AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Louis Martinez (Traducteur)
ISBN : 2906724173
Éditeur : Cent pages (30/06/2000)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Le 23 avril 1890, Tchékhov embarque à bord du vapeur Alexandre-Nevski muni d'une paire de bottes à revers, d'une pelisse, d'un manteau de cuir, d'un revolver et d'un couteau destiné "à couper le saucisson et à chasser le tigre". Il part à la recherche d'une Sibérie qui est entrée dans les moeurs, dans les usages : la Sibérie terre de bagne. Mais pour aborder son lieu de prédilection, l'île de Sakhaline, il lui faut prendre le trakt sibérien - "la route la plus longu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
ninamarijo
  25 août 2014
Entre Avril et Juillet 1890 Anton Tchekhov dit Dimitri Merejkovski, entreprend un long voyage traversant la Sibérie pour se rendre au bagne de l'île-prison Sakhaline et « témoigner du bagne ». A l'époque la ligne du Transsibérien n'a pas été construite, elle débutera en 1892 pour s'achever en 1913. Anton Tchekhov entreprend ce voyage sur dit-il « la route la plus affreuse du monde.» Il « galope » en voiture à cheval. Il franchit l'Oural et traverse les puissants et dangereux fleuves de Russie à l'aide de bacs qu'il faut héler d'une rive à l'autre pendant des heures les pieds dans la boue, sous la pluie et dans un froid mordant (on pense ici, bien évidemment à Michel Strogoff dans sa « tarantas » en1875). Il navigue sur le lac Baïkal et le fleuve Amour vers sa destination finale « l'Amour est une région bien intéressante. Originale en diable. Elle grouille d'une vie dont on a même pas idée en Europe. »
Ce livre rassemble sa correspondance et ses notes de voyage, un journal de bord en quelque sorte. le récit d'Anton Tchékhov est vivant, drôle, truffé de détails, certaines situations sont ubuesques. Mais il nous fait aussi réfléchir sur les conditions de détention dans les bagnes, la peine de mort, la condamnation à perpétuité…
Nous pénétrons dans les somptueux paysages qu'il nous décrit avec un sens aigu de l'observation. La Sibérie profonde dont il parle est pauvre, sale, on y mange peu et mal, on y boit beaucoup de vodka, la route est dangereuse : « nous avons croisé des vagabonds…tantôt ils égorgent une misérable vieille…tantôt ils fracassent le crâne d'un mendiant…». « Les gens d'ici inspirent au nouveau venu une sorte d'effroi. »
Manifestement Tchékhov a beaucoup souffert pendant ce long voyage, « les trois premiers jours du voyage à cause des cahots et des secousses, j'avais mal aux clavicules, aux épaules, aux vertèbres et aux coccyx… la route est dure, dure, mais le devient encore plus quand on se dit que cette bande de terre affreuse et cabossée, frappée de variole, est presque la seule artère unissant l'Asie à l'Europe. »
le récit s'apaise en arrivant à Irkoutsk, il fait chaud et « c'est une superbe ville », « la mer » Baïkal est d'un « bleu turquoise, plus transparente que celle de la mer Noire. On dit qu'aux endroits profonds on voit le fond à une verste ; moi-même j'ai d'ailleurs vu des profondeurs qui m'ont fait frissonner, avec des rochers, et des montagnes noyés dans la turquoise. Cette promenade sur le Baïkal s'est révélée merveilleuse et jamais de ma vie je ne l'oublierai. »
Vraiment, vous devriez vous pencher sur ce formidable carnet de voyage de 98 pages surprenant par le ton… la suite « L'île Sakhaline », document témoignage, je n'ai pas encore lu.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
ninamarijoninamarijo   24 août 2014
Dans notre législation russe, relativement humaine, les peines suprêmes, qu'elles soient criminelles ou correctives, sont presque toutes perpétuelles. Les travaux forcés sont immanquablement associés à l'assignation à résidence perpétuelle; et c'est la perpétuité qui rend justement terrible la relégation; l'homme condamné à servir dans les bataillons disciplinaires, une fois sa peine purgée, si la société ne veut pas l'accueillir dans son sein, est exilé en Sibérie.... d'autre part la perpétuité, la conscience que tout espoir d'un sort meilleur est impossible, qu'en vous le citoyen est mort et que tous vos efforts personnels ne sauraient le ressuciter, permettent de penser que la peine de mort n'a été abolie ni en Europe ni chez nous, mais a revêtu une forme moins repoussantepour les sentiments humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
vekvek   26 août 2008
La grand route de Sibérie est la plus grande et apparemment la plus affreuse route du monde. [...] la terre tarde à sécher, on ne trouve aucune voie de détour, il faut bon gré mal gré rouler sur la route. Et c'est pourquoi les voyageurs attendent d'avoir dépassé Tomsk pour grogner et collaborer avec zèle à la rédaction de réclamations. Messieurs les fonctionnaires lisent leurs plaintes avec grand soin et écrivent au-dessus de chacune d'elles : "Ne pas donner suite." À quoi bon écrire ces mots ? Les fonctionnaires chinois emploieraient depuis beau temps un tampon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24fanfanouche24   10 septembre 2013
Mon Dieu comme la Russie est riche en braves gens ! Sans le froid qui prive la Sibérie d'été et sans les fonctionnaires qui corrompent les paysans et les déportés, la Sibérie serait la région la plus riche et la plus heureuse qui soit. (p. 25 / éd. Cent pages, 1989)
Commenter  J’apprécie          90
ninamarijoninamarijo   24 août 2014
Sakhaline est un lieu d'intolérables souffrances comme seul l'homme peut en supporter, qu'il soit libre ou esclave... D'après les livres que j'ai lus et que je lis, il s'avère que nous avons laissé pourrir dans les prisons des milliers d'hommes, que nous les y avons laissé pourrir en vain, sans raison, de façon barbare... L'étude de nos prisons n'intéresse pas nos juristes le moins du monde...
Commenter  J’apprécie          30
ninamarijoninamarijo   25 août 2014
Il est étrange de voir les paysannes cigarettes au bec. Quel libéralisme ! Ah, quel libéralisme !
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Anton Tchekhov (46) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
Bande annonce du film Anton Tchekhov - 1890
autres livres classés : sibérieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre