AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B005Q4GAO0
Éditeur : (27/09/2011)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Ce livre est une oeuvre du domaine public éditée au format numérique par Ebooks libres et gratuits. L'achat de l'édition Kindle inclut le téléchargement via un réseau sans fil sur votre liseuse et vos applications de lecture Kindle.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Musardise
  17 octobre 2017
"[J]'écris une petite bêtise pour la scène - une chose à tout à fait ratée..." : c'est ainsi qu'en 1884 Tchekhov parlait de sa pièce en cours, "Sur la grand-route". Propos à prendre avec des pincettes, qui sent un peu la fausse modestie. Tchekhov a tenu des discours de cet acabit, je crois, de toutes ses pièces en un acte. Et dans ce cas précis, il souhaitait éviter de froisser son correspondant, Nicolaï Leïkine, éditeur de la revue Oskolki. Tchekhov ne comptait pas faire publier cette pièce dans la revue en question, ceci explique donc cela. Difficile de savoir ce qu'il pensait vraiment de ses courtes pièces, qui sont souvent issues de très courtes nouvelles (difficiles à trouver). Y attachait-il si peu d'importance ? On ne le saura pas. En revanche, on peut observer que les critiques, les traducteurs, les lecteurs, ne prennent pas "Sur la grand-route" à la légère. N'ai-je pas lu le mot de chef-d'oeuvre pour qualifier cette pièce (bien que j'en aie oublié le contexte) ? Et il faut croire que cette "étude dramatique" (car elle est ainsi nommée et classifiée par Tchekhov) a été prise très au sérieux par certains de ses contemporains, puisqu'elle fut longtemps censurée. Trop sombre, trop sordide, trop sale... Et, horreur, un noble y est montré comme un ivrogne qui a perdu toute dignité ! Par conséquent, "Sur la grand-route" ne fut jamais jouée du vivant de son auteur. On connaît la chanson.
Il faut bien dire que "léger" est un terme qui s'accorde mal avec l'ambiance et le texte de "Sur la grand-route". Je resitue le cadre : il fait nuit, l'orage gronde, on entend la foudre, et des éclairs viennent frapper de leur lumière surnaturelle l'intérieur de l'auberge de Tikhone, où se retrouvent des gens qui sont plus ou moins (plus que moins, en fait) miséreux, plus ou moins des parias. Ils s'entassent dans tous le coins comme ils peuvent, pour s'abriter, dormir, boire. On y trouve deux pèlerines (je précise qu'il s'agit de femmes qui vont de couvent en couvent, et pas d'accessoires vestimentaires qui auraient pris vie ; on n'est pas tout à fait dans le Nez de Gogol...), un mendiant, un ouvrier, un voyageur, etc. Deux personnages encore : Merik, un vagabond, inquiétant avec sa hache qu'il brandit un peu facilement (et de façon très théâtrale, il faut bien le noter) ; ainsi que Borstov (le fameux noble), propriétaire foncier ruiné, qui n'est plus qu'une épave réclamant sans cesse à boire. C'est autour de lui et de l'histoire de sa vie que se cristallisera le drame.
Bon, on ne pourra pas m'accuser de ne pas avoir fait d'efforts avec Tchekhov. Mais vous l'aurez compris avec ma présentation, ce n'est pas précisément une pièce qui donne dans la subtilité. Donc, s'agit-il là d'un pur chef-d'oeuvre ? Je dirais que non. Ce qu'on peut reconnaître à Tchekhov, à moins de tomber dans la mauvaise foi la plus totale, c'est tout de même un aspect novateur dans le choix de l'intrigue et des personnages - et c'est d'ailleurs bien ce qui lui a valu les foudres de la censure. Certes, il n'était pas le premier à traiter de la misère, morale comme matérielle, en littérature, mais il me semble que c'était là quelque chose d'assez rare au théâtre à la fin du XIXème. Mais on aurait peut-être pu se passer des gros sabots. Autant le coup de l'orage nocturne, ça fonctionne bien dans le roman gothique (même si ça peut être aussi parfois un peu lourdingue, mais enfin, moi, j'aime bien), autant là c'est assez... voire très... Comment dire ? On dirait que tout est surligné au marqueur pour le lecteur/spectateur. Alors oui, Tchekhov a su créer une ambiance malsaine, qui met mal à l'aise, d'emblée. Pour autant, j'avais quand même l'impression, à la lecture, que ça sombrait toujours un peu dans le grotesque. On atteint l'acmé avec l'arrivée imprévue de la femme de Borstov dans l'auberge, au moment précis où Merik lève sa hache pour la tuer... Bon, peut-être que ça peut donner quelque chose d'intéressant sur scène, en appuyant bien sur l'atmosphère glauque. Mais j'ai des doutes, d'autant que le texte n'est pas des plus passionnants. Bien que les cinq scènes ne demandent pas des heures de lecture, je me suis parfois ennuyée, notamment lorsqu'il était question de religion. Ce n'est qu'avec le récit des malheurs de Borstov, à la scène 3, qu'on commence à entrer dans le coeur de la pièce, c'est un donc un peu long à venir. Donc, vous l'aurez compris, ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais me réconcilier avec Tchekhov. Mais, après tout, "Sur la grand-route" est une curiosité qu'il n'est pas inintéressant de découvrir.

Challenge Théâtre 2017-2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Cer45Rt
  31 août 2019
"Sur la grand-route" est la deuxième pièce d'Anton Tchekhov. Si, certains, penseront peut-être que ce n'est qu'une farce, et non, une grande pièce, telle qu'Anton Tchekhov en a tant fait…
Pour ma part, je considère qu'on y trouve une fine psychologie, qui préfigure les grandes pièces à venir. Cette pièce peut sembler superficielle et quelconque, mais j'ai trouve une grande intelligence, à tous points de vue.
Et, plus je lis Tchekhov, plus j'ai l'impression qu'il ne saurait faire une mauvaise pièce… Une impression qui est confortée par "Sur la grand-route" !...
Une bonne pièce de Tchekhov !
Commenter  J’apprécie          160
Marti94
  13 février 2018
Le théâtre d'un auteur russe ce n'est jamais désagréable.
Alors que Tchekhov écrivait à Leïkine en 1884 que sa pièce était ratée, on retrouve pourtant la qualité des dialogues du dramaturge qui sait jouer sur la psychologie des personnages. Dès la première scène, cette pièce m'a fait penser aux bas-fonds de Gorki. Car ce sont des miséreux, pèlerins, ouvriers, vagabonds, passants, qui se retrouvent dans la taverne de Tikhone sur la grand route, dans le sud de la Russie. Parmi eux il y a Bortsov, un ivrogne sans le sou. On va découvrir qu'il était riche et qu'il doit sa déchéance à une femme qu'il a épousée par amour mais qui l'a trahi.
C'est vrai que la pièce est assez déséquilibrée avec une fin qui semble un peu bâclée (enfin si on peut dire ça de Tchekhov). Ce qui est intéressant c'est qu'il met en scène la misère du peuple russe, sa violence et la pitié qu'elle suscite. Les femmes et notamment Maria Iégorovna la traitresse, n'ont pas le beau rôle dans ce huis clos assez sombre.
Toutefois, l'inquiétude montante donne le ton.
Lu en février 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
MusardiseMusardise   17 octobre 2017
KOUZMA. [...] D'ailleurs, y a plus rien à raconter. Y se sont mariés - voilà tout... Y a rien eu de plus. Verses-y u coup, à ce pauvre Kouzma ! (Il boit.) J'aime pas l'ivrognerie ! Et juste là, quand les messieurs, après la messe, ils étaient pour passer à table, elle, vlan, la voilà qui file en carrosse... (Chuchotant) En ville, chez un arvocat, son amant de cœur... Hein? Tu t'imagines ? En plein juste au moment ! Je te jure... fallait la tuer !
MERIK (pensif). Oui... Et alors, ensuite ?
KOUZMA. Il est resté fou... Il s'est mis à lever le coude et, à cette heure, à ce qu'on dit, tout le reste avec... Avant, c'était le coude, maintenant, c'est tout le bras... N'empêche, il l'aime toujours. Regarde : il l'aime ! Là maintenant, il va à pied jusqu'à la ville, je te parie, pour la voir juste un petit peu... Juste la voir - et repartir...

Scène 3
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Marti94Marti94   27 septembre 2015
Méric : Le bonheur… Le bonheur se promène derrière ton dos… Essaie de le voir ! Comme si c’était facile de se mordre le coude ! C’est des bêtises tout ça… On dirait une halte de forçats… Bonjour les miséreux !
Commenter  J’apprécie          60
Marti94Marti94   13 février 2018
EFIMOVNA. – C’est le malin qui te trouble ; seigneur, rembarre-le ! Il te chuchote, le maudit : « Bois ! Bois ! » Et toi, dis-lui : « Je ne boirai pas, je ne boirai pas ! » Il te laissera.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94Marti94   13 février 2018
KOUZMA, entrant. – Le cabaret est à mi-chemin, pas moyen de passer sans entrer ; on passe devant son père, le jour, sans l’apercevoir ; mais le cabaret, la nuit, on le voit à cent verstes.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Anton Tchekhov (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
Célia Houdart Villa Crimée éditions P.O.L : où Célia Houdart tente de dire comment et de quoi est composé son nouveau livre Villa Crimée, et où il est question notamment d'un ensemble construit par Sarah Bitter au 168 rue Crimée, à Paris 19e, de logements sociaux et d'ateliers d'artiste, d'architecture et d'écriture, de 212 fenêtres et de 212 fragments, de cuivre et de pavés, de couverture et d'ouvertures, de "La Vie mode d?emploi" et d'"Espèces d'espace", de Geroges Perec, d'admiration et des merveilles du monde, à l?occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Villa Crimée", à Paris le 23 octobre 2018 "Un îlot en chantier, un labyrinthe de traits sur un plan d?architecte, un toit-manteau de cuivre gold. Un couple qui dort à la belle étoile sur une loggia, le piano d?Anton Tchekhov dans sa Datcha Blanche. Série de visions, de fictions. Fenêtres sur cour et vies rêvées, en même temps que coups de sonde dans le passé d?un quartier parisien"
+ Lire la suite
autres livres classés : ivrognesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre