AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
>

Critique de Erik_


Erik_
  23 avril 2021
Après le week-end à Rome, voici une nuit à Rome. A croire qu'on ne reste pas très longtemps à Rome malgré le fait que tous les chemins y mènent. Trêve de plaisanterie, passons aux choses sérieuses : le comportement de deux protagonistes Raphaël et Marie laisse franchement à désirer.

Cependant, on pourra s'embarquer aisément dans cette histoire d'amour qui ne sera peut-être pas à l'eau de rose. La conclusion s'avère quelque peu dramatique selon les premières pages d'introduction. Est-ce un leurre ? Il faudra poursuivre la lecture pour avoir les réponses.

Avoir 20 ans et s'amuser puis avoir 40 ans, ce n'est plus la même chose. La vie et les rencontres nous façonnent. Cependant, est-ce qu'au fond, on ne reste pas le même ? Cette nuit à Rome relève d'un pari fou mais qui est la réalisation d'une promesse éternelle. Une jolie BD qui ne doit pas tomber dans les mains de votre femme et épouse au risque de vous donner des idées.

Le scénario parait simple mais il s'agit d'une histoire prenante au travers du questionnement des principaux personnages qui sont attachants de réalisme. En effet, derrière le choix d'une existence de famille paisible peut se cacher un véritable démon conduisant à la passion et donc une espèce de folie.

Maintenant, j'avoue ne pas comprendre le débat vis-à-vis de l'identification et de porter un jugement sur le comportement moralement douteux de celui qui cède à la tentation de l'amour de jeunesse. Si on devait faire la liste de toutes les bds où sévit un héros au comportement douteux, il faudrait sans doute tout remettre en question.

Une nuit à Rome est une magnifique BD qui prend un thème jusqu'ici pas beaucoup exploité. Est-ce que l'on peut oublier son premier amour ? Est-ce suffisant pour balayer ce que l'on a construit tout le long de la vie ? La démonstration qui est faite par l'auteur paraît simplement magistrale.
Commenter  J’apprécie          60



Ont apprécié cette critique (6)voir plus