AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203388833
64 pages
Éditeur : Casterman (20/11/1996)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Résumé de la série : Un personnage de femme forte, moderne, farouchement indépendante dans son travail comme dans ses amours, mais également tendre et sensible.
Une bonne dose de suspense, beaucoup de nostalgie, de l'humour, un doigt de fantastique, un soupçon de passion, Moon River est le premier titre des investigations de Caroline Baldwin.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  01 mars 2018
Ce tome est le premier d'une série indépendante de toute autre. Il est paru pour la première en 1996, écrit, dessiné, et encré par André Taymans, avec une mise en couleurs réalisée par Bruno Wesel. Il a fait l'objet d'une réédition en 2017 dans Caroline Baldwin - Intégrale, tome 1, édition respectant le format initial. Cette histoire avait l'objet d'une prépublication dans le mensuel (À suivre).
Quelque part aux États-Unis, dans une région sauvage, un homme contemple la pleine Lune depuis la terrasse de sa belle demeure. Dans son salon, sa valise et un sac de voyages sont prêts, à côté de sa tenue d'astronaute posée sur un mannequin. Un klaxon retentit, c'est Charlie au volant de son taxi qui est venu le chercher. Frank White, ex-astronaute, lui demande de le conduire à l'aéroport international. Alors que le taxi s'arrête pour faire le plein, White appelle sa secrétaire Susan pour lui expliquer qu'il s'en va. Il prend ensuite un jus d'orange, deux oeufs sur le plat et une saucisse avec du bacon. Susan relaie l'information de son départ, au PDG de Krystal Corporation qui emploie Frank White. le PDG charge Sullivan et un autre collaborateur de retrouver White pour le jeudi suivant, car il doit absolument être présent pour la signature d'un gros contrat avec des représentants d'une entreprise japonaise. Sullivan appelle sa secrétaire Nancy pour contacter l'agence Wilson Investigation, afin qu'elle leur envoie un détective privé. Il envoie également un homme de main s'introduire dans la villa de Frank White pour vérifier qu'il a bien disparu.
L'après-midi, Caroline Baldwin se retrouve dans le bureau du PDG pour écouter Sullivan lui expliquer l'affaire et ce qui est attendu d'elle. Pendant ce temps, Frank White poursuit son voyage. Son avion a atterri à l'aéroport de Venise. Il prend un bateau-taxi jusqu'à la cité lacustre. À trois heures du matin, Caroline Baldwin est réveillée dans son sommeil par un appel de Sullivan qui souhaite savoir si elle a avancé. Elle l'envoie paître. Elle a en fait obtenu un rendez-vous avec l'un des psychologues de la NASA, Harrison Smith. Elle se rend au rendez-vous le lendemain, dans les locaux de la NASA pour s'entretenir avec lui. Il lui explique que les astronautes sont sujets à des comportements aberrants ou asociaux à leur retour de mission, du fait de la pression psychologique et physique à laquelle ils ont été soumis. Les crises peuvent se déclencher au retour ou des années après. Elles s'accompagnent souvent d'une phase plus ou moins longue de dépression.
Dans l'édition intégrale qui regroupe les 4 premiers tomes de la série, Anne Matheys revient sur la genèse de cet album, en expliquant qu'à l'origine il devait s'agit d'une histoire complète en 1 tome, consacrée au cosmonaute. Mais les demandes de l'éditeur ont été pour Taymans de développer une héroïne récurrente. Il a donc choisi de donner plus d'importance à l'enquêtrice prévue dans son projet initial, et de consacrer plus de pages à sa vie personnelle, le conduisant à opter pour un format de 62 pages de bandes dessinées. Dès la première page, le lecteur est épaté par la qualité de l'immersion grâce à des décors très soignés et très fouillés. Dans un premier temps, André Taymans donne l'impression de s'inscrire dans la bande dessinée de type ligne claire, avec des traits de contour très propres sur eux et réguliers, des couleurs apposées en aplats et peu d'ombres. Mais en fait, le lecteur constate rapidement que le coloriste utilise bien des dégradés discrets de couleurs et que le dessinateur utilise des petits traits à l'intérieur des contours pour donner plus de relief aux surfaces, en particulier les plis des vêtements.
De prime abord les pages dégagent donc une impression de lecture facile, avec des dessins descriptifs représentant les éléments de manière simplifiée, mais aussi d'une très forte densité d'informations visuelles. Tout du long de ce premier tome, André Taymans se montre un chef décorateur de haut niveau, doublé d'un metteur en scène qui fait en sorte que les prises de vue permettent d'observer les décors. Dès la première page le lecteur admire la baie vitrée du salon de Frank White, les canapés, la cheminée… Par la suite, il peut laisser son regard se promener dans de nombreux intérieurs : le bureau spacieux et luxueux (2 canapés) du PDG de Krystal Corporation, le bureau tout aussi luxueux de Sullivan (mais aménagé dans un autre style), l'intérieur de la villa de White à 2 autres reprises (pour visiter aussi d'autres pièces et mettre en valeur son architecture intérieure), la décoration du restaurant de l'hôtel vénitien dans lequel est descendu White, l'aménagement du bar du Cochon Dingue, la chambre d'hôtel de Frank White. C'est à chaque fois une approche méticuleuse dans la description et très propre sur elle, rendant chaque lieu unique et accueillant.
Dès la page 2, le lecteur peut apprécier que l'auteur ne ménage pas non plus sa peine pour lui donner à voir les environnements lors des prises de vue en extérieur. Alors que White est installé sur la banquette arrière du taxi, le lecteur peut voir le paysage défiler, et il reconnaît bien ces bords de route américain sans beaucoup de caractère. Par la suite, il peut admirer l'architecture de la villa de Frank White vue de l'extérieur, puis celle de Caroline Baldwin, également vue de l'extérieur et elle donne l'impression que le travail de détective privé paye bien. La façade du bar Cochon Dingue fait vraiment miteuse par comparaison, un établissement coincé dans un quartier délaissé d'une grande ville nord-américaine. L'artiste fait en sorte que le lecteur puisse suivre les différentes étapes du périple de Frank White à Venise, et c'est un voyage touristique réjouissant. Il y a donc l'arrivée à l'aéroport, avec le dernier trajet en bateau-taxi. le lecteur peut ensuite admirer les eaux de la lagune. Puis Frank White s'offre un tour de gondole de nuit, le lecteur pouvant détailler les différentes façades entre lesquelles il passe. Il a ensuite rendez-vous avec Sofia Segatti à la terrasse d'un café, en bordure d'un canal. le lecteur aimerait bien pouvoir prendre un petit rafraîchissement attablé sur cette terrasse. Lorsque Caroline Baldwin arrive à son tour à Venise, elle se rend à son hôtel à pied, et le lecteur peut donc déambuler avec elle dans les ruelles piétonnes, regarder les placettes et les petites terrasses, les façades des maisons, les fleurs sur les rebords des fenêtres, les rambardes en fer forgé, les persiennes fermées, le linge qui sèche, etc. S'il est attentif, il voit également passer l'enseigne d'une pizzeria qui constitue un clin d'oeil : Pizzeria Salma, du nom de Sergio Salma, scénariste de bande dessinée, par exemple Animal lecteur, Tome 1 : Ca va cartonner !. le lecteur peut aussi apprécier la référence à la chanson Moon river dans une version interprétée par Louis Armstrong.
Dans cette histoire, le lecteur voit évoluer des personnages adultes, avec des âges différents, Caroline Baldwin n'ayant peut-être pas 30 ans, alors que Frank White a dépassé la cinquantaine. le lecteur s'attache facilement à Frank White, monsieur portant en toute circonstance un costard avec une cravate, gentil et posé, déterminé et parfois un peu bizarre, en particulier à emmener son casque d'astronaute dans des endroits inattendus, comme une sorte d'objet fétiche. L'autre personnage principal est bien sûr Caroline Baldwin, la série porte quand même son nom. Il s'agit d'une jeune femme longiligne, qui n'est pas blonde et qui porte les cheveux courts. À l'époque de la parution initiale, cela la marquait comme un individu à part entière, par contraste avec un personnage féminin véhiculant les fantasmes masculins, ou comme une poupée bien sage et intouchable. Il faut attendre la huitième page pour en avoir un premier aperçu alors qu'elle prend connaissance de sa mission dans le bureau du PDG. Elle est vêtue d'une jupe courte et d'un tailleur. le lecteur la retrouve ensuite nue dans son lit. André Taymans la représente encore dans le plus simple appareil à 2 autres occasions, lors d'une partie de jambe en l'air avec un amant. Il est indéniable qu'il s'agit d'un petit moment de voyeurisme agréable pour le lecteur mâle hétérosexuel, mais d'un autre côté ces moments servent aussi à construire le personnage.
André Taymans bâtit son personnage principal par petites touches. Cela commence par le fait que Caroline Baldwin ne semble pas du tout impressionnée par le PDG ou par Sullivan. Elle dispose de l'aplomb et de l'assurance nécessaire pour ne pas se laisser submerger par la pression qu'ils essayent de lui mettre. Par la suite, elle se débrouille bien lors des conflits physiques, tenant la dragée haute à ses opposants masculins, pas toujours très futés, et trop confiants en leur force physique. le lecteur en apprend plus sur elle quand elle se décrit en 2 phrases à Henry, son amant d'une nuit, à qui elle a fait des avances dans le bar du Cochon Dingue. Enfin, le lecteur peut la voir progresser à sa manière dans son enquête pour retrouver l'astronaute disparu. Elle fait preuve d'une belle perspicacité et d'une réelle débrouillardise, sans pour autant que le lecteur ne doive investir trop de suspension consentie d'incrédulité. Au fil des séquences, il prend également conscience que le récit flirte avec le polar, l'intrigue reposant sur le traumatisme engendré par le fait d'avoir pu marcher sur la Lune et voyager dans l'espace. de son côté, Caroline Baldwin laisse entrevoir également une personnalité marquée par une fêlure. Par contre, dans ce premier récit, l'auteur n'a pas l'occasion de développer la dimension ethnique du personnage, née d'un père américain et d'une mère huronne.
Cette première aventure de Caroline Baldwin se laisse lire toute seule, avec une immersion d'une qualité remarquable à la fois dans des villas luxueuses, et dans une visite touristique de Venise. le récit ne souffre pas de sa genèse (une histoire complète transformée en première tome d'une série à suivre), et propose une enquête policière menée avec pragmatisme, sans violence exagérée, mais avec une fibre noire sous-jacente bien présente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Sabrina1988
  06 avril 2021
BD lue en ligne.
Tome 1 : Moon River
Caroline Baldwin, détective privée est une belle célibataire indépendante et libérée. Une entreprise la missionne pour retrouver un ancien astronaute, Franck White, qui avait marché sur la lune. A présent administrateur de l'entreprise, il a disparu pour une raison inconnue alors qu'un gros contrat doit être signé avec le Japon.
Miss Baldwin va donc suivre sa trace, non sans danger, et découvrir le motif de sa disparition. Mais elle n'est pas seule sur la piste de White...
Quelques passages d'intrigues un peu faciles (glissade maladroite sur un tapis et bim elle découvre un indice important) mais on s'attache à cette enquêtrice de choc au caractère bien trempé. Pour une fois qu'une nana est héroïne d'une histoire et qu'elle ne représente pas les clichés féminins, ça fait du bien !
En revanche, un peu déçue par la fin de ce tome, je suis restée sur ma faim.
Commenter  J’apprécie          30
Erik_
  04 décembre 2020
C'est une série fort méconnue en France et peu commentée. Cela tient au fait que les héroïnes qui mènent des enquêtes sont choses un peu trop courante. L'originalité tiendrait au fait que nous suivons également les déboires sentimentaux de cette jeune québécoise.
Le dessin n'est pas top mais le scénario se laisse suivre sans difficultés majeures. En effet, le graphisme s'inspire de la fameuse ligne claire franco-belge : vive le statisme !
Au début, Caroline Baldwin vous paraîtra moderne et froide. Cependant, on va vite s'attacher au fil des tomes à cette héroïne contemporaine qui semble sensible et authentique. Il est en effet rare qu'une héroïne de bd tombe malade du Sida et soit un peu alcoolique sur les bords. Cette complexité du personnage me séduit d'autant que certaines enquêtes renvoient à des problèmes de société d'actualité.
Il est dommage que le tout manque un peu de dynamisme dans le graphisme. Cela commence d'ailleurs à s'essouffler au bout de 13 tomes. Cependant, les thèmes qui sont traités sont assez intéressants pour tenir le lecteur en haleine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Yvan_T
  09 novembre 2020
Première mission pour Caroline Baldwin qui travaille pour la Wilson Investigation. Son job consiste à retrouver un ancien astronaute nommé Frank White et qui disparaît quelques jours avant de signer un contrat juteux pour la multinationale Kristal.
On découvre une enquêteuse persévérante, indépendante et à forte personnalité, à laquelle on s'attache très vite. L'histoire est captivante, dosant parfaitement émotions, humour et
suspens.
On a cependant parfois l'impression de tomber dans la facilité au niveau de l'enquête et de se retrouver dans une enquête de Scobidoo (quand elle trébuche sur le tapis pour découvrir la trappe où quand toute la maison explose et qu'elle n'a rien). C'est un peu dommage car le reste de l'intrigue est vraiment bien ficelé et le rythme de ce premier tome est excellent.
Le dessin a une touche assez personnelle et semble parfois bizarre au niveau des personnages, mais il est finalement plutôt agréable et ce graphisme clair facilite une lecture déjà très plaisante à la base.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pilou62200
  24 août 2014
Une BD qui ne se prend pas la tête.
La ligne est simple, le texte est simple, l'histoire l'est tout autant.
Le personnage de Caroline Baldwin est attachant : une célibataire endurcie, qui ne fait pas de détails avec les hommes !
Dans ce tome, C. Baldwin a pour mission de retrouver un ancien astronaute et elle ira jusque Venise pour le retrouver.....
Une histoire qui met en valeur la difficulté des astronautes à se réinsérer après leur passage dans l'espace ….
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
pilou62200pilou62200   12 janvier 2015
Susan, vous vous avoir l'amabilité de répéter à ces messieurs, ce que vous venez de me dire ?!
Frank, ...enfin...Monsieur White m'a juste dit :"Je pars, vous vous débrouillerez très bien sans moi "...c'est tout !
Merci, Susan. Vous pouvez disposer !
Eh bien, messieurs, qu'est-ce que vous dites de çà ?! Oui, bien sûr ! ... Vous n'êtes jamais au courant de rien ! Mais si cet enfoiré n'est pas ici dans ce bureau, jeudi matin, vous savez ce que cela signifie ! Me faire ça à moi...j'entends déjà les japs d'ici : "Pas de White ?! Pas de contrat !". Une petite courbette, un grand sourire et salut les frères ! ... Sullivan ! Sortez les mains de vos poches et ramenez-le-moi dans les plus brefs délais ! C'est clair ?!
O...oui monsieur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PresencePresence   01 mars 2018
J'ai été mangé chinois avec une amie. Puis j'ai regardé le Disney Channel jusqu'à deux heures. Un coup de fil intempestif m'a réveillée à trois heures xi et maintenant je vais tenter de me rendormir ! D'autres questions ?
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   01 mars 2018
Tous ces garçons que l'on a envoyés dans l'espace ont été soumis à rude épreuve. La pression psychologique et physique a été telle durant des années, qu'une fois de retour sur Terre et rendus à la vie civile, ils se sentent complètement déboussolés, incapables de revenir à une vie normale. Certains tombent dans la paranoïa aiguë, d'autres se coupent du monde pour pratiquer la méditation transcendantale. D'autres ne rêvent que de retour sur la Lune qu'ils considèrent comme leur nouvelle patrie ; nous en avons même un qui s'est mis à la peinture. Le pire, c'est que ça se vend ! La grande constante dans ces cas, c'est la dépression plus ou moins longue selon les individus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PresencePresence   01 mars 2018
À l'époque de la conquête lunaire, Kristal, pour redorer son image, a offert un poste d'administrateur à l'astronaute Frank White. Grâce à ce coup Marketing, Kristal a redressé la barre de son chiffre d'affaires de manière fulgurante. White est devenu un de maillons indispensables de la société. Sa présence jeudi à la signature du contrat est déterminante. […] White a disparu cette nuit. Plus exactement, il est parti de son propre chef pour on ne sait où.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PresencePresence   01 mars 2018
Vous connaissez le proverbe : le sage montre la Lune, le fou regarde le doigt.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de André Taymans (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Taymans
Les aventures de Charlotte de André Taymans et Rudi Miel aux éditions Place du sablon
http://www.lagriffenoire.com/les-aventures-de-charlotte-le-secret-des-cornacs-le-rocher-aux-hirondelles-la-perle-noire-les-cornes-de-feu.html
Vous pouvez commander Les aventures de Charlotte sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2082 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre