AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Édouard Parayre (Traducteur)
ISBN : 2070316785
Éditeur : Gallimard (07/10/2004)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Quels étranges liens unissent la jeune Katia et le vieux professeur d'université Nicolaï Stépanovitch ? Il a regardé grandir l'orpheline, l'a vue amoureuse et heureuse, puis souffrante et désespérée. À l'automne de sa vie, Nicolaï a perdu toutes ses illusions et partage avec Katia les mêmes ténèbres et les mêmes silences, sans pouvoir lui tendre la main... Une nouvelle sombre et cruelle où bonheur et amour semblent inaccessibles.

Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
aouatef79
  02 août 2015
Une banale histoire est une nouvelle d' Anton Tchekhov.Dans cette cette nouvel-
-le, comme dans toutes les nouvelles et pièces; on relève une atmosphère spé-
-ciale, que Korolenko a excellemment définie comme l' état d' âme d' un "joyeux
mélancolique" .
Les principaux protagonistes de cette histoire sont le professeur, Nicolas Stépâ-
-novitch. Ce dernier est un professeur de médecine célèbre, connu par de nom-
-breux travaux, conseiller privé et chevalier de plusieurs ordres. L' autre principa
-le protagoniste est Kâtia, jeune orpheline dont Nicolas est le tuteur.
le professeur tomba malade et il connaît sa maladie.Kâtia a voyagé, et elle est
une jeune femme. Elle s' est installée dans un appartement à elle .Avec le temps
des liens de rapprochements se sont établis entre-eux. Kâtia aime bavarder
avec le professeur et lui aussi prend du plaisir.Le professeur a regardé grandir l' orpheline. IL l' a vu amoureuse et heureuse, puis souffrante et
désespérée. A l' automne de sa vie, Nicolai a perdu toutes ses illusions et
partage avec Kâtia les mêmes tourments, les mêmes ténèbres et les mêmes
silences .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Aela
  16 août 2012
Un récit court et plein d'émotion.
Le vieux professeur de médecine Nicolaï Stepanovitch est à l'automne de sa vie, il souffre d'un mal incurable et sait ses jours comptés.
Il fait le bilan de sa vie, bilan qui n'est guère réjouissant à première vue: il ne reconnaît plus la femme qu'il a aimée dans son épouse, sa fille Lisa est éprise d'un homme auquel il ne trouve aucune qualité, son fils est officier à Varsovie et vit loin de lui, ses étudiants l'insupportent et il n'accepte aucun compromis pour en "rattraper" certains au moment des examens.
La seule personne qui trouve encore grâce à ses yeux est sa pupille Katia, fille d'un confrère ophtalmologiste décédé il y a longtemps.
Or celle-ci, éprise de théâtre, revient après plusieurs années d'ébsence.
Son expérience d'actrice a été douloureuse et elle revient avec un enfant sans être mariée, drame et scandale sans nom à l'époque.
Un récit attachant. Tchékhov puise son inspitration dans son passé d'étudiant en médecine et dans son amour du théâtre;
La relation qui unit le héros à sa pupille Katia est extrêmement délicate et complexe.
Tous deux se comprennent à demi-mot même s'ils n'ont pas de lien biologique.
C'est une chronique douce-amère, très russe, sur le temps qui passe et qui ôte les derniers espoirs et les rêves de jeunesse.
Un texte fort et vrai, qui nous montre que même si bonheur et amour sont inaccessibles, restera malgré tout la beauté des sentiments et des idéaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Moan
  24 mars 2013
Nicolaï Stépanovitch est un homme de soixante-deux ans, qui a été brillant professeur, a connu beaucoup de gens célèbres.
A la fin de sa vie, son souci est de "ne pas gâter le finale".
Réflexions sur la vie , le bonheur, l'amour, la mort d'Anton Tchekhov.
Commenter  J’apprécie          130
Ludivine
  16 février 2008
Une nouvelle qui m'a dérangée, peut être parce qu'elle parle de la mort. Et la mort est un sujet que l'on préfère tous éviter, qui fait peur.
Nicolaï Stépanovitch, lui est très lucide. Ce vieil homme, médecin, professeur d'université sait qu'il va bientôt mourir.
Il nous raconte sa vie : les visites de sa femme qui chaque matin lui répète la même chose, sa fille inscrite au conservatoire à qui il faut donner une situation digne de son rang (ou plutôt celui de son père), amoureuse d'un homme qu'il déteste, et puis tous les étudiants qui se succèdent mais se ressemblent.
Il est indifférent aux problèmes d'argent que sa famille rencontre, il se sent étranger et invisible dans cette famille. Il a déjà l'impression d'appartenir au passé.
Et puis, il y a Katia, la fille d'un de ses amis décédé, qu'il a recueilli enfant. Il l'a vue grandir et heureuse. Ils étaient très complices, il n'a rien dit, même s'il était contre cette idée, quand elle a décidé de partir et de vivre sa passion pour le théâtre. Les premières lettres qu'elle envoie montrent qu'elle est heureuse, mais au fil du temps les lettres sont de plus en plus tristes, elle devient amère. Elle revient quatre années plus tard, après une tentative de suicide. Il se réfugie chez elle, elle a perdu toutes ses illusions et lui fait le bilan de sa vie sur laquelle il porte un regard sévère.
C'est une nouvelle très sombre où tout est inaccessible, que se soit l'amour ou tout simplement le bonheur. Mais il y a une petite lueur d'espoir, on ne peut s'empêcher de penser que cet amour impossible n'a pas été vain, que ce vieil homme a donné un sens a sa vie.
Cette nouvelle nous offre la possibilité d'une réflexion sur notre vie, mais sera-t-elle aussi lucide ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Elyria
  30 décembre 2012
La modernité n'attend pas les années, mais ici on touche plus à l'universalité. le récit de ce vieil homme au bord de la mort mais lucide, conscient de ses défauts comme nous le sommes tous. Ce récit critique sur soit, sur la condition humaine est brutal, époustouflant de réalisme. L'ennui est un thème aussi rebattu dans cet ouvrage.
Vraiment un récit brillant, j'en ai eu les bras qui se sont décrochés plus d'une fois, un humour incisif s'ajoutant au tout. Un ensemble parfait. Je ne m'attendais pas du tout à cela en ouvrant pour la première fois un ouvrage de Tchekov.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
aouatef79aouatef79   02 août 2015
J' en réponds sur ma tête, dans les cent cinquante jeunes gens que je vois pres-
-que chaque jour à mes cours, et dans cette centaine d' hommes âgés que je
rencontre chaque semaine, on en trouverait à peine un qui comprît cette haine,
cette aversion pour le passé de Kâtia, en raison de cette grossesse hors mariage et cette naissance d' enfant illégitime.
Commenter  J’apprécie          70
MoanMoan   24 mars 2013
"Connais-toi toi-même" est un conseil très beau et très utile; il est dommage seulement que les anciens ne se soient pas avisés d'en indiquer le mode d'emploi.
Commenter  J’apprécie          170
YukoYuko   13 juillet 2010
Le premier souvenir que j'ai et aime à évoquer, c'est l'extraordinaire confiance avec laquelle elle est entrée dans ma maison, s'est laissée soigner par les médecins, et qui a toujours illuminé son petit visage (...)
Je me rappelle aussi qu'elle aimait mettre de belles robes et se parfumer. A cet égard elle me ressemblait. Moi aussi j'aime la toilette et les parfums.
Commenter  J’apprécie          60
LudivineLudivine   15 février 2008
Que le ciel soit couvert ou que la lune et les étoiles brillent, chaque fois que je rentre chez moi, je le regarde et pense que bientôt la mort me prendra. Il semble qu'à ce moment-là mes pensées devraient être profondes comme le ciel, claires, frappantes... Mais non ! Je pense à moi-même, à ma femme, à lisa, à Gnäcker, à mes étudiants, aux gens en général.
Commenter  J’apprécie          50
AllaroundthecornerAllaroundthecorner   05 mars 2015
L'aube me trouve assis dans mon lit, les genoux entre les mains, essayant par désoeuvrement de me connaître moi-même. "Connais toi toi-même" est un conseil très beau et très utile ; il est dommage seulement que les anciens ne soient pas avisés d'en indiquer le mode d'emploi.
Commenter  J’apprécie          60
Videos de Anton Tchekhov (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anton Tchekhov
Célia Houdart Villa Crimée éditions P.O.L : où Célia Houdart tente de dire comment et de quoi est composé son nouveau livre Villa Crimée, et où il est question notamment d'un ensemble construit par Sarah Bitter au 168 rue Crimée, à Paris 19e, de logements sociaux et d'ateliers d'artiste, d'architecture et d'écriture, de 212 fenêtres et de 212 fragments, de cuivre et de pavés, de couverture et d'ouvertures, de "La Vie mode d?emploi" et d'"Espèces d'espace", de Geroges Perec, d'admiration et des merveilles du monde, à l?occasion de la parution aux éditions P.O.L de "Villa Crimée", à Paris le 23 octobre 2018 "Un îlot en chantier, un labyrinthe de traits sur un plan d?architecte, un toit-manteau de cuivre gold. Un couple qui dort à la belle étoile sur une loggia, le piano d?Anton Tchekhov dans sa Datcha Blanche. Série de visions, de fictions. Fenêtres sur cour et vies rêvées, en même temps que coups de sonde dans le passé d?un quartier parisien"
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le clafoutis de Tchekhov

Je m'appelle .............?..........." je suis un jeune homme de dix-sept ans, laid, maladif et timide", je passe mes étés dans la "maison de campagne des Choumikhine", et je m'y ennuie.

Nikita
Volôdia
Fiodor
Boris
Andreï

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thème : Anton TchekhovCréer un quiz sur ce livre