AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782354050009
121 pages
un Infini cercle bleu (07/01/2007)
3.61/5   14 notes
Résumé :
Nikola Tesla est l'un des plus étonnants scientifiques et inventeurs de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, et nous lui devons les plus grandes inventions dans le domaine de la physique, de la radio et de l'électrotechnique.

Né le 10 juillet 1856 et dernier d'une famille de cinq enfants, fils et petit-fils de prêtres serbes orthodoxes, il meurt le 7 janvier 1943 à l'âge de 87 ans dans sa chambre d'hôtel à New-York.

Trêt tôt... >Voir plus
Que lire après Mes inventionsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Le nom d'Edison est entré dans la mémoire collective des pays industrialisés comme l'archétype américain du Self-made-man. Edison avait su imposer au monde ses inventions dont beaucoup d'objets d'usage courant aujourd'hui peuvent revendiquer la descendance ; l'ampoule à incandescence, l'image animée, l'enregistrement sonore etc. Pourtant son génie visionnaire trouva sa limite sur la question fondamentale du transport de l'énergie électrique sur de longues distances.

La distribution du courant alternatif dans chacun des foyers du pays constitue un des critères de base pour satisfaire à la prétention d'une nation économiquement avancée. Cette percée c'est Nikola Tesla, un émigré Serbe aux États-Unis qui l'a permise. Cette révolution technique pouvait à elle seule assurer la gloire de ce transfuge de la société d'Edison ; mais ses inventions (qui ont trait au domaine de l'électricité) furent toutes des révolutions techniques entrées dans l'ordre du banal aujourd'hui : moteurs électriques asynchrone, alternateur polyphasé, expériences de télécommande, expériences posant les bases du principe du radar etc. Si le nom de Tesla n'a pas la popularité de celui d'Edison, c'est que son travail portait sur des raffinements de l'électrotechnique qui dépassaient déjà la compréhension commune des phénomènes électriques.

Pourtant cet homme-là semble avoir beaucoup fasciné les auteurs de fictions ; dans les séries télévisées (Sanctuary de Damian Kindler), les romanciers (Christopher Priest, le Prestige ; Jean Echenoz, Des éclairs), la Bande-dessinée (S.H.I.E.L.D. un comics Marvel), le cinéma (l'adaptation du roman de Christopher Priest par Christopher Nolan). Sur ce chapitre nous ne sommes pas exhaustifs.

Là où d'autres intituleraient leur récit "Ma vie", Tesla intitule son autobiographe, Mes inventions (My inventions dans l'original). Il avait de bonnes raisons pour faire son génie inventif l'essentiel de sa vie mais nous vous laisserons les découvrir par vous-même tant elles nous ont parus absolument romanesques - pour ne pas dire fantastiques.

Car si nous vous recommandons ce petit livre ce n'est pas seulement pour rendre justice à la gloire de Tesla. Avec ce ton délicieusement hâbleur de qui doute peu de soi, ce récit - comme magnétisé par son propre sujet – semble ouvrir en grand les portes de l'imaginaire prophétique de la Science-fiction et de la science tout court.

Pour aller plus loin dans la connaissance de Nikola Tesla, le livre de Margaret Cheney (longtemps disponible aux éditions Belin) a été réédité en 2010 par Un infini cercle bleu (éditeur serbe qui nous a livré aussi Mes inventions); Nikola Tesla, l'homme qui a éclairé le monde (cet ouvrage est une des principales sources du travail de Jean Echenoz dans Des éclairs ).
Commenter  J’apprécie          120
Comme l'énonce le titre, ce sont là les propres mots de Nikola Tesla que nous pouvons découvrir.

Il s'est livré à cet exercice au cours de six chapitres :
- Mon enfance
- Mes premières découvertes
- Mes travaux ultérieurs
- L'invention de la bobine et du transformateur Tesla
- le Transmetteur amplificateur
- La science des "télé-automates"

Pour qui s'intéresse au génie qu'il était, ces témoignages sont un trésor. Ils permettent de mieux cerner Nikola Tesla, de voir comment il s'est construit, d'appréhender les environnements dans lesquels il a vécu.

Grâce à ces récits, Nikola Tesla nous fait également de découvrir les particularités psychologiques et physiques dont il était doté. Parmi lesquelles par exemple, le fait de visualiser ses pensées (et donc la plupart de ses inventions) comme un objet concret devant ses yeux, qu'il pouvait améliorer à loisir, ce qui lui évitait de dessiner des plans.
Ses particularités étaient semble t-il une frustration pour lui car il ne savait pas mettre un nom dessus et j'ai le sentiment qu'il aurait aimé que les médecins l'accompagnent, le rassurent.

Il se confie sur ses réalisations, sur le pourquoi de celles-ci (améliorer la vie de tous sur Terre). le plaisir qu'il a eu à les réaliser mais aussi les sacrifices qu'il a fait pour les mener à bien.

Il nous fait part aussi, de ses frustrations d'inventeur : la concurrence et la jalousie dont il a fait l'objet, le manque de fonds pour réaliser toutes ses envies. Il déplorait ou redoutait que ses inventions soient utilisées à des fins peu honorables : guerre, profit, destruction.

Ce sont donc là des mots précieux, les mots d'un génie scientifique méconnu qu'il faut absolument lire pour mieux comprendre qui il était.
Commenter  J’apprécie          80
Nikola Tesla by himself. Intéressant point de vu, entre mégalomanie, inspiration futuriste et fulgurances scientifiques.
Un livre qui se lit rapidement, comme une confidence au bar du coin par l'un des plus grand génie du XXeme siècle.
Commenter  J’apprécie          60
C'est pas mal, ça permet de faire connaissance avec Tesla. Dommage que ce gros cerveau (à mon avis il était zèbre, pour ceux qui ont lu Jeanne Siaud-Facchin) écrive si mal. Bon, si on n'est pas Vinci, Hugo ou Chaplin on ne peut pas être qualifié de génie et exceller dans plusieurs domaines ! Tesla a donc led roit d'être mauvais écrivain, d'autant plus qu'il semble ce livre soit tiré de ses notes et qu'il n'ait pas vraiment cherché à en faire un truc pour la postérité.
Mais ça donne envie d'en savoir plus sur le bonhomme, du coup si je rencontre une autre bio rédigée par un bon écrivain, je me pencherai dessus
Commenter  J’apprécie          20
En 1919, Nikola Tesla écrivit 6 articles qui constituent ''Mes Inventions''. Il avait alors 63 ans et c'était bien après l'apogée de sa carrière.
Tesla a toujours été un visionnaire, et ''Mes Inventions'' en atteste clairement, son autobiographie nous permet de mieux comprendre son cheminement personnel.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Il y a toutefois une autre raison majeure pour laquelle ma faculté d'invention se manifesta si tardivement. Lorsque j'étais un petit garçon, je souffrais d'un handicap singulier: l'apparition d'images, accompagnées souvent de puissants "flashes" de lumière, troublait ma perception des objets réels et interférait avec mes pensées et mes actions. C'étaient des images d'objet, de scènes que j'avais réellement vues, jamais imaginaires; Lorsqu'on me disait un mot, l'image de l'objet qu'il évoquait se présentait brutalement devant mes yeux, et parfois je ne pouvais dire si ce que je voyais était réel ou non. Cela m'embarrassait et me troublait beaucoup. Aucun des étudiants en psychologie ou en physiologie que j'ai consultés à l'époque n'a pu fournir un éclaircissement satisfaisant à ce phénomène.
Il semblait bien que mon cas fût unique, bien que je dusse assurément être prédisposé à ce genre d'expériences, car je savais que mon frère avait vécu des expériences analogues. D'après ma théorie personnelle, ces images étaient le résultat d'une impulsion-réflexe du cerveau dans la rétine, en contexte de grande excitation. Ce n'étaient vraisemblablement pas des hallucinations comme celles que produisent des cervaux malades et anxieux, car à d'autres égards j'étais on ne peut plus normal et parfaitement calme. Pour se faire une idée de mon trouble, supposez que j'ai assisté, par exemple, à un enterrement ou à un quelconque événement éprouvant au cours de la journée; dans le silence de la nuit suivante, un détail particulièrement expressif de la scène surgissait immanquablement devant mes yeux, sans pouvoir l'effacer. Quelquefois, la scène demeurait longuement en place, bien que je pusse la traverser, en quelque sorte, avec ma main. Si mon explication est correcte, on devrait pouvoir projeter sur un écran toutes sortes de visualisation et les rendre perceptibles. Une telle avancée produirait une véritable révolution dans les relations humaines; Je reste convaincu que ce prodige peut et va être réalisé dans un avenir plus ou moins proche. J'ai quant à moi abondamment réfléchi à ce problème, pour tenter de lui trouver une solution.
Pour chasser ce visions déplaisantes, je me suis efforcé de me concentrer en esprit sur des images d'impressions antérieures, ce qui m'a généralement procuré un soulagement provisoire; mais pour l'obtenir, j'en étais réduit à fabriquer continuellement de nouvelles images. Cependant, je me suis rapidement aperçu que j'avais épuisé mon stock "photographique", déroulé tout mon "film", parce que je ne maîtrisais à vrai dire pas grand chose de ce monde - seulement les éléments familiers et mon environnement proche. Alors que je renouvelais cet exercice mental pour deuxième ou troisième fois, je notai qu'il m'apportait toujours moins de soulagement.
J'ai alors résolu, spontanément, de m'aventurer au-delà des limites de mon univers habituel, dès lors borné, et j'eus la vision de nouvelles scènes; Elles étaient au début brouillées et indistinctes, et s'évanouissaient quand je cherchais à me concentrer sur elles. Néanmoins, avec le temps, elles se firent de plus en plus nettes, jusqu'à recouvrir l'apparence de choses concrètes. Je compris bientôt que j'étais au mieux de ma forme lorsque je me contraignais à aller toujours plus loin en imagination, pour obtenir sans cesse de nouvelles impressions; c'est ainsi que je me mis à voyager, en pensée, bien sûr. Chaque nuit, et parfois même le jour, quand je me trouvais seul, je partais en voyage et découvrais des lieux, des villages et des contrées nouvelles. J'y vivais, j'y croisais des gens, me liais d'amitié avec certaines personnes et, quelque incroyable que cela puisse paraître, elles étaient tout aussi amènes et pétulantes que dans la vraie vie.
je poursuivais ces exercices jusqu'à mes dix-sept ans, lorsque mon esprit s'orienta sérieusement vers les inventions. Je découvris, à ma grande joie, que je disposais bel et bien d'une grand pouvoir de visualisation. Je n'avais nul besoin de modèles, de dessins, ou de me livrer à des expérimentations. Il me suffisait de les imaginer pour les rendre réels dans mon cerveau. J'ai donc été amené, presque malgré moi, à développer, en parfaite opposition avec la procédure exclusivement expérimentale, une méthode inédite (c'est du moins ainsi que je la considère) de création de concepts et d'idées, qui est par ailleurs beaucoup plus rapide et beaucoup plus efficace. En effet, lorsqu'on commence à construire un appareil pour matérialiser une idée brute, on est absorbé par l'ensemble des détails et des imperfections du dispositif. Tandis qu'on l'améliore et reconstruit, la force de concentration baisse et l'on finit par perdre de vue le principe de base. On peut sans doute arriver à des résultats de cette manière, mais toujours au détriment de l'inventivité.
Ma méthode est autre. Je ne me jette pas inconsidérément dans les travaux pratiques. Quand vient un idée, je m'efforce d'abord de l'élaborer en imagination. Je corrige sa construction, je l'améliore et je fais fonctionner l'appareil dans ma tête. Peu importe, dans ces conditions, que je fasse tourner ma turbine en esprit ou que je la teste en laboratoire. Je peux même savoir à tout moment si elle ne fonctionne plus convenablement. A mes yeux, cela ne fait aucune différence; les résultats sont identiques. Je peux de la sorte développer et corriger diligemment un concept sans jamais toucher à la matière.
Commenter  J’apprécie          200
Comme je l'ai précédemment fait remarquer, j'ai conçu, au temps où j'étais étudiant à l'université, une machine volante d'une nature différente de celles qui circulent actuellement dans les airs.
Le principe de base était conforme aux lois de la physique, mais il n'était pas possible de le mettre en pratique sans une force motrice suffisamment puissante.
Ces dernières années, je suis parvenu à résoudre cette difficulté, et je me prépare à construire des aéronefs sans ailerons, ailes, hélices ou autre équipement extérieur, aéronefs qui pourront atteindre des vitesses démesurées et seront susceptibles de procurer prochainement autant d'arguments de poids en faveur de la paix.
Commenter  J’apprécie          210
Je fus obligé, dès mon enfance, à concentrer toute mon attention sur moi-même et j'en ai beaucoup souffert. Toutefois, je pense aujourd'hui que ce fut une sorte de bénédiction, car cela m'a appris à estimer la valeur inestimable de l'introspection dans la préservation de la vie et la réalisation de mes objectifs. Le stress permanent qu'engendre cette introspection et le flot incessant des impressions qui arrivent à notre conscience à travers toutes nos expériences, font que l'existence moderne devient périlleuse à plusieurs égards. La plupart des personnes sont tellement absorbées par le monde extérieur qu'elles sont complètement inconscientes de ce qui se passe en leur for intérieur.
Commenter  J’apprécie          70
Quoi que l'on pense de la faisabilité du projet de Tesla de "perturber rythmiquement l'état électrique" de la terre pour que l'électricité soit disponible en tout point du globe, il est dommage qu'il ne pût pas le tester intégralement, alors qu'il était arrivé à deux doigts d'achever la construction de son énorme transmetteur à Long Island. Tesla ne s'est jamais entièrement remis d'avoir dû voir son "enfant" préféré, souffrir de longues privations financières. Très déprimé dans un premier temps, il se remit en affichant son positivisme d'antan et reprit ses inventions ; toutefois, il n'a jamais abandonné l'espoir de faire revivre son plus grand projet.
Commenter  J’apprécie          30
Si nous voulons conjurer une catastrophe menaçante et éviter une situation susceptible de transformer ce globe en enfer, nous devrions accélérer le développement de machines volantes et de la transmission hertzienne sans plus attendre, avec tous les moyens dont dispose ce pays.
Commenter  J’apprécie          80

Video de Nikola Tesla (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nikola Tesla
Pour vous, Thomas Edison est le père de l'électricité ? Si l'histoire ne retient que lui, il a pourtant eu un rival dont les travaux furent reconnus tardivement : Nikola Tesla.
#tesla #histoire #cultureprime ____________
Retrouvez-nous sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture
Et abonnez-vous à la newsletter Culture Prime : https://www.cultureprime.fr/
autres livres classés : nikola teslaVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (69) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1674 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..