AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782368463260
159 pages
Steinkis Editions (17/09/2020)
4.32/5   111 notes
Résumé :
Années 1960. Dans un quartier populaire d’une ville de La Réunion, Jean et Madeleine sont arrachés à leur mère par les services sociaux qui leur promettent une vie meilleure en métropole, une bonne éducation et des retours réguliers sur leur île.
Lucien, jeune fonctionnaire fraîchement affecté à La Réunion, arrive à la préfecture et découvre ses fonctions à la Section 4 : il devra notamment superviser le transfert de « pupilles de l’État » dans l’Hexagone…>Voir plus
Que lire après Piments zoizosVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
4,32

sur 111 notes
5
17 avis
4
9 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Ile de la Réunion, 1965.
Si une dame blanche est venue chercher Jean et sa petite soeur chez lui, puis les a séparés, c'est sûrement parce qu'il avait crevé un ballon avec un couteau, ce jour-là. Nulle malice de sa part, pourtant : il voulait juste voir ce qu'il avait dans le ventre pour rebondir aussi bien. Bref, ce fut certainement la bêtise de trop qui a fait craquer leur maman seule, débordée, fatiguée. Cette conviction ne quittera jamais Jean.
Les enfants raisonnent ainsi : je suis responsable des malheurs autour de moi (divorces, décès). Et nous ne sommes guère différents, adultes, avec nos superstitions diverses et sentiments de culpabilité (largement entretenus par les religions)...
.
A travers l'histoire fictive de Jean et de sa petite soeur Didi, cet album évoque le sort des 'enfants de la Creuse', un épisode honteux de l'Histoire de France, entre 1962 et 1984. Ce terme est abusif/réducteur puisque ces 2000 mineurs ont été envoyés dans 83 départements différents (et 10 % d'entre eux dans la Creuse), mais il donne une bonne idée du choc culturel qu'ils ont pu ressentir (racisme des métropolitains, vocabulaire et accent, climat, paysage, mode de vie...), après avoir été arrachés à des parents mal informés et dupés sur le 'projet'.
Certaines victimes parlent de 'déportation', la détresse de Jean y fait en effet penser.
.
Sans manichéisme, les auteurs montrent un processus né d'une décision politique (Michel Debré était alors député de la Réunion) face à la surpopulation réunionnaise - processus où il est difficile de mesurer la responsabilité de chaque acteur : du simple maillon d'une chaîne au décideur, via l'exécuteur zélé. Avec magouilles d'état civil, quand même, qui rendent les recherches difficiles pour ceux qui souhaitent retrouver leurs origines.
.
On voit dans cet album des enfants en souffrance, comme le personnage principal ; d'autres s'en sortent mieux, selon le lieu où ils atterrissent. Certains vivent en foyer, d'autres dans des familles d'accueil où ils peuvent être intégrés et aimés comme les autres enfants du couple parental, ou au contraire servir de domestique malgré leur jeune âge (notamment dans des fermes).

Le 18 février 2014, l'Assemblée nationale adopte la résolution proposée par Ericka Bareigts (députée socialiste de la Réunion), qui reconnaît la 'responsabilité morale' de l'État français. Rien n'a été proposé à ce jour pour réparer le préjudice.
La DDASS et l'ASE sont montrées comme partiellement responsables.
Aujourd'hui encore, il y a des progrès à faire en matière de protection de l'enfance, en France, mais c'est une autre histoire.

Très agréable à lire (alternance d'époques et pages documentaires), émouvant et instructif, comme beaucoup d'albums de chez Steinkis.

Autres ouvrages sur le sujet :
L'île de mon père, Brigitte Peskine (roman jeunesse)
Aux vents mauvais, Elena Piacentini (roman noir).

■ MERCI A BABELIO & AUX EDITIONS STEINKIS
Commenter  J’apprécie          360
Pour réaliser ma cinq centième critique, j'ai choisi Piments zoizos, Les enfants oubliés de la Réunion, ouvrage retenu dans le cadre de l'opération Bulles d'Argent 2023 organisée par la médiathèque de ma ville.

Dans cette BD de 164 pages, Tehem, dessinateur d'origine réunionnaise nous raconte l'histoire des « enfants dits de la Creuse » à travers l'histoire fictive de deux enfants réunionnais, Jean et Didi. Entre 1962 et 1984, à la suite de choix politiques, 2015 mineurs réunionnais à la charge de la DDASS ont été envoyés dans l'Hexagone où ils ont été répartis dans 83 départements. 215 d'entre eux ont été accueillis dans le département rural de la Creuse, dépeuplé, de la région Limousin.

La BD débute en 2008… Fond vert…. Jean arrive à l'aéroport Roland Garros de la Réunion, à la recherche de ses origines, de sa famille, il dispose d'un morceau de papier sur lequel figure une adresse : Chemin Gourouvin.
En 1966… Fond rose….Jean et Didi, sa petite soeur jouent tranquillement lorsque Jean perce le ballon avec un couteau pour comprendre pourquoi il rebondit. Cet épisode coïncide avec l'arrivée d'une l'assistante sociale qui vient prendre en charge les deux enfants et les fait monter dans une voiture. Leur mère signe un document en pleurant. Jean a tout juste le temps de faire un dessin pour Didi. Les deux enfants sont séparés, Didi est prise en charge par des soeurs. Jean, poursuivi par la culpabilité – il a crevé le ballon – se retrouve avec d'autres garçons au centre d'Hell-Bourg, où il se fait un ami, Michel. Bientôt, il prend l'avion, destination… la métropole, la Creuse.
Fond jaune…. 1966 Lucien Hérant a été nommé à la préfecture de la Réunion, affecté au bureau en charge du BURIDOM. Sur la route, les chemins de Jean et de Lucien Hérant vont brièvement se croiser….

Trois récits s'entrecroisent selon un code couleur précis : le passé est coloré de rose : c'est l'histoire de Jean et sa soeur Didi, de leur séparation et de tout ce qui se passe ensuite en métropole…. le présent, le retour de Jean à la Réunion en 2008, sur les traces de sa famille est coloré de vert. L'histoire de Lucien Hérant, qui a travaillé à la préfecture de la Réunion dans les années 1960 a une couleur jaune. Ce responsable découvre, effaré, ce qui se passe, comment les enfants sont séparés, comment leurs identités sont modifiées pour couper tous les liens avec les familles d'origine. Plus tard, il préférera passer sous silence cette période de sa vie.
Plusieurs pages de « la gazette de l'ïle de la Réunion » viennent s'intercaler dans le récit sans l'alourdir. Elles apportent des informations précises sur l'histoire de l'île et toutes les circonstances économiques et politiques qui ont entraîné la transplantation des enfants en métropole. le rôle joué par Michel Debré, le ministre de l'époque, dans l'accélération et le développement des départs des enfants est expliqué. Mais le ministre n'est ni à l'initiative de la transplantation des mineurs, ni responsable du début de sa mise en oeuvre. Les graves manquements de l'ASE, l'aide sociale à l'enfance sont dénoncés.

2008 : Virginie Hérant fait parvenir à Jean une grosse enveloppe qu'elle a trouvé en rangeant le bureau de son père, qui vient de décéder. Une enveloppe au nom de Jean, témoignage de l'affection de Lucien Hérant pour le petit garçon dont il a croisé le regard, il y a longtemps, en 1965, et qu'il a aussi rencontré dans l'avion…. Une clef vers le passé… mais surtout vers l'avenir…. pour Jean, Michel et les autres.…

Piments zoizos est une BD qui ne laisse pas indifférent. J'ai beaucoup aimé le scénario et le dessin de Tehem.

Cette histoire nous interroge : comment pouvait-on imaginer que tout se passerait pour le mieux, que les enfants seraient partout accueillis à bras ouverts ? Des enfants en carence affective, coupés de leurs racines ont servi de main d'oeuvre bon marché, certains ont été maltraités. D'autres se sont certainement intégrés, mais à quel coût humain ?

La BD a été réalisée sous la supervision historique de Gilles Gauvin, membre de la commission d'information sur les enfants dits de la Creuse.
Un regard d'historien, au service de tous ces enfants devenus adultes qui exigent, à juste titre, des réponses.
Commenter  J’apprécie          294
En 1965, Jean, alors âgé de 9 ans, et sa petite soeur, sont pris en charge par des services sociaux. Ceux-ci font croire à leur mère que ses enfants pourront étudier et qu'une vie meilleure va s'ouvrir à eux, en quittant (provisoirement) la Réunion. Les deux enfants sont expédiés loin de leur île natale, en métropole, dans la Creuse.

De 1962 à 1984, environ 2 000 enfants réunionnais sont ainsi déracinés et envoyés vers la métropole, pour leur bien, paraît-il. Un dixième d'entre eux arrive ainsi dans le département sous-peuplé de la Creuse, les autres sont répartis dans d'autres départements. Leur sort dépend du lieu d'accueil. Même lorsque les familles adoptives sont bienveillantes, ils souffrent du déracinement, du racisme des autres enfants et des adultes (à cause de leur couleur, mais aussi en raison de leur façon de parler). Certains sont simplement considérés comme une main d'oeuvre à bon marché.
L'identité d'origine reste difficile voire impossible à retrouver pour beaucoup, puisque leurs noms et prénoms ont été modifiés.

Cette BD met en scène les destinées de quelques-uns de ces enfants et montre les rouages d'un système administratif défaillant qui a permis ce scandale.
Le ton reste mesuré, les auteurs étant conscients que des acteurs de ce système étaient sincères, avec une volonté de bien faire, d'agir dans l'intérêt même des enfants concernés.

Cette lecture est intéressante et poignante, avec quelques pages d'explication insérées dans l'histoire, qui permettent de bien situer le contexte social et politique.
Commenter  J’apprécie          252
C'est l'histoire fictive de Jean et de sa petite soeur Madeleine dite Didi, deux enfants réunionnais dans les années 60. Leur père est décédé et leur maman, pauvre et de santé fragile, accepte de les confier à la DASS qui leur fait miroiter éducation et meilleures conditions de vie en métropole.

Mais ce pourrait aussi bien être l'histoire de 2000 autres enfants, ceux qui seront surnommés « les enfants de la Creuse ».
De 1962 à 1984 ils furent arbitrairement arrachés à leurs familles, séparés de leurs frères et soeurs et transférés dans l'hexagone. A cette époque, où Michel Debré est député, l'ile de la Réunion souffre de surpopulation, alors que dans les campagnes métropolitaines, en particulier en Creuse, la main d'oeuvre fait défaut. Les plus chanceux de ces jeunes seront adoptés et feront des études, les autres, une grande majorité, seront placés, exploités, maltraités et hélas oubliés pendant des décennies.

On imagine aisément l'angoisse et le traumatisme vécu par ces enfants déracinés, exilés dans une région où ils ne comprennent pas la langue (ils parlent surtout créole) et de surcroit subissant les affres du climat.

C'est le cas de Jean, qui transplanté en foyers et familles d'accueil, dont il fuguera à plusieurs reprises, n'aura de cesse, toute sa vie durant, de comprendre le pourquoi de sa situation et de rechercher et se réapproprier ses origines. C'est ainsi qu'on le retrouve en 2008 débarquant à l'aéroport de Saint-Denis-de-la-Réunion, muni de très peu d'éléments lui permettant d'aboutir. En cinquante ans, les lieux ont été modernisés et les noms de rues modifiés. Les recherches administratives sont d'autant plus complexes, que lors de leurs transferts en métropole les autorités attribuaient aux enfants une identité provisoire formée de leurs premiers et deuxièmes prénoms, supprimant du même coup leur patronyme d'origine...

Ce roman graphique parfaitement documenté est instructif, écrit tout en pudeur et neutralité. Téhem (dont la famille est d'origine réunionnaise) aidé par l'historien Gilles Gauvain prend un certain recul et raconte simplement les faits, le contexte historique particulier et insiste sur ce chapitre méconnu et peu glorieux de la Vème république. L'album est agréable et fort bien conçu. Il comporte trois récits, réalisés dans des couleurs différentes permettant ainsi de passer aisément de l'un à l'autre : les recherches de Jean en 2008, sa jeunesse à partir de 1965 et Lucien, un jeune employé à la préfecture de la Réunion qui tel un nouveau "Candide" observe et s'étonne. Les auteurs ont également inséré des pages d'information et coupures de journaux, qui aident beaucoup à la compréhension.

#Challenge Riquiqui 2023
#Challenge illimité des Départements français en lectures (94 - Val-de-Marne)

Commenter  J’apprécie          200
Voilà un roman graphique comme je les aime: instructif et agréable à lire, et sans que je reste sur ma faim.
J'avais entendu parler des "Enfants de la Creuse", ces enfants réunionnais qu'on a envoyé en métropole (et pas seulement dans la Creuse) dans l'espoir pour leurs parents d'une vie meilleure , ou de main d'oeuvre pas chère pour les agriculteurs ou artisans de métropole qui les accueillaient, tout en ayantl'impression de faire une bonne action. Michel Debré, député de la Réunion dans les années soixante a porté ce projet dès 1964, notamment pour lutter contre la pauvreté et la surpopulation de l'époque. Il s'est terminé dans les années 80 et environ 2000 enfants ont été ainsi séparés et déportés..
Avec le personnage de Jean, jeune réunionnais, qui va être déporté, c'est à la fois le choc culturel, l'administration de la protection à l'enfance, les injustices et brimades de ces enfants qui sont décrites.
Les aller-retours entre Jean enfant et adulte des décennies plus tard de retour sur l'île dénoncent aussi la grande difficulté à retrouver sa famille, ses repères et ses souvenirs, à se construire alors que cette séparation est un dechirement et incompréhensible.
Outre cette page de l'histoire dont l'administration française ne peut clairement pas être fière, j'ai apprécié retrouver l'ambiance, les paysages réunionnais ainsi que le créole, très présent aussi.
Un roman graphique que j'ai donc savouré malgré la gravité du contexte historique.
Commenter  J’apprécie          241


critiques presse (3)
LigneClaire
18 avril 2022
Téhem trace une chronique très travaillée, argumentée, émouvante qui dit tout sur un fait méconnu ou au moins mal connue. D’où cet ouvrage nécessaire qui leur rend une mémoire.
Lire la critique sur le site : LigneClaire
BDGest
17 novembre 2020
Elle offre une lecture très fluide, à la fois très humaine mais aussi très instructive. Piments Zoizos se révèle particulièrement réussi parce qu'il évite tout autant la lourdeur que peuvent posséder certains reportages en bande dessinée que l'aspect mélodramatique facile.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi
22 octobre 2020
Une fiction extrêmement bien documentée. L’auteur, dans un style crayonné très vif et expressif, retrace trois itinéraires touchants.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
L'avion, une caravelle, etait rempli d'enfants de tous les âges se trouvant dans la même situation que nous. Je pris place près du hublot, à côté de mon "frère" qui ne m'a pas lâché la main du voyage. C'était le silence. La peur. Aucun de nous ne reagissait, n'essayant de s'enfuir, de se manisfester. Nous ressemblions à nos ancêtres les esclaves : souffrir sans rien dire, encaisser le malheur sans réagir, garder le silence. Et personne ne savait pourquoi il se trouvait là.
p 63
Commenter  J’apprécie          150
Le peuplement de la Réunion, déserte jusqu'en 1663, résulte de migrations volontaires ou forcées dues à la colonisation et à l'esclavage. Il est lié aux monocultures d'exportation : le café en 1715, puis la canne à sucre à partir de 1815. Besoin de bras en cas d'essor économique, peur du surpeuplement en cas de crise ; telle fut la vue à court terme des élites depuis le XVIIIe siècle.
Commenter  J’apprécie          160
Salut, Jean,
Je suis sorti de l'hôpital où je suis resté longtemps. J'ai une grosse cicatrice, c'est terrible, on dirait que j'ai fait la guerre.
On m'a mis au foyer de Guéret, dans la Creuse (comme "creuse ta tombe", c'est ce que dit un copain de chambre qui est là depuis longtemps). (...)
Commenter  J’apprécie          180
- Le piment, ça ne se mange jamais seul. Il faut du riz ! Vous êtes zoreil ?
- Ma famille est d'ici. Mais d'ailleurs vous pouvez m'aider à retrouver leur adresse ? Il paraît que vous connaissez très bien la commune...
- Ah ça oui ! Je suis le dernier monument historique communal ! Ce 'chemin Gourouvin' s'appelle maintenant 'rue Picasso'. Pourquoi un nom de voiture ? Mystère.

(p. 54)
Commenter  J’apprécie          131
- Une colonie ? C'est quoi, Mme Annie ?
- Ne t'inquiète pas Jean. C'est un endroit où on prendra soin de toi. Et puis tu vas apprendre un métier et revenir chez toi pour les grandes vacances.
- Mais ?! La colonie de vacances, l'est pas pendant les vacances, alors ?
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Téhem (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Téhem
Dans le 168e épisode du podcast Le bulleur, on vous présente Bobigny, 1972 que l'on doit au scénario de Marie Bardiaux-Vaïente, au dessin de Carole Maurel et qui est édité chez Glénat. Cette semaine aussi, on revient sur l’actualité de la bande dessinée et des sorties avec : - La sortie de l’album Deux soeurs que l’on doit au scénario d’Isabelle Sivan, au dessin de Bruno Duhamel et qui est édité chez Grand angle - La sortie de l’album Les dinosaures du paradis que l’on doit à l’auteur Mazan ainsi qu’aux éditions Futuropolis - La sortie de l’album Vingt décembre, chroniques de l’abolition que l’on doit au scénario d’Appollo, au dessin de Téhem et que publient les éditions Dargaud - La sortie du cinquième et dernier tome de Saint-Elme, un titre baptisé Les thermopyles que l’on doit au scénario de Serge Lehman, au dessin de Frederik Peeters et aux éditions Delcourt - La sortie de l’album L’expert que l’on doit à l’autrice Jennifer Daniel ainsi qu’aux éditions Casterman - La réédition dans une version collector de La bombe que l’on doit aux cénario conjoint de Didier Alcante et Laurent-Frédéric Bollée, au dessin de Denis Rodier et qui est publié chez Glénat dans la collection 1000 feuilles
+ Lire la suite
autres livres classés : île de la réunionVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (168) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5162 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..