AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Christophe Jaquet (Traducteur)Dorothea Lange (Illustrateur)
EAN : 9782354800581
593 pages
Éditeur : Editions Amsterdam (16/09/2009)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Hard Times sans doute le plus grand livre d’histoires orales de Studs Terkel, fait revivre pour nous à travers des centaines d’entretiens les souvenirs de ceux qui ont traversé la Crise de 1929 et la Grande Dépression, ainsi que de ceux qui, trop jeunes, en ont seulement entendu parler. Comment s’en sont-ils sortis, quelle empreinte la Grande Dépression a-t-elle laissée dans leurs vies, quelles leçons en ont-ils tirées ? Autant de questions qui, du krach de 1929 aux... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
ivredelivres
  06 août 2010
Avez-vous vu le film On achève bien les chevaux non ? Alors peut-être avez vous lu Les Raisins de la colère parce qu'alors vous avez eu un bref aperçu de la Grande Dépression, le nom donné à cette période qui aux Etats-Unis (et ailleurs) celle au cours de laquelle des petits fermiers furent ruinés, des ouvriers se retrouvèrent au chômage, des directeurs de banque se jetèrent par la fenêtre pour échapper à la faillite.....
C'est cela dont il est question dans ce livre mais ici pas de statistiques pas de thèse de sociologue, ce que l'auteur a souhaité c'est comprendre l'expérience des gens ordinaires, écouter les témoins, les survivants ou leurs enfants.
L'auteur Studs Terkel a interviewé, fait parlé, écouté, des dizaines d'américains à travers tous les états sur la période la plus noire de son pays après la guerre de Sécession. IL a regroupé ces témoignages en quelques chapitres évocateurs comme : Faire du fric, le voyage à la dure, le fermier c'est l'homme, Expulsions et humiliations par exemple.
C'est la parole libre de ces gens ordinaires qui rend toute la complexité du phénomène et dessine une vaste fresque où se lisent les retentissements de cette crise sur les individus, la société de l'époque et des années qui ont suivi.
ous n'ont pas été affecté de la même façon par la crise, certains même en ont tiré profit, mais pour la plupart les cicatrices sont encore visibles au moment où Terkel les rencontre.
Dans ce kaléidoscope certaines images sont plus fortes, plus marquantes que les autres. Comme lors de toutes les périodes troubles le pire côtoie le meilleur, les gestes de solidarité voisinent avec la répression brutale des marches contre la faim, la fraternité contre les coups des milices privées.
Studs Terkel donne la parole à tous en un vaste panorama de l'Amérique de l'époque.
Fermiers jetés sur les routes "Je me souviens que plusieurs familles avaient dû partir dans des fourgons, pour la Californie, je crois" Travailleurs sociaux comme John Beecher qui au lieu de continuer sa thèse sur la misère au temps de Dickens a décidé de savoir ce qui se passait réellement et qui devient travailleur social puis administrateur du New Deal.
Chômeur comme Slim Collier Mineurs qui se voie brutalement privé d'emploi « Les mines ont fermé, les gens n'avaient plus rien pour vivre. Les enfants à l'école, s'évanouissaient de faim. Bien avant l'effondrement de la Bourse. »
Pour certain la crise a été brutale, pour d'autre elle couvait
Ceux qui cherchent à survivre un jour de plus, trouver de quoi nourrir ses enfants même si c'est à coup de tartines de moutarde, Ceux qui se lancent dans des marathons de la danse pour gagner quelques sous, Ceux qui souffrent depuis toujours , mais pour qui la crise va servir de révélateur
Tout le monde est touché des étudiants sont empêchés d'étudier " J'ai fait l'erreur de dire au contremaître que je m'étais inscrit aux cours du soir (...) Il a dit M Ford ne paie pas les gens pour qu'ils aillent à la fac, vous êtes viré. »
Les gens se retrouve à la rue " J'ai vu non pas des centaines mais des milliers d'hommes emmitouflés dans leurs pardessus, couchés à même le trottoir."
Pour trouver du travail tout est bon, les hommes voyagent cachés dans des wagons, il faut mettre sa fierté dans la poche et prendre la soupe de l'Armée du Salut, échapper aux milices ferroviaires, tenir la grève un jour de plus
La solidarité joue parfois mais pas toujours car la faim, la misère font accepter l'inacceptable
Quelques uns tireront partie de cette crise, des malins, des chanceux Dans certains secteurs la crise était même une bénédiction, la dépression dans les milieux du cinéma "On appelle ça l'Age d'or".
Des personnalités se font jour , certaines contestées et parfois contestables : Huey Long par exemple dont le fils chante les mérites mais qui fut un politicien très peu scrupuleux. Roosevelt est porté aux nues par certains et promis à l'enfer pour d'autres.
On voudrait tout citer. Ces entretiens faits par Studs Terkel sont bouleversants, à la fois crus et pudiques et d'une grande sincérité. Un travail passionnant et extraordinaire par son ampleur. Un cahier de photographies de Dorothea Lange vient compléter les textes.
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de
  28 novembre 2011
Comme l'indique l'auteur, le livre est un « livre de souvenirs et non un recueil de faits incontestables ou de statistiques exactes » ou « C'est une tentative pour raconter l'holocauste appelé Grande Dépression à partir des témoignages d'un échantillon aléatoire de survivants ».
Studs Terkel complète « Il y a aussi des jeunes dans cet ouvrage. Ils n'ont pas vécu la Grande Dépression. Souvent, ils sont perplexes, ils ignorent tout d'elle. Cela n'est pas une marque de leur immaturité, mais de la nôtre. Il est temps qu'ils sachent. Il est temps que, nous aussi, nous sachions – l'impact que cela a eu sur nous. Et, par conséquent, sur eux. »
Ces multiples récits tissent des toiles sur lesquelles, il devient possible de lire les concrets de l'histoire des habitant-e-s états-uniens, les fortes prégnances religieuses et racilialisantes ou les hantises et obsessions, dont les fantasmagories d'une « classe moyenne » en démarcation perpétuelle d'avec les autres.
Nous pouvons aussi découvrir les combats syndicaux, les répressions et la faiblesse des droits collectifs, au nom de la « liberté individuelle ». Surgit crûment la haine des possédants à toute restriction à leur laisser faire et leur rêve du premier « million » comme réalisation de soi.
Derrière ces dizaines d'entretiens, apparait une histoire, quotidienne, souvent individuelle ou familiale, de ceux et celles qui n'ont plus rien, leurs révoltes, leurs impuissances ou leurs consentements.
Un « monde libre » pour les uns et « Hard times » pour les autres. Une lecture bouleversante.
Les textes sont complétées de 58 belles photographies de Dorothea Lange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nathalia1307
  18 janvier 2016
Hard times se lit presque comme un roman, Studs Terkel a fait parlé des tas d'anonymes de cette période qu'est la Grande Depression- A la lecture de ces entretiens, on se retrouve dans les coins les plus inattendus des Etats Unis- Des témoins marquants,qui rappellent les personnages des romans de Faulkner, Steinbeck et Carson Mc Cullers-Le livre est illustrée par les photographies de Dorothea Lange
Commenter  J’apprécie          80
melina1965
  02 septembre 2013
Louis « Studs » Terkel s'est rendu célèbre aux États-Unis comme journaliste de radio -ce sont des milliers de voix que Studs Terkel a enregistrées, pendant un demi-siècle, sur la station américaine WFMT- et comme l'auteur de recueils d'entretiens publiés par l'éditeur André Schiffrin ; le tout forme une remarquable histoire orale des États-Unis au 20ème siècle.
Hard Times est un livre où des Américains, de toutes races et conditions, évoquent la Grande Dépression des années 30, du krach aux luttes syndicales, de la difficulté de la vie paysanne aux conséquences du New Deal.
Il donne une vue d'ensemble unique des forces en présence et des difficultés quotidiennes constituant un matériau humain d'une intensité exceptionnelle.
Cette édition est accompagnée d'une sélection des photographies de Dorothea Lange sur l'Amérique de la Grande Dépression réalisées pour la « Farm Security Administration ».
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
MegGomarMegGomar   27 août 2012
[Lorsqu'il y a des émeutes dans des quartiers pauvres à l'époque -années 60- où la narratrice de ce fragment fait part à Stud Terkel de son expérience de la Grande Dépression, elle entend parler de rétablir la loi et l'ordre]
"On aura la loi et l'ordre dans ce pays quand les gens de ce pays pourront vivre décemment, comme des êtres humains."
Commenter  J’apprécie          90
ivredelivresivredelivres   06 août 2010
Les Nègres, ils n’ont jamais rien connu d’autre que la crise. Ça ne veut pas dire grand-chose pour nous, la Grande Dépression américaine, comme vous dites. Ça n’a jamais existé. Le mieux qu’un Nègre pouvait espérer, c’est d’être portier, cireur de chaussures, gardien. La crise est devenue officielle seulement quand elle touché les Blancs.
Commenter  J’apprécie          90
StockardStockard   04 décembre 2015
J'ai reçu un jour un coup de fil de John Steinbeck. Il voulait de l'aide. Il envisageait d'écrire un livre sur les travailleurs migrants. Will Alexander et moi étions ravis. Il a dit : "J'écris sur les gens et je dois vivre comme eux." Il voulait passer sept ou huit semaines à cueillir des petits pois ou quelque chose comme ça. Il nous a demandé de désigner quelqu'un pour l'accompagner, un migrant. On a choisi Collins, un petit gars de Virginie.
J'ai payé un salaire à Collins, ce qui était sans doute illégal. Lui et Steinbeck ont vécu ensemble dans les champs pendant sept ou huit semaines. Steinbeck a fait un truc très sympa : Il a insisté pour que Collins soit directeur technique du film ["Les Raisins de la Colère"], ce petit migrant. Et son nom est apparu à l'écran...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ivredelivresivredelivres   06 août 2010
La grève de 1931 a porté sur les lectures à l’usine. Les ouvriers payaient de 25 à 50 cents la semaine pour qu’un gars leur fasse la lecture pendant le travail.(...) Ainsi de nombreux ouvriers, qui étaient illettrés, connaissaient les romans de Zola, de Dickens, de Cervantès et de Tolstoï.(...) La grève a été perdue. Les lecteurs ne sont jamais revenus
Commenter  J’apprécie          60
ivredelivresivredelivres   06 août 2010
En 1939, je suis devenu saisonnier itinérant. j’ai trouvé un boulot de coupeur d’asperges, à 15cents d’ l’heure, il fallait faire aussi vite que tu pouvais. Je me souviens que le dos me faisait mal parce qu’on travaillait accroupi, et que le patron gueulait Vous voyez ces types là-bas ? ils attendent que l’un de vous se fasse virer.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : Crise économique (1929)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox