AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Eric Holweck (Traducteur)
ISBN : 2070317595
Éditeur : Gallimard (26/05/2005)

Note moyenne : 3.81/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Bienvenue en Californie comme au Nouveau-Mexique ! Vous y trouverez des folles sans identité, isolées en plein désert dans des caravanes en ruine, des bandes non identifiées, insaisissables, menées par des gourous en quête de gibier, des taulards cuits et recuits par le soleil, surveillés par des flics improbables et des hommes prospères protégés par les murs de leurs villas discrètes... Vous y trouverez l'enfer sur terre. Parce que son ex-femme a été massacrée et q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
belette2911
  08 décembre 2013
Ça, c'est ce qui s'appelle une lecture "coup de poing uppercut"... Assurément, âmes sensibles, abstenez-vous d'ouvrir pareil livre, vous le refermeriez bien vite. Ce roman est donc à ne pas mettre entre toutes les mains, c'est pour cela que je ne le conseillerai qu'aux lecteurs avertis.
Comment vous expliquer cette lecture très sombre, cette violence qui suite de toutes les pages, tout en vous expliquant que "Satan dans le désert" est un roman hallucinant et que je l'ai apprécié ?
Le pitch : Bob Hightower est ce qu'on appelle un flic "pépère", assis derrière son bureau, dans un bled proche de Los Angeles, à la frontière du désert.
Il est divorcé, adore sa fille et tout irait bien dans sa vie si on n'avait pas retrouvé son ex-femme et son nouveau mari plus que sauvagement assassinés... Et quand je dis "sauvagement", je suis encore gentille... le chien et le cheval sont dans le même état et Gabi, sa fille chérie de quatorze ans, est introuvable parce qu'enlevée.
Bob est dépourvu de moyen, il n'a pas de piste, contrairement au lecteur, puisque nous savons déjà "qui" est le commanditaire de toute cette sauvagerie, nous savons "qui" l'a perpétré, mais nous ignorons le "pourquoi".
C'est une ancienne toxico, Case, qui va donner une piste à Bob. Lorsqu'elle a lu le fait divers qui se rapportait à la tuerie, elle a reconnu la marque de Cyrus : un mec taré, violeur, assassin, dealer, nihiliste, maquereau, tortionnaire... La totale, quoi. Un type qui prend plaisir à détruire l'innocence, à faire plonger des enfants dans la dépendance et à leur faire subir les pires perversions sexuelles ou tortures de malade. Il pratique aussi son art de la torture sur des adultes, juste pour le plaisir.
Comment elle le sait ? À votre avis ? Case a fait partie de sa bande, enfin le mot "secte niant Dieu" serait plus adapté. Elle a réussi à s'en sortir, plus morte que vivante et elle accepte d'aider Hightower, le "mouton" qui veut s'attaquer à des "loups", trouvant ainsi une occasion de se venger de ce qu'elle a subit. Et puis, Case, c'est aussi un loup...
Road movie d'enfer, traque sans pitié où tous les coups sont permis, où les chasseurs prennent le risque de devenir gibier et où notre flic pèpère va devoir se transformer en loup pour faire couleur locale et tenter de se frayer un passage entre les crocs du diable sans y laisser trop de plumes.
Et puis, parfois, les braves gens peuvent cacher une face sombre qui est aussi tordue que les pires psychopathes avec lesquels ils font affaire...
De toute façon, on sait que s'ils sortent gagnant de leur cavale contre Cyrus, personne n'en ressortira indemne psychologiquement parlant.
Bien que la prose de l'auteur ne soit pas toujours d'une grande finesse (c'est pas Lehane), j'ai été emporté par cet espèce de road-movie, cette course vers la mort qui se déroule dans la chaleur suffocante du Nouveau Mexique et il me fut impossible de lâcher le bouquin avant d'être arrivé à la fin ! J'étais excité comme une puce au salon de la moquette.
Niveau dialogues, ils sont percutants, très crus et imbibé de discours sur la religion, le Bien, le Mal, Dieu... et autres imprécations démentes. Bref, ça clashe souvent.
Si la prose de Bostan Teran n'est pas "exceptionnelle", ses mots ont tous été des coups de poings dans ma face, ses phrases sont tranchantes comme la lame affûtée du couteau de Jack l'Éventreur et quand je pensais qu'il m'avait amené au bout de l'horreur, et bien non, il est allé encore plus loin. Simple mais incisif et saisissant.
Au final, une sacrée descente en enfer de plus de quatre cent pages qui se dévorent la rage aux tripes, sans pouvoir lâcher le bouquin, tant on a envie de savoir si Bob et Case vont arriver victorieux au bout de leur voyage dans les entrailles du Mal et si Gabi, la fille de Bob, en ressortira vivante. Savoir dans quelle mesure ce voyage les aura changé, aura changé leur vision des choses.
Niveau des personnages, j'ai eu un gros faible pour Case, sans cesse en lutte avec ses vieux démons qui sont "cocaïne" et "souvenirs horribles".
Elle et Bob forment un duo détonnant qui ne se serait jamais croisé sans la tuerie et l'envie de Case d'en finir avec son passé. Ils sont plausibles et l'auteur ne brûle pas les étapes dans le récit de leur animosité qui se transforme petit à petit en respect profond, la confiance s'installant au fur et à mesure. de plus, nos deux amis ne sont pas des héros tout blanc... Ils ont leur part d'ombre.
Niveau du Méchant et de sa bande, ils sont abominables, sans pitié, sans coeur, sans empathie, ayant eu, eux aussi, leurs traumatismes. On aurait d'ailleurs tort de considérer Cyrus comme "juste" un dingue ou juste un "simple" psychopathe. Ce sadique possède de multiples talents et l'intelligence ne lui fait pas défaut. Un expert dans la propagation du Mal : la peur est un bonheur pour lui, la souffrance une plénitude, la violence un véritable orgasme ou une thérapie à l'hypocrisie de ce monde.
Rien ne sera épargné aux personnages : des morts violentes, du sang, des scènes de tortures, des viols, un petit shoot,... Bref, ils peuvent déposer plainte de suite contre l'auteur !
Niveau rythme de l'histoire, je ne savais pas à quoi m'attendre, pestant un peu que, dès le départ, on sache "qui" a commandité la tuerie et qui l'a exécuté...
C'était sans compter sur le talent de l'auteur pour me réserver quelques belles surprises durant ma lecture et pour m'emmener dans un voyage apocalyptique où quand on pense que tout est fini, ben non, il en reste encore dans le moteur !
On peut dire que Boston Teran a porté son polar à des sommets de violence que je n'avais pas encore rencontrés... sans jamais se départir d'un style d'écriture étonnant (simple mais percutant). Assurément, "Satan dans le désert" ne m'a pas laissée indifférente et j'en suis sortie groggy.
Alors, si vous adorez les cocktails "violence" mélangés à la poudre de fusil, additionné de drogues-sang-viols-tortures, le tout macérant dans du mezcal avec une touche de tabasco pimenté, foncez !

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
petiteplumeblanche
  22 mars 2014
Ahhhhhhh...un de mes livres préférés...coup de foudre immédiat,re-relectures compulsives...Puzzle de départ:un mec qui recherche sa fille,avec l'aide d'une ex-junkie tatouée,(là,le suspense est terrible:elle va être piquée à la suite d'un long sevrage par un type abominablement pervers et dégueulasse,so what..).une vieille indienne qui possédait(so,dead!)juste une caravane à priori,mais que nenni,et c'est là un des thèmes du bouquin,pas celui qui m'a le plus branchée(une histoire de personnes riches qui se battent pour encore plus de fric),mais partie du puzzle... ensuite,des crimes abominablement abominables,dans le désert,des pauvres mexicains qui n'avaient rien demandé à personne,une bande de tarés cinglés ,des serpents,hommes ou animaux, une séance de tatouage inoubliable,des retrouvailles de tatouée à tatouée esclave du type pervers...une chasse dans le désert,qui dure,nuit,explosions,et le type pervers,Diable pris pour un Dieu...je vous l'assure,on souffre,on n'est sûr de rien,tout peut basculer et ça bascule,ça bouscule...c'est pas du gore,c'est une histoire pour grandes personnes...avec des sentiments,des profondes douleurs qui peuvent appartenir à certains d'entre nous,et ,in fine,quelques lueurs d'humanité...
Un roman exceptionnel,que je ne peux emporter sur mon île,mais j'ai pris soin d'embarquer un bouquin du même auteur,que j'ai lu un peu moins souvent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
Eskalion
  15 août 2010
« Satan dans le désert », ce n'est pas un roman coup de poing, c'est un coup de feu ! la détonation s'entends à la première page lue, la balle traverse les chairs au fil des chapitres et touche en plein coeur à l'ultime phrase de ce récit magnifique!
Ce roman sombre, dur, à la limite du supportable est pour moi un véritable chef d'oeuvre, une pépite d'or ramassée dans le désert Mojave où est campée une partie de l'histoire. Boston Teran , en quelques romans est devenu un auteur culte du polar à qui il donne ses lettres de noblesse et en fait un art majeur à part entière dans l'univers sans borne de la littérature. Pourtant il reste totalement inconnu. Son nom est un pseudonyme et personne ne sait qui ce cache vraiment derrière celui-ci. Peut être le serons nous un jour, mais qu'importe pour peu qu'il puisse continuer à nous offrir des romans de cette envergure.
Bob Hightower est un flic planqué. Entendez par là un flic retranché derrière son bureau, qui ne prend jamais part aux patrouilles sauf à y être obligé. le privilège d'avoir été à l'époque le gendre du shérif qui ne voulait surtout pas faire courir le risque à sa fille de devenir veuve trop tôt. Et ce confort lui va bien, il n'en demande pas plus à la vie.
Or justement ce sont les cadavres de son ex femmes à côté de celui de son nouveau mari, Sam, qu'un soir Bob découvre. C'est une véritable scène de massacre sur laquelle il tombe et toute son existence si bien ordonnée va voler en éclat. Car sa fille Gabi, 12 ans, elle, a disparu.
Les jours passent, l'enquête ne mène à rien. Derrière son bureau Bob, abattu, épluche les courriers venus des quatre coins du pays, les menteurs, les barjos, les anciens taulards qui offrent leurs services contre rétribution .Il ne lui reste plus que ça à faire. Jusqu'à tomber sur une lettre, celle d'une ancienne junky , Case, qui semble savoir pas mal de choses.
De leur rencontre naîtra un duo improbable, entre un flic looser qui se raccroche à ses valeurs et à son dieu pour ne pas se noyer dans l'abîme et celle d'une rescapée, pour qui la vie n'est plus une espérance mais une errance de souffrance, avec la mort pour seul horizon, porteuse d'une promesse de délivrance (« la vie n'est jamais que le mauvais côté de la mort ».) Revenue de la drogue, des viols collectifs qu'elle a subi, des meurtres rituels auxquels elle a participé au sein de cette bande de déjantés qui détient la fille de bob et qu'ils décident tout deux de retrouver, elle conduira Bob vers ce désert diaboliquement grandiose ou le combat livré n'est pas celui entre le bien et le mal, mais entre la vie et la mort.
Case brisera petit à petit les fondements sur lesquels Bob à construit sa vie de carton pate. Car pour elle la vie n'est qu'une impasse, un cul de jatte autour de laquelle les hommes ont brodé des valeurs et des religions pour mieux se tromper qu'au-delà de la mort, il n'y a rien, juste le néant. Pour elle dieu n'est qu'une balle de révolver (c'est d'ailleurs le titre original du roman).
Extrait : ""Elle jette un oeil autour d'elle, plonge la main sous sa chemise. En ressort un poing fermé qu'elle ouvre en douce. Dans sa paume, une balle Frontier. Une bonne vielle chemise métallique dotée d'une tête en laiton pour garantir une meilleure pénétration.- Regarde-la bien. C'est la forme de vie la plus avancée, la plus haute forme d'art qui soit. Celle qui nous rend tous égaux. Politiques, sociales ou religieuses les frontières s'effacent devant elle. Elle n'est liée à personne, ne fait pas de favoritisme. Elle est à double tranchant. Son sens est aussi simple et profond que toutes les magistrales foutaises que la Bible peut réunir dans ses paraboles. Elle porte l'histoire sur son dos et tous les êtres vivants s'allongent sur son passage. La foi sous toutes ses formes réside à l'intérieur de cette chemise en laiton. C'est l'immaculée conception bébé. Ouais. Elle fait naître de nouvelles religions, et accélère la disparition des anciennes. Voilà Dieu, Coyote (surnom de Bob). Allons, souris, ca passera mieux. Elle fait passer la balle dans la paume de Bob qui la regarde longuement.""
C'est donc un voyage au bout de l'enfer qu'ils entreprennent pour retrouver la jeune Gabi. « C'est pas à l'Amérique propre et puritaine que vous avez affaire, sur ce coup-là. Cette merde, c'est l'enfer. Une histoire de drogue, de sang et de foutre, déjantée à un point que vous n'avez pas idée. » Et le carnet de ce voyage s'écrira en lettres de sang. Un voyage au cours duquel Bob découvrira que le la frontière entre le Bien et le Mal n'existe effectivement pas, et que c'est souvent dans le terreau du Bien que germent les graines de la violence et du chaos. Un voyage où celui qui a tout perdu, et celle qui n'a rien retrouvé mettront en commun la force de leur désespoir pour rester la tête hors du néant et tenter de survivre à ce chaos.
Ce roman est d'une extrême violence, comme la vie peut l'être parfois. Paradoxalement, on en sort heureux. Heureux d'avoir lu un grand livre.
Je ne peux que vivement vous en recommander la lecture!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
chocobogirl
  07 mai 2013
Bob Hightower est un flic californien, quelque peu planqué dans les bureaux, grâce à son ex-beau-père, shérif de son état. Cet homme divorcé à l'existence banale va pourtant devoir affronter l'enfer lorsque son ex-femme est assassinée et que sa fille Gabi est enlevée. Son chemin va croiser celui de Case, une ex-junkie qui semble reconnaître le mode opératoire du tueur. A deux, ils partent traquer le tueur, quitte à y laisser des plumes.
Second roman de Bostan Teran, Satan dans le désert est un récit tout ce qu'il y a de plus noir, où le mal suinte entre les lignes. On plonge dans un univers où humanité et compassion n'ont pas leurs place et où la violence se fait à la fois physique et psychologique.
Bob est un homme ordinaire qui, malgré son divorce, peine à passer à autre chose. Il reste attaché à son ex-femme qui s'est pourtant remariée, et seul le bonheur de sa fille Gaby compte. Pourtant, quand notre flic tranquille découvre le massacre qui a eu lieu dans son ancien domicile conjugal, c'est la panique. Son ex-épouse, son compagnon ont été assassinés d'une manière particulièrement difficile et surtout, sa fille a disparue. La police qui ne tient aucune piste, est sur les dents. Bob désespéré, tente le tout pour le tout et rencontre l'étrange jeune fille qui lui a écrit. Cette dernière, Case, est convaincue de reconnaître le tueur d'après la mise en scène du crime. Ex-héroïnomane hantée par ses démons et son passé, Case semble trop instable et trop rebelle pour être crédible. Mais n'ayant rien d'autre à quoi se raccrocher, Bob se lance dans une aventure qui le dépassera rapidement.
Sous une trame classique, voici un duo détonnant : l'ancienne droguée et le flic. Loin de se faire dans la facilité, leur entente ne va pas de soi. La confiance n'est pas de mise, la communication se fait dans la douleur. Seuls les évènements qu'ils vont devoir affronter réussira à les rapprocher. C'est qu'une sorte d'adolescent écorché nommé Cyrus s'improvisant à moitié gourou d'un groupe sataniste joue avec l'innocence de la petite Gabi, après avoir des années avant fait subir le même sort à Case. Les faits sont durs, violents. Sans tomber dans la description crûe et gratuite, l'auteur ne cache pas les scènes de violence (viols, meurtres rituels, ... qui même suggérés sont souvent choquants) accentuant ainsi l'ambiance apocalyptique d'une terre desséchée où le salut n'est plus à attendre.
Pour autant, la psychologie de cette histoire est extrêmement bien travaillée : la relation de Bob et Case qui évolue sensiblement du mépris au respect, la main-mise psychologique de Cyrus sur la dizaine d'adolescents perdus qui constitue sa meute assoiffée, les mensonges de l'entourage de Bob qui contribuent à leur chute à tous. le lecteur connaît d'ailleurs très rapidement l'identité du ravisseur, les implications d'autres personnages censés être tous blancs. Il ne lui reste qu'à observer, impuissant, le gouffre vers lequel chacun tente de s'extirper avec plus ou moins de succès. le Bien, le Mal, la frontière est parfois ténue. Bob se raccroche au Bien, à Dieu mais va découvrir Satan dans le désert, tandis que Case qui n'arrive pas à sortir de l'ornière, rencontrera peut-être le Bien ou tout du moins la confiance d'un homme.
Ce roman extrêmement fort est un roman où la Vie et la Mort s'entremêle. Une sombre histoire où les monstres ne sont pas toujours ceux qu'on croit. Où le lecteur cherchera en vain une fin heureuse où chacun retourne dans son joli monde sans aucune séquelle. On en est loin. Tout est à reconstruire, à oublier. Les illusions de ce monde se sont envolées. Reste juste le sentiment d'être toujours en vie et de devoir désormais continuer envers et contre tout.

Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
maltese
  11 janvier 2011
Lorsque son ex-femme est assassinée et que sa fille est enlevée, le policier Bob Hightower décide rapidement de quitter ses fonctions en raison du peu de zèle de ses collègues pour résoudre l'affaire. Il va alors mener sa propre enquête et se lancer sur la piste d'une secte satanique des plus dangereuses. Il va être aidé par Case, une ex-membre de cette secte, jeune droguée qui cherche à se venger.
Un polar sordide pour une affaire qui n'est pas sans rappeler les méfaits de la famille Manson. Un duo antagoniste très intéressant: deux êtres qui vont apprendre à se connaître, à se respecter et se faire confiance, qui ont des raisons divergentes de se venger mais vont finalement oeuvrer avec efficacité. Et puis l'intrigue dépasse la simple course poursuite dans le désert; le lecteur découvre rapidement en filigrane une histoire de manipulation et des personnages cupides, prêts à beaucoup pour de l'argent.
Une plongée dans la folie humaine, parfois assez insoutenable, très violente mais une violence qui me semble justifiée et qui souligne bien le caractère jusqu'au boutiste du chef de la secte mais aussi des autres protagonistes, qui sont capables de pousser leurs actions à l'extrême pour arriver à leur but.
L'auteur en fait peut être beaucoup mais tout est selon moi parfaitement en place et fonctionne au mieux.
Bouquin prenant à coup sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
belette2911belette2911   25 novembre 2013
- C'est pas à l'Amérique propre et puritaine que vous avez affaire, sur ce coup-là. Cette merde, c'est l'enfer. Une histoire de drogue, de sang et de foutre, déjanté, à un point que vous n'avez pas idée. C'est pas comme si vous entriez dans une librairie ésotérique de Hollywood Boulevard pour acheter quelques babioles sataniques. Ces types-là prennent leur pied en foutant en l'air les gens normaux comme... votre ex-femme et son mari.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
belette2911belette2911   28 novembre 2013
Tétanisé par la peur, le gosse se met à trembler. Cyrus se campe devant l'autre, examine longuement son membre et le prend en main.
- C'est une vraie queue de diable que tu as là, toi.
Terrifié, le gamin refuse de le regarder dans les yeux.
- Une vraie queue de diable, répète Cyrus en soupesant, appréciateur.
Commenter  J’apprécie          112
SachenkaSachenka   15 juin 2014
- [...] Ta manière de parler, c'est la maladie de notre temps. Comparer la religion à ces conneries... le monde est devenu un cauchemar qui se nourrit de comparaisons. Mais ta religion, ce n'est pas ça. Pas du tout. C'est la vérité immuable dont tous nos principes sont issus. Un instant de révélation. La foi définit l'être, l'être définit la foi. Tout ça, ça me dégoute. Il n'y a que deux façons de voir la chose. Ce qu'on ne peut pas régler avec les siens, on le règle au tribunal. Et chaque fois qu'on peut s'expliquer en famille, pas besoin d'aller devant un jury. Fin de la discussion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
belette2911belette2911   25 novembre 2013
Sur le toit de goudron noir, la pluie génère une multitude de ruisseaux irréguliers qui s'évacuent vers les gouttières oxydées. Mais elle ne lave rien. Elle ne l'a jamais fait. La crasse qui est le lot quotidien de chacun est bien trop importante.
Commenter  J’apprécie          60
SachenkaSachenka   19 juin 2014
Là-bas, dans cette contrée forgée par mille énigmes, mille koans, où tout est mis à nu, elle sait que le Seigneur de l'anarchie attend. Tuant le temps en affûtant ses dents. Prêt à se jeter sur eux douze mois par an, à la tête de ses bons petits gars pervertis. Bonnes vacances de la part des macchabées, mon enfant. La mort arrivera tôt, ce soir. Et Case sait bien qu'on ne vaut que ce qu'on vaut mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : tortureVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1258 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre