AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean Onimus (Préfacier, etc.)
ISBN : 2226084967
Éditeur : Albin Michel (30/11/-1)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Où est l'homme, perdu dans l'Univers immense? Saura-t-il, un jour, y définir sa juste place?
Voici, peut-être, l'ouvrage le plus décisif et le plus lumineux d'un des penseurs essentiels de notre temps.
On y trouve, lié avec une autorité magistrale, tout le faisceau des grands thèmes "teilhardiens" : prévie, vie avant l'homme, individuation, et situation de l'homme dans le cosmos.

Source : 10-18
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
colimasson
  24 février 2019
PTDC, donc, marche en équilibre sur l'étroite corde qui sépare le discours de la science du discours de la spiritualité. Son kiff, à PTDC, aurait été de fusionner ces deux discours mais il n'a malheureusement pas compris qu'il ne s'attaquait qu'à des discours et c'est ce qui l'a perdu. Il croyait toujours atteindre l'essence cachée et ultime de la vie. C'est ainsi qu'on découvre, à travers ses nombreux livres qui parlent plus ou moins tous de la même chose, le travail d'un homme bien brave dans le fond qui utilise la science pour construire une théorie spirituelle qui se ne base sur rien, sinon sur des croyances et des espoirs très personnels. Ce n'est pas que PTDC est une brêle. Non, il connaît très bien ses manuels d'histoire de la vie sur terre et de biologie moléculaire, il a même fait de la bio-archéologie, c'est dire, mais il se sert de tout ça pour émettre des hypothèses sur le sens de la vie alors que ça n'a pas grand-chose à voir.

Il nous dessine un petit graphique avec, sur l'axe des abscisses, la taille croissante d'organismes vivants et, sur l'axe des ordonnées, le degré de complexité de ces mêmes organismes - degré de complexité qu'il réduit à la quantité de molécules qu'ils contiennent, comme ça, au hasard. Il obtient alors une courbe asymptotique et il en déduit que le phénomène de la vie tend vers quelque chose - ce quelque chose étant, vous l'aurez compris, lié à l'apparition de l'homme sur terre. Je vous épargne les majuscules qui abondent dans ce livre pour mettre en valeur n'importe quel terme : Homme, Vie, Matière, etc. On est dans le culte jusqu'au bout du stylo.

La méthode de PTDC est simple : il constate un fait (la complexification croissante des organismes) et, partant de l'axiome que toute chose possède un but intrinsèque, il en déduit par élimination que ce but ne peut être autre qu'un enroulement de l'Univers sur lui-même, s'intériorisant jusqu'à une plus grande complexification. L'Homme étant, bien sûr, le principal représentant de ce phénomène. du particulier au collectif, PTDC délire ensuite totalement et se met à aligner des hypothèses toutes plus désespérées les unes que les autres :
« Ce qui me paraît devoir caractériser une Humanité accédant, dans quelques millions d'années, aux zones « polaires » de l'hémisphère symbolique où elle se ramasse, c'est un état supérieur de réflexion collective se traduisant non point du tout par une dilatation et une diversification toujours plus grandes de notre champ d'affectivité et de connaissance, mais bien plutôt par une vision du Monde toujours plus étroitement localisée. […] L'Humanité finira quand, ayant enfin compris, elle aura, par une Réflexion totale et finale, tout ramené en elle à une Idée et à une Passion communes. »

Presque à la fin du bouquin, PTDC remarque qu'il est un peu pris au piège. En effet, une intériorisation vers plus de complexité ne peut aboutir qu'à l'autodestruction du système sous la forme d'une implosion. Heureusement, tout ecclésiaste qu'il est, PTDC trouve la solution en passant d'une sphère à une autre et en imaginant un autre plan de vie que pourra atteindre l'Humanité lorsqu'elle aura passé un certain seul décisif (un genre de saut de la foi) : « Sous peine d'être impuissant à former la clef de voûte pour la Noosphère, « Oméga » ne peut être conçu que comme le point de rencontre entre l'Univers parvenu à limite de centration et un autre Centre encore plus profond, -Centre self-subsistant et Principe absolument ultime, celui-là, d'irréversibilité et de personnalisation : le seul véritable Oméga… »

On découvre donc que le problème est définitivement aporique et que pour s'en sortir et éviter les questions dérangeantes, PTDC propulse son Humanité totale vers un autre monde encore totalement inconnu de nous, un peu à la manière dont je balance le sac poubelle de la cuisine par la fenêtre lorsqu'il est plein pour lui faire enfin connaître le grand air.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
Enroute
  05 novembre 2018
Teilhard de Chardin démontre l'existence de Dieu ; l'être humain par un processus de concentration sur soi est amené à se résorber par lui-même dans une ultime Passion. Plaise à Dieu, mais pas seulement, que le projet s'accomplisse car, paradoxalement, malgré la soumission totale des êtres humains aux forces divines, il est envisagé que la volonté leur manque pour mettre en oeuvre l'Humanité de "seconde espèce", caractérisée par la noosphère ou communication des êtres entre eux. Peut-être pourrait-on aussi envisager que la volonté qui semble finalement accordée à l'être humain lui fasse préférer une voie de civilisation qui serait moins grandiose, mais peut-être plus assurée.
Commenter  J’apprécie          20
lecteur84
  21 mars 2014
Une réflexion très pointue sur la conscience et ses ramifications, la perte du sens de l'humain cette recherche constante de l'espérance d'une évolution de l'homme vers un point de convergence, où comme le dit l'auteur, au bout du bourgeons de l'évolution il y aurait l'amour. Il livre à lire au calme tout de même...
Commenter  J’apprécie          10
RiffMacKaulaye
  19 octobre 2017
La vision de l'Homme dans le monde vue par un prêtre scientifique. enrichissant, stimulant.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
charlottelitcharlottelit   10 juillet 2012
Un jour, quand nous aurons maîtrisé les vents,
les vagues, les marées et la pesanteur,
nous exploiterons l'énergie de l'amour.
Alors, pour la seconde fois dans l'histoire du monde,
l'homme aura découvert le feu.
Commenter  J’apprécie          762
hema6hema6   15 février 2011
La seule religion acceptable pour l'homme est celle qui lui apprendra d'abord à reconnaître, aimer, et servir passionnément l'univers dont il est l'élément le plus important.
Commenter  J’apprécie          700
colimassoncolimasson   10 mai 2019
Si le pôle de convergence psychique vers lequel gravite, en s’arrangeant, la Matière n’était rien d’autre, ni rien de plus que le groupement totalisé, impersonnel et réversible, de tous les grains de Pensée cosmiques momentanément réfléchis les uns sur les autres, -alors l’enroulement sur soi du Monde se déferait (par dégoût de lui-même) dans la mesure même où l’Evolution, en progressant, prendrait plus claire conscience de l’impasse où elle aboutit. Sous peine d’être impuissant à former la clef de voûte pour la Noosphère, « Oméga » ne peut être conçu que comme le point de rencontre entre l’Univers parvenu à limite de centration et un autre Centre encore plus profond, -Centre self-subsistant et Principe absolument ultime, celui-là, d’irréversibilité et de personnalisation : le seul véritable Oméga…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
colimassoncolimasson   01 mai 2019
Ce qui me paraît devoir caractériser une Humanité accédant, dans quelques millions d’années, aux zones « polaires » de l’hémisphère symbolique où elle se ramasse, c’est un état supérieur de réflexion collective se traduisant non point du tout par une dilatation et une diversification toujours plus grandes de notre champ d’affectivité et de connaissance, mais bien plutôt par une vision du Monde toujours plus étroitement localisée. […] L’Humanité finira quand, ayant enfin compris, elle aura, par une Réflexion totale et finale, tout ramené en elle à une Idée et à une Passion communes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
colimassoncolimasson   05 avril 2019
Rien n’est plus injuste, ni plus vain, que de protester et de lutter contre le chômage grandissant auquel nous conduit inexorablement la Machine. Sans les multiples automatismes qui se chargent de faire travailler « tout seuls » les divers organes de notre corps, aucun de nous, évidemment, n’aurait les « loisirs » de créer, d’aimer, de penser -les soins de notre « métabolisme » nous absorbant tout entiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Pierre Teilhard de Chardin (2) Voir plusAjouter une vidéo

Léopold Sédar SENGHOR et la mort. Teilhard de Chardin
Off, Léopold Sédar SENGHOR lit un extrait de son oeuvre traitant de Dieu, de la mort et de Pierre TEILHARD DE CHARDIN.
Dans la catégorie : Génétique. EvolutionVoir plus
>Mammifères>Hominidés. Homo sapiens : classer ici l'anthropologie physique>Génétique. Evolution (33)
autres livres classés : paléontologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
287 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre