AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Francis Vanoye (Directeur de publication)
ISBN : 2200341628
Éditeur : Armand Colin (26/05/2005)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :

Le cinéma japonais est à la fois le mieux connu des cinémas asiatiques, mais reste dans son ensemble quelque peu ignoré du grand public, en dehors de quelques cinéastes-auteurs dûment consacrés par la critique, comme Kurosawa, Mizoguchi, Ozu, Oshima ou Imamura, grands arbres qui cachent une forêt touffue. Cet ouvrage présente ce cinéma dans une perspective historique, sociale et esthétique, en cernant... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nebalfr
  11 février 2018
CINÉMAAA, CINÉMAAAAAAAAAAAAAA (JAPONAIS)

Le cinéma est probablement le médium artistique qui a tout d'abord suscité ma curiosité et mon intérêt pour la culture japonaise – je crois que la littérature n'est venue qu'ensuite, et les mangas bien plus tard encore (tout récemment, en fait), ceci alors même que j'étais pile-poil dans la génération qui s'est prise la grosse vague manga en pleine face dans les années 1990. Je serais bien en peine d'expliquer pourquoi au juste… Cela relève de la sensibilité, j'imagine, qui ne se partage pas vraiment…

Mais la découverte de quelques auteurs clefs – à l'époque, d'abord Kurosawa Akira bien sûr, dans une moindre mesure et un peu plus tard Oshima Nagisa, et dans un registre plus contemporain Kitano Takeshi – a façonné mes goûts, avec des attentes plus ou moins pertinentes, car tenant éventuellement à des clichés : vous savez, le côté « contemplatif » du cinéma japonais, tout ça, et en même temps un rapport particulier (en fait, divergent) quant à la violence et à la sexualité, re-tout ça… Cela ne veut pas forcément dire grand-chose, mais j'y trouvais bel et bien quelque chose que je ne trouvais pas ailleurs. Mouvement qui s'est prolongé, au tournant de l'an 2000, avec les films de la vague « J-Horror », dont je percevais sans doute la formule et l'épuisement rapide, mais en étant quand même super emballé sur le moment. Et, vers cette époque, c'est donc le cinéma qui m'a amené à la littérature – bientôt, cette dernière prendrait cependant la première place, tandis que mon intérêt général pour le cinéma (pas seulement japonais, donc) serait largement relégué en arrière pour des raisons que j'ignore, pendant des années ; je sors petit à petit de cette période « sans », mais c'est tout frais, à vrai dire un processus en cours…

La perspective d'un petit exercice pour la fac m'a incité à fouiller dans mes cartons pour en ressortir quelques lectures d'il y a une douzaine d'années – l'époque où j'avais déjà envisagé de me lancer dans des études de japonais, et, alors, avec une prédilection marquée pour le cinéma japonais. Je me rappelais avoir beaucoup apprécié les deux beaux volumes abondamment illustrés du Cinéma japonais de Satô Tadao, mais j'ai supposé qu'il valait mieux (re)commencer par un ouvrage beaucoup moins ample, constituant de son propre aveu « une introduction », celui de Max Tessier (l'équivalent d'un « Que sais-je ? » chez Nathan), dont je ne me souvenais pas plus que cela.

UNE INTRODUCTION – MAIS RICHE ; DES PARTIS-PRIS – MAIS ACCEPTABLES

Le Cinéma japonais : une introduction. C'est dit – mais c'est dit par Max Tessier, qui, à en juger par son omniprésence dans les bibliographies que j'ai pu consulter, a l'air d'être un des plus grands spécialistes français du cinéma japonais ? Je ne peux guère en dire plus pour l'heure, mais, en tout cas, ce premier contact a été (par deux fois) convaincant.

Il s'agit bien d'une introduction, mais très riche. L'auteur aborde nombre de réalisateurs et d'oeuvres, que d'autres lectures ne mentionnent même pas au détour d'une simple note, alors qu'ils ont incontestablement leur importance dans cette histoire – puisque c'est là la perspective de cet ouvrage, qui déroule une chronologie ; et ça me va très bien. Oui, d'autres ouvrages, bien plus volumineux, se montrent à cet égard étrangement lacunaires… Pour autant, la densité de l'information n'est pas un problème – et le plan limpide, la plume directe et simple, rendent la lecture de cette introduction aussi agréable qu'instructive, jamais étouffante.

Autre point appréciable, mais qui va de soi à vrai dire : l'auteur ne se contente certes pas du cinéma japonais qui s'est exporté. Ses développements sont tout aussi amples concernant des « inconnus de par chez nous » que les grandes stars internationales comme le triumvirat de l'âge d'or des années 1950, Kurosawa-Mizoguchi-Ozu (en notant comment ce dernier ne s'est pourtant exporté que bien, bien plus tard), ou les figures davantage « Nouvelle Vague » comme Oshima ou Imamura. D'autres réalisateurs majeurs, mais d'abord au Japon seulement, sont étudiés avec une même ampleur, et nombre de films cités étaient alors totalement inconnus en France – et certains le sont peut-être encore aujourd'hui, même si les choses ont sans doute considérablement changé, ici : il faut noter que la première édition de ce livre datait de 1997, et celle que j'ai achetée, lue puis relue datait de 2003. L'auteur, dans une annexe en fin de volume (sans doute très précieuse à l'époque), livrait quelques développements sur la « vidéographie » du cinéma japonais en France, en mentionnant les principaux distributeurs – à l'époque, notamment Arte Vidéo, Fil à Film, etc. ; depuis, toutefois, l'action bienvenue de nouveaux éditeurs, en DVD, et là je pense au premier chef au boulot formidable accompli par Wild Side – Les Introuvables, mais il y en a bien d'autres, cette action donc a radicalement changé la donne, et pour le mieux ; même s'il reste encore beaucoup de choses à découvrir, je n'en doute pas.

Puisque j'ai mentionné cette annexe, il faut relever que ce petit ouvrage en compte d'autres, fort utiles pour défricher le champ (glossaire, bibliographie, vidéographie donc, mais aussi discographie) et pour l'approfondir sous un autre angle, éventuellement plus inattendu (études statistiques, etc.). C'est tout à fait bienvenu.

Maintenant, cette introduction n'est pas « froide » : l'auteur essaye autant que faire se peut de se montrer « objectif », la nature même du livre l'implique, et, globalement, il y parvient. On sent pourtant çà et là des partis-pris, mais qui n'ont rien de véritablement gênant… À l'évidence, par exemple, l'auteur est un grand admirateur du cinéma d'Ozu et de Naruse – domaine que je connais très mal (pour ainsi dire pas du tout, soyons francs – je n'en ai rien vu au-delà du seul Voyage à Tôkyô, et il va bien falloir y remédier un de ces jours…) ; cela le rend probablement moins enthousiaste pour d'autres approches du médium, diamétralement opposées le cas échéant – à titre d'exemple, moi qui adore tout ce que j'ai vu de Kobayashi Masaki, je n'ai pu que relever des commentaires régulièrement au mieux sceptiques sur ce style de réalisation qui aurait « vieilli », etc. L'auteur n'a pas l'air non plus des plus enthousiaste pour le cinéma fantastique ou SF, mettons, mais les aborde tout de même çà et là…

Des partis-pris, oui, des opinions – mais rien d'inacceptable ; et dès lors rien d'agaçant non plus, même quand mon point de vue est a priori totalement opposé. le sérieux et la compétence de l'auteur, mais aussi sa manière limpide et sûre de faire découvrir tant de choses (je n'ai pas envie de parler de vulgarisation ou de pédagogie, termes dont les connotations un tantinet négatives sont ici hors de propos), m'incitent à la réception tranquille de ses commentaires et analyses, même quand je ne m'y reconnais pas à titre personnel. Je m'énerverai sur d'autres, voilà !

(J'ai parcouru tout récemment un autre ouvrage sur le sujet qui m'a paru très, très mauvais, mais bon, je ne peux pas en faire une chronique, alors...)

LE PREMIER ÂGE D'OR : LE CINÉMA MUET APRÈS LES PARTICULARISMES LOCAUX

Abordons maintenant cette histoire du cinéma japonais. Et c'est une histoire qui commence très tôt : très vite, à la fin du XIXe siècle, le procédé d'Edison est présenté au Japon, et arrive bientôt une équipe dépêchée par les frères Lumière, qui filme les premières images du Japon de Meiji. En cette époque où le nouveau régime a initié un ample mouvement de modernisation à marche forcée, le cinéma, même avec un léger temps de retard, est très tôt développé au Japon et progresse ensuite rapidement, au point où l'on a pu parler, pour les années 1920 et 1930, d'un véritable « premier âge d'or » du cinéma nippon, muet.

Un peu timidement (ou de manière parfaitement logique…), les premières réalisations du cinéma japonais empruntent souvent au registre théâtral, et notamment au kabuki – éventuellement dans une perspective où l'on échange des coups de sabre, ce qui donnera naissance au chanbara. Cette imprégnation du kabuki a des conséquences éventuellement inattendues… notamment concernant les rôles féminins, qui sont d'abord interprétés, comme au théâtre, par des hommes, les onnagata. Parmi eux, une figure notable et sur laquelle je reviendrai, mais en tant que réalisateur : Kinugasa Teinosuke – ces acteurs s'insurgent de ce que l'on donne des rôles à des femmes, au cinéma… Mais on s'y fera bien vite, ouf.

Ce n'est pas la seule « polémique » autochtone en la matière, et une autre est probablement bien plus importante : celle de la « dictature » des benshi. Dans les premières années du cinéma muet japonais, une part non négligeable de la population, et donc des spectateurs, était illettrée, et dès lors pas en mesure de lire les intertitres. Pour y remédier, on faisait appel aux benshi, qui étaient des comédiens racontant l'histoire en live, au fur et à mesure que le film se déroulait. Mais les benshi, très vite, ont pris des libertés avec les oeuvres projetées… quitte à raconter absolument n'importe quoi, au gré de leur humeur. Les réalisateurs, scénaristes, acteurs, etc., trouvaient cela horriblement agaçant, et on les comprend. Mais les benshi rencontraient un grand succès – et l'un d'entre eux alla même jusqu'à dire dans la presse, sur un ton définitif, supposé mettre fin à toute polémique (tu parles… si j'ose dire), que, si les gens allaient voir des films, c'était avant tout voire uniquement pour entendre la voix du benshi : le benshi était le seul artiste dans cette affaire, et les films n'étaient rien et n'avaient absolument aucun intérêt sans lui. Ce discours ahurissant, heureusement, n'a pas duré éternellement, et, progressivement, le cinéma japonais s'est débarrassé de ces encombrants interprètes – même si quelques-uns ont continué leur travail bien plus tard, comme un étrange reliquat du passé (je vous renvoie notamment à cette scène hilarante des Pornographes de Nosaka Akiyuki durant laquelle un benshi est employé pour « raconter » un film porno…).

Une fois débarrassé des benshi, le cinéma japonais peut connaître son « premier âge d'or », qui est donc celui du muet. Notons que le muet perdurerait davantage qu'à Hollywood, au passage – Sunset Boulevard ou pas, le parlant a plus lentement conquis les studios japonais que les américains, pour des raisons techniques parfois (le rendu était initialement très mauvais), mais plus généralement pour des questions d'affinités, et certains grands réalisateurs ont eu du mal à faire la transition, ce qui inclut... un Ozu Yasujirô. Car, oui, Ozu est déjà là – Mizoguchi, aussi, et quelques autres, dont Kinugasa, évoqué plus haut mais en tant qu'acteur, et qui réalise alors des oeuvres totalement barrées, passablement expérimentales, comme le phénoménal Une page folle, en 1926, que vous pouvez voir en ligne là (par exemple) ; un sommet du muet qui, me concernant, vaut bien d'être cité aux côtés des chefs-d'oeuvre d'un Murnau ou d'un Eisenstein (ou, maintenant que j'y pense, d'un Häxan, de Benjamin Christensen – la dimension psychiatrique est commune aux deux films, s'ils sont très différents au-delà).

Hélas, Une page folle a quelque chose d'une exception, même s'il y en a quelques autres… car la quasi-totalité des films muets japonais ont disparu – pour des raisons diverses, mais où les destructions ont eu leur part : le grand tremblement de terre du Kantô, en 1923, avait déjà entraîné bien des pertes – les studios étaient presque tous situés à Tôkyô, alors… Et je suppose que les bombardements américains entre 1942 et 1945 n'ont pas arrangé les choses. On « redécouvre » parfois des films que l'on croyait perdus – mais c'est rare, et leur diffusion, c'est encore autre chose : nombre de ceux qui restent sommeillent semble-t-il dans les archives des cinémathèques.

CINÉMA AUX ORDRES ET MODALITÉS DE LA « RÉSISTANCE »

Bien sûr, d'autres aspects historiques sont à prendre en compte, éventuellement liés – et notamment la prise progressive du pouvoir par les militaires ultranationalistes dans les années 1930, jusqu'à la Défaite de 1945. Depuis « l'incident de Mandchourie », mais plus encore quand la Seconde Guerre sino-japonaise débute « officiellement », puis plus encore, une fois de plus, après Pearl Harbor, les militaires attendent des cinéastes qu'ils livrent des oeuvres exaltant le Japon, la dynastie impériale, l'armée, l'essence nationale. Ils veulent leurs propres Cuirassé Potemkine ou Triomphe de la volonté. Et, peut-être plus important en fait, par défaut, c'est surtout qu'ils ne veulent pas d'oeuvres allant à l'encontre de cet esprit.

Certains réalisateurs embrassent cette nouvelle orientation sans vergogne – il est même possible que certains en aient tiré des films présentant des qualités appréciables, au-delà de leur sous-texte idéologique (comme l'a fait Eisenstein en URSS, par exemple). Mais, au-delà des éventuelles affinités ou des antagonismes politiques, les grands réalisateurs de l'époque antérieure préfèrent, au cas où, se faire plus discrets, en se consacrant à des sujets échappant à l'oeil inquisiteur des militaires (des biographies, par exemple).

Une entreprise guère aisée, car les ultranationalistes à la tête du régime pouvaient repérer des entorses à l'esprit national dans des oeuvres en apparence bien innocentes – voyez, en littérature, le cas de Tanizaki Junichirô livrant une version en japonais moderne du Dit du Genji de Murasaki Shikibu : tant pis pour les analyses de Motoori Norinaga et des « études nationales », pourtant aux sources de l'essentialisme nippon, cette oeuvre monumentale est considérée peu ou prou « anti-japonaise », car fort peu virile…

Au cinéma, un cas l'illustre remarquablement bien – et ce sont les premières réalisations d'un certain Kurosawa Akira. Dans l'esprit réclamé par les autorités, il réalise son premier long-métrage, La Légende du grand judo, en 1942 – la biographie édifiante d'un grand artiste martial, voilà qui ne pouvait que plaire aux militaires ? Mais voilà : il y avait des passages jugés « sentimentaux » et, pire encore, « humanistes » (ce dernier qualificatif serait bientôt systématiquement associé au réalisateur), qui en tant que tels étaient « opposés à l'esprit japonais », alors même que la nation était engagée dans la « guerre de la Grande Asie orientale » – couic, on coupe ; par ailleurs, dans sa manière de filmer, Kurosawa avait quelque chose « d'américain », ce qui était plus que suspect… Il a fallu l'intervention de diverses figures (dont Ozu) pour que le film sorte enfin en 1943 – mais mutilé (définitivement). Pourtant, il rencontre un certain succès… et finalement on réclame à Kurosawa une suite ! Un pur film de commande, qu'il reniera très vite…

Mais le cas de Kurosawa est édifiant au-delà. En effet, au pouvoir quasi totalitaire des militaires ultranationalistes succède, après la capitulation, le pouvoir également très étendu du SCAP – c'est-à-dire de l'occupant américain. Et, aux yeux de MacArthur et de ses services, il ne fait aucun doute que le cinéma a eu sa part dans l'endoctrinement de la nation japonaise et la course à la guerre – en fait, c'est certain, il n'y a aucun doute à cet égard, on ne peut vraiment pas leur donner tort ; le problème, c'est que la politique de censure du SCAP va très loin, dans son obsession de « l'esprit féodal » qui a conduit le Japon au conflit – tout ce qui paraît « féodal » est suspect ; dès lors, tous les films « historiques », « en costumes », les jidai-geki, sont par essence suspects. le genre, florissant dès les origines du cinéma japonais (notamment via les adaptations de kabuki), est concrètement interdit durant l'Occupation américaine.

Et, là encore, Kurosawa en fait les frais : peu importe son propos dans Les Hommes qui marchèrent sur la queue du tigre, film tourné immédiatement après la Défaite – le jidai-geki est « féodal », le film de Kurosawa éventuellement « dangereux », et il est donc interdit (il ne sortira que sept ans plus tard, en 1952, après le départ des Américains).

À vrai dire, la période de l'Occupation a sans doute eu une immense importance, dans le contexte précis de l'histoire du cinéma japonais – et, aux censures, et donc aux critiques (d'abord inaudibles mais qui se développeraient progressivement pour atteindre leur apogée dans les années 1960, via notamment la Nouvelle Vague), il faut probablement ajouter des influences, des emprunts, etc. Je préfère ne pas trop m'avancer sur ce terrain ici, cela appelle une étude beaucoup plus approfondie.
UN NOUVEL ÂGE D'OR – MAIS INTERNATIONAL

Mais les choses évoluent très vite – dès 1950, et, ironiquement peut-être, justement avec Kurosawa Akira. En effet, en 1950 sort Rashômon, superbe adaptation de deux nouvelles d'Akutagawa Ryûnosuke… et, l'année suivante, il remporte le Lion d'or à la Mostra de Venise.

Une chose impensable jusqu'alors. le cinéma japonais d'avant-guerre, à quelques très rares exceptions près, ne s'était pas exporté. Les Japonais comme les étrangers semblaient considérer que ces « sujets japonais » n'intéresseraient personne en dehors de l'archipel, et ne tentaient pas le moindre effort pour conquérir des marchés extérieurs. Bien sûr, la guerre n'a fait qu'accentuer cette conviction de l'incommunicabilité internationale du cinéma japonais… Pourtant, cinq ans seulement après la Défaite, le film de Kurosawa – parce qu'il porte en lui une certaine universalité ? – fascinera les spectateurs lors des festivals européens. Et il ouvrira ainsi la porte du marché international aux films d'autres réalisateurs japonais, qui seront à leur tour plébiscités à Venise, à Cannes ou à Berlin ; par exemple, des vétérans du muet comme Mizoguchi Kenji, ou encore Kinugasa Teinosuke (ultime avatar de sa complexe carrière), mais aussi des nouveaux venus comme Kobayashi Masaki. Et c'est un nouvel âge d'or du cinéma japonais.

Ce qui n'est pas sans poser quelques problèmes – car tout le monde ne bénéficie pas de cette ouverture. Aujourd'hui, quand on envisage le cinéma japonais des années 1950, ce fameux « âge d'or », on associe toujours les mêmes trois noms : Kurosawa, Mizoguchi, Ozu. Peut-être les envisageait-on ainsi à l'époque au Japon même… mais Ozu n'a en fait pas bénéficié immédiatement de cet enthousiasme européen pour le cinéma japonais : cinéaste du contemporain, du quotidien, ses films n'ont pas la patine exotico-historique qui séduit à l'autre bout du monde – aussi Ozu est-il alors largement ignoré dans les festivals européens, et tout autant par la critique européenne ; on ne le redécouvrira, en fait, qu'à partir des années 1970. Naruse, éventuellement associé à ce triumvirat, a semble-t-il vécu des difficultés semblables pour s'exporter.

Mais, au Japon même, il y a bientôt un effet pervers de cette reconnaissance internationale inattendue : on commence à parler de films « japonais » qui seraient « conçus » spécifiquement
Lien : http://nebalestuncon.over-bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Max Tessier (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Max Tessier
Vidéo de Max Tessier
Dans la catégorie : CinémaVoir plus
>Représentations scéniques>Cinéma, radio, télévision>Cinéma (744)
autres livres classés : cinemaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
5143 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre