AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070439151
Éditeur : Gallimard (01/09/2011)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :

Un petit éloge qui retrace "l'histoire" de cette émotion à travers les arts : la littérature (comme Le Gai Savoir de Nietzsche ou La force majeure de Clément Rosset, la peinture (Van Gogh) et la musique (La Neuvième Symphonie ou L'Hymne à la joie de Beethoven, par exemple), expliquant ainsi la perception que les hommes en ont depuis des siècles. Grâce à des aphorismes et des réflexions plus personnels... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
AmandineMM
29 janvier 2012
3,5 étoiles.
Ce qui m'a tout d'abord attirée dans ce nouveau petit éloge, ce sont les petits chapitres très courts qui semblaient annoncer une série d'aphorismes, comme des éclats de joie. Ce fut le cas dans la dernière partie nommée Pollens et partiellement dans celle la précédant, Satori : celles-ci sont très fragmentées, presque brouillonnes, rassemblant des petites pensées sur la joie. Satori est rédigée à la deuxième personne du singulier, comme pour rappeler au lecteur des moments de cette émotion ou pour qu'il assimile l'expérience décrite par un autre. Pollens, quant à elle, est la partie que j'ai préférée : légère et aérienne comme l'évocation de son titre, elle a merveilleusement bien clos ce petit éloge.
Les trois premières parties se présentent sous la même forme fragmentée, mais contiennent néanmoins une plus grande cohérence structurelle : chaque paragraphe peut être lu indépendamment des autres, comme une pensée à méditer, mais, lus dans l'ordre, ils forment un texte continu et un essai particulièrement intéressant. Selon l'auteur, nous sommes entrés dans une ère de « Grand Deuil », dans une « technosmose » où la joie est bannie au profit de la recherche du bonheur et d'une atmosphère morose et pessimiste. Cette idée est développée brillamment pendant une cinquantaine de pages retraçant en quelque sorte une Histoire de cette émotion qu'est la joie.
Bref, un petit éloge que j'ai eu plaisir à lire et un auteur que j'aimerais découvrir dans d'autres textes.
Lien : http://minoualu.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
zabeth55
03 février 2012
Soit je perds des neurones, soit je ne suis pas assez intello, soit ce livre est complètement nul.
Halte à la dévalorisation, j'opte pour la troisième solution.
Eloge de la joie ? Il y a longtemps que je n'ai rien lu d'aussi déprimant, défaitiste, redondant, incompréhensible, intellectuellement stérile, fastidieux.
Pourquoi j'ai été jusqu'au bout ? Parce que fort heureusement, il n'y a que 104 pages et que c'est présenté sous forme de 273 pensées rapides à lire.
Je n'ai réussi à en extraire qu'une où j'ai pu imaginer un peu de joie.
Commenter  J’apprécie          10
chroll
02 avril 2016
2 avr. 2016 12:08:00
Commenter  J’apprécie          00

Les critiques presse (1)
LeFigaro23 septembre 2011
Il faut lire cet hymne à la joie. Ce petit livre est un bijou littéraire.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations & extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
zabeth55zabeth5503 février 2012
Toute joie est une véritable surprise. Comme de rencontrer une licorne en un lieu retiré ou au milieu d’une foule et … d’entendre cette licorne t’appeler par ton prénom.
Commenter  J’apprécie          70
DPACDPAC03 février 2017
Ne pas se laisser faire par l'époque, c'est ne pas être méchant mais bon, vicieux mais sain, fou mai conscient, diabolique mais divin, équivoque mais entier, pisse-froid mais passionné, tordu mais droit, jeune mais ancestral, provocant mais discret, obscène mais secret, sentimental mais pudique, fanfaron mais franc. Avec cela on s'attire sarcasmes, méfiance, médisances. L'irritation que l'on suscite peut virer à l'hostilité. Alors ne pas être méprisant mais indulgent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DPACDPAC03 février 2017
Refuser le port de la déprime obligatoire et l'euphorie qui la compense, ménager le plus d'enfance en soi, ne pas castrer ses goûts en les mettant sur le même plan par démagogie, ne pas renoncer à ses aspirations les plus élevées par timidité, ne pas s'en tenir au malheur et accepter cette épreuve supérieure qui consiste à ne pas s'en tenir au bonheur non plus. Et puis prendre son parti de la solitude que tout cela implique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DPACDPAC03 février 2017
Le bonheur serait le cumul des succès professionnels, familiaux, sexuels d'un individu. En réalité l'intensité sensuelle, amoureuse, spirituelle n'est pas à son programme. La performance et la norme en sont l'abscisse et l'ordonnée. Le malheur est de ne pas appartenir à la norme, le bonheur est d'accomplir une performance par rapport à elle.
Commenter  J’apprécie          00
DPACDPAC03 février 2017
La norme est l'enfer que la société a nommé bonheur. Quand la joie consiste à jouir de tout ce qu'il y a de plus anormal en soi et au monde.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : aphorismesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
218 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre