AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782867463082
184 pages
Éditeur : Liana Lévi (28/08/2002)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 10 notes)
Résumé :
Nous devons comprendre à qui nous avons affaire... les raisons des terroristes, le drame du monde musulman dans sa confrontation avec la modernité, le rôle de l'islam en tant qu'idéologie anti-mondialisation...
Bien plus que d'une coalition contre le terrorisme, le monde a besoin d'une coalition contre la pauvreté, contre l'exploitation, contre l'intolérance.

Traduit de l'italien par Fanchita Gonzalez Batlle

Collection «Essais»... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
fuji
  11 février 2016
Rappelons qui est Tiziano Terzani (1938-2004), correspondant en Asie pour le Spiegel et le Corriere, il a officié à travers le monde dans les plus grands conflits.
Dans les années 1990 il découvre l'Inde et sa spiritualité et se retire peu à peu du journalisme, pour vivre le fil de sa vie, ses dernières années différemment.
Mais en 2001 juste après les attentats du 11 septembre, il sort de sa réserve face aux articles d'une consœur Oriana Fallaci, qui condamne l'Islam dans son entier.
Le 19 décembre 2001 il écrit ceci : " Les Etats-Unis, en portant la guerre en Afghanistan aujourd'hui, demain au Soudan ou en Somalie, en Irak ou en Syrie, ne courent aucun risque. Sauf celui d'une riposte éventuelle inversement déséquilibrée : le terrorisme."
Ce pacifiste que l'on ne peut pas accuser de naïveté ou d'angélisme, s'en explique dans ses "lettres contre la guerre".
C'est la voix d'un occidental qui ne s'est pas contenté de traverser le monde mais il s'est immergé dans les différentes cultures, en ouvrant grands les yeux et le cœur sur des civilisations autres mais sans jugement de valeur elles sont autres.
L'autre est un je...
Première réflexion fondamentale de Tiziano Terzani, en mots simples tout est dit " 10 septembre 2001, le dernier jour avant que notre envie de plus d'amour, plus de fraternité, plus d'âme, plus de joie ne soit déroutée vers plus de haine, plus de discrimination, plus d'intérêts matériels et plus de douleur."
Son analyse se décline en 7 lettres.
1) Orsigna en Toscane : Une bonne occasion. 14 septembre 2001.
Le 14 septembre, après la stupeur et des heures à regarder en boucle les médias, la réflexion se met en marche.
Une bonne occasion pour se rappeler que Oussama Ben Laden a été utilisé et protégé par la CIA, car sa première mission a été la construction de grands bunkers en Afghanistan, pour le stockage des armes destinées aux moudjahidin. En 1991 il se révolte une première fois et en 1996 il déclare la guerre aux Etats-Unis.
Depuis 1983 pensons que les Etats-Unis ont bombardé régulièrement le Liban, la Libye, l'Iran et l'Irak.Beaucoup de morts et des enfants morts de malnutrition.
Tiziano Terzani écrit ceci : " Sinon, chaque bombe ou chaque missile qui tombera sur les populations du monde qui n'est pas le nôtre ne servira qu'à semer d'autres dents de dragon et à faire naître de nouveaux jeunes prêts à hurler "Allah Akbar", en précipitant un autre avion rempli d'innocents contre un gratte-ciel ou, demain, en larguant une bombe bactériologique ou une bombe atomique de poche dans un de nos supermarchés."
En conclusion le 11 septembre aurait du être une "bonne occasion" de voir l'univers "comme un tout dont chaque partie en reflète la totalité et dont la grande beauté réside dans sa diversité."
2) Florence : le sultan et Saint-François. 4 octobre 2001.
En réponse à Oriana Fallaci : un rappel de leur origine commune et une demande de ne pas se laisser dominer par ses émotions, face à une situation nouvelle.
"Comprendre, parce que je suis convaincu que le problème du terrorisme ne se résoudra pas en tuant les terroristes, mais en éliminant les raisons qui les rendent tels."
Remise en cause de la dépendance économique occidentale vis-à-vis du pétrole.
Remise à plat des relations pouvoir-médias
S'imposer comme journaliste (donc observateur) de prendre ses responsabilités en "créant des champs de compréhension et non des champs de bataille."
3) Peshawar : raconteurs d'histoires. 27 octobre 2001.
Ville au nord du Pakistan, frontalière avec l' Afghanistan et l'Asie centrale, au bazar le monde se fait et se défait mais même en ce lieu une certaine uniformité s'est installée.
Tiziano Terzani se rend au coeur des villages voir de ses yeux se qui se passe. Il constate la misère toujours plus grande, des écoles avec des enfants faméliques à qui seul le Coran est enseigné et la guerre.
Cette société est chargée de haine mais celle des occidentaux l'est-elle moins?
4) Quetta : Taliban-Ordinateur. 14 novembre 2001.
Toujours au Pakistan, cet homme éclairé, avance pour comprendre..."L'unique façon de résister est de s'obstiner à penser avec sa tête et surtout de sentir avec son coeur."
Il discute avec un maximum de personnes qui lui disent "la mort éventuelle du mollah Omar, le chef des talibans ne changera rien car le conseil des sages est constitué de mille mollahs Omar et chacun d'eux peut lui succéder.
Ce dernier est mort en 2013. Qui a vu du changement?
Un comparatif très intéressant entre les mosquées et nos églises : après les attentats du 11 septembre , les églises italiennes faisaient leurs prêches avec le même passage de l'évangile, sans évoquer le terrible événement...
5) Kaboul : vendeur de pommes de terre- cage aux loup. 19 décembre 2001.
Il constate que cette ville n'en est plus une. Elle a perdu tous ses trésors elle n'est plus qu'un "immense cimetière poussiéreux" à cause non d'une catastrophe naturelle mais de la guerre.
Il a une lettre de recommandation pour le conservateur du musée de Kaboul : ce dernier est devenu vendeur de pommes de terre.

6) Delhi. 5 janvier 2002.
L'Inde pays de la non-violence est devenu un pays comme les autres, n'ayant pas su dire "ni avec vous, ni avec les terroristes."
Une raison : les dirigeants pensaient résoudre le problème du Cachemire...
Toujours non résolu, et 14 ans de plus conflits : le plus vieux conflit de l'humanité.
Pays qui n'a pas su ou pas pu ou pas voulu mettre en avant sa spiritualité pour aller vers la paix.
7) Himalaya. Que faire ? 17 janvier 2002.
Une conclusion aussi spirituelle qu'humaine...
"Alors arrêtons-nous. Imaginons notre moment présent dans la perspective de nos arrière-petits-enfants. Regardons aujourd'hui du point de vue de demain pour ne pas devoir regretter ensuite d'avoir perdu une bonne occasion. L'occasion de comprendre une fois pour toutes que le monde est un, que chaque partie a son sens, qu'on peut remplacer la logique de la compétitivité par l'éthique de la coexistence, que personne n'a le monopole de rien, que l'idée d'une civilisation supérieure à une autre n'est que le fruit de l'ignorance, que l'harmonie, comme la beauté, est dans l'équilibre des contraires et que l'idée d'éliminer l'un des deux est tout simplement sacrilège. Que serait le jour sans la nuit ? La vie sans la mort ?
Cette manie de vouloir tout réduire à une uniformité est très occidentale."

Ce livre est une pépite pour la réflexion sur la situation internationale, pour aider à réfléchir différemment et ne pas croire que nous occidentaux détenons une vérité applicable à toutes les nations.
Mais c'est aussi un gouffre de désolation car écrit en 2001 donc voilà 15 ans tout y était prévu : le terrorisme et son explosion dans tous les coins du monde.
Ces innocents qui paient pour des gouvernements qui ne pensent que profits et jamais humanité.
On termine la lecture des lettres de ce grand sage que fut Tiziano Terzani en cherchant pourquoi les représentant de tous les pays ne se réunissent-ils pas pour remettre une situation à plat, éradiquer l'inutile pour aller à l'essentiel : l'Homme au cœur de la vie.
J'espère juste vous avoir donner envie de faire ce voyage beaucoup plus informatif que tous les médias actuels.
"La route est longue et reste souvent encore à inventer."
" Alors bon voyage ! Au-dehors comme au dedans."
Un grand merci à Babelio et aux éditions INTERVALLES.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          14
yv1
  14 décembre 2015
Trois jours après les attentats du 11 septembre 2001, Tiziano Terzani, grand reporter qui connaît bien le monde en général et le monde musulman en particulier, retiré depuis quelques années en Inde en quête de spiritualité, publie une lettre intitulée Une bonne occasion. Et si ces attentats étaient la bonne occasion pour tout remettre à plat, discuter et ne pas céder à le violence qui entraînera toujours une violence encore plus grande. Quelques jours plus tard, une autre journaliste italienne publie un livre d'une rare violence contre les musulmans. Tiziano Terzani décide alors de reprendre la plume dans diverses régions du monde pour lui répondre et témoigner de ce qu'il voit et vit au contact des musulmans de Kaboul, Peshawar, Quetta.
Ce livre écrit entre le 14 septembre 2001 et le 7 janvier 2002 rassemble 8 lettres prônant la paix, la tolérance et l'entente entre le peuples. Tiziano Terzani après avoir été grand reporter sur tous les grands conflits s'est tourné vers l'Inde et sa spiritualité, s'est posé et est devenu aux yeux de beaucoup d'Italiens le visage de la paix. Il est décédé d'un cancer en 2004. Ce livre a précédemment été publié chez Liana Levi en 2002.
Difficile d'aborder le thème de la tolérance, de l'amour entre les peuples, de la compréhension de l'autre alors qu'il y a quelques jours des attentats terribles traumatisaient Paris, la France entière et bien plus largement encore, quelques mois tout juste après le massacre de Charlie Hebdo. Je me permettrais donc de citer T. Terzani qui intitule sa dernière lettre Que faire ? Et maintenant allons-nous céder à une surenchère dans la violence ? "C'est peut-être ce qui m'a fait penser que l'horreur à laquelle je venais d'assister était... une bonne occasion. le monde entier avait vu. le monde entier allait comprendre. L'homme allait prendre conscience, se réveiller pour tout repenser : les rapports entre États, entre religions, les rapports avec la nature, les rapports entre hommes. C'était une bonne occasion pour faire un examen de conscience, accepter nos responsabilités d'Occidentaux et faire peut-être enfin un saut qualitatif dans notre conception de la vie." (p.15) Une grande partie de la réflexion de l'auteur est basée sur sa conception de la vie et des rapports entre les hommes : "... je suis vraiment convaincu maintenant que tout est un et que, comme le résume si bien le symbole taoïste du Yin et du Yang, la lumière porte en elle le germe des ténèbres et qu'au centre des ténèbres il y a un point de lumière." (p.15) Mais il ne s'est pas arrêté à sa réflexion, il est retourné sur le terrain voir comment vivaient les gens en Afghanistan, au Pakistan. Et chaque témoignage est aussi l'occasion pour le journaliste de raconter l'histoire du pays, celle qui explique pourquoi et comment on en est arrivé là. Évidemment, les États-Unis sont montrés du doigt : "Chalmers Johnson répertorie les manigances, les complots, les coups d'État, les persécutions, les assassinats et les interventions en faveur de régimes dictatoriaux et corrompus dans lesquels les États-Unis ont été impliqués ouvertement ou clandestinement en Amérique latine, en Asie et au Moyen-Orient depuis la fin de la seconde guerre mondiale." (p.40). Pour ce "vieux professeur de Berkeley University, peu suspect d'antiaméricanisme ou de sympathies gauchisantes", les attentats sont des contrecoups de cette politique étrangère agressive, les États-Unis sont devenus le Diable aux yeux du monde islamique. L'Europe étant à la remorque des États-Unis, il est loin le temps ou le ministre des affaires étrangères français osait s'opposer à une décision de faire la guerre, elle est elle aussi la cible potentielle d'attentats et l'atroce nuit parisienne du 13/14 novembre est là pour le confirmer.
A chaque fois que Tiziano Terzani apporte des informations, il les confronte à sa réflexion, à ses questions. Il ne prétend pas détenir la vérité, il pose des questions légitimes, il met en doute les certitudes des autres. Ces textes ont quasiment quinze ans et pendant ces années, rien n'a changé. Ou plutôt, si, tout a changé : les positions des uns et des autres se sont durcies. Tellement, qu'il paraît même difficile de parler de la même manière -utopiste- que le journaliste italien. Jusqu'où pourra continuer cette violence ? A-t-on le droit au nom de nos principes occidentaux de s'immiscer dans les politiques de certains pays ? Notre indépendance énergétique doit-elle primer sur la vie des habitants des pays producteurs ? Nos sociétés sont tellement différentes. le monde que nous proposons, nous Occidentaux, globalisé, mondialisé, abreuvés que nous sommes de culture américaine -même si la France résiste encore un peu à l'envahissement par son cinéma, sa littérature, son mode de vie- est une violence faite à certains pays pas prêts et pas désireux de s'y soumettre. Et qui serions-nous pour l'imposer ?
Mon billet peut sembler brouillon, maladroit et il l'est sans doute. Lors de ma lecture j'ai sans cesse hésité entre l'admiration pour la réflexion de cet homme, sa sagesse et la peur que la violence monte toujours plus haut. J'ai fini ma lecture le 13 novembre au soir. le matin suivant je me réveille avec les annonces des attentats parisiens et j'écris mon billet ce même jour, à chaud ; j'y mélange les réflexions de Tiziano Terzani et les miennes. J'ai apprécié que cet homme puisse me donner un autre angle de vue, me donner des informations pour continuer ma réflexion : je ne suis sûr de rien, j'écoute et lis beaucoup avant de me faire une opinion et lorsque j'y arrive elle peut encore varier en fonction de ce que je lis et entends. Ce dont je suis sûr cependant, c'est que ce bouquin va rester longtemps en moi et près de moi, je vais même le conseiller à tous ceux qui comme moi s'interrogent sur cette violence et cette haine qui explosent. Et à tous ceux qui savent déjà tout, je le leur conseille également, il les fera peut-être réfléchir et les bousculera dans leurs certitudes.
Lien : http://lyvres.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Moan
  23 février 2016
Tiziano Terzani est un journaliste italien qui depuis 1971 a été correspondant en Orient pour différents journaux européens.
Il s'est toujours immergé complètement dans tous les pays d'Asie qu'il a traversé et a toujours cherché à voir le monde à travers les yeux des gens qu'il rencontre.
Tiziano Terzani s'est isolé du monde, mais après les attentats du 11 septembre 2001,lui qui a si souvent vu la guerre n'engendrer que d'autres guerres, sort de son silence et à travers sept lettres, regarde le monde à travers les yeux des terroristes.
Pour Tiziano Terzani, le 11 septembre 2001 va à tout jamais changer le monde.
"Le monde entier avait vu. le monde entier allait comprendre. L'homme allait prendre conscience, se réveiller pour tout repenser: les rapports entre Etats, entre religions, les rapports avec la nature, les rapports entre hommes. C'était une bonne occasion pour faire un examen de conscience, accepter nos responsabilités d'Occidentaux et faire peut-être enfin un saut qualitatif dans notre conception de la vie."
Dans ses lettres, il écrit "les raisons des terroristes, le drame du monde musulman face à la modernité, le rôle de l'islam en tant qu'idéologie antimondialisation, la nécessité de la part de l'Occident d'éviter une guerre de religion, une issue possible la non-violence".
Il parle de l'Amérique qu'il a vu "arrogante, obtuse, entièrement concentrée sur elle-même, bouffie de pouvoir, de richesse sans la moindre compréhension ni curiosité pour le reste du monde".
Il parle de l'implication des Etats-Unis en Orient, en fonction de leurs intérêts et de ce qui en découle surtout au Pakistan et en Afghanistan.
156 pages, pour découvrir un journaliste qui "mieux que quiconque en Europe, a senti la nécessité du dialogue Nord-Sud et Est-Ouest, et l'absurdité non seulement de la guerre dite "contre le terrorisme" mais aussi toutes les guerres menées sous les prétextes de "modernité" ou de "civilisation" qui ne sont souvent que les cache-nez de l'avidité des hommes et de leur soif de pouvoir".
Un grand merci à Babélio, aux Editions Intervalles et à Tiziano Terzani pour cette virulence pacifiste des dernières années de sa vie.
Un livre à lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Apoapo
  05 février 2016
Deuxième lecture de ces lettres de 2002, adressées explicitement à Oriana Fallaci, journaliste ex-gauchiste à l'époque de son célèbre Inshallah, devenue la Brigitte Bardot italienne de l'intolérance religieuse, de la xénophobie antimusulmane à outrance contre l'islam et les immigrés musulmans en Europe, ainsi qu'une "intellectuelle" de régime (inutile de préciser lequel), très écoutée lors de l'intervention italienne aux côtés des Etats-Unis dans TOUTES les guerres de Bush. Il fut donc juste de traduire et faire paraître dans les librairies françaises l'ouvrage de Terzani à côté des best-seller de Fallaci.
Lors du 11 Septembre Terzani vivait déjà dans une chaumière himalayenne sans eaux courante ni électricité, se préparant à quitter sereinement une vie de grandes joies et satisfactions personnelles, familiales et professionnelles (comme reporter en Asie durant plus de 30 ans pour le compte du Spiegel), conscient, ô comment!, de sa fin imminente à cause de multiples cancers dont il avait essayé de guérir puis de s'accommoder aux quatre coins du monde - il nous raconte tout cela dans "Un altro giro di giostra" que même les Turcs ont traduit, mais les éditeurs français ont très longtemps refusé.
Terzani donc, avec son flair journalistique qui date depuis l'entrée des Viet-kong dans leur capitale, a l'intuition que le 11 Septembre va changer le monde et se dit que, malgré son épuisement et sa propre quête personnelle, il serait un lâche s'il ne "redescendait dans le monde", pour témoigner contre cette énième guerre à laquelle il assistait: la guerre en Afghanistan. Avec toute la profondeur et la sagesse qu'il a acquises, il se pose contre toute guerre, à pied, en écoutant tout le monde, y compris les talibans, dont il rapporte qu'ils se sentent incarner la seule alternative "réelle" à la société de consommation, et dont il revendique le droit à la diversité, comme l'on parle de diversité culturelle ou linguistique ou (dans d'autres contextes) de biodiversité.
Il faut savoir, à part l'impact que cette première découverte de Terzani eut sur moi en 2002, qui me conduisit ensuite à la résolution de lire l'ensemble de ses ouvrages, des siens et de ceux de sa femme (qui a écrit sur leur séjour commun en Chine et au Japon), que Terzani a généré une vague éditoriale, idéale et "philosophique" de grande envergure auprès de la jeunesse italienne d'inspiration pacifiste et humaniste; je pense que, de même que la génération précédente s'est inspirée des lectures de Mai 68 en France (y compris de Marcuse, plus lu en Italie qu'en France quand même), Terzani, mais aussi Gino Strada (le chirurgien de guerre de l'association Emergency) etc, représente la bannière et la source d'inspiration de cette cohorte de jeunes (classe 1980 et 1990 voire au-delà). Faits incontestablement intéressants: Terzani a donc bénéficié de cette notoriété en Italie (à l'encontre de l'Allemagne où il était connu depuis longtemps) surtout à titre posthume; aucun parti politique italien n'a repris pour son compte cette nouvelle vague pacifiste (les partis ont toujours eu du mal avec le pacifisme en Italie et sans doute en Europe...); la traduction très limitée de Terzani en France en donne nécessairement une image qui ne saurait rendre compte de ce phénomène (car il manque tout l'aspect de sa spiritualité): la récente traduction de l'ouvrage posthume d'interview-fleuve menée par le fils de Terzani à son père, hélas, ne fait pas le poids...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lesmiscellaneesdepapier
  24 février 2016
Résumé : C'est à travers sept lettres contre la guerre que Tiziano Terzani expose une vision pacifique, ouverte et constructive du terrorisme. Ce journaliste italien a connu la guerre en Asie en tant que correspondant pour le Corriere della Sera. le 11 septembre marque pour lui le jour manqué et il y aura toujours, le jour d'après. Profondément choqué par le discours sans concessions d'une journaliste italienne influente à l'égard du peuple musulman, il s'attache à apporter toute la neutralité et la face cachée de la construction du terrorisme que beaucoup ne veulent pas voir.
Le mot de la fin : Un immense coup de coeur à mettre entre toutes les mains, surtout en ce moment. La vision de Tiziano apporte énormément, elle permet de réfléchir et apporte de la lumière et un début de réponse là où les médias n'en mettent pas. Les lettres sont factuelles, pacifiques, neutres et efficaces. A vous procurer d'urgence !
Lien : http://www.lesmiscellaneesde..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
MoanMoan   23 février 2016
Malheureusement, de nos jours, nous autres Occidentaux sommes les seuls protagonistes sur scène et les seuls spectateurs, et c'est ainsi que, à travers nos télévisions et nos journaux, nous n'écoutons que nos raisons, nous n'éprouvons que notre douleur. Le monde des autres n'est jamais représenté. p38.
Commenter  J’apprécie          100
lesmiscellaneesdepapierlesmiscellaneesdepapier   24 février 2016
Au fond, j’ai du mal à me définir. Je suis arrivé à mon âge sans avoir jamais voulu appartenir à quoi que ce soit, ni à une Eglise, ni à une autre religion : je n’ai jamais pris la carte d’un parti, je ne me suis jamais inscrit dans une association, ni celle des chasseurs ni celle des protecteurs des animaux. Non que je ne sois pas du côté des petits oiseaux et contre ces brutes au fusil qui tirent cachés dans une hutte, mais parce que je me sens à l’étroit dans n’importe quelle organisation ? J’ai besoin de me sentir livre. Et cette liberté est difficile parce que chaque fois dans une situation donnée, quand il faut décider quoi penser, quoi faire, on ne peut recourir qu’à sa tête, qu’à son, cœur, et non à la ligne facile, toute prête d’un parti ou d’un texte sacré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lesmiscellaneesdepapierlesmiscellaneesdepapier   24 février 2016
Notre monde est devenu ainsi : la publicité a remplacé la littérature, les slogans nous frappent davantage désormais que la poésie et ses vers. L’unique façon de résister est de s’obstiner à penser avec sa tête et surtout à sentir avec son cœur.
Commenter  J’apprécie          40
MoanMoan   23 février 2016
Nous vivons un moment d'une importance capitale. L'horreur indicible a à peine commencé, mais il est encore possible de l'arrêter en saisissant cette grande occasion de réflexion. C'est aussi un moment de responsabilité énorme car certaines paroles excessives, prononcées par les langues déliées, ne servent qu'à réveiller nos instincts les plus bas, à exciter la bête haineuse qui sommeille en chacun de nous et à provoquer cette cécité des passions qui rend tous les crimes possibles, qui permet, à nous comme à nos ennemis , de se suicider et de tuer. p36.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DanieljeanDanieljean   05 octobre 2015
L'Inde reste quand même un pays à part malgré ses dirigeants, un pays dont le corps social n'est pas exclusivement motivé par des aspirations matérielles. Il n'y a qu'en Indes que des millions et des millions d'hommes et de femmes encore aujourd'hui »hui, après une existence normale de pères et de mères, employés ou professions libérales, renoncent à tout dans cette vie – leurs biens, leurs affections, leurs désirs, leurs nom – pour devenirs des samnyasin, des ascètes, et vêtus d'orange, à l'âge où nous prenons notre retraite, ils rejoignent les pèlerins; de temple en temple, d'ashram en ashram, ils parcourent le pays en vivant d'aumône. Tant que cela durera et que la population continuera à nourrir les samnyasin et à las respecter, l'Inde représentera une alternative existentielle et philosophique au matérialisme qui domine aujourd'hui le reste du monde. C'est pourquoi elle demeure, au fond, un front de résistance contre la globalisation et de défense de la diversité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Tiziano Terzani (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tiziano Terzani
Interview de Tiziano Terzani (en italien)
autres livres classés : attentatsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2023 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre