AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267016931
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (22/08/2003)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Devenu historien, Anton Stremooukhov revient à Tchebatchinsk après quinze ans d'absence et se remémore son enfance.
En quête d'un lieu où le NKVD ne saurait le retrouver, sa famille s'était installée au Kazakhstan à la fin des années 30, dans cette petite ville alors peuplée de coréens et d'allemands, de tchétchènes et d'ingouches, de déportés, anciens koulaks et prisonniers politiques, sortis des camps staliniens.
Le roman s'articule autour du grand-p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tempuslegendae
  13 mars 2013
Le poète, le musicien et le peintre sont des visionnaires; le cinéaste et l'écrivain, des greffiers. Les premiers annoncent le changement de formes que la société ne peut soupçonner tandis que les seconds qui sont dans le narratif absolu, témoignent d'un état de fait dont chacun peut mesurer les effets.
Nous avons entre les mains un livre porteur de messages, parlant du courant en ex-Union soviétique à travers la marche du grand-père du narrateur, dont le mode de vie ne déviera jamais des codes de l'avant révolution. Par extension, c'est toute une classe sociale qui deviendra hostile au régime soviétique, mais cette résistance demeurera passive.
Tout ce qui constitua l'horizon incontournable, essayait-on de nous persuader, d'au moins deux générations, s'est décomposé, volatilisé, sans qu'on sache vraiment autour de quoi s'articulera la propre réalité. Or, si vous le lisez, vous constaterez sans difficulté que le roman n'a pas suivi, il peine à rendre compte de ce renversement complet des valeurs, comme si, enfermé dans un tourbillon, le supposé témoin perdait lui aussi pied.
Chronique de la vie quotidienne au temps de la déportation générale, et généralisée. «Anton» n'est pas un roman mais un récit vif, parfois corrosif. Á croire qu'il faut d'abord déblayer le terrain avant de tourner la page. Pourtant les fervents du renouveau romanesque sont bien présents. Loin des récits sur les camps, qui resteront l'honneur de la dissidence, «Anton» s'attache à saisir l'homme dans l'espèce de génie qu'il sait manifester chaque fois qu'on le dépossède de son corps en espérant liquider son âme. Tout cela est tellement vrai! Dans ce Kazakhstan où se retrouvèrent bannis et exclus, l'essentiel ne fut pas la souffrance endurée mais la volonté de tirer la meilleure part du pire. Ici, l'amour, l'amitié participèrent à la résistance et maintinrent l'espoir. Il faut bien se convaincre d'une chose: sans généalogie, il n'y a aucune part laissé à l'imagination. Ce récit d'Alexandre TCHOUDAKOV datant de 2003, était-il en phase de s'intituler un nouveau roman russe dont le balancier des réalités oscillait déjà entre l'inoubliable et l'inconcevable?
Désormais, on comprend mieux les termes de la phrase d'Albert Camus: «Ne pas perdre le fil de la souffrance et de tendresse qui rend l'univers de Dostoïevski proche de chacun de nous.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
autres livres classés : KazakhstanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Quiz sur la vie et l'oeuvre de Charles Bukowski

Charles Bukowski, écrivain américain d'origine allemande est auteur ...

De romans
De poésie
De délits alcoolisés
Les trois

7 questions
439 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BukowskiCréer un quiz sur ce livre