AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de CaroleDetain


CaroleDetain
  14 octobre 2017

VUE SUR LE PORT de Elizabeth Taylor :
Beth Cazobon , l'un des principaux l'un des personnages principaux du roman est à mon goût une personne charmante. Elle est peut-être une forme de double de l'auteur. En effet , comme Elizabeth Taylor, Beth est mariée (son mari est médecin). Elle a deux enfants. Elle écrit. le lecteur se sent proche d'elle. Elle respire grâce à l'écriture. L'on se demande comment elle supporterait sa vie de famille si elle n'écrivait pas.
Elizabeth Taylor a tout au long de ses romans développé un même thème : l'opposition entre le rêve (ou la création ou l'imagination ou encore l'écriture) et la vie elle-même. Elle adopte parfois un point de vue relativement neutre. Parfois au contraire elle peut se montrer critique envers le personnage (toujours une femme) qui hésite entre rêve et réalité. Elle adopte notamment cette dernière attitude dans le roman ANGEL, où la protagoniste est entraînée vers son univers onirique de façon si exclusive qu'elle a tendance à ne pas voir la réalité autour d'elle, à faire preuve d'un égoïsme évident et se montrer destructrice. Dans un autre roman, UNE PARTIE DE CACHE-CACHE, la protagoniste mène une vie de famille, avec mari et enfant, mais elle a le sentiment que l'essentiel de la vie se passe ailleurs, dans son imagination, en lien avec un amour de jeunesse. Dans VUE SUR LE PORT, le rêve et l'imagination (ici la création littéraire) apparaissent indispensables, des façons de survivre en réalité. le lecteur perçoit que, dépourvue de création littéraire, la vie domestique, d'épouse et de mère de Beth serait singulièrement ingrate en dépit de l'amour qu'elle porte à son mari et à ses filles.
Ce débat intérieur la rend attachante. À tout moment elle se demande : ai-je droit d'écrire ? Ou plutôt : j'écris, cela m'est indispensable , mais quelles sont les conséquences sur ma vie de famille ?
Beth est entourée d'une multitude d'autres personnages, les habitants du village. VUE SUR LE PORT apparaît comme un «roman tableau » qui peint toute une communauté en bord de mer. Bertram, un vieil homme, peintre amateur, qui se nourrit de la vie des autres, légèrement individualiste, l'amie intime de Beth, Tory, jolie et séductrice, la femme paralysée, commère et abusive envers ses deux filles , Lily, veuve qui ne supporte pas la solitude , Robert, le mari de Beth, courageux , travailleur infatigable et responsable mais qui a besoin lui aussi de rêve et d'intensité dans sa vie, Prudence, la fille aînée du couple qui observe le monde, Steevie, la dernière fille, une enfant qui apporte la joie , l'originalité : c'est une enfant !
Chaque personnage est touchant , profond , parfaitement ciselé. Je me suis régalée à partager la vie de ce village pendant quelques jours, les quelques jours que durent les vacances de Bertram.
VUE SUR LE PORT est le deuxième roman écrit par Élisabeth Taylor (après CHEZ MRS LIPPINCOTE). On peut remarquer que ses derniers romans ont pour protagoniste des hommes et des femmes âgées, vivant souvent dans des hôtels (MRS CLAREMONT, HOTEL PALEFREY) et s'acheminant, inquiets et solitaires, vers le terme de leur vie. Ses premiers romans au contraire décrivent des vies conjugales et familiales, avec la présence des enfants et les responsabilités qui s'ensuivent, souvent difficiles à assumer. C'est ainsi qu'Elizabeth Taylor nous peint des personnages à tous les âges de la vie, ces âges correspondants aux périodes où elle a écrit ses romans. Comme Beth, elle n'a pas cessé d'écrire, peut-être pour s'offrir, de même que Beth, une plus ample respiration dans sa vie…

Commenter  J’apprécie          20



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (2)voir plus