AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266241342
416 pages
Pocket (07/05/2014)
3.95/5   221 notes
Résumé :
Sylvain Tesson est un étrange voyageur qui mêle les enseignements de la forêt au murmure des livres, un géographe du temps du rêve intérieur. Ses carnets de bord sont les chapitres d'un roman d'aventures dont l'action se déroule dans les maisons de bois de Mandchourie, les ruines d'Haïti, le luxe de Madison Avenue, les pentes afghanes ou celles des Cévennes. Leur titre serait «Choses vues». Une histoire de l'instant vécu. Marcheur invisible, vagabond des frontières,... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
3,95

sur 221 notes
5
4 avis
4
11 avis
3
4 avis
2
2 avis
1
0 avis

Cinq mois. le temps qu'il m'a fallu pour arriver au terme de ce pèlerinage spirituel. C'est beaucoup et si peu à la fois.

Souvent, l'on résiste mal à la facilité de singer le hamster dans sa roue. Les pages filent entre nos doigts, les mots éperonnés tels un canasson écumant par nos yeux impatients. Parfois, il faut savoir laisser le temps mener la bride. Laisser infuser la pensée de l'auteur dans le calice de notre esprit. Laisser maturer sa propre réflexion pour la cueillir à point.

Le format du livre se prête idéalement à l'exercice : un recueil de bloc-notes parus dans divers magazines. Ces billets sont autant de coups de sonde lancés par Sylvain Tesson dans le bain tumultueux du monde et dans son univers intime. Sa pensée coule avec la clarté et la fluidité d'une rivière aurifère dans laquelle le « lectorpailleur » puise des pépites d'aphorismes et de bons mots, des trésors de références pour ses lectures prochaines.

Je sors de ce trop court pèlerinage exalté par une révélation : la vérité (ma vérité devrais-je dire tant il s'agit d'un concept éminemment subjectif) tient finalement à peu de choses. Elle tient dans ce livre.

Commenter  J’apprécie          243

Ce livre est un carnet de notes, dans lequel l'auteur a consigné des pensées et sentiments au gré de l'actualité, de ses lectures, ou de ses humeurs. Les sujets sont très variés, sans véritable fil conducteur autre que chronologique, mais avec des préoccupations constantes : la bêtise humaine sous ses multiples formes, sujet inépuisable s'il en est (l'auteur semble s'exclure du lot !), la nature, ou encore comment profiter au mieux de la vie…

Les intégristes de toutes confessions en prennent pour leur grade (normal dans un ouvrage qui accorde tant de place à la bêtise).

La qualité des textes est très inégale mais l'ensemble est plaisant à lire, avec quelques formules bien trouvées. Sylvain Tesson échappe ici à quelques travers mystiques qui ressortaient trop d'autres de ses ouvrages.

Certains s'offusqueront d'un ton parfois moralisateur, mais convenons avec lui que nous devons prendre du recul sur nos modes de vie dans ces sociétés qui filent droit dans le mur.

Commenter  J’apprécie          220

"Mille détails insignifiants dont le chatoiement formerait un tout", c'est ainsi que l'on pourrait définir ce bloc note. Géographie de l'instant ce sont des réflexions, des impressions parfois très brèves issues de voyages, de lectures, d'échanges réalisés entre janvier 2006 à Mars 2014. Toujours indulgent avec les humains, Sylvain Tesson n'en pointe pas moins le désespoir d'une nature épuisée. Cultivé, érudit souvent, il ne manque pas d'émailler ses notes de références qui ne résonnent pas toujours mais qui offrent des perspectives de découvertes littéraires. J'ai commencé à le lire ce bloc note dans l'ordre et puis finalement un peu lassée de ma discipline, j'ai décidé de butiner de-ci de-là et c'est de cette façon que j'ai le plus apprécié l'ouvrage qui nous conduit un peu partout dans le monde. Quel bonhomme ce Tesson !

Commenter  J’apprécie          131

L'instant tanné.

Ancêtre du blog [francisé parfois en cybercarnet], le calepin sert à la capture d'impressions et de réflexions personnelles « encrées » dans la marche du monde. Par la focale de micro-événements (politiques, littéraires, culturels, etc.) riches de sens, Sylvain Tesson espère que ses prises de notes assemblées dessineront in fine une représentation, certes limitée dans le temps mais cohérente, de la vie sur terre soit, tracée à l'encre sympathique, une « géographie de l'instant ».

Le bloc-notes de l'auteur courant de janvier 2006 à mars 2014, a été publié régulièrement dans le mensuel Grands Reportages. S'y agrègent dans les soixante-dix dernières pages plusieurs blocs-notes que l'auteur a tenu pour divers journaux et magazines (Le Figaro, Animan, Libération, Trek, La Croix, Canopée, etc.).

De la géographie grise, ces zones de non-droit en France, de la récupération politique des catastrophes naturelles, du récit épouvantable du Radeau de la Méduse, trois billets débutent le journal et ouvrent le bal tragique et crépusculaire où s'ébat l'humanité depuis son aube. le lecteur est immédiatement happé par le ton et le verbe, les billets étant rédigés dans un style vif et percutant, avec souvent une chute à la clé, brève et incisive. La suite ne va fléchir à aucun moment. En rongeant un câble dans une centrale électrique, une fouine a coupé l'électricité durant une demi-journée à 80 000 Belges. Les découvreurs d'Ötzi, chasseur momifié du paléolithique, semblent tous disparaître accidentellement. du croc du mustélidé à la malédiction de la momie, la pensée magique semble damer le pion à l'esprit rationnel et constructif. L'humour et l'autodérision s'immiscent avec bonheur dans la litanie des maux. Des citations ciselées, des vies exemplaires de personnes souvent méconnues, des références littéraires précieuses émaillent le lugubre cortège de la tragi-comédie humaine. Surnage au-dessus d'un champ ruiné, d'une Terre exsangue, une ligne directrice composée d'une vision hédoniste, nourrie de culture exigeante et d'expériences intenses qui oeuvrent à déchiffrer un monde abscons et absurde, ubuesque et kafkaïen, traversé d'éclairs salvateurs et de traits de génie.

Commenter  J’apprécie          50

"Lire nous confirme que la solitude est un trésor."

Géographie de l'instant est une compilation de notes de Sylvain Tesson paru dans le magazine Grands Reportages et divers journaux de janvier 2006 à septembre 2012. Ce sont des notes brèves de quelques lignes à quelques pages avec un titre parfois ambigu parfois clair.

Ses notes sont sa vision du monde actuel, sa réflexion sur le voyage, la solitude, la lecture. Thèmes que l'on retrouve dans Dans les forêts de Sibérie, ils apparaissent ici en début de réflexion.

Sylvain Tesson est un nomade, dans ce livre, on découvre ses voyages en Afghanistan, en Haïti, en Islande, au Pérou : son retour en Afghanistan est un passage émouvant car il a perdu un ami à cet endroit.

L'auteur met de la couleur dans notre quotidien avec ces voyages et ses réflexions pertinentes notamment sur l'environnement : "Mais on devrait se poser une question préalable à celle du nucléaire. Sommes-nous prêts à consommer moins ? A changer notre mode de vie ? A mener une existence moins rapide, moins confortable ? Car nous sommes drôlement accoutumés à cette énergie depuis que le général De Gaulle nous a dotés de notre indépendance atomique ! C'est l'offre qui a créé notre appétit. Puisque l'énergie était si peu coûteuse pourquoi nous en serions-nous privés ? Pour sortir du nucléaire, il faudrait abolir nos mauvaises habitudes. On croit le problème technique, il est culturel." (p.206). Il nous rappelle que l'homme est un bipède donc que la marche est un besoin.

L'auteur nous propose des raisons de voyager et de lire ; le voyage permet la rencontre, de changer, d'admirer la beauté du monde ; la lecture : "Le pouvoir poétique des livres ? – Ils nous font oublier le réel. Ils sont plus forts que lui, ils le masquent lorsqu'il est pénible. Ils tirent entre nous et le monde un écran moins évanescent que celui du cigare car le souvenir d'une lecture ne part pas en fumée au premier souffle. Cette occultation des choses peut sauver l'homme en peine." (p.342-343).

Sylvain Tesson, Géographie de l'instant, Editions des Equateurs (2012)


Lien : http://novelenn.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          100


critiques presse (2)
Lexpress
29 janvier 2013
Comme on le dit d'un disque compilant les meilleures compositions d'un artiste, ses morceaux de bravoure, ce livre est un véritable best of. Indispensable, donc.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Lexpress
03 décembre 2012
Un livre allègre, porté par le formidable vitalisme de son auteur, toujours prompt à célébrer la beauté hiératique d'une jeune Moscovite ou à défier ses contemporains à la vodka.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation

être né sur la paille, avoir échappé à Hérode et finir sur une croix, tout ça pour que, le 24 décembre, les foules hystériques se battent devant les vitrines, obsédées par cette question : faudra-t-il ouvrir les magasins le dimanche au cas où l'on aurait pas le temps de remplir les hottes de Noël ras-la-gueule ? (p59)

...

Avoir fait de l'anniversaire de la naissance de l'homme qui nous a enjoints de nous débarrasser de nos biens et de partir sur les routes à la recherche de l'amour, une fête où l'on s'ensevelit les uns les autres sous un tombereau de cadeaux dans la chaleur du foyer familial, c'est l'un des plus habiles détournements de message de l'histoire de l'Occident. (p163)

Commenter  J’apprécie          1466

Lire nous confirme que la solitude est un trésor. Un livre peut changer une vie. Et dire qu'il n'y a aucune mise en garde d'inscrite sur la couverture !

Commenter  J’apprécie          1941

Aller aux buts:

Le mondial de football. Fête planétaire. Des milliards de gens rivés au même spectacle, au même instant. Toute différence culturelle abolie le temps d'une émotion partagée. Le triomphe de la mondialisation. Au milieu de cette belle réjouissance, un bémol : pendant que les ballons s'envolaient aux buts, des milliers de supporters s'envoyaient des putes. Quarante mille filles de l'Est, d'Afrique et d'ailleurs ont été apportées en Allemagne pour la fête, afin qu'en plus des jeux et du pain, il y ait de la chair à suffisance. A Berlin, on a construit de nouveaux bordels, tout confort. Pas un bleu, hélas , n'a daigné dire un mot sur le sujet. On les entend pourtant s'exprimer sur des enjeux graves: les banlieues, le racisme, l'immigration. Ce qu'ils disent importe car ils bénéficient d'une caisse de résonance telle que n'en possèdera jamais aucun penseur. Ce qu'ils disent à un retentissement, des favelas du Brésil aux jungles des Moluques. Mais que quarante mille femmes soient réduites en esclavage à la périphérie des stades ne leur a pas arraché un mot.

Commenter  J’apprécie          140

... les citations ne sont pas des paravents derrière lesquels se réfugier. Elles sont la formulation d'une pensée qu'on a caressée un jour et que l'on reconnait, exprimée avec bonheur, sous la plume d'un autre. Les citations révèlent l'âme de celui qui les brandit.

Commenter  J’apprécie          503

Dans le train, si la place est libre, je repère discrètement le titre sur la couverture et m'assois à côté de la lectrice.

-Tiens, vous lisez Ponge?

- Oui, j'aime ses pointes sèches, cette manière de se mettre a la place des choses.

- Comme Jules Renard?

- Non, Renard se servait des pierres et des bêtes pour faire des mots alors que Ponge essaie de devenir galet ou cageot de bois.

-Oui c'est ce que dit Nimier dans les écrivains sont -ils bêtes ?

Et voilà comment le fait de lire amène à se parler.

Prions pour que les livres électroniques ne gagnent jamais la partie. Imagine t-on la même conversation à l'heure ou les liseuses auront remplacé les objets de papier?

-Tiens vous lisez sur une I-reader 300?

-Oui, j'aime sa luminosité et ce son Dolby quand on passe à la page suivante.

-Comme la kikool MX?

-Non, car la Kikool MX n'a pas assez de mégabit et l'ergonomie est nulle.

-Oui, c'est ce que dit le catalogue comparatif qui vient de sortir.

A cette perspective, je frissonne. Pour oublier que l'avenir est une sombre entreprise a dépoétiser le monde, je vais ouvrir un livre et m'y plonger. Lire, c'est la plus élégante manière de pratiquer la politique de l'autruche.

Commenter  J’apprécie          82

Videos de Sylvain Tesson (122) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Tesson
Jacques Perry-Salkow est pianiste et auteur. Il est diplômé de la Dick Grove School of Music de Los Angeles, et il est un passionné de littérature à contraintes. Il a publié, avec Étienne Klein, Anagrammes renversantes ou le Sens caché du monde (Flammarion, 2011) ; avec Sylvain Tesson, Anagrammes à la folie (Équateurs, 2013 ; Pocket, 2015) ; avec Raphaël Enthoven, Anagrammes pour lire dans les pensées (Actes Sud, 2016) et avec Karol Beffa, Anagrammes à quatre mains (Actes Sud, 2018). Il vit en Touraine.
Conférence : L'anagramme est-elle un art de la déconstruction-reconstruction ? 1er juillet 2022, 14h30 - 15h15 — Amphi 34B
« Chaque mot porte en lui un secret, un surcroît de sens, quelque chose de plus grand que sa définition », écrit Sylvain Tesson. L'anagramme est l'art de faire apparaître ces messages insoupçonnés, enfouis dans la matrice orthographique. Elle est une reconstruction porteuse d'un sens caché.
+ Lire la suite
autres livres classés : penséesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Sylvain Tesson

Quelle formation a suivi Sylvain Tesson ?

histoire
géographie
russe
urbanisme

10 questions
226 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvain TessonCréer un quiz sur ce livre