AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Frank Reichert (Traducteur)
EAN : 9782351787380
443 pages
Gallmeister (04/02/2021)
3.56/5   26 notes
Résumé :
Fils d'un promoteur véreux de Los Angeles, Burgess Ridden a pour compagne Dee Storey, une tueuse professionnelle de vingt-huit ans dont l'esprit de décision a déjà sauvé le couple de délicates situations. Lorsque Charlie, le truand avec lequel ils sont en cheville, est accusé de trafic de drogue, c'est Dee qui s'en occupe. Celle-ci élabore un scénario machiavélique pour attirer en plein désert le shérif Joh... >Voir plus
Que lire après Méfiez-vous des mortsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Aucune conscience professionnelle !
C'est ce qu'a dû se dire Sully, en s'extirpant péniblement d'une fosse à laquelle il était promis, refroidi, de préférence. La faute à ces deux gonzesses, mère et fille, infoutues d'exécuter un contrat proprement en éliminant ce petit flic qui a vu des choses fichtrement compromettantes.
Les années ont passé.
Sully a changé.
De retour sur ses terres, le gars est bien décidé à aller au bout de cette histoire, dût-il y laisser sa peau...une deuxième fois, ce qui serait de la pure gourmandise, convenons-en.

Méfiez-vous des morts est un bon p'tit polar bien trop bavard.
S'il déroule un scénario aguicheur, plutôt bien rendu, au phrasé recherché, il n'en demeure pas moins une certaine lassitude à la lecture récurrente de tergiversations sans fin alourdissant un récit qui y aurait peut-être gagné en taillant dans le gras, procurant alors intensité et plaisir coupable sur la durée.

Le jeu du chat et de la souris harponne.
Les personnages, suffisamment fouillés, affichent une réelle épaisseur.
Le combo Amérique des oubliés mixé à une énième magouille véreuse tient l'asphalte.
Cependant, je ne peux m'empêcher de ruminer à l'idée d'un récit bien plus ramassé qui aurait épargné ces intempestifs décrochages de mâchoires en lieu et place d'un palpitant au bord de l'implosion face à tant de vilenies en ce bas monde qui fait rien que se chicailler.

Merci à Babelio et aux éditions Gallmeister pour ces morts finalement bien vivants.
Commenter  J’apprécie          567
« Le passé se modifie sans cesse autour de nous. Rien ne vous oblige à lui céder corps et âme. »
Oubliez le rêve américain, Boston Teran embarque le lecteur dans une sombre et sanglante histoire de magouilles, de vengeance et de rédemption.
Lorsque Charlie Foreman est accusé de trafic de drogue, Dee Storey, tueuse professionnelle est chargée de se débarrasser du shérif John Victor Sully qui doit témoigner contre le truand.
Elle élabore alors un scénario machiavélique pour faire passer le jeune policier pour véreux et l'attirer en plein désert en se servant de sa fille adolescente. Malheureusement pour elle, Sully, grièvement blessé, se relève de sa tombe. Comprenant qu'il a été piégé, il disparaît. Dix ans plus tard, il refait surface grâce à un journaliste qui lui propose de rétablir son honneur et de faire éclater la vérité.
Un très bon roman noir avec une intrigue solide et des personnages marquants : des écorchés vifs, cabossés par la vie, qui tentent coûte que coûte de se défaire du poids du passé et d'échapper à un destin tragique. On ne peut pas s'empêcher de s'attacher à la jeune Shay Storey qui, hantée par ce que sa mère l'a obligé à faire dans le désert, essaie tant bien que mal de s'extraire de son emprise mais il n'est pas si facile de rompre les liens maternels.
Et quel final étourdissant !
Une très belle découverte !
Merci à Babelio et aux éditions Gallmeister pour ce roman obtenu dans le cadre d'une opération masse critique.
Commenter  J’apprécie          103
Méfiez-vous des morts”. Une phrase prononcée très tardivement dans le roman alors même que les morts-finalement-vivants hantent l'histoire du début à la fin. Une phrase qui résume tout, prononcée par Dee Storey, un personnage plein de noirceur, de vices et parfois de tendresse, dont la cruauté est un peu à l'origine de l'histoire. Cette mère toxique embarque sa jeune fille dans l'assassinat d'un policier, organisé par une bande aux membres plus corrompus les uns que les autres, qu'elles vont enterrer vivant. Un assassinat raté qui donne lieu, des années plus tard, à une intrigue des plus renversante, teintée d'action, de règlement de comptes, de sang et de tendresse.

Dans Méfiez-vous des morts, l'on retrouve la mécanique duo qui fonctionnait déjà à merveille dans le premier roman de l'auteur et qui broie les codes sexistes. Chez Teran, les méchants, les vrais, et les personnages dont il faut le plus se méfier, sont très souvent des femmes. Des femmes aux coeurs de pierre, animées par la soif de sang et/ou de vengeance, qui n'ont peur de rien et besoin de personne pour tenir leur rôle, et surtout pas des hommes. Loin d'être cependant exclus de l'intrigue, les hommes ont une place importante dans le roman, mais sans qu'aucune hiérarchie homme/femme ne se crée. Les femmes et les enfants tuent, les hommes et les caïds aiment, on est très loin du monde de Bisounours qui habille trop souvent la littérature, quoi qu'un peu moins avec le roman noir qui ose bien plus.
Si je mets l'accent sur cette facette des romans de Boston Teran, c'est parce qu'une fois de plus, ce sont les duos principaux du roman qui le font briller, des duos homme/femme dont l'un sait parfaitement laisser la place à l'autre, si bien que le sexe des personnages n'est jamais marqué sur leur front. Si on y réfléchit bien, c'est assez rare pour être noté ; les rôles, dans les romans, étant très souvent “sexualisés” et peu surprenants, et lorsqu'une femme prend les commandes des intrigues, elle emprunte bien souvent les codes masculins, notamment dans le policier. Or, dans ce roman, Boston Teran donne une vraie parole aux femmes, construites selon un rôle qui leur correspond, en appuyant, par exemple, sur l'instinct maternel et la relation mère/fille. Une relation qui par ailleurs apporte énormément de matière au roman, qui fascine, dégoute et dont on ne voit jamais la fin tant la mère est toxique. Mieux encore, l'auteur ne s'arrête jamais au sexe de ses personnages, puisque le caractère féminin des filles Storey ne les empêche pas d'être de redoutables garces et tueuses ; là où on ne les attend pas forcément, formatées par les rôles habituels. Au placard les potiches qui restent dans l'ombre des méchants mafieux, l'action ne se passera pas sans elles !

Méfiez-vous des morts est donc un roman très noir et parfois dur, dont l'intrigue prend place au coeur d'une magouille. Au départ, un évènement somme toute banal : la construction d'une école. Puis, des suspicions, des preuves, et les premiers morts tombent, la vérité est étouffée, et il faudra attendre plus de dix ans pour la voir enfin exposée au monde. Mais avant cela, il va falloir être plus malin que l'adversaire. Cela tombe bien, notre flic mort-vivant sera bien entouré, de personnages tous aussi passionnants les uns que les autres : je vous laisse tout le plaisir de découvrir l'agoraphobe Landshark, ou encore l'impitoyable Dee Storey qui va donner du fil à retordre à tout ce beau monde.
Je savais Boston Teran doué, pour l'avoir déjà lu et avoir grandement apprécié sa proposition, mon avis à son sujet est désormais un peu plus précis et enthousiaste. Cet écrivain anonyme, qui reste un mystère pour beaucoup, est avant tout un inventeur d'histoires hors du commun qui saute à pieds joints dans la gadoue, quitte à éclabousser un peu. Et c'est tant mieux.
Lien : https://aufildelhistoire.com..
Commenter  J’apprécie          20
Avant le somptueux Satan dans le désert, Boston Teran avait déjà mis la patte au polar pulp. Un désert, des politiciens corrompus, du chantage, de l'argent sale, des fusillades… Tout y est. Pour notre plus grand plaisir. Personnages cabossés & faux-semblants sont les jouets de l'auteur qui s'amuse comme un fou à placer ses personnages dans des situations toujours plus jubilatoires et excessives. Si le jeu commence à lasser en fin de parcours avec une avalanche d'action & de détails, toute la première partie se savoure à la manière d'un shot. On sent l'alcool brulé dans tout l'oesophage et le plaisir monte. Petite gueule de bois à mi-parcours avec trop de dialogues, trop de personnages secondaires, trop d'explications peu nécessaire. Mais au final, Méfiez-vous des morts est un polar jubilatoire, sanglant et sexy.
Commenter  J’apprécie          20
C'est surtout la mort d'ennui qu'il faut craindre.
Autant "Satan dans le désert" était bluffant en première lecture avec une écriture "au fusil à pompe", autant ce "Méfiez-vous des morts" m'est tombé des mains et j'ai arrêté à mi-chemin.
C'est brouillon, touffu, ennuyeux, les personnages sont mal définis. On est obligé de passer son temps à revenir en arrière pour savoir qui est qui et c'est épuisant.
Mortel, même.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Il ne suffit pas de tuer quelqu’un. Ce n’est même pas le plus difficile. Non. La préparation, oui… et le nettoyage, après. C’est là qu’il ne faut pas se planter. Les détails… c’est le plus important. C’est ce qui fait toute la différence entre l’impunité et la chute. Entre crever et survivre.
Commenter  J’apprécie          20
Le passé se modifie sans cesse autour de nous. Rien ne vous oblige à lui céder corps et âme.
Commenter  J’apprécie          50
C’est tout le secret de l’espèce humaine : comment gens honnêtes ou malhonnêtes s’adaptent à l’étouffante atmosphère de la vie quotidienne. Combien de desseins d’une barbare beauté restent insoupçonnés, jusqu’à ce qu’il soit trop tard.
Commenter  J’apprécie          10
La mort n’a pas de partenaire et quête avidement les piètres défis que nous lui lançons. Elle entend dévorer la totalité du monde, et pas seulement quelques miettes.
Commenter  J’apprécie          10
Jouer les maniaques du contrôle ne sert à rien. C’est le putain de monde réel que nous affrontons ici. Et Vic…
Landshark raccroche violemment. Rien ne le fait plus sortir de ses gonds qu’une vérité qu’il ne peut encaisser.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (98) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2788 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}