AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 978B00DIESM32
(19/06/2013)
4.75/5   4 notes
Résumé :

En cette fin du neuvième siècle de l'Incarnation, selon la notation récemment proposée par le moine Bède, la situation de l'Occident chrétien est confuse, plus troublée et incertaine qu'elle ne l'avait été quelques générations en arrière. Ils sont loin, les temps où des rois prestigieux - Pépin, Charles le Grand, Louis le Pieux - tenaient toute la Chrétienté bien rassemblée dans leur main, comme une gerbe dans la main du moissonneur. Depuis que les descendan... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Pandorra
  18 janvier 2019
Gé-nial !
J'ai adoré cette lecture, l'ambiance, les mots, les personnages, la plume, tout !
Dès le début de ce récit nous sommes plongés dans une ambiance déroutante, ancienne, pleine de sang et de fureur, celle des hommes du Nord, les Vikings. Mais, cela ce n'est que la surface, quand on gratte un peu, c'est d'honneur qu'il est question. Parce que l'origine de tout cela, c'est la trahison d'une parole donnée d'un homme à un autre...
Suite à un conflit familiale sanglant, deux hommes vont partir loin de chez eux, au gré de la mer pour se reconstruire, ailleurs.
Ces deux hommes sont des comme des frères, des fóstbroedir, et ensemble ils vont s'intégrer et se faire une place parmi une famille du Jutland, des Danes.
Nos deux hommes, Hrolf et Egill participent activemment aux expéditions visant à piller d'autres contrées pour s'enrichir un peu, car la vie dans les terres du Nord est rude et demande beaucoup de travail pour trop peu de résultat.
A la mort du chef des expéditions, un affrontement a lieu entre le fils du défunt chef et Hrolf pour savoir lequel des deux va prendre la tête des expéditions. Car, chez eux, la légitimité par le sang n'est pas suffisante : il faut prouver sa force et mériter sa place.
Le dénouement est sanglant, Hrolf devient le Chef, c'est à lui de mener les hommes vers des terres abondantes à piller, des esclaves et des butins à rapporter.
Ce qu'il va faire avec brio.
Hrolf est un homme complexe, audacieux, très rusé, intelligent et puissant. Il est aussi très observateur et assez juste. Ce qu'il aime c'est l'or pas le sang.
Il va mener ses hommes et ses navires piller les territoires Franques. Son nom inspire la crainte mais aussi le respect. Pendant des années, il va aller et surtout il va réussir là où tant d'autres ont échoués.
Mais, dans le coeur de cet homme, il reste un vide, car en quittant sa famille avec Egill, il est devenue Hrolf le Vagabond, il n'a plu de terre à lui, et cela, c'est ce qu'il veut. Pouvoir rentrer chez lui. S'établir sur une terre qui serait sienne. Et d'une brillante façon, avec beaucoup de patience, et d'audace il réunir et faire prospérer une terre à l'abandon et qui deviendra, sous sa protection et sa domination, la Normandie.
Ce mot lui-même vient d'eux, les Normannis qui se traduit par hommes du Nord.
A travers ce récit nous découvrons ainsi l'hospitalité de ces soi-disants barbares, leurs habitations, leurs coutumes, la place des femmes (qui n'étaient pas mariées de force par exemple !), celle des esclaves aussi traités comme utiles et pouvant être affranchis et intégrés comme un membre de la communauté. Et même certaines tâches comme le tissage était l'affaire de tous, Hommes et Femmes !
Ce sont donc des hommes complexes, la faiblesse n'a pas sa place parmi eux.
Certains ne voient en eux que des barbares violents, païens, cruels. Et ils le sont, mais pas seulement, car chez eux l'humiliation est odieuse, le châtiment physique aussi, la fidélité (à sa famille, ses amis, son Jarl etc) et la loyauté est primordiale. Il faut se battre pour survivre, être persévérant, auto-discipliné, pas question de se plaindre pour le moindre petit bobo (un oeil en moins, par exemple...), leur endurance n'a d'égale que leur volonté.
J'ai beaucoup apprécié la relation étonnante entre l'évêque Witton de Rouen et Hrolf. Il y un respect mutuel et l'auteure ne fait pas pencher la balance d'un côté ou de l'autre, ils sont ce qu'ils sont, ils le savent et font l'un et l'autre au mieux pour leur peuple.
Le personnage de Poppa m'a également étonnée agréablement.
C'est aussi très riche en vocabulaire nordique (avec des explications au début et à la fin), et la plupart des faits exposés ont une portée historique et cela sert de base pour faire ce roman. Bien sur, tout ne s'est pas passé ainsi que l'a écrit l'auteure.
C'est un gros rappel aussi de ce qu'était la Francie à cette époque lointaine, non pas un territoire entier et unis mais de nombreux comtés, plus ou moins gérer par le Comte ou par l'évêque.
En tant que Normande c'est avec un petit sourire complice que j'ai suivis Rollon et ses hommes que ce soit à Rouen, à Bayeux ou ailleurs, à travers les paysages verdoyants, sous la pluie aussi !
Il faut voir l'ensemble des actions les bonnes comme les mauvaises et pas uniquement le pillage des richesses des abbayes même si c'est au coeur du récit, il y a beaucoup plus.
J'ai découvert aussi qu'il était l'ancêtre de notre conquérant, Guillaume ! Et tant d'autres choses encore...
Bref, c'est un coup de coeur pour moi, le récit est mouvementé, riche, profond, les personnages sont complexes, surprenants, attachants... Une lecture parfaite.
Je ne peux que vous le recommander.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


autres livres classés : roisVoir plus





Quiz Voir plus

A l'abordage : la mer et la littérature

Qui est l'auteur du célèbre roman "Le vieil homme et la mer" ?

William Faulkner
John Irving
Ernest Hemingway
John Steinbeck

10 questions
350 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , mer , océansCréer un quiz sur ce livre