AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Bernard Terramorsi (Éditeur scientifique)Alain Geoffroy (Traducteur)
EAN : 9782714305817
342 pages
José Corti (30/04/1996)
3.75/5   4 notes
Résumé :
Les trois récits ici réunis pour la première fois en un seul volume et dans une traduction intégrale marquent la naissance concomitante de la littérature des États-Unis et du genre fantastique, une dizaine d’années avant les fictions d’Edgar Allan Poe.
Rip Van Winkle et La légende du Val Dormant de Washington Irving, sont publiés en 1819 et 1820 à New York ; Peter Rugg, le disparu de William Austin, paraît de 1824 à 1827 à Boston : ces nouvelles fantast... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Joualvert
  20 septembre 2016
Ce recueil contient donc les deux nouvelles les plus célèbres de Washington Irving : ''Rip van Winkle'' et ''La légende du val dormant'' (le fameux ''Sleepy Hollow''), ainsi qu'un récit de William Austin, auteur moins connu : ''Peter Rugg, le disparu''. Ces histoires, nous dit-on en préface, ont marqué l'imaginaire du jeune pays des États-Unis.
J'adore le style de W. Irving. Une légèreté moqueuse s'allie avec une aura de mystère qui devient parfois inquiétante. Les lieux et les ambiances sont artistement dépeints avec une plume pleine de finesse. C'est un excellent conteur, et les réactions des personnages apparaissent de façon toute visuelle au lecteur. Au cours de leurs aventures, ces personnages seront fortement éprouvés par l'incompréhension et l'effroi, alors que le lecteur lui, selon toute probabilité, gardera le sourire tout du long. Les deux récits se déroulent près de l'Hudson, non loin en amont de New-York, et on fait référence aux premières colonies du lieu.
L'écriture de William Austin est moins raffinée mais son ''Peter Rugg'' demeure une histoire intéressante, pleine de petits détails. Originalement paru en 3 parties, le récit évolue et change un peu d'orientation en cours de route. le présent recueil semble être le seul endroit où il est possible de trouver une version en français.
Le tiers du recueil (+ de 100 pages) est consacré à la présentation des deux auteurs et à une fascinante étude détaillée sur les thèmes et les sources des récits, documents rédigés par l'expert Bernard Terramorsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean
  24 avril 2016
Ces trois récits ouvrent la porte à une série de personnages endeuillées qui hanteront la littérature américaine de leur présence spectrale. Revers noir du rêve américain. Derrière Irving et Austin se profilent Hawthorne, Melville et combien d'autres.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   24 avril 2016
De Rip Van Winckle :
Quiconque remonta un jour l’Hudson en bateau n’a pu oublier les monts Kaatskill. Formés d’une branche disjointe de la grande famille des Appalaches, ils dressent, à l’ouest du fleuve, leurs flancs bombés jusqu’à une altitude respectable, dominant la campagne alentour. Chaque changement de saison, chaque altération du temps, et même chaque heure du jour modifie les couleurs et les formes magiques de ces montagnes ; aussi sont-elles considérées par toutes les braves ménagères loin à la ronde, comme d’excellents baromètres. Quand le temps est au beau fixe, leurs versants se vêtent d’azur et de pourpre, et l’on peut voir le soir leurs contours hardis trancher sur le ciel clair. Mais parfois, quand le reste du paysage est sans nuage, elles coiffent leurs cimes de capuchons de vapeurs grises, qui, dans les derniers rayons du soleil couchant, rougeoient et s’embrasent comme autant de couronnes glorieuses.
Au pied de ces montagnes féeriques, le voyageur aura peut-être pu distinguer un léger panache de fumée montant d’un village dont les toits couverts de bardeaux luisent parmi les arbres, à l’endroit précis où les nuances bleutées des pentes se fondent dans le vert tendre de la campagne proche. C’est un petit village très ancien, bâti par une poignée de colons hollandais quand la province venait à peine d’être fondée, vers le début de l’administration du bon Peter Stuyvesant (qu’il repose en paix).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JoualvertJoualvert   12 juillet 2016
Une langue acérée est bien le seul outil tranchant dont le fil s'aiguise à l'usage.

Dans ''Rip Van Winkle'' de Washington Irving.
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : washington irvingVoir plus





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1666 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre