AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Édouard Parayre (Traducteur)
EAN : 9782070316786
144 pages
Éditeur : Gallimard (07/10/2004)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 72 notes)
Résumé :
Quels étranges liens unissent la jeune Katia et le vieux professeur d'université Nicolaï Stépanovitch ? Il a regardé grandir l'orpheline, l'a vue amoureuse et heureuse, puis souffrante et désespérée. À l'automne de sa vie, Nicolaï a perdu toutes ses illusions et partage avec Katia les mêmes ténèbres et les mêmes silences, sans pouvoir lui tendre la main... Une nouvelle sombre et cruelle où bonheur et amour semblent inaccessibles.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
PiertyM
  04 mai 2020
Beuh, oui c'est une banale histoire qui commence tout banalement et qui se termine tout aussi banalement mais l'écriture... l'écriture, elle est si délicate qu'on lit la banale histoire en un seul souffle. Ça ressemble à un vieux pépé qui ronronne au dedans de lui, vit et agit contrairement à ses pensées...
Anton Tchekhov nous relate ici l'histoire de Nicolas Stépânovitch, un professeur de médecine, à 62 ans ( C'est vrai qu'à l'époque, on se sentait plus vieux qu'à notre époque) il souffre d'un mal qui le creuse de 'l’intérieur mais Katia est la seule à s'en apercevoir. Elle veut délivrer Nicolas de lui-même mais c'est une entreprise assez difficile même si elle réussit à devenir sa confidente. Ils se partagent leurs craintes de la vie, elle, ses échecs et ses déceptions alors encore jeune et lui, sa réussite erronée, sa renommée enrobée de ténèbres. Cette relation aurait pu aboutir à autre chose mais Katia est en quelque sorte sa fille adoptive, il a été son tuteur avant sa majorité,il l'a vu grandir....
Une histoire courte mais très dense, plein d'émotion! L'atmosphère est sinistre et tout espoir est inaccessible!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Aela
  16 août 2012
Un récit court et plein d'émotion.
Le vieux professeur de médecine Nicolaï Stepanovitch est à l'automne de sa vie, il souffre d'un mal incurable et sait ses jours comptés.
Il fait le bilan de sa vie, bilan qui n'est guère réjouissant à première vue: il ne reconnaît plus la femme qu'il a aimée dans son épouse, sa fille Lisa est éprise d'un homme auquel il ne trouve aucune qualité, son fils est officier à Varsovie et vit loin de lui, ses étudiants l'insupportent et il n'accepte aucun compromis pour en "rattraper" certains au moment des examens.
La seule personne qui trouve encore grâce à ses yeux est sa pupille Katia, fille d'un confrère ophtalmologiste décédé il y a longtemps.
Or celle-ci, éprise de théâtre, revient après plusieurs années d'ébsence.
Son expérience d'actrice a été douloureuse et elle revient avec un enfant sans être mariée, drame et scandale sans nom à l'époque.
Un récit attachant. Tchékhov puise son inspitration dans son passé d'étudiant en médecine et dans son amour du théâtre;
La relation qui unit le héros à sa pupille Katia est extrêmement délicate et complexe.
Tous deux se comprennent à demi-mot même s'ils n'ont pas de lien biologique.
C'est une chronique douce-amère, très russe, sur le temps qui passe et qui ôte les derniers espoirs et les rêves de jeunesse.
Un texte fort et vrai, qui nous montre que même si bonheur et amour sont inaccessibles, restera malgré tout la beauté des sentiments et des idéaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
aouatef79
  02 août 2015
Une banale histoire est une nouvelle d' Anton Tchekhov.Dans cette cette nouvel-
-le, comme dans toutes les nouvelles et pièces; on relève une atmosphère spé-
-ciale, que Korolenko a excellemment définie comme l' état d' âme d' un "joyeux
mélancolique" .
Les principaux protagonistes de cette histoire sont le professeur, Nicolas Stépâ-
-novitch. Ce dernier est un professeur de médecine célèbre, connu par de nom-
-breux travaux, conseiller privé et chevalier de plusieurs ordres. L' autre principa
-le protagoniste est Kâtia, jeune orpheline dont Nicolas est le tuteur.
le professeur tomba malade et il connaît sa maladie.Kâtia a voyagé, et elle est
une jeune femme. Elle s' est installée dans un appartement à elle .Avec le temps
des liens de rapprochements se sont établis entre-eux. Kâtia aime bavarder
avec le professeur et lui aussi prend du plaisir.Le professeur a regardé grandir l' orpheline. IL l' a vu amoureuse et heureuse, puis souffrante et
désespérée. A l' automne de sa vie, Nicolai a perdu toutes ses illusions et
partage avec Kâtia les mêmes tourments, les mêmes ténèbres et les mêmes
silences .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Moan
  24 mars 2013
Nicolaï Stépanovitch est un homme de soixante-deux ans, qui a été brillant professeur, a connu beaucoup de gens célèbres.
A la fin de sa vie, son souci est de "ne pas gâter le finale".
Réflexions sur la vie , le bonheur, l'amour, la mort d'Anton Tchekhov.
Commenter  J’apprécie          140
Laureneb
  14 octobre 2020
Une banale histoire, pourtant assez jolie. Il ne se passe pas grand-chose, au contraire, le rythme est contemplatif. Un vieil homme fait le bilan de sa vie, sur le plan professionnel - de belles remarques sur les étudiants, sur leurs espoirs de réussite, mais aussi leurs médiocrités banales, quotidiennes - et sur le plan familial et amical. Sa femme est devenue grosse et laide, soucieuse uniquement du quotidien, son fils est loin de la maison et ne cesse de lui réclamer de l'argent, sa fille le méprise, car s'il est un scientifique, il ne comprend pas l'art musical. Ses amis ne le visitent que pour trouver à boire ou à manger, et ses collègues ne pensent qu'à son départ pour prendre sa place.
Dans ce petit monde de médiocrité, le Narrateur est vieux, laid, souffrant, peu charismatique, mauvais enseignant sans doute, prêt à des compromis multiples. Mais il est racheté en quelque sorte pour le lecteur, qui peut le trouver sympathique, par son affection pour Katia, jeune femme passionnée au milieu de tous ces matérialistes - même si leur lien n'est décrit que de façon implicite.
Une nouvelle entre humour - surtout les passages sur l'université - et émotion, à la fin notamment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   02 août 2015
J' en réponds sur ma tête, dans les cent cinquante jeunes gens que je vois pres-
-que chaque jour à mes cours, et dans cette centaine d' hommes âgés que je
rencontre chaque semaine, on en trouverait à peine un qui comprît cette haine,
cette aversion pour le passé de Kâtia, en raison de cette grossesse hors mariage et cette naissance d' enfant illégitime.
Commenter  J’apprécie          70
MoanMoan   24 mars 2013
"Connais-toi toi-même" est un conseil très beau et très utile; il est dommage seulement que les anciens ne se soient pas avisés d'en indiquer le mode d'emploi.
Commenter  J’apprécie          170
YukoYuko   13 juillet 2010
Le premier souvenir que j'ai et aime à évoquer, c'est l'extraordinaire confiance avec laquelle elle est entrée dans ma maison, s'est laissée soigner par les médecins, et qui a toujours illuminé son petit visage (...)
Je me rappelle aussi qu'elle aimait mettre de belles robes et se parfumer. A cet égard elle me ressemblait. Moi aussi j'aime la toilette et les parfums.
Commenter  J’apprécie          60
LudivineLudivine   15 février 2008
Que le ciel soit couvert ou que la lune et les étoiles brillent, chaque fois que je rentre chez moi, je le regarde et pense que bientôt la mort me prendra. Il semble qu'à ce moment-là mes pensées devraient être profondes comme le ciel, claires, frappantes... Mais non ! Je pense à moi-même, à ma femme, à lisa, à Gnäcker, à mes étudiants, aux gens en général.
Commenter  J’apprécie          50
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   05 mars 2015
L'aube me trouve assis dans mon lit, les genoux entre les mains, essayant par désoeuvrement de me connaître moi-même. "Connais toi toi-même" est un conseil très beau et très utile ; il est dommage seulement que les anciens ne soient pas avisés d'en indiquer le mode d'emploi.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Anton Tchekhov (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
Anton Tchekhov : L’Envie de dormir (1978 / France Culture). Photographie : Anton Tchekhov à Melikhovo en 1897 • Crédits : By P. I. Seryogin (П.И. Серёгин) http://www.dlptheatre.net/Francais/Fr..., vi. Adaptation et réalisation de Jeanne Rollin-Weiss. 1ère diffusion sur France Culture le 24 février 1978. Varka est une petite bonne d'enfants de treize ans dont l'histoire tragique est racontée par Tchekhov dans la nouvelle “L'Envie de dormir”, écrite en 1888. Comme il est dur de servir à table, de laver, de coudre, il y a des moments où l'on a envie de se coucher par terre et de dormir sans égard pour rien. La journée passe, puis il y a les nuits, les nuits où le bébé crie. L'épuisement est là, celui de Varka, petite bonne d'enfants de treize ans dont l'histoire tragique est racontée par Tchekhov dans “L'Envie de dormir”, une nouvelle écrite en 1888. Interprétation : Roger Bret, Linette Lemercier, Berthe Chernel, Gilles Guillot, Jo Charrier et Jean Péméja.
“L’Envie de dormir” (extrait d'“Œuvres” d’Anton Tchekhov Tome II - Bibliothèque de la Pléiade - Traduction d'Edouard Parayre / © Editions Gallimard pour la version française).
Source : France Culture
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre