AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2732456047
Éditeur : Editions de la Martinière (12/09/2013)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 325 notes)
Résumé :
2054. Les criminels de moins de 16 ans sont hospitalisés, leur mémoire effacée, leur agressivité gommée et leur béatitude renforcée. Ils doivent repartir de zéro, contrôlés par un appareil greffé au bras.
Kyla, 16 ans, a ainsi été " réinitialisée" et doit tout réapprendre sous le contrôle sévère de ses nouveaux parents adoptifs. Malgré son effacement, elle fait d’étranges cauchemars et se découvre des aptitudes qu’elle ne devrait plus avoir. Comme si son pass... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (124) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  22 décembre 2013
Un vrai coup de coeur et cela faisait un petit moment que ça ne m'était pas arrivé. Je remercie donc encore plus Babelio et les Editions La Martinière pour l'envoi de ce roman. J'ai vraiment hâte de découvrir les deux autres tomes, et j'espère qu'ils sortiront rapidement en France, car Teri Terry a vraiment su me charmer avec le début de sa dystopie. Il faut dire que le récit est très complet, vrai, sans fausse note, et contrairement à certaines dystopies que j'ai pu lire dernièrement, il n'y a pas réellement d'interrogations insatisfaites, pas de faux pas qui rendent la situation étrange et où vous avez beau chercher les raisons qui ont poussé ce nouveau monde à être plus qu'imparfait vous ne comprenez vraiment pas ce qui a bien pu arriver.
Je ne dis pas non plus que nous obtenons toutes les réponses. Il y a beaucoup de questions en suspens à la fin du tome, mais elles ne sont pas frustrantes, bien au contraire, elles suivent le déroulement logique de la trame qui s'étend sur trois tome. On découvre progressivement ce nouveau Royaume-Uni qui a décidé de se fermer du reste du monde à travers les yeux de Kyla, notre héroïne. Cette dernière, suite à son effacement (on lui a tout « simplement » effacé la mémoire) doit tout réapprendre. Elle est une coquille vide qui se retrouve émergée dans un monde étrange où les seules choses qu'elle sait sont minimes. On lui a donné un nouveau prénom, un nouveau nom, une nouvelle famille… Une nouvelle vie, mais dès le premier chapitre, on sent tout de suite que quelque chose ne va pas. C'est assez étrange comme sensation, mais il y a un malaise constant qui plane sur l'histoire. Une ambiance vraiment bizarre, une inquiétude et une paranoïa qui nous font craindre pour la vie de Kyla dès le départ. J'ai trouvé cela très positif, c'est même grisant car j'étais sur le qui-vive tout le long de ma lecture et j'étais tellement absorbée par Effacée que je l'ai lu en une seule journée.
Teri Terry a rendu très facile l'approche de son univers. La nouvelle société anglaise que l'on découvre n'est pas réellement dépeinte avec précision, mais cependant il est très facile d'appréhender son développement. Tout est fait avec subtilité. Et pourtant, les sujets effleurés par l'auteure ne sont pas forcément évident. Dans un sens, il y a cette recherche du monde parfaite, une sorte d'eugénisme à retardement où on choisit la solution de « facilité » à savoir effacer un problème plutôt que de le résoudre. Ce n'est pas évident, car on peut très facilement tomber dans des clichés et c'est quelque chose de dérangent dans le sens où on critique le pouvoir en place sans pour autant le combattre. Il y a une sorte d'acceptance latente qu'à certains moments on a du mal à comprendre, même si la présence de terrorisme (des anti-gouvernementalistes) sont là. Qui agit avec justesse ? Qui est dans son bon droit ? Est-ce que les actes de chacun sont justifiables ?... Et on est obligé de se poser des questions, de réfléchir, tout comme Kyla.
En parlant de notre héroïne, je l'ai trouvé très intéressante. Déjà d'une part parce qu'on arrive à s'attacher à elle dès les premières secondes. On s'inquiète, on veut la voir heureuse, arriver à aller de l'avant dans cette nouvelle vie étrange. La relation qui s'instaure avec sa nouvelle mère est aussi parfaitement menée. Je l'ai même adoré et j'ai hâte de voir son évolution et les secrets que peut encore cacher Mme Davis. Je trouve aussi, et même si cela est encore subtile, que l'auteur a bien su nous rendre compte de la différence profonde qui existe entre Kyla et les autres Effacés. C'est au début difficile à cerner, mais petit à petit même les Effacés qui pouvaient nous paraître « normaux » nous montrent les failles de ce système. Kyla s'en retrouve bien entendu plus spéciale mais sans jamais être trop mise en avant. Son désir de s'intégrer est réel mais en même temps, elle veut combattre. Fragile et forte à la fois. Une très bonne combinaison.
Le tout est écrit dans un style captivant, fluide et dynamique. Il n'y a pas tellement de rebondissements en soit, mais plutôt des découvertes qui s'égrainent petit à petit et qu'on a le temps d'assimiler car elles se fondent dans l'histoire et on parvient à les appréhender sans peine. Je comprends tout à fait que la trilogie de Teri Terry est pu faire un carton Outre-Manche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          292
petitsoleil
  15 juillet 2018
Une dystopie intéressante, avec des personnages attachants, comme Kyla, sa nouvelle maman, Ben, le prof d'arts plastiques ...
Dans un futur proche traumatisé par des émeutes et des attaques terroristes, une coalition a décidé "d'effacer" des adolescents : leur faire subir des traitements lourds aboutissant à une amnésie forte, puis les faire adopter par de nouvelles familles, loin de leur ancien environnement.
Ces personnes sont aussi contrôlées par un genre de bracelet électronique inamovible, où leurs émotions provoquent des pics ou des chutes parfois graves.
Mais Kyla, très surveillée, ne semble pas réagir comme les autres Effacés ... Elle a su s'intégrer à sa nouvelle famille à Londres, où elle a une soeur Effacée, Amy, elle a aussi un nouveau chat, un copain Ben avec lequel elle aime courir ... Mais quand elle fait des cauchemars ou quand elle dessine, de nombreux souvenirs semblent resurgir, son passé la hante. Saura-t-elle avancer malgré ce passé encombrant ?
Commenter  J’apprécie          300
Saiwhisper
  10 décembre 2016
Le hasard a voulu que je lise « The ones » et « Effacée » l'un à la suite de l'autre… Et je dois reconnaître qu'il fait bien les choses, car on a là deux lectures aux thématiques plutôt similaires ! En effet, la Science a énormément de place dans cet ouvrage puisque l'on parvient à modifier certains humains génétiquement. Ici, on leur fait perdre la mémoire. La plupart deviennent des légumes : des êtres généralement condamnés à sourire bêtement et incapables de se défendre, d'être violent ou en colère… Heureusement, tous les Effacés ne sont pas dans ce cas et parviennent à se réintroduire dans la Vie, en se faisant adopter par des familles… C'est le cas de notre belle héroïne qui semble bien mieux se développer que ses semblables. Comme dans ma lecture précédente, les Effacés sont mal considérés par la société et sont privés de certaines choses. de plus, ils sont reconnaissables grâce à un Nivo qui est un outil permettant d'indiquer leur état/moral/santé. Cette minorité est parfois soutenue par un groupe de terroristes qui n'hésite pas à s'opposer aux autorités. Enfin, comme dans « The ones », les deux protagonistes sont amoureux, aiment courir et vont avoir des idées divergentes, en particulier en ce qui concerne le groupe radical qui effraie l'État. J'avoue que ces similitudes m'ont fait sourire et que, ayant lu ces romans à la suite, je me suis presque perdue entre les deux univers ! Mais cela ne me dérange pas, car j'ai beaucoup aimé ce cocktail. D'ailleurs, je ne sais pas si j'ai une préférence… À mes yeux, les deux livres ont leurs qualités et leurs défauts. Les opposer pendant toute une critique n'aurait pas forcément de sens, car l'intrigue, les personnages ainsi que la plume des auteures sont réellement différents.
Kyla est une jeune fille douce, observatrice, réfléchie et intelligente. Elle est plutôt du genre à analyser plutôt que de foncer dans le tas. Elle se fie beaucoup à son instinct, aux voix qu'elle entend ou à ses rêves… Elle m'a fait songer à Marie dans « Resurrectio » d'Amélie Sarn, en plus attachante. C'est une héroïne qui m'a plu, car je trouve que l'on arrive aisément à la comprendre ou à faire preuve d'empathie. Comme elle, on se pose une multitude de questions sur les nombreux non-dits de ses proches ainsi que sur certains personnages. La plupart portent des masques qu'il me tarde de voir tomber ! C'est notamment le cas du père, de Mr Hatten ou du Dr Lysander. Les autres personnages gravitant autour de Kyla sont également intéressants et remplis de mystère (Amy, la mère, Phoebe, Aiden). J'espère qu'ils se dévoileront davantage au fil de la trilogie. Enfin, puisque toute héroïne a souvent son alter-ego, il ne faut pas oublier l'adorable Ben. Respectueux, posé, beau et charmant, il est l'archétype du gentil garçon. Et pourtant, je l'ai apprécié. La relation qu'il a avec Kyla se tisse peu à peu, si bien que le lecteur ne peut qu'adhérer à ce tandem. Par ailleurs, il n'y a pas de triangle amoureux, ce qui est de plus en plus rare dans un roman ado/young adult (et d'autant plus apprécié).
Le gros défaut de ce premier tome, c'est que l'action vient finalement assez tard et n'est pas assez constante, car Teri Terry prend le temps de mettre en place les nombreux éléments de son scénario. Si vous cherchez un livre qui bouge et qui ne laisse aucun temps mort, passez votre chemin. Attention, je n'ai pas dit qu'il n'y avait aucun rythme ! Il y a des rebondissements, des moments oppressants, des révélations ainsi que des pistes, toutefois ce n'est pas aussi important que dans d'autres dystopies. L'action est relayée au second plan et on discerne des passages un peu longs ou pas assez exploités… À voir si le second tome suit le même schéma ou s'il est aussi troublant que les derniers chapitres. Pour un premier tome, je trouve cela prometteur et noterais plutôt ce livre à 4,5/5… Une fois les cent premières pages passées, j'ai été happée par cette ambiance mystérieuse et dois reconnaître que l'intrigue est bien ficelée ! En refermant le livre, on se pose une myriade de questions. Certes, on ne finit pas sur un cliffhanger, mais cela ne nous empêche pas d'avoir envie de lire la suite afin d'en savoir plus clair ! Je note donc « Fracturée » dans ma wish list…

Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Jumax
  29 août 2013
Kyla se réveille à l'hôpital elle a été effacée, elle doit tout réapprendre et n'a aucune idée de qui elle a été. On lui présente sa nouvelle famille, sa nouvelle maison et ses nouvelles obligations. Sa vie est contrôlée par un nivo qu'elle porte au poignet et qui vérifie ses émotions. Il peut la faire tomber dans les pommes à tout moment et s'il diminue trop ou qu'elle essaie de l'enlever il peut même la tuer. Cependant la vie des effacés est plutôt heureuse car ils sont dans un état de béatitude permanent, ils ne se posent pas de questions et ne sont pas violents, le gouvernement a ainsi trouvé un moyen efficace d'endiguer la délinquance juvénile. Pourtant Kyla semble différente elle est hantée par de violents cauchemars plus vrais que nature et se pose beaucoup de questions sur son ancienne vie. Cependant se poser des questions peut-être dangereux, et lorsqu'au lycée des gens se font arrêter par les Lorders (l'autorité suprême) sans raisons apparentes et disparaissent, Kyla va commencer à avoir des doutes et va chercher à comprendre, mais elle risque alors sa vie et celle de ses proches.
Rien de très original mais agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
MissJZB
  18 juillet 2013
C'est rare qu'un livre me laisse perplexe dans le sens où je vois objectivement du positif dedans, mais subjectivement du négatif qui m'empêche, malheureusement, d'apprécier l'ensemble. Intriguée par l'idée même de l'effacement et par le cadre légitimement supposé futuriste (2054, quoi), sans compter les chroniques dithyrambiques en vo, j'ai tenu à lire ce roman. Hélas, malgré la bonne idée de départ, à savoir la criminalité réprimée à l'aide d'une procédure supprimant la mémoire, et le suspense finalement tout relatif entretenu par une accumulation de situations suspectes, l'héroïne m'a paru fade, peu attachante et assez contradictoire. Et pour couronner le tout, on avance tellement doucement dans cette espèce de réhabilitation post-effacement que Kyla donne l'impression de se répéter sans cesse. La suspicion du début nous apparaît comme rébarbative, d'autant que la jeune fille qui se méfie de tout le monde, de manière presque chronique, accorde parfois sa confiance en un claquement de doigts.
Kyla sort de l'hôpital après avoir subi un effacement qui fait donc d'elle une Effacée, une paria portant un bracelet censé mesurer les variations de son humeur qui la désigne aux yeux extérieurs comme une adolescente ayant commis un crime qui lui a valu ce châtiment. Elle atterrit dans une famille d'adoption qui compte déjà une Effacée et elle doit se réacclimater à la vie quotidienne, sachant qu'on lui fait des misères, évidemment.
Je dois avouer que les cent premières pages sont très intéressantes puisqu'on découvre que l'effacement altère non seulement les souvenirs, mais aussi la personnalité. Les patients perdent normalement toute faculté de contester, de se révolter, bref tout ce qui pourrait traduire une certaine violence. On a un peu affaire à des robots qu'il faut rééduquer. Ceci étant, on voit vite que Kyla ne réagit pas comme les autres et, au lieu de s'inquiéter, elle songe d'instinct à cacher ces légères perturbations comportementales que bon nombre de personnes ne manquent pourtant pas de relever.
Le climat de suspicion que l'auteure instaure est tout à fait crédible ; on se méfie de tout le monde comme le personnage et on se révolte pour les Effacés qui ont perdu leur identité et qu'on surveille, en plus, de très près pour voir s'ils méritent la seconde chance qu'on leur a offerte. C'est donc un régime assez totalitaire qui s'applique les concernant. Ce côté-là du récit est assez plaisant, surtout que l'étau semble se resserrer autour de la jeune fille jusqu'à la fin. Un bon point, donc, pour l'ambiance oppressante.
Le problème majeur qui se pose, c'est que l'héroïne est assez fade. On s'attend à une résurgence progressive de sa personnalité qui transfigurerait l'écriture propre mais, somme toute, assez plate, alors qu'en fait, elle reste la même jusqu'à, dirons-nous, la dernière scène. Concernant le cadre futuriste, eh bien, hormis les Nivo, ces appareils de contrôle des émotions, nous sommes dans un monde tout ce qu'il y a de plus classique. Quant aux personnages secondaires, je les ai trouvés tous assez semblables et d'ailleurs, j'avais du mal à savoir qui était qui tant les figures d'autorité sont nombreuses, mais peu mémorables.
Il y a évidemment une relation amoureuse très très timide, ce qui est, en partie, justifié par le fait qu'elle lie Kyla à Ben qui est lui aussi un Effacé. J'ai plutôt perçu ça comme une amitié spontanée (ils aiment courir ensemble…) soit, et je n'ai pas été convaincue du tout quand le moment du « je t'aime » est arrivé.
Le rythme du récit est lent, très lent, et les activités se répètent. L'intérêt du roman, du moins de ce premier tome, repose sur les réminiscences de Kyla, sur son évaluation constante des gens qui l'entourent et de la société en général. Nous sommes, en fait, en huis-clos puisqu'on ne sort pas vraiment du village de campagne dans lequel la jeune fille a atterri.
Vers la fin, l'histoire s'emballe un peu et augure d'un tome 2 plus dans l'action maintenant que les choses sont claires dans l'esprit de Kyla qui a compris que la société abuse de l'effacement. Malheureusement, je n'ai pas trouvé les personnages assez charismatiques ni l'univers assez palpitant pour me donner envie de lire la suite. Un livre jeunesse plutôt bien écrit avec un concept intéressant, mais dont le rythme est fastidieux…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (2)
HistoiresSansFin   25 septembre 2013
Effacée est, à n'en pas douter, un roman jeunesse intéressant dans ce qu'il soulève de questionnement éthique. Teri Terry, avec subtilité, nous amène à nous interroger sur notre propre morale, notre positionnement en tant qu'individu dans une société critiquable.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Ricochet   23 août 2013
Une fiction au fond devenu commun, mais à la forme tranchante qui mérite l'attention.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
SioSio   09 novembre 2013
- Je te laisse la vaisselle, dit maman.
- Pourquoi ?
Elle lève les yeux au ciel.
- Je te laisse faire la vaisselle, répète-t-elle.
Je me lève et regarde la table. Que veut-elle dire ? La vaisselle est déjà fabriquée.
- Prends les assiettes et les tasses et pose-les là, m'explique-t-elle en désignant le plan de travail près de l'évier.
Je prends une assiette et la porte à l'endroit indiqué.
- Pas une à une, c'est trop lent ! Tu dois les empiler, comme ça.
Elle s'empare des assiettes, rassemble les couteaux et les fourchettes dans celle de dessus et pose bruyamment tout sur le plan de travail.
- Remplis l'évier d'eau chaude. Ajoute du liquide vaisselle. Pas trop... commente-t-elle en pressant le flacon d'où sort un flot de bulles. Après, tu frottes avec la brosse.
Je l'observe avec attention.
- Ensuite tu rinces chaque assiette sous le robinet et tu la mets dans l'égouttoir, comme ça. Et tu recommences. Tu as compris ?
- Oui, je crois.
Alors c'est ça, "faire la vaisselle"...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Alice-SaphirAlice-Saphir   08 novembre 2013
- Bon. Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?
Il a un sourire plein de suggestions et je tremble un peu.
-Euh... On attend qu'Amy et Jazz nous rejoignent. A moins qu'on ne redescende ? Ils veulent peut-être ren­trer, avec ce temps.
- Attendons un peu, propose-t-il en me prenant dans ses bras.
Je soupire d'aise, bien au chaud contre lui.
- Voilà pourquoi mes parents ne veulent plus que je reste seule avec toi !
- Non... Vraiment ? Alors on se cachera...
- Ben ! On a dit qu'on obéirait à tout le monde jusqu'à l'âge de vingt et un ans.
- Cinq ans sans un baiser ? Pas question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
CielvariableCielvariable   26 mars 2014
Elle doit être sincère car son Nivo affiche 6,3 en gros chiffres numériques.
Nous arrivons devant la grille de sortie.
Un garde s'avance vers la voiture et les autres nous dévisagent derrière les fenêtres. Mon père appuie sur des boutons et toutes les vitres de la voiture descendent. Même le coffre s'ouvre.
Mes parents et Amy remontent leurs manches et tendent leur main droite au-dehors. J'en fais autant. Puis un garde avise les poignets nus de mes parents, hoche la tête, et passe un objet au-dessus du Nivo d'Amy. L'objet sonne. Il procède de la même manière avec moi. Ensuite il va examiner le coffre et le referme d'un coup sec.
La barrière de sûreté s'ouvre enfin et nous débouchons dans une rue.
— Kyla, qu'aimerais-tu faire, aujourd'hui ? me demande ma mère.
Elle est ronde et pointue. Oui, je sais : ces deux adjec­tifs paraissent contradictoires. Je veux dire qu'elle est ronde de corps et tendre d'apparence, mais que ses regards et ses paroles sont aigus et perçants.
Je me retourne. Le complexe hospitalier occupe tout l'horizon : interminables rangées de petites fenêtres grilla­gées, hautes clôtures, miradors disposés à intervalles régu­liers, sentinelles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
SaiwhisperSaiwhisper   09 décembre 2016
Je marche en silence jusqu’à la fenêtre et tire le rideau.
Un autre mot me traverse l’esprit : aube.
Le ciel est strié de rouge et de rose, parsemé de minces volutes de nuages encore sombres. L’herbe est éclaboussée d’orange, d’or, de vermillon et de pourpre. C’est magnifique. Jamais encore je n’avais vu le jour se lever. A l’hôpital, la fenêtre de ma chambre est orientée à l’ouest, et je n’avais droit qu’au soleil couchant. Enfin, à ce que m’en laissaient voir les hauts immeubles environnants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
florencemflorencem   24 décembre 2013
Je tournoie entre les arbres avant de me laisser tomber sur l’herbe émaillée de marguerites. Dans le ciel, les nuages dessinent des formes et des visages vaguement familiers. J’ai des noms sur le bout de la langue, mais ils m’échappent… Tant pis. C’est bien d’être là, immobile, d’être moi.
Commenter  J’apprécie          181
Video de Teri Terry (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Teri Terry
Rencontre avec Teri Terry pour son livre Effacée
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Effacée

Combien de temps reste elle à l'hopital ?

3 mois
6 mois
9 mois
12 mois

7 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Effacée de Teri TerryCréer un quiz sur ce livre
.. ..