit score, c’est pour ça qu’il est monté là-haut et pas Clem.
— C’est ça qui s’est passé ?
— Ce que j’ai entendu. Comme quoi Clem gardait toujours une paire de dés dans sa poche tellement il était accro au jeu et il aurait joué avec Daryl cette nuit-là pour voir qui monterait. J’ai aussi entendu que ces dés étaient pipés.
— Du coup, j’imagine que ça explique pourquoi Daryl a plus trop voulu entendre parler de Clem après ça, non ?
Un des hommes tira un petit clou de charpentier de sa poche de chemise et commença à se curer les dents avec. Quand il eut terminé, il se pencha en avant et cracha dans la poussière par-dessus le porche.
— M’est avis que Daryl attend Clem au tournant depuis ce jour-là.
— Eh ben, il prend son temps, hein ? Tout ça, ça s’est passé y a vingt ans, ou plus.
— Ça fait rien. Il fera son affaire à Clem quand ce sera le moment. Attendez voir.
Les hommes grommelèrent leur consternation et leur désapprobation, leur respiration s’échappant en longues bouffées tandis qu’ils essuyaient la sueur de leur visage. Ils parlèrent d’autres choses pendant un petit moment, puis, après un temps, tombèrent dans un profond silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BMR
BMR   03 septembre 2016
[...] T’as déjà été dans une fusillade ?
— Non, m’sieur. Pete secoua la tête.
— Merde. J’espérais que quelqu’un ici saurait comment ce genre de bordel est censé se terminer. (Il passa sa main sur le fusil.) On dirait qu’y va falloir apprendre sur le tas.
Commenter  J’apprécie          20




    Acheter ce livre sur

    FnacAmazonRakutenCulturaMomox




    Quiz Voir plus

    Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

    Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

    seul
    profond
    terrible
    intense

    20 questions
    1709 lecteurs ont répondu
    Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre