AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 222617284X
Éditeur : Albin Michel (20/06/2008)

Note moyenne : 4.56/5 (sur 9 notes)
Résumé :
« Tchouang-Tseu rêva qu'il était papillon, voletant, heureux de son sort, ne sachant pas qu'il était Tchouang-Tseu. Il se réveilla soudain et s'aperçut qu'il était Tchouang-Tseu. Il ne savait plus s'il était Tchouang-Tseu qui venait de rêver qu'il était papillon ou s'il était un papillon qui rêvait qu'il était Tchouang-Tseu. »
Cette fameuse formulation, qui pose la question de la frontière entre le rêve et la réalité, entre le vrai et le faux, constitue le fi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
dbacquet
  24 octobre 2014
Tchouang tseu est un philosophe taoïste du 4ème siècle av. J.C. Cet ouvrage majeur de la pensée chinoise séduit par son foisonnement : de nombreux personnages se rencontrent, les dialogues et les anecdotes s'enchaînent en prenant des allures de conte ou de parabole, avec un ton parfois facétieux, qui remet en question les discours et les actes des hommes. Cet ouvrage témoigne aussi des désordres de son temps et oppose, à l'engagement des confucianistes, jugé hypocrite, la non action et s'enquière de la voie, de l'ordre naturel du monde avec lequel le sage taoïste tente de se conformer, en dépassant son faux savoir et son égoïsme, en s'adaptant au devenir.
Commenter  J’apprécie          290
colimasson
  21 mars 2016
Tenez, que je vous sorte un enseignement de son contexte : «La grande Voie n'est pas explicable. La grande argumentation est sans paroles. La grande bonté n'est pas bonne. La grande modestie n'est pas humble. le grand courage n'agresse pas. Un chemin éclairé n'est pas la Voie. » Vous allez dire : qu'est-ce que c'est encore que cette daube ? Eh bien voilà, vous approchez de la compréhension maximale du « Rêve du papillon » , deuxième livre fondateur du taoïsme. Ce qu'on nous raconte là-dedans sous forme de petits dialogues, de contes pour rêvasser pendant le gratouillage des génitoires et autres proverbes à deux balles, c'est justement qu'on ne peut pas parler du principal. Là-dedans, on appelle ça la Voie. La Voie, c'est quoi ? Sans doute vouloir être le moins possible pour l'Etre le plus. Et là, paf ! on rejoint un peu le passage plus haut.

Ce livre vous servira surtout si vous êtes chômeur ou que vous avez envie qu'on vous foute la paix, et à l'heure où l'on requerra la présence de votre grande âme lorsque vous souhaitez en fait juste la tenir à l'écart d'une agitation que vous n'avez pas encore sonnée, vous pourrez répondre :

« Imiter le monde, se conduire pour avoir des amis, étudier pour devenir quelqu'un, enseigner par égoïsme, avoir en aversion bonté et justice, décorer les chars et les chevaux, je ne saurais m'y résoudre. »

Je sais, c'est honteux de dégrader les beaux textes qui ont traversé les millénaires pour les offrir en pâture à des gens cons –qui sont aussi et souvent des gens bons. Cela n'a rien à voir avec la tranche de viande, bien que je dise tout à l'heure : « Voilà à quoi ça mène de donner de la confiture aux cochons ! », ce sur quoi on me répondit : « Si tu connaissais la confiture que fait ma mère, tu serais contente d'être un cochon ». Bref, même les proverbes ne sont plus accessibles aux déficients mentaux, où allons-nous ? C'est comme cette histoire d'attendre sur le bord de la route pour voir défiler l'ambulance qui contiendra le corps de votre ennemi ; ce qu'on veut dire par-là, c'est pas de se planter et d'attendre vraiment que le mec passe déchiqueté devant vous, c'est d'attendre que le désir de le voir crever s'en aille, et ça vient très vite. Pas facile de n'avoir plus personne à haïr, faut bien reconnaître que ça occupait les heures longues. Mais une fois passé ce cap, tout va très vite.

Plus envie d'aller prendre l'apéro, d'aller au cinoche, de niquer un coup ? Après tout, on est si bien avec soi-même ou avec n'importe qui d'autre. « Tu m'aimes, dis ? » vous demande-t-on en faisant les yeux du corniaud qui a un couteau sous la gorge, « tu m'aimes dis malgré ma croupe pourrie ? ». Ben non, bien sûr, mais comment dire… toi ou n'importe qui d'autre… déblatérez donc :

« Une personne accomplie partage les nourritures terrestres et les joies célestes avec les autres, mais n'est pas perturbée par l'aspect utile ou nuisibles des uns et des autres, ni ne participe à leurs bizarreries. Elle ne participe à aucun projet, à aucune affaire. Elle arrive et part lorsque c'est le moment, tout simplement. »

D'ailleurs, vous n'êtes plus obligé d'arriver, après un certain temps.

Voilà donc, ne vous prenez pas trop la tête. Certains se font même tatouer l'enseignement majeur de ce bouquin sur le cul :

« Nous ne savons pas que nous rêvons lorsque nous rêvons et interprétons nos rêves en rêvant. C'est seulement au réveil que nous apprenons que nous rêvions. »

Imagine, demain tu te réveilles et apprends que tout ce que tu as vécu c'était un rêve… bien long, moche et pourri, certes, mais la grosse honte c'est de s'être torturé pour si peu.

Bref, j'ai encore trop écrit, ce qui n'était pas le but, donc je me tais.

Lien : http://colimasson.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          175
Citations et extraits (65) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   06 avril 2016
La Voie ayant donné l’aspect, le ciel ayant donné la forme, un humain ne nuit pas à son corps par ses amours et ses haines. Tu épuises ta substance en dirigeant ton esprit vers l’extérieur. Tu t’adosses à un arbre et soupires, puis à un sterculier mort et t’endors. Le ciel t’a choisi une forme et tu l’utilises à piailler sur le dur et le blanc.
Commenter  J’apprécie          170
colimassoncolimasson   25 janvier 2018
Quand je dis d’une personne qu’elle a la vue perçante, je ne dis pas qu’elle voit les autres, mais qu’elle se voit elle-même. Qui ne se voit pas mais voit les autres n’est pas maître de soi mais des autres, obtient ce qui est aux autres et pas à soi, atteint ce qui attire les autres mais pas soi.
Commenter  J’apprécie          150
colimassoncolimasson   26 avril 2018
Une fois déduits la maladie, la vieillesse, le deuil, les chagrins, les malheurs, il ne reste pas plus de quatre ou cinq jours par mois pour rire à gorge déployée.
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   26 février 2018
Dire que l’on suit le bien et fuit le mal, suit l’ordre et fuit le désordre, c’est ne comprendre ni les principes de l’univers ni la nature des choses ; c’est suivre le ciel et fuir la terre, suivre le Yin et fuir le Yang, ce qui est bien sûr impossible.
Commenter  J’apprécie          100
colimassoncolimasson   06 avril 2018
Qui néglige sa nature se laisse emporter par le désir et la haine qui abondent comme les roseaux. Ils semblent nous aider au début mais ruinent notre nature comme une prolifération de gerçures, prêtes à couler, avec des cicatrices et des ulcères, faisant couler abcès et ulcères.
Commenter  J’apprécie          90
Lire un extrait
Videos de Tchouang-tseu (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Tchouang-tseu

Fabrice Midal présente "Le bonheur selon Tchouang-Tseu" de Yu DAN
Fabrice Midal, directeur de la collection L'esprit d'ouverture des éditions Belfond, présente le livre "Le bonheur selon Tchouang-Tseu" de Yu Dan. le livre: http://bit.ly/1xxR3Sp Après le...
autres livres classés : pensées chinoisesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
65 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre