AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253103486
160 pages
Le Livre de Poche (16/02/2022)
3.29/5   14 notes
Résumé :
Artiste-peintre misanthrope, misogyne et libidineux en manque de reconnaissance, Bertrand vit au crochet de son ami Yann, un rond-de-cuir de l’armée qu’il méprise. En proie à des accès de violence, il se découvre des pouvoirs extraordinaires. Serait-il en train de devenir un vampire ?
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,29

sur 14 notes
5
1 avis
4
6 avis
3
1 avis
2
1 avis
1
0 avis

PauvreType
  28 décembre 2019
Je vidai consciencieusement mon verre de rouge, d'abord indifférent au spectacle qui s'offrait à moi. Mon plus jeune neveu, sept ans, s'amusait à tuer des cow-boy. Un meurtre était plus artistique, et je sortis de ma torpeur. Je l'interrogeai donc sur les possibilités qu'offrait ce jeu vidéo-ludique et il me fit quelques démonstrations. Cela commença par un vieux beauf obèse qui, désireux de faire les poches de notre héros, lui offrit l'hospitalité. Je ne sauvegarde jamais ce moment, comme ça je peux recommencer, m'avoua-t-il innocemment et, enfin, j'eus l'espoir que sa naissance n'était pas si accidentelle. Il y a peut-être quelque chose à faire avec ce gosse… Enfin, l'obèse pria sa gonzesse de se dépêcher, ils avaient faim, et mon neveu dont la jeunesse lui épargne la frilosité de nos contemporains si peu virils, n'eut pas sa patience. Il lui trancha la gorge. Admiratif, je lui demandai s'il y avait des possibilités de démembrements, de nécrophilie ou d'un autre divertissement passé de mode. Oui, me répondit-il, mais faut d'abord tuer ce fils de pute. Outré par ce langage dont ma famille n'est pourtant pas usagère, je me promis de lui remonter les bretelles, mais je lui demandai avant tout de mettre pause, j'avais un besoin impérieux d'alcool. Cela m'arrive souvent lorsque je suis en transe.
De retour près de ce futur Jeffrey Dahmer - j'espère qu'il aura au moins l'obligeance de ne pas s'adonner à la sodomie passive avant ses oeuvres - je le priai, fébrilement, de continuer. Il avait eu le temps de réfléchir, ce con, et il le ligota. Il délesta le gros de ses pieds, puis de sa jambe gauche, et ainsi de suite. Ne me tenant plus, je le suppliai d'en finir et de découper sa tête de bandit. Non, avant il faut faire ça. Il fit reculer son personnage, lança une sorte de cocktail molotov, et quitta la maison.
Notre héros fit les cent pas devant la baraque, puis le feu éteint, y entra à nouveau. Regarde, il n'a plus ses cheveux. Nous rîmes de concert et il lui trancha la tête. Enfin ! quelle bonne matinée.
Je mis mon béret et saluai mon neveu, prêt à affronter la ville. Je me substantai d'un burger Raclette au KFC et le sourire niais de la serveuse devint presque supportable, il me fallait simplement l'imaginer sous forme électronique ; la manette dans les mains de mon petit Jeffrey. Je pris ensuite la direction du bistro le plus proche et y vidait une demi-douzaine de pintes. Las, je m'aperçus que le bonheur provoqué par ces crimes virtuels était semblable aux autres, il creva au bout de quelques petites heures.
J'ouvris mon sac-à-dos, véritable bibliothèque, mais rien ne m'apparut digne d'intérêt. Deux Bukowski me firent de l'oeil mais sa misanthropie vaine, cela faisait une paye qu'elle ne m'attirait plus. Où avais-je foutu ce putain de Selby (Le démon), je n'en avais aucune idée. Je sortis donc tous les ouvrages de mon sac et les étalai sur le comptoir. le patron me regarda d'un drôle d'air. Et voilà, j'avais enfin le livre qu'il me fallait : I am a vampire.
Le type qui a écrit ce bouquin est un drôle de zigue. Une sorte de Jean-Louis Costes mêlé à cet introuvable Selby. Il faut dire que la littérature contemporaine est gerbante. Entre les mornes plaintes des puceaus du seizième, qui ne sont lus que sur Twitter, et les vieilles folles qui racontent comment faire un pipe à papa, on se dit qu'on a perdu du temps (déjà) à l'école primaire. A rien ne sert de bouquiner dans ces conditions ; autant bouffer des pommes de terre à Tchernobyl.
Si ce livre est bandant, c'est parce qu'il ne ressemble à rien. Ni littérature « blanche » (donc pas d'extase imbécile sur cette autoroute que l'on prenait pour les vacances), ni « polar » (donc pas de vieux flic désabusé affublé d'un jeune premier qui résolvent en une semaine l'affaire la plus tirée par les cheveux qui soit), ni littérature de « l'imaginaire » (donc pas de scénario de cinoche bâclé).
Ternaux se moque de tout et il le fait avec panache. C'est de la littérature de gare. Et c'est la meilleure, quand elle est ainsi pratiquée par un véritable styliste. Mais en notre époque de nyctalopes décérébrés, la plus mauvaise des littératures est considérée comme la seule qui vaille. Dans quelques jours le navrant Beigbeder sera dans toutes les mains.Ternaux dans les bonnes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tocca
  06 mai 2022
Comme le vin que j'ai bu ce week-end, un languedoc de 2021 qui venait d'être mis en bouteilles : une excellente attaque, à la fois fruitée et charpentée, pleine de belles promesses. Et petit à petit, peut-être parce que le vin est encore jeune, ça laisse en bouche une sensation râpeuse pas super agréable (même si les bons arômes restent présents, c'est gênant).
Mitigé. Pourtant, la première moitié m'a emballé, je l'ai dévorée avec un gros sourire aux lèvres. Jouissif, avec un mélange trash-absurde-burlesque parfaitement équilibré, bien porté par le personnage du loser antipathique et bien servi par cette narration à la première personne qui en renforce les effets.
Mais une fois le héros en Roumanie et les « ressorts » de l'intrigue dévoilés, je trouve que ça fait flop. Ces deux éléments qui faisaient la qualité du début (le héros et la narration) me sont alors apparus comme des poids et des défauts. Alors que, dans la première moitié, ils parvenaient à susciter une certaine empathie envers Bert', je n'ai plus rien ressenti ensuite, sinon une certaine lassitude. Les effets fonctionnaient mieux avec le héros dans un environnement « normal » (qui créait relief et contraste) que dans le château où, plus rien n'étant vraisemblable, la situation de Bert' ne se distingue plus et perd son intérêt. Viennent alors des révélations qui tentent d'expliquer comment il en est arrivé là : elles m'ont fait l'effet de poils de chat dans la soupe. Tout le début est absurde et se passe de sens, le fait d'en donner dénature la saveur. D'autant plus que ça tombe à la va-vite, comme si les explications s'excusaient d'avoir été formulées (« oups, désolé, j'aurais pas dû préciser ça, c'était mieux sans, pardon, j'en dis pas plus ! »). On reste alors dans un entre-deux entre le trop et le pas assez : on se dit « ok, ça tient la route, pourquoi pas », mais ça soulève des doutes et questions qui ne trouvent jamais de réponses (alors que, dans l'absurde du début, on ne se pose presque pas de questions, on se contente de savourer). Ça rejoint donc la posture du héros dans cette seconde moitié : il ne comprend qu'à moitié ce qui lui arrive, et ne veut qu'à moitié s'en sortir. Voilà ce que donne le ni-ni : des soupirs et un désintérêt. Car en tant que lecteur, j'aurais aimé qu'il me donne au moins une vague direction, soit pour le détester complètement ou pour vouloir le soutenir. du coup, je le repose et je le laisse gérer seul sa fin ouverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
cocon94
  15 mai 2022
Bertrand est un artiste incompris mais sûr de son talent, de la mauvaise foi à revendre, plein de préjugés. Misanthrope, il n'a pas d'ami, en dehors de Yann qu'il connaît depuis la fac et qu'il ne se prive pas de critiquer, bien sûr. D'ailleurs, rien ni personne ne trouve grâce à ses yeux.
Bertrand commence à développer des pouvoirs en même temps que son agressivité et sa violence augmentent. Tout laisse penser qu'il est un vampire. Mais comment peut-il l'ignorer ?
Dès les premières pages, on se dit qu'on va détester Bertrand parce tout en lui est détestable. Et pourtant, on suit avec plaisir ce personnage qui aborde les situations les plus rocambolesques sans se départir de son humour grinçant.
Un petit livre inclassable qui n'hésite à faire tomber les barrières entre les genres.
Commenter  J’apprécie          50
LettresItBe
  27 octobre 2019
C'est le retour en solo de Romain Ternaux ! Après Success Story écrit à quatre mains avec Zarca et publié aux Éditions de la Goutte d'Or, l'ancien étudiant en lettres du côté de Reims revient avec I am vampire à retrouver chez Aux Forges de Vulcain. Au menu : Woody Allen rencontre Dracula, l'art contemporain et les châteaux hantés. On vous aura prévenu…
# La bande-annonce
Artiste-peintre misanthrope, misogyne et libidineux en manque de reconnaissance, Bertrand vit aux crochets de son ami Yann, un rond-de-cuir de l'armée qu'il méprise. En proie à des accès de violence, il se découvre des pouvoirs extraordinaires. Serait-il en train de devenir un vampire ?
# L'avis de Lettres it be
Après Spartacus ou encore L'histoire du loser devenu gourou, une chose était sûre avant même de découvrir ce nouveau livre signé Ternaux : on va rire ! L'auteur est passé maître dans l'art du pas de côté et de la rigolade littéraire bien sentie. Autant ne pas passer par trois voire quatre chemins : I am vampire ne déroge pas à la règle !
Tout commence pourtant dans une relative souplesse : Bertrand, un artiste désabusé, sans le sou, qui peine à convaincre et se convaincre lui-même d'avancer. Puis une vilaine échauffourée va venir tout bousculer… de fil en aiguille, on suit la transformation de notre vrai-faux héros jusque dans les allées sombres d'un château lointain !
Sans grande surprise, mais pour notre plus grand plaisir, Romain Ternaux file la rigolade comme jamais. Cette trajectoire quasi-kafkaïenne a quelque chose de franchement plaisant, notamment avec ce décalage permanent qui existe dans le roman entre les considérations rigolardes et légères des personnages et la violence des scènes… vampiriques.
Après un feel-good à quatre mains, Romain Ternaux nous propose un feel-bad aux dents acérées, une lecture carrément sympa de bout en bout. le genre de bouquin dont on parle en soirée le sourire aux lèvres, et ça c'est sympa !
Retrouvez la chronique en intégralité sur Lettres it be
Lien : https://www.lettres-it-be.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Deidre
  24 mars 2020
Ce livre a subitement sauté dans mes mains, un jour où je flânais dans ma librairie préférée, essentiellement grâce au pouvoir de sa couverture signée par l'illustrateur Helkarava. J'ai découvert le reste de son travail à cette occasion et je t'encourage à aller le découvrir également, tu ne seras pas déçu : http://helkarava.com Bon, ceci étant fait, il me restait à découvrir la prose de Romain Ternaux que je ne connaissais pas non plus. Quelle belle surprise ! L'univers de Romain Ternaux est barré et baroque, trash et drôle, inventif et délirant.Il nous introduit dans la vie de Bertrand, un artiste-peintre en manque de succès, particulièrement odieux, qui se trouve entraîné plus ou moins malgré lui dans une orgie sanglante... Roman au rythme atypique, I am Vampire pourrait paraître pour une immense blague si son auteur ne maîtrisait pas totalement les codes qu'il s'amuse à détourner, en faisant une farce flamboyante. J'ai pris énormément de plaisir à lire ce court roman et pense bien me pencher sur le reste de la bibliographie de cet auteur.…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
BeasaaaBeasaaa   09 mai 2022
Mais la vie est ce qu'elle est, il faut pafois se contenter du pire.
Commenter  J’apprécie          30
Charybde2Charybde2   19 juillet 2021
Je ne sais plus quoi penser, je regarde la ville qui défile. C’est dingue, le nombre d’immeubles à Bucarest, on ne voit que ça ! Des tours et des tours, des milliers de balcons sur des façades infinies. Mais nous, on s’éloigne du centre-ville. On se dirige de l’autre côté, derrière la forêt. Les mains du chauffeur tremblent sur le volant. Ça a commencé quand Vacaresco lui a annoncé notre destination, et c’est de plus en plus Parkinson au fur et à mesure que la route défile. Les roues font des microzigzags sur le bitume, c’est la secousse permanente. Il ne faudrait pas rejoindre le fossé, pas maintenant ! Est-ce le nom de Barbec qui lui fait cet effet ? Je demande à Vacaresco :
– Pourquoi est-ce qu’il tremble le chauffeur ?
Il me sourit d’un air hautain, exhibant ses canines :
– Haha ! Les gens d’ici n’aiment pas trop s’éloigner du centre-ville. Bucarest est une capitale européenne, mais les chauffeurs de taxi sont restés très superstitieux. Ils détestent s’approcher de la forêt. Ils y associent tout un tas de légendes. C’est dommage. Nous venons pourtant d’entrer dans le vingt-et-unième siècle, n’est-ce-pas ?
– Heu, ouais, c’est sûr…
– Nous allons bientôt arriver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   19 juillet 2021
En retard comme d’habitude, et je vois dans les yeux de Yann que plusieurs fûts ont déjà défilé. Je mets de plus en plus de temps à sortir de mon appartement, ne me demandez pas pourquoi. Je crois que j’ai des tocs, je me regarde dans le miroir et m’observe jusqu’à ce que mon visage se déforme complètement. Hypnotisé, fasciné par mes propres yeux extralucides. Merde, je deviens barge ? Dans son texto, Yann m’expliquait qu’il profitait de ses vacances pour se délester de son fric. Et il le faisait au Passage, le bar juste en bas de chez moi. Non mais, j’attendais quoi ?
Je m’assois essoufflé, j’ai failli me vautrer dans les marches. C’est la lumière de ce foutu jour qui me paraît anormale, et encore, on est en début de soirée. Il faut que je me réhabitue, ça ne va plus, au moins que je rouvre mes volets. C’est sûr, je dois ressembler à un zombi, alors que Yann est carrément frais sous ses bourrelets !
– Alors, Bert’, t’as trouvé un boulot ?
– Pfff, arrête.
– Va falloir que tu t’y mettes, hein ! Au moins, paye-moi un coup, c’est mon travail qui finance ton RSA !
Là, je blêmis parce que je n’ai absolument plus d’argent, mon compte au seuil absolu. Mais Yann éclate d’un rire énorme :
– Hahaha, je déconnais, Bertrand ! Fais pas cette tête ! Ce soir, c’est moi qui rince !
– Haha… Okay…
Vraiment, ça aurait été déplacé de sa part. D’accord, je touche le RSA, mais c’est exclusivement parce que mes parents m’ont coupé les vivres. Yann, lui, travaille dans l’armée. Autrement dit, ce sont mes parents qui le payent à présent lui, comme tous les fonctionnaires. Donc, il me paye ce coup avec de l’argent qui, en principe, me revient de droit. C’est juste un détournement, mais ce crétin est trop nanti pour se rendre compte que je ne lui devrai jamais rien. C’est vrai ! Son carnet de santé, c’est un sacré ticket pour ne rien branler : cholestérol de Jabba the Hutt, respiration de Dark Vador et le foie comme une fraise pourrie. Du coup, ce n’est pas demain la veille qu’on le verra combattre en Afghanistan : on l’a collé aux archives, ce qui s’avère plutôt peinard. Oui, le mot est faible, ne vous imaginez surtout pas qu’il farfouille dans la paperasse du matin au soir ! Tout est informatisé, alors il est collé devant son écran toute la journée, et croyez bien qu’il bosse davantage sur les dernières pornstars ukrainiennes que sur les dossiers des dernières recrues. Il se branle intégralement, et en plus on le paye, non mais je rêve. Moi, je peins du matin au soir sans argent, et je ne serai jamais subventionné. Une résidence d’artistes ? N’y pensez même pas : trop asocial, je ferais flipper tout le monde. Gardez votre fric, je finirai par vivre de mon art, quoi qu’il arrive…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   19 juillet 2021
Je me réveille. Mince, qu’est-ce qui s’est passé hier ? Au moins, je suis rentré chez moi. Même dans les vapes, je retrouve toujours mon appartement, le cerveau humain est une machine parfaite. Cela dit, j’ai mal partout. Il y a eu la baston, ouais. Je me suis jeté sur les Mario, mais après… ? Bon, j’essaye de me lever et, aïe, j’ai des courbatures partout. J’allume la lumière et, bordel, c’est la vision d’horreur en panoramique ! D’abord, je vois cet abruti de Yann affalé sur le sol, dans son lit en vomi. Cet irresponsable va bousiller mon plancher ! Je l’ai vraiment ramené chez moi ? Je ne ramène jamais personne chez moi ! Malgré la douleur, je me précipite pour recouvrir mes toiles, c’est mon jardin secret, n’essayez pas de me violer ! La deuxième vision d’horreur, c’est quand je baisse la tête et que je vois mon T-shirt en sang, mon propre sang, je vais mourir ! Alors, je hurle et la baleine échouée se réveille en sursaut.
– Bert’, putain, ferme-la ! Il est tôt et je suis en vacances, je te rappelle !
– Je saigne, Yann ! Ils m’ont poignardé, je suis en train de me vider de mon sang !
Les deux traits irréguliers que formaient ses yeux se changent en deux globes exorbités, et d’un seul coup, il se remet à revomir, oh non ! Ça s’embourbe entre les lattes, je sens que ça va carrément pleuvoir chez les voisins ! Le vandale a l’air mal, mais pas autant que moi :
– Je vais crever, Yann, je le sens ! Je te prierai de bien vouloir détruire mes toiles sans les regarder !
En vrai, ce salaud serait capable de tout garder pour la postérité, comme Max Brod avec Kafka. Un vrai cafard ! Yann relève la tête, son menton dégouline et ses sourcils se froncent. Il se met à m’engueuler, moi, le macchabée !
– Raconte pas n’importe quoi, Bert’ ! C’est pas ton sang, c’est le leur. Qu’est-ce qui t’a pris ? C’était dégueulasse !
– Hein ?
– Faut vraiment que tu trouves un boulot, parce que là tu deviens taré.
– Je comprends rien, Yann. C’est confus, là, j’ai aucun souvenir. S’il te plaît, dis-moi ce qui s’est passé !
– Arrête ton cirque…
– Je te jure ! J’étais dans un état bizarre, je me rappelle juste que tu draguais la fille blonde, là, et puis les gars sont arrivés, alors… j’ai voulu te défendre…
– Tu leur as sauté à la gorge, Bertrand ! Littéralement sauté à la gorge, avec tes dents ! Tu leur as… arraché des bouts de chair, bon sang ! On aurait dit une bête enragée, tu étais complètement possédé !
Ah merde. C’est l’alcool, ça. Et c’est surtout les tapas qui ne m’ont pas calé. Quand même, ça m’étonne. Devant tant de monde, en principe, je sais me contrôler…
– Ben désolé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ThomasSpoketcompagnieThomasSpoketcompagnie   07 janvier 2020
L'art moderne et l'art contemporain, autant de charlatans riches à millions, souvent sur argent public, que nous le voulions ou non. Regardez-moi ça, j'ouvre les livres et je vois toutes ces escroqueries sur papier glacé, le bleu de Klein, la pissotière de l'autre, le balai de la Joconde et les boules de Jeff Koons. Maurizio Cattelan passe à peu près, parce qu'au moins il joue cartes sur table : il vend l'espace qu'on lui réserve à des publicitaires, il vole les oeuvres d'autres faiseurs, another fucking ready-made. Duchamp, c'était le début de l'apocalypse. Parlez-moi de Botticelli, parlez-moi de Fra Angelico, de Bosch comme l'autre pétasse ou encore de William Blake ! Mais abattez sur-le-champ tous ces subventionnés, tous ces imposteurs dégénérés, ils nous ont sucé le sang jusqu'à la moelle. Et pendant ce temps-là, je crève de faim, moi qui suis dans la lignée divine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Romain Ternaux (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Ternaux
- "Success story", Romain Ternaux & Johann Zarca chez Editions Goutte-d'Or. https://www.editionsgouttedor.com/single-post/2019/01/28/%E2%80%9Csuccess-story%E2%80%9D-de-Romain-Ternaux-et-Johann-Zarca
autres livres classés : satireVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1891 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre