AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782021219333
150 pages
Éditeur : Seuil (29/01/2015)

Note moyenne : 4/5 (sur 2 notes)
Résumé :
"Humanitude" ? C'est ainsi que Testart dénomme l'étonnante capacité des simples citoyens à réfléchir, à délibérer et à prendre des décisions au nom de l'intérêt commun de l'humanité. Cet état transitoire se manifeste chez les personnes invitées à constituer les conventions de citoyens consultées pour proposer une solution à un problème d'intérêt général. Il s'agit là d'une réalité anthropologique désormais vérifiée dans les nombreux pays qui ont multiplié ce type de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Maraban
  28 août 2017
L'auteur nous présente et explique les différentes problématiques liées à la décision citoyenne en politique, et avance la proposition de former des Conventions de citoyens pour les résoudre.
A distinguer du Débat publique largement plus utilisé aujourd'hui, qui n'est en fait que très peu démocratique (qualitativement car les citoyens lambda ne sont par renseignés, et quantitativement car, même s'il semble que le débat soit ouvert à tous, le poids accordé aux opinions diverge fortement selon les influences des acteurs et ce n'est finalement qu'une minorité qui impose ses idées), ces Conventions de citoyens devraient s'organiser selon un plan très rigoureux et minutieusement déroulé par Jacques Testart : il importe en effet de ne pas influencer le groupe de citoyen, de le constituer de "gogos" indépendants de toute rémunération, opinion déjà tranchée, et non trop similaires dans leur origine et mode de vie, et de faire reposer l'ensemble de l'opération sur le volontariat, le débat éclairé, et surtout, le souci du bien commun.
Similaire au "voile d'ignorance" de John Rawls, qui ne permet le détachement que des biais personnels et privés des acteurs et non pas des informations rationnelles, plurielles et exhaustif nécessaires à l'examen d'une question, cette solution se présenterait donc comme un élément essentiel de la démocratie, traversé par des préoccupations éthiques, pragmatiques et citoyennes, et idéalement dépourvue de biais en tous genres. Plus qu'à prendre en compte au même titre que d'autres avis, le résultat de ces délibérations devrait être prise comme une décision citoyenne à mettre impérativement en place.
Etendre cette pratique au monde entier serait aussi souhaitable, dans la mesure où les questions contemporaines portant sur la bioéthique et l'écologie ne se confinent pas en pratique à l'intérieur des frontières (OGMs, eugénisme...). Encore une fois, il s'agirait essentiellement d'écarter toute influence privée (entreprises, labos, politiciens) des débats pour garantir une certaine authenticité du questionnement.
Une certaine réserve est d'ailleurs exprimée vis-à-vis du moyen de démocratie directe que constituerait internet, toujours à cause des problèmes énoncés plus haut au sujet du débat public, mais aussi quant à la dématérialisation des personnes, à l'éloignement des corps, qui en général, rassemblés dans une même pièce dans la durée, finissent par créer l'environnement propice à une émulation positive (par exemple, des citoyens en viennent à décider de choses en apparence contraires à leur intérêt privé et immédiat, comme l'augmentation du prix des carburants, etc).
Cet exposé est suivi d'annexes résumant quelques exemples de procédures en France, entre 1998 et 2014.
C'est un très bon livre sur ces questions, facile à lire comme il choisit de les narrer et les exposer dans un ordre logique, tout en agrémentant son texte d'exemples précis et de références riches, et en ouvrant continuellement le champ de son propos, comme dans toute bonne démarche scientifique et didactique. Ainsi, il embrasse résolument la méthode qu'il préconise, simple, claire, logique et pragmatique, sans épargner au lecteur les nuances et difficultés auxquelles elle a fait, fait, ou fera face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
LSH
  30 juillet 2016
Je connaissais déjà Jacques Testart pour avoir lu certains de ses articles dans différentes revues (notamment l'âge de faire) dans lesquels il a prôné une appropriation citoyenne des enjeux des développements scientifiques et technologiques ou encore l'utilisation du tirage du sort pour désigner des représentants.
Et force est de constater que nous manquons de prise sur les évolutions majeures de nos sociétés faute de temps, d'information... ou tout simplement parce que l'on ne nous demande pas notre avis !

(...)

Humanitude ?
Le concept d'"humanitude" développé par Jacques Testart désigne sa foi en la capacité de simples citoyens à faire les choix les plus justes pour peu qu'ils soient suffisamment informés.
J'avoue que j'adhère globalement à sa proposition.
On évite l'écueil d'une démocratie directe trop chimérique où toutes les personnes concernées seraient consultées sur tous les sujets avec foi discutable en une prétendue sagesse populaire et risque de démobilisation, seuls les plus militants / intéressés restant au final mobilisés.
De l'autre côté, difficile de se satisfaire du fonctionnement actuel de nos "démocraties délégatives" pour reprendre ses mots, où les citoyens ont en fait peu voix au chapitre concernant des choix de société qui pourtant les concernent.
Lien : http://www.le-fab-lab.com/co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LSHLSH   30 juillet 2016
De telles résistances à ce que les dirigeants présentent continuellement comme des "progrès" ne sont pas courantes dans la vie quotidienne où ce sont souvent de petites minorités qui paraissent avoir l'exclusivité des réticences vis-à-vis des innovations technologiques. C'est que le benêt que nous sommes tous (gogo ou jocrisse du grand théâtre politique) est l'animal de compagnie des puissants. Sa passivité est acquise par le conditionnement à des promesses de lendemains qui chantent ou par la résignation à se satisfaire de possibles balisés ("il n'y a pas d'alternative", "ça va marcher" !), auxquels n'échappent, parfois, que bien peu d'intellectuels et de militants. Ceux qui, depuis Condorcet, voient dans l’éducation le premier outil d'émancipation ont théoriquement raison, mais l'école ne suffira jamais à construire une société libérée. Il est urgent d'officialiser des procédures vertueuses, capables de révéler l'humanitude chez des personnes ordinaires afin que les représentants du peuple s'emparent de leurs conclusions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Jacques Testart (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jacques Testart
5 questions posées à Axel Kahn qui nous parle de son livre "Jean, un homme hors du temps" paru aux éditions Stock.
autres livres classés : biens communsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox